https://www.bastamag.net/

Basta !

À la marche pour Adama Traoré : « Nous sommes des gilets jaunes depuis notre naissance » ()
Samedi 20 juillet, plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues de Beaumont-sur-Oise pour réclamer justice et vérité sur la mort d'Adama Traoré, tué il y a trois ans lors d'une interpellation par des gendarmes. Particularité de cette troisième « marche pour Adama » : la participation, sur fond d'extension des violences policières, de gilets jaunes, de syndicalistes et militants des mouvements sociaux, de gilets noirs, et d'associations de défense des droits humains. Retour sur un moment (...) - Résister / , ,
>> Lire la suite

Régulation financière : le lobby bancaire veut profiter du Brexit pour changer totalement les règles du jeu ()
Les géants bancaires cherchent à dicter, dans la plus grande opacité, les règles qui régiront les échanges entre Union européenne et Grande-Bretagne, après le Brexit. Le lobby financier veut notamment contrôler les futures décisions en matière de régulation financière, grâce à des procédés comme la coopération réglementaire ou les tribunaux d'arbitrage. Des mécanismes, mis au goût du jour lors les négociations sur les accords de libre-échange Tafta et Ceta, qui donneraient un pouvoir considérable aux (...) - Décrypter / , , , ,
>> Lire la suite

Non, les jeunes ne sont pas de plus en plus violents ! Dix idées reçues sur la délinquance des mineurs ()
Les « jeunes délinquants » seraient plus violents, moins punis que leurs aînés. La justice serait à leur égard indulgente, lente, inefficace. Autant de préjugés non confirmés par les faits. Alors que la ministre Nicole Belloubet envisage de réformer par ordonnance la justice des enfants – donc sans débat parlementaire – voici dix idées reçues démontées par des professionnels du secteur.
Ce texte est issu du guide « Idées fausses sur la justice des mineurs : déminons le terrain ! 10 réponses pour en finir (...) - Décrypter / ,
>> Lire la suite

Un paysan bio se bat contre les exploitations « mangeuses de terres » qui ont racheté sa ferme ()
L'histoire de Bastien résonne comme un symbole : agriculteur depuis quinze ans dans le Finistère, il y a patiemment développé une agriculture bio, diversifiée, ancrée localement. Mais à cause d'un problème foncier, ses terres ont été rachetées par de grosses exploitations agricoles, dont l'une possède déjà plus de 1000 hectares ! Sur place, un mouvement de soutien s'organise. Un nouveau combat de David contre Goliath.
En photo : Bastien Moysan et sa compagne Léna, dans une de leurs parcelles où ils (...) - Résister / , , ,
>> Lire la suite

G7 : au Pays Basque, un contre-sommet pour dénoncer « l'opération de communication de l'oligarchie mondiale » ()
Le sommet du G7 – qui réunit États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada – se tiendra à Biarritz du 24 au 26 août prochain. Pour dénoncer le « capitalisme sauvage » qu'incarne cette réunion des puissances mondiales, un contre-sommet est prévu à partir du 19 août à Hendaye et Irun. Programme et infos pratiques.
Photo : mobilisation contre le G7 le 13 juillet 2019 à Biarritz / © G7 EZ !
La plateforme G7 EZ ! a été créée en novembre dernier par une multitude d'acteurs du Pays Basque (...) - ça bouge ! / ,
>> Lire la suite

« Ce qu'on vit dans les centres de rétention administrative, c'est de la torture psychologique » ()
Tentatives de suicide, grèves de la faim, incendies volontaires : les signes de désespoir se multiplient au sein des centres de rétention administrative (CRA), où sont enfermées les personnes faisant l'objet d'une procédure d'expulsion. Des associations dénoncent « une machine à enfermer qui brise des vies », « un environnement carcéral oppressant » et font valoir leur droit de retrait. Une « maltraitance institutionnelle » niée par le ministre de l'Intérieur.
Trois jeunes hommes ont tenté de se suicider (...) - Décrypter / , ,
>> Lire la suite

CETA : « Il n'y aura ni commerce ni parts de marché sur une planète morte » ()
L'écologiste suédoise Greta Thunberg s'exprimera à l'Assemblée nationale ce 23 juillet pour dénoncer l'insuffisance des politiques climatiques. Le même jour, le gouvernement français appelle les députés à voter en faveur de la ratification du traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA). Un « terrible symbole de l'aveuglement climatique », selon les opposants à ce traité. Tribune.
Coïncidence du calendrier parlementaire et/ou sombre ironie. Ce 23 juillet l'Assemblée nationale recevra (...) - Débattre / , ,
>> Lire la suite

Aux côtés d'un « juicer », ces travailleurs ubérisés qui rechargent les trottinettes électriques ()
Fraîchement débarquée à Marseille, la trottinette en libre service est présentée comme un mode de transport doux et écolo, prisé des habitants comme des touristes. Et ce malgré des prix élevés. Mais certaines entreprises du secteur importent aussi leur modèle ubérisé. Exemple avec le travail surmené d'un « juicer » à temps plein, ces auto-entrepreneurs qui rechargent inlassablement les engins électriques. Cet article est tiré du numéro de juin 2019 du journal Le Ravi, mensuel d'enquête et de satire en (...) - Décrypter / , , ,
>> Lire la suite

Pendant que Paris se contente de les « encadrer », Berlin gèle les loyers pendant cinq ans ()
Paris a relancé le 1er juillet un encadrement des loyers, immédiatement contesté par les gros propriétaires immobiliers. La capitale allemande, dirigée par une alliance des gauches, va plus loin en décidant de geler les loyers pendant cinq ans.
Depuis le 1er juillet, l'encadrement des loyers est de retour à Paris. Le principe avait été initié par la loi Alur de Cécile Duflot, et a été appliqué entre 2015 et 2017. Cet encadrement a ensuite été annulé sur décision du tribunal administratif, suite à un (...) - Résister / , , , , ,
>> Lire la suite

Pourquoi l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne mobilise autant contre lui ()
En appelant à examiner et ratifier « au plus vite » l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, Emmanuel Macron donne carte blanche aux multinationales pour imposer leur droit, au risque de surcroît d'aggraver le réchauffement climatique. Les députés français peuvent cependant encore s'y opposer, à l'occasion du vote à l'Assemblée nationale le 23 juillet, et alors que la majorité LREM a du mal à convaincre dans ses propres rangs. Voici les cinq raisons pour lesquelles ce traité suscite (...) - Décrypter / , , , , ,
>> Lire la suite