http://www.alterinfo.net/

alterinfonet.org Agence de presse associative

Enquête en Israël sur l'achat de sous-marins allemands (lun., 27 févr. 2017)
Enquête en Israël sur l'achat de sous-marins allemands Le ministère israélien de la Justice a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête sur des faits de corruption présumés lors de l'achat de sous-marins allemands dans lesquels seraient impliqués des proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le ministère a toutefois précisé que M. Netanyahu n'était pas considéré comme un suspect dans cette affaire. En novembre, le procureur général d'Israël a demandé à la police d'effectuer une enquête préliminaire sur l'achat par Israël de sous-marins Dolphin auprès du groupe allemand ThyssenKrupp. Au vu des éléments collectées par la police qui font naître la suspicion que certaines personnes impliquées dans ce marché ont commis "des délits constituant des faits de corruption", le procureur général a décidé d'ouvrir une enquête judiciaire complète, a précisé le ministère de la Justice. Il n'a donné aucune précision sur les personnes visées, mais des médias israéliens ont cité le nom de David Shimron, l'avocat personnel du Premier ministre. Selon la chaîne de télévision Channel 10, M. Shimron est également le représentant en Israël de l'homme d'affaires Miki Ganor, agent du groupe allemand ThyssenKrupp Marine Systems qui doit construire ces sous-marins, ce qui constituerait un conflit d'intérêts. Après les révélations de cette télévision en novembre, M. Netanyahu avait assuré ne pas savoir que Me Shimron était en relation avec la transaction. Le Premier ministre israélien fait, lui, l'objet depuis fin 2016 de deux enquêtes: l'une pour des cadeaux luxueux que sa famille et lui sont soupçonnés d'avoir reçus de la part d'hommes d'affaires, l'autre pour avoir tenté de négocier une couverture journalistique plus favorable avec le patron du plus grand quotidien national payant. Il dément ces accusations. https://www.lorientlejour.com/article/1037609/enquete-en-israel-sur-lachat-de-sous-marins-allemands.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Facebook ferme la page du Fateh palestinien (lun., 27 févr. 2017)
Facebook ferme la page du Fateh palestinien Facebook a fermé la page du Fateh, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, apparemment à cause d'une photo du leader historique Yasser Arafat une arme à la main, a indiqué lundi soir le mouvement. "Nous avons reçu un message signalant que notre page contrevenait aux règlements de Facebook", a expliqué à l'AFP Mounir al-Jaghoub, chargé des médias au sein du Fateh et lui-même l'un des administrateurs de la page fermée. Les comptes des douze administrateurs de la page qui comptait selon M. Jaghoub 70.000 abonnés, ont également été fermés pour une durée de 30 jours. Au message envoyé par Facebook, poursuit-il, était jointe une photo d'Arafat tenant en main un fusil ayant appartenu à un soldat israélien kidnappé dans les années 1980 par les Palestiniens à Beyrouth, au Liban. A ses côtés sur ce cliché figure Mahmoud al-Alloul, récemment élu vice-président du Fateh. Les Israéliens accusent régulièrement les Palestiniens, et notamment la direction palestinienne tenue par le Fateh, d'inciter à la violence sur les réseaux sociaux. A l'automne, une délégation de Facebook s'était rendue en Israël et avait rencontré plusieurs ministres qui plaident pour criminaliser certains comportements sur Facebook ou sur internet. Les militants pro-palestiniens accusent régulièrement le géant des réseaux sociaux de censure et de parti pris. En septembre, après la fermeture de plusieurs pages liées à des sites d'information palestiniens, Facebook avait dû s'excuser, plaidant l'erreur. https://www.lorientlejour.com/article/1037612/facebook-ferme-la-page-du-fateh-palestinien.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Une association de pieds-noirs porte plainte contre Macron pour sa déclaration sur la colonisation (lun., 27 févr. 2017)
Une association de pieds-noirs porte plainte contre Macron pour sa déclaration sur la colonisation Le Cercle algérianiste national – une association de Pieds-Noirs –a déposé une plainte pour «injure» contre Emmanuel Macron, candidat d'En Marche ! à la présidentielle. Il avait qualifié la colonisation française de «crime contre l'humanité». «Les propos d'Emmanuel Macron ont bouleversé, écœuré, blessé d'innombrables Français d'Algérie et de Harkis. J'ai reçu des milliers de mails. Il y a une véritable colère», a expliqué Thierry Rolando, président du Cercle algérianiste national, qui revendique 10 000 adhérents. Lundi 27 février, le président de l'association de pieds-noirs et son avocat ont annoncé que cette dernière venait de déposer plainte pour «injure» contre le leader du mouvement En Marche!, à Perpignan. «En parlant, à Alger, un lieu symbolique, de crime contre l'humanité, cela veut dire que les pieds-noirs, les Harkis sont finalement des agents de ce crime contre l'humanité. 25 000 pieds-noirs ont été tués dans la guerre contre les nazis. Et, s'il y a crime contre l'humanité, comment considérer le massacre de 100 000 Harkis ? Il faut que chacun fasse le chemin de vérité. Il ne doit pas y avoir de repentance à sens unique», a-t-il fait valoir. L'ancien ministre de l'Economie avait déclaré dans un entretien sur la chaîne privée algérienne, Echourouk News, lors de son voyage en Algérie à la mi-février : «La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes.» Macron aux pieds-noirs : «Je vous ai compris !» Quelques jours plus tard, sans revenir sur sa position, Emmanuel Macron s'était dit «désolé» d'avoir «blessé» certaines personnes. Et au lieu de «crime contre l'humanité», il avait parlé de «crime contre l'humain». «Je le dis aujourd'hui, à chacun et chacune dans vos conditions, dans vos histoires, dans vos traumatismes, parce que je veux être président, je vous ai compris et je vous aime», avait déclaré le candidat, paraphrasant le général de Gaulle à Alger en 1958, s'adressant aux pieds-noirs et aux anciens combattants. Ces précisions n'ont pas empêché certains pieds-noirs d'exprimer leur mécontentement en manifestant à l'occasion des déplacements de campagne d'Emmanuel Macron dans la sud de la France. https://francais.rt.com/france/34571-association-pieds-noirs-porte-plainte-macron-colonisation
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Pour Donald Trump, il est temps que les Etats-Unis «gagnent des guerres» (lun., 27 févr. 2017)
Pour Donald Trump, il est temps que les Etats-Unis «gagnent des guerres» Le président américain a déploré les «milliers de millards de dollars» engloutis dans les interventions militaires américaines au Moyen-Orient. A l'avenir, a-til prévenu, il faudra que les Etats-Unis gagnent sur le terrain ou abandonnent. Les guerres américaines coûtent trop cher et ne servent à rien. C'est en substance ce qu'a expliqué Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. «Nous ne gagnons jamais» de guerre, a-t-il lancé, «soit nous gagnons, soit nous ne commençons même pas» à nous battre, a argumenté le président américain, déplorant l'absence de résultat des forces armées américaines engagées sur de nombreux théâtres et notamment au Moyen-Orient. Poursuivant sa démonstration, le président américain – qui est aussi le commandant en chef des armées – a ensuite évoqué, avec nostalgie, un âge d'or des Etats-Unis : «Quand j'étais jeune, au lycée et à la fac, il était fréquent d'entendre que nous n'avions jamais perdu une guerre». Prenant l'Afghanistan et l'Irak comme exemples, Donald Trump a livré son constat personnel : «Voila où nous en sommes, après presque 17 ans de combats au Moyen-Orient [...] j'ai vu les chiffres [...] nous avons dépensé 6 000 milliards de dollars.» «C'est tout simplement inacceptable [...] nous devons recommencer à gagner des guerres», s'est-il exclamé. Ce n'est pas la première fois que Donald Trump fait état de sa volonté de mieux affecter les dépenses militaires des Etats-Unis. Le président, qui souhaite réduire le nombre d'interventions à l'étranger, a dans le même temps décidé d'augmenter le budget du Pentagone de 54 milliards de dollars. Pour Donald Trump, décrit comme «isolationniste», le rôle de «gendarme du monde» des Etats-Unis doit même cesser. Après avoir exhorté les membres de l'OTAN à mettre la main à la poche pour s'acquitter de la totalité de leur cotisation, soit 2% du PIB, le président américain souhaite en effet concentrer les efforts sur la lutte contre Daesh. https://francais.rt.com/international/34563-donald-trump-etats-unis-gagnent-jamais-guerre
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Le plus vieux député britannique, Juif et férocement anti-Israël, est mort à 86 ans (lun., 27 févr. 2017)
Gaza - (St VF) Sir. Gerald Kaufman fustige l... par saharbadis Le plus vieux député britannique, Juif et férocement anti-Israël, est mort à 86 ans Discours vidéo du député travailliste juif britannique Sir Gerald Kaufman : Les Israëliens agissent comme les nazis dans la bande de Gaza Sir Gerald Kaufman, député de Manchester Gorton et doyen de la Chambre basse du Royaume-Uni et élu depuis des années au Labour, est mort dimanche à l’âge de 86 ans, a annoncé sa famille. « Sir Gerald a dédié sa vie à servir ceux dont il pensait qu’ils bénéficieraient le plus d’un gouvernement travailliste et de valeurs travaillistes », a déclaré sa famille dans un communiqué. «Israël est né du terrorisme juif, ” le père de Tzipi Livnis était un terroriste “ Déclarations détonantes au Parlement britannique. Sir Gerald Kaufman, député travailliste vétéran, avait comparé les actions des troupes israéliennes dans la bande de Gaza à celles des nazis qui ont forcé sa famille à fuir la Pologne. Au cours d’un débat commun sur l’agression militaire contre la bande de Gaza, il avait exhorté le gouvernement à imposer un embargo sur les armes à Israël. Sir Gerald, qui a été élevé comme Juif orthodoxe et sioniste, avait déclaré: «Ma grand-mère était malade quand les nazis ont envahis sa ville natale, un soldat allemand lui tirant une balle mortelle dans son lit” «Ma grand-mère n’est pas morte pour couvrir l’assassinat de grands-mères palestiniennes à Gaza par des soldats israéliens. Le présent gouvernement israélien exploite impitoyablement et cyniquement la culpabilité continue du massacre de juifs pendant l’holocauste, pour justifier l’assassinat de Palestiniens.” Sir Gerald Kaufman avait déclaré que la revendication que la plupart des victimes étaient des militants palestiniens “a été la réponse des nazis” et a ajouté: “Je suppose que les Juifs luttant pour leur vie dans le ghetto de Varsovie aurait pu être traités de militants.” Il avait accusé le gouvernement israélien d’être à la recherche de “conquête” et ajouté: “Ils ne sont pas simplement criminels de guerre, ils sont idiots (sens fous). “ Sir Gerald Kaufman avait aussi déclaré qu’Israël était un « paria international » et à l'époque accusé Ariel Sharon, alors Premier ministre, d’ordonner à « ses troupes d’utiliser des méthodes barbares contre les Palestiniens » et qu’il était « temps de rappeler à Sharon que l’étoile de David appartient à tous les Juifs et pas à son gouvernement "repoussant". Ses actes salissent l’étoile de David avec du sang. ». « L’actuel gouvernement israélien exploite sans pitié et cyniquement la culpabilité des "gentils" après le meurtre des Juifs pendant l’Holocauste comme justification pour ses meurtres de Palestiniens ». Il avait également dit : « Plus de la moitié des annonces d’attaques à l’arme blanche ont été complètement fabriquées. Pour l’autre moitié, certaines sont avérées, tandis que pour d’autres, on ne peut rien en dire étant donné que les Palestiniens ont été exécutés et que personne n’a posé de questions. » En 2012, il avait écrit un éditorial affirmant qu’Israël était un « état voyou », et que le fait qu’Israël soit une démocratie « signifiait que l’électorat israélien est complice des crimes de guerre de son gouvernement. » Sir Gerald Kaufman était membre du parlement depuis juin 1970, ce qui faisait de lui le député en activité le plus ancien à la Chambre des Communes. Il était depuis longtemps un critique virulent d’Israël et du gouvernement israélien. .
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

En s'autorisant la censure des propos «racistes», le Parlement européen soulève de vives inquiétudes (lun., 27 févr. 2017)
En s'autorisant la censure des propos «racistes», le Parlement européen soulève de vives inquiétudes Afin d'éviter que ne soient diffusés des discours racistes depuis l'hémicycle du Parlement européen, celui-ci s'arroge désormais le droit de censurer des interventions d'eurodéputés. Une mesure dont certains élus dénoncent les potentielles dérives. Une nouvelle règle de fonctionnement du Parlement européen fait grincer des dents parmi la presse et les milieux politiques : désormais, l'institution s'autorise la possibilité de couper des passages de vidéos en direct ou en différé des séances du Parlement, «en cas de propos ou de comportement diffamatoire, raciste ou xénophobe», a rapporté l'agence Associated Press (AP). De plus, les auteurs de tels écarts seront passibles d'une amende d'environ 9 000 euros. Ces mesures, qui étaient dans les cartons depuis décembre, ont pour vocation d'empêcher la diffusion de remarques racistes dans l'hémicycle européen. Tenus en mars dernier, les propos de l'eurodéputé du parti néonazi grec Aube dorée Eleftherios Synadinos – qui avait comparé les Turcs à des «chiens sauvages [et] sales» – auraient ainsi provoqué l'application de ces règlements. Des eurodéputés divisés sur la légitimité d'une telle mesure «De plus en plus souvent, des déclarations d'hommes politiques vont au-delà du cadre de discussions parlementaires», a confié à AP l'un des députés européens approuvant cette mesure, le travailliste britannique Richard Corbett. «Que se passerait-il si ce genre d'incidents [les propos racistes] n'était plus isolé, [...] et si des gens se mettaient à penser : "Cette plateforme [le Parlement européen] est fantastique ; elle diffuse en direct à une vaste audience. Les vidéos sont enregistrées, et rediffusées. Utilisons cette plateforme de manière agressive, spectaculaire"», a expliqué l'élu. De nombreux députés européens, néanmoins, ne sont pas de cet avis, et craignent les dérives politiques potentielles d'un tel mécanisme de censure. «Encore plus de censure européenne, alors que l'UE, sous prétexte de censurer les discours racistes, entend mettre un terme aux critiques des eurodéputés contre elle», a par exemple tweeté l'élu du Ukip britannique Steven Woolfe. Lorsque l'idée de cette mesure anti-discours haineux avait été formulée en décembre dernier, des eurodéputés avaient déjà exprimé leurs craintes. Gerolf Annemans, du Vlaams Belang flamand, avait alors déclaré que cette règle pouvait être «exploitée par ceux qui [...] qualifient de racistes et xénophobes les gens qui expriment simplement des vues politiquement incorrectes». «L'UE conforte son héritage anti-démocratique» Du côté de la presse aussi, des protestations se sont fait entendre : «[Cette règle] porte atteinte à la fiabilité des archives du Parlement [européen] au moment même où des suspicions de diffusion de "fake news" et de manipulations menacent la crédibilité des médias et des responsables politiques», s'est par exemple inquiété auprès de l'agence AP Tom Weingaertner, président de l'Association de la Presse Internationale, basée à Bruxelles. Similairement, un journaliste contribuant notamment au Telegraph et au Huffington Post s'est désolé sur Twitter : «Peu surprenant. L'UE conforte son héritage anti-démocratique en introduisant des règles peu claires sur la censure». https://francais.rt.com/international/34560-sautorisant-censure-propos-racistes-parlement-europeen
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Le nouveau préfet d'Ile-de-France accuse le CCIF d'«alimenter les rangs de Daesh» (lun., 27 févr. 2017)
Le nouveau préfet d'Ile-de-France accuse le CCIF d'«alimenter les rangs de Daesh» Alors qu'il s'apprête à prendre ses fonctions de préfet de la région Ile-de-France, Michel Delpuech met en cause nommément le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) auquel il reproche un discours communautariste qui ferait le jeu de Daesh. Le nouveau préfet d'Ile-de-France ne s'embarrasse pas de langue de bois. Au moment de prendre ses fonctions en région parisienne, Michel Delpuech n'écarte pas les risques terroristes pesant sur la campagne présidentielle. Une menace qu'il met en relation avec ce qu'il considère comme des dérives communautaires. «Il est du devoir de tous les responsables publics [...] de veiller au maintien de ce tissu républicain», a-t-il déclaré sur TLM, la télévision locale lyonnaise. Un «tissu», selon le préfet de région, menacé par l'«islam radical» qui tend à développer le communautarisme, avec pour thème récurrent : «La France ne vous aime pas». Et Michel Delpuech de se faire plus précis : «Attention à ce que dit le collectif contre l'islamophobie de ce point de vue. Il alimente les rangs de Daesh quand il fait cela», a-t-il déploré, établissant ainsi un lien entre l'«islam radical» et le CCIF. Le préfet, qui quitte la région Auvergne-Rhône-Alpes pour prendre la tête de la préfecture d'Ile-de-France, se dit par ailleurs conscient du risque terroriste qui pèse sur la campagne présidentielle. «Il est évident que c'est une cible puisque quand on veut atteindre une démocratie, le moment d'une démocratie, c'est les élections, et l'élection suprême en France, c'est [celle] du président de la République», constate-t-il. «Oui le risque est grand», reconnaît-il enore, avant de tempérer : «Mais la France est forte.» A la suite des déclarations du préfet de région, le CCIF a fait part, sur Twitter, de sa totale désapprobation, à l'égard des propos du nouveau préfet, se réservant le droit de porter plainte et dénonçant l'«extrême gravité» de ces propos. https://francais.rt.com/france/34559-prefet-delpuech-accuse-ccif-alimente-daesh
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Birmanie: l'Onu dénonce des violences "atroces" contre les Rohingyas (lun., 27 févr. 2017)
Birmanie: l'Onu dénonce des violences Les Rohingyas qui ont fui les exactions en Birmanie pour se réfugier au Bangladesh ont été victimes de viols et d'assassinats "atroces" perpétrés par l'armée birmane, a rapporté une responsable de l'Onu qui s'est entretenue avec des membres de cette minorité musulmane. A l'issue d'une visite de quatre jours au Bangladesh, où elle les a rencontrés, Yanghee Lee, l'envoyée spéciale de l'Onu en Birmanie, a jugé que les violences subies par les réfugiés Rohingyas étaient "bien plus répandues" que ce qu'elle pensait jusqu'alors. "Tous les récits que j'ai entendus sont atroces, sans aucune exception", a-t-elle déclaré dans un communiqué. Une réfugiée rohingya lui a ainsi raconté que sa maison avait été incendiée, alors que son fils était toujours à l'intérieur. "Elle l'a entendu appeler son nom en hurlant. Elle est parvenue à le secourir, mais des cicatrices sont désormais gravés sur tout son corps - des cicatrices que j'ai vues de mes propres yeux", a expliqué Mme Lee. Les réfugiés ont aussi évoqué des soldats tuant leurs victimes en leur tranchant la gorge, des viols collectifs et des enfants en bas âge jetés au feu. En un peu plus de quatre mois, environ 73.000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh. Ils ont fui la campagne engagée à leur encontre par l'armée birmane en octobre dernier dans l'Etat Rakhine (ouest) après des raids meurtriers de groupes armés contre des postes-frontières. Les Nations unies dénoncent une vaste entreprise de répression "généralisée et systématique" menée essentiellement par l'armée à l'encontre des Rohingyas et ayant abouti à un "nettoyage ethnique" et "très probablement" à des crimes contre l'humanité. Traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste, les Rohingyas sont apatrides même si certains vivent dans le pays depuis des générations. https://www.lorientlejour.com/article/1037569/birmanie-lonu-denonce-des-violences-atroces-contre-les-rohingyas.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Incidents dans plusieurs lycées de région parisienne touchés par des blocus suite à l'affaire Théo (lun., 27 févr. 2017)
Incidents dans plusieurs lycées de région parisienne touchés par des blocus suite à l'affaire Théo Plusieurs établissements d'Ile-de-France ont à nouveau été bloqués par des élèves contestant les méthodes de la police, dans le cadre du mouvement de réaction à l'interpellation de Théo Luhaka. Des incidents se sont produits dans certains lycées. La veille d'une nouvelle journée de mobilisation des lycées en solidarité avec Théo Luhaka, plusieurs établissements de région parisienne ont été touchés par la mobilisation d'élèves qui ont bloqué l'entrée de leurs établissements. Au lycée Renoir, à Asnières, les tensions étaient palpables avec les forces de l'ordre. Au petit matin, le lycée Honoré de Balzac a aussi été bloqué par plusieurs dizaines d'élèves. Devant le lycée Newton, au moins une poubelle était en feu. Une voiture aurait aussi été incendiée à proximité. Au lycée Albert Camus de Bois-Colombes, les forces de l'ordre ont été filmées en train d'interpeller une jeune élève. Le 23 février, une quinzaine d'établissements avaient été bloqués à Paris pendant une partie de la journée. L'interpellation brutale de Théo Luhaka, 22 ans, début février à Aulnay-sous-Bois a été suivie de la mise en examen d'un policier soupçonné de l'avoir violé au moyen d'une matraque. De nombreux incidents ont eu lieu lors de ces manifestations de soutien qui ont parfois tournée à l'émeute. https://francais.rt.com/france/34546-incidents-dans-plusieurs-lycees-region-theo
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Intermarché accepte d’acheter la viande française plus cher, l’Europe dit non (lun., 27 févr. 2017)
Intermarché accepte d’acheter la viande française plus cher, l’Europe dit non Le groupe commercial est visé par une enquête de la Commission européenne pour avoir décidé d’acheter sa viande plus cher aux éleveurs français. Le motif ? Il s’agirait d’une entrave à la concurrence étrangère. Intermarché serait donc sous le coup d’une enquête de la part de la Commission européenne après s’être mis d’accord avec son concurrent, le groupe Leclerc, pour acheter la viande porcine française à un prix plancher. C’est en tout cas ce que le dirigeant du groupe, Thierry Cotillard, a révélé à Libération dans un entretien mis en ligne vendredi : «Sur le porc, l'été passé [en 2015], Intermarché s'était accordé avec Leclerc pour acheter le kilo (de porc) 1,40 euro (...). Mais ça n'a pas tenu. Maintenant, Bruxelles nous tombe dessus et enquête». Un frein au libre marché, accuse Bruxelles En 2015, le gouvernement français avait fixé un objectif de prix d’achat de 1,40 euros par kilo de porc, alors que les cours de la filière s’étaient écroulés en dessous du prix de revient des producteurs. Différentes enseignes de grande distribution, comme Leclerc ou Intermarché, avaient accepté ce coût. Oui mais voilà, la Commission européenne estime aujourd’hui «que cet accord était discriminant vis-à-vis des pays tiers. Donc maintenant, nous sommes très prudents pour trouver des solutions», déplore Thierry Cotillard. Intermarché n’a pas dit son dernier mot Si le groupe français risque une amende qui pourrait atteindre 5% de son chiffre d’affaires annuel, il se prépare toutefois à signer un contrat de cinq ans «avec une vingtaine de producteurs partenaires», leur garantissant un prix minimum d'1,50 euro le kilo. Le dirigeant d’Intermarché ajoute ne pas avoir «mis de prix plafond. C'est-à-dire que si ça monte à 1,80 euro, on paiera 1,80 euro». Cette nouvelle révélation sur le rôle joué par Bruxelles dans la baisse des prix de vente de la viande survient alors que les agriculteurs mènent de nombreuses actions en France pour dénoncer le manque de rentabilité et la politique européenne dans leur secteur. Le sujet a d’ailleurs fait une entrée fracassante au Salon International de l’Agriculture, qui se tient à Paris du 27 février au 6 mars. Une action a notamment été menée contre le stand du ministère français de l’Agriculture, qui a été saccagé, pendant que le président François Hollande, lui, était hué. Sur place, certains manifestants n'hésitaient pas à mettre en cause la responsabilité de l’Union européenne dans la chute des prix qu'ils dénoncent. https://francais.rt.com/economie/16411-intermarche-france-union-europeenne-concurrence
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Algérie : l'EI revendique un attentat déjoué contre un commissariat (lun., 27 févr. 2017)
Algérie : l'EI revendique un attentat déjoué contre un commissariat Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué lundi une tentative d'attentat déjouée contre un commissariat algérien la veille, rapporte l'organe de communication de l'organisation jihadiste Amaq. Un homme portant une ceinture explosive a été abattu alors qu'il tentait d'entrer dans un commissariat de Constantine, dans l'est de l'Algérie, a rapporté dimanche l'agence officielle APS. Selon la télévision privée Ennahar, la bombe a explosé. Le ministre de l'Intérieur, Noureddine Bedoui, a confirmé qu'une attaque avait été déjouée et souhaité un prompt rétablissement aux blessés, sans autre précision. "Une opération suicide menée par un combattant de l'Etat islamique à l'aide d'une bombe dissimulée dans un sac a visé hier un commissariat algérien dans le centre de Constantine", écrit Amaq. En octobre, trois hommes armés soupçonnés d'appartenir à un groupuscule lié à l'EI avaient abattu un policier dans un restaurant de Constantine. https://www.lorientlejour.com/article/1037563/algerie-lei-revendique-un-attentat-dejoue-contre-un-commissariat.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Un juif israélien condamné pour avoir poignardé un juif pris pour un Arabe (lun., 27 févr. 2017)
Un juif israélien condamné pour avoir poignardé un juif pris pour un Arabe Un juif israélien a été condamné lundi à onze ans de prison ferme pour avoir poignardé un autre juif qu'il avait pris pour un Arabe, dans un acte de vengeance raciste, a indiqué le tribunal de Haïfa (nord) dans un communiqué. "L'accusé a poignardé sa victime afin de commettre un acte de vengeance raciste", dit le jugement. L'accusé, Shlomo Haïm Pinto, habitant de Kyriat Ata (nord) âgé de 32 ans, avait décidé de "tuer un Arabe", selon le verdict, dans un contexte de violences quasiment quotidiennes. Armé d'un couteau de cuisine, il avait poignardé un employé d'un supermarché, le prenant à tort pour un Arabe le 13 octobre 2015. L'assaillant, qui a reconnu son acte, a invoqué la folie mais a été considéré comme sain d'esprit par les juges qui l'ont condamné pour tentative de meurtre et détention d'arme avec l'intention de tuer pour des motifs racistes. Sa victime, seulement blessée, recevra 50.000 shekels (12.800 euros) de son agresseur, qui a également écopé d'une peine de 18 mois de prison avec sursis. https://www.lorientlejour.com/article/1037566/un-juif-israelien-condamne-pour-avoir-poignarde-un-juif-pris-pour-un-arabe.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Une Palestinienne blessée par des soldats israéliens à un check-point (lun., 27 févr. 2017)
Une Palestinienne blessée par des soldats israéliens à un check-point Des policiers israéliens ont ouvert le feu et blessé une Palestinienne qui tenait son sac de façon suspecte selon eux et refusait de s'arrêter à un check-point entre Jérusalem et la Cisjordanie occupée, a indiqué la police israélienne. La femme d'une trentaine d'années, originaire de Jérusalem et donc autorisée à rejoindre la Ville sainte en traversant ce check-point tenu par l'armée israélienne, "serrait dans sa main un sac de façon très suspecte", a dit la police. Elle s'est engagée sur la voie réservée aux véhicules, et non pas aux piétons, "et a refusé d'obéir aux ordres qui lui intimaient de s'arrêter", a-t-elle ajouté dans un communiqué. Le check-point de Qalandiya a été le théâtre de nombreuses violences depuis le début à l'automne 2015 d'une vague d'attaques, majoritairement au couteau, menées par des assaillants isolés. Plusieurs Palestiniens y ont été tués, parce qu'ils s'en prenaient aux forces de l'ordre selon les autorités israéliennes. https://www.lorientlejour.com/article/1037557/une-palestinienne-blessee-par-des-soldats-israeliens-a-un-check-point.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Cazeneuve juge irresponsable Fillon, qui parle de guerre civile (lun., 27 févr. 2017)
Cazeneuve juge irresponsable Fillon, qui parle de guerre civile Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a accusé lundi le candidat de la droite à l'élection présidentielle, François Fillon, d'avoir fait preuve d'"irresponsabilité" en dénonçant un climat de "quasi guerre civile" en France. L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, fragilisé par les soupçons d'emplois fictifs dont aurait profité sa famille, a accusé dimanche le gouvernement de laisser des "manifestations violentes" perturber la campagne électorale. "A deux mois de l'élection présidentielle, nous vivons dans une situation de quasi guerre civile", a écrit le candidat des Républicains dans un communiqué. Réplique de Bernard Cazeneuve, lundi matin, en marge d'une visite au Salon de l'agriculture : "Je peux comprendre que certains candidats soient tentés de dissimuler derrière des polémiques une difficulté à faire campagne." Mais "employer le terme de quasi guerre civile quand on est un responsable politique éminent et qu'on sait parfaitement quel est le niveau de mobilisation des forces de sécurité dans notre pays, ça n'est tout simplement pas responsable", a-t-il ajouté. Le Premier ministre a ajouté que le gouvernement n'acceptait "aucune violence à l'encontre d'aucun candidat". Cela n'a pas empêché le porte-parole de campagne de François Fillon de réitérer sur CNEWS (iTELE) les accusations du candidat de la droite. "L'irresponsabilité, c'est celle de ce gouvernement qui n'assume pas son travail. Je n'attends pas du Premier ministre qu'il parle, j'attends qu'il fasse", a-t-il dit. Il a évoqué les incidents qui ont marqué ces derniers jours les déplacements de campagne de François Fillon mais aussi la venue de la présidente du Front national à Nantes ou le récent meeting du candidat d'"En Marche !" Emmanuel Macron à Toulon. Il a estimé que ces débordements, qui "pourrissent l'organisation concrète (...) de la campagne", étaient "organisés par des gens souvent d'extrême gauche (...) parfaitement identifiés par les services de police". https://www.lorientlejour.com/article/1037509/france-2017-cazeneuve-juge-irresponsable-fillon-qui-parle-de-guerre-civile.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Erdogan indésirable en Autriche pour sa campagne référendaire (lun., 27 févr. 2017)
Erdogan indésirable en Autriche pour sa campagne référendaire Le président turc Recep Tayyip Erdogan n'est pas le bienvenu en Autriche dans le cadre de sa campagne avant un référendum destiné à renforcer ses pouvoirs, en avril, a annoncé lundi le chef de la diplomatie autrichienne Sebastian Kurz. "Le président turc peut venir en Europe et en Autriche pour des visites officielles bilatérales, mais pas pour exporter la campagne électorale turque en Autriche", a-t-il déclaré dans un message sur son compte Facebook. M. Kurz a précisé qu'un éventuel meeting du chef de l'Etat turc en Autriche accroîtrait les "clivages" et les "tensions" au sein de la communauté turque du pays. Quelque 360.000 personnes d'origine turque vivent en Autriche, dont 117.000 citoyens turcs. Le Premier ministre turc Binali Yildirim a annoncé mi-février que M. Erdogan entendait se rendre en Europe dans le cadre de sa campagne référendaire, sans toutefois préciser dans quels pays. Sa venue en Autriche à l'été 2014 dans le cadre de sa campagne pour la présidentielle "avait engendré des tensions entre des partisans de l'AKP (le parti de M. Erdogan, ndlr) et des Turcs d'origine kurde", souligne le ministère des Affaires étrangères autrichien. Les relations entre Ankara et Vienne se sont tendues à la suite de la répression qui a suivi la tentative de putsch contre M. Erdogan en juillet. Lors de ses voeux à la presse étrangère, le nouveau président autrichien Alexander Van der Bellen s'est alarmé "d'une évolution dramatique en matière d'Etat de droit, de démocratie, des droits de l'Homme et de libertés fondamentales" en Turquie. Fer de lance d'une ligne dure vis-à-vis de ce pays depuis sept mois, l'Autriche exige un "gel" des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne. Vienne avait bloqué en décembre l'ouverture de nouveaux chapitres de négociations avec Ankara. Les Turcs sont appelés à se prononcer le 16 avril par référendum sur une révision constitutionnelle visant à transférer la totalité du pouvoir exécutif au président. Les opposants à M. Erdogan craignent que cette réforme n'accentue encore la dérive autoritaire prêtée à celui-ci. https://www.lorientlejour.com/article/1037514/erdogan-indesirable-en-autriche-pour-sa-campagne-referendaire.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Combats entre rebelles proturcs et forces syriennes près d'Al-Bab (lun., 27 févr. 2017)
Combats entre rebelles proturcs et forces syriennes près d'Al-Bab Des combats ont opposé dimanche soir, pour la deuxième fois depuis le début du mois, les forces gouvernementales syriennes et les rebelles proturcs de l'Armée syrienne libre (ASL) au sud d'Al-Bab, ville du Nord-Ouest que ces derniers ont prise récemment aux jihadistes de l'Etat islamique (EI), selon un communiqué de l'ASL. Les affrontements se sont déroulés près de la localité de Tadef, 4 km au sud d'Al-Bab, tombée dimanche aux mains de l'armée syrienne, qui en a aussi chassé l'EI. La Russie, impliquée militairement aux côtés des forces fidèles à Bachar el-Assad, est intervenue ce mois-ci pour mettre fin à d'autres affrontements entre les deux parties. Selon Moscou, Tadef marquerait une ligne de partage acceptée par les deux camps. Un responsable rebelle a déclaré que les insurgés avaient ouvert le feu pour empêcher les forces gouvernementales d'avancer davantage. L'ASL dit avoir tué 22 "membres du régime". Les forces turques n'étaient pas impliquées dans cet accrochage, qui visait selon ce responsable à tester la rébellion. "(Les troupes syriennes) n'avaient probablement pas pensé qu'elles recevraient une réponse aussi violente", a-t-il ajouté. De source militaire syrienne, on déclare que les insurgés, qualifiés de "groupe terroristes appartenant à la Turquie", ont tiré au canon et à la mitrailleuse sur les troupes gouvernementales. Aucun bilan n'a été avancé. De même source, on ajoute que l'incident montre que "le principal but des rebelles n'est pas de combattre Daech (EI) mais d'atteindre d'autres objectifs comme tenter de faire obstacle à l'opération de l'armée syrienne contre Daech". La Turquie, l'un des principaux soutiens à la rébellion syrienne, parraine avec la Russie un accord de cessez-le-feu conclu fin décembre entre les forces rebelles et gouvernementales dans l'ouest de la Syrie. https://www.lorientlejour.com/article/1037502/combats-entre-rebelles-proturcs-et-forces-syriennes-pres-dal-bab.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

ADONIS EN FRATERNITE POETIQUE (lun., 27 févr. 2017)
ADONIS EN FRATERNITE POETIQUE       ADONIS EN FRATERNITE POETIQUE Par Mustapha Saha   L’esprit Victor Hugo. Nous sommes dans l’enclave historique du Marais, aux abords du Musée Picasso, chez notre amie Rabiaâ Menouar, propriétaire de la galerie d’art du même nom. Adonis, après les fraternelles accolades, s’emmitonne dans sa chaleureuse nonchalance. Les projets communs s’élaborent sans formalités pesantes. Elisabeth immortalise les fugacités parlantes. La sphère intimiste s’imprègne de l’urbaine atmosphère. S’évanouissent dans la brume les vautours des beaux jours. L’esprit de Victor Hugo hante les alentours. Quand ciel s’obscurcit, son pas lourd résonne dans les ruelles désertes, déplie détour sur détour, aiguille la quête hésitante. Des portiques impénétrables s’ouvrent par enchantement sur cours miraculeuses. Ne voit-on pas, à travers la vitre, les silhouettes empressées d’Alphonse de Lamartine, Prosper Mérimée, Théophile Gautier… se rendre aux communions rituelles du salon rouge ?  La maison muséale, Place des Vosges, couve jalousement ses portraits lymphatiques et leurs moirures mouvantes, ses gravures énigmatiques et leurs nébulosités captivantes, ses ubiquités fantomatiques et leurs lueurs poursuivantes. Les tableaux et les bustes ponctuent,  en balises voyantes, la présence théurgique de l’icône du romantisme. Secrètement, je recense les correspondances entre les deux enfants d’Apollon, les convergences entre mystiques révolutionnaires, les concordances entre extatiques visionnaires. Picasso s’expose en symbiose avec Giacometti dans son antre mitoyenne. Par quelle magie l’âme poétique réunit les êtres dans lesquels elle se réincarne ? N’est-ce pas ce que magnifie Victor Hugo dans ses tables tournantes, ses télépathies intrigantes, ses stichomythies hallucinantes ? Gare aux simplifications cartésiennes qui n’y voient qu’artifice divinatoire.  Les poètes, convulsés d’énergies indomptables, sont translateurs de l’informulable, convertisseurs de l’indiscernable,  intercesseurs de l’insoupçonnable. Leurs œuvres germent, bourgeonnent, fleurissent dans une niche cérébrale insoupçonnable Adonis irradie tranquillement son mysticisme chamanique, sa débonnaire éthique,  sa douce colère envoilée de sérénité bouddhique. Et cette sagesse dubitative préservée des convictions excessives. Et cette disponibilité réceptive sans réserve  spéculative. Et cette fraîcheur imaginative, teintée de malice, qui désarçonne les vaines rhétoriques. Et cette vision panoramique, qui décèle instantanément l’essentiel dans la sophistique. Et cette lucidité sans amertume, qui déploie sa liberté réflexive dans l’intensité créative. Le poète est rebelle ou n’est pas. Que dire des mystères de l’intuition créative quand l’écriture et la peinture s’envoûtent d’indicible, quand l’invisible se manifeste dans des métaphores immarcescibles ? Les philosophes Blaise Pascal et Henri Bergson, et combien d’autres penseurs contemplatifs, se sont approchés de cette porte impensable sans la franchir. N’en filtrent qu’éclats d’immortalités incompréhensibles. Comment résoudre l’énigme de l’énigme ? L’éruption poétique et artistique, comme l’intuition scientifique et l’illumination philosophique, échappent à l’intelligible. La littérature peut décrire leur surgissement sans percer leur part intangible. L’introspection elle-même s’avère impuissante face aux vagues énergétiques qui la submergent. La muse fécondatrice s’initialise d’ondes indéfinissables. Une liberté fabuleuse s’épanouit dans ce territoire indéterminable. La fécondation de l’œuvre s’impose à l’auteur comme une visitation cosmique. Les ressorts de l’inspiration relèvent d’une mécanique indescriptible. Le don est une clairvoyance innée. L’imperceptibilité de la vie devient aussitôt manifeste dans la création singulière qui l’a captée. Le poète, l’artiste n’a d’autre raison d’être que sa vocation médiumnique. L’œuvre germine dans les entrailles comme une graine céleste. Quand elle remonte à la conscience, elle requiert son incarnation. Elle plonge son accoucheur dans un état de possession. Elle s’accapare de toutes ses facultés imaginatives comme une idée fixe, obsessionnelle. Elle enfièvre sa veine  irrationnelle, exaspère sa fibre émotionnelle, attise sa braise passionnelle. Nulle force ne peut dompter l’élan poétique, la flamme artistique. Comment peut-on plier le poète, qui n’a d’autre ressource expressive que l’embrasement volcanique qui le dévore de l’intérieur, aux canons dogmatiques ?Le poète  est rebelle ou n’est pas. Les ectoplasmes d'Ibn Hazm, de Nazhoun Al Qal'iyya, d'Ibn Zaïdoun, de Wallâda Bint al-Moustakfi, de Hafsa  Al-Rakouniyya , d'Ahmad al-Tifachi, et leurs strophes impérissables, agitent à l’horizon leurs torches bigarrées, consolent de leurs odes orgastiques les sagesses désemparées, secouent dans leur chevauchée hors-temps les générations égarées. « Le Collier de la colombe » d’Ibn Hazm  m’apparaît sur peinture abstraite. Défile dans ma tête, en rapide rétrospective, l’incroyable destinée de ce poète fidèle à ses convictions, malgré le doute et la désillusion, la malveillance et l’exclusion, l’exil et la réclusion. Et l’apologie de Cupidon en salutaire abandon. Et le « Kitab al-Zahra » d’Ibn Daoud, le mythe de Sphairos d’Enpédocle et Le Banquet de Platon en hermétique référence. Une poésie intemporelle de l’amour et de ses turpitudes. Une tentative désespérée de sacraliser la fusion  charnelle. Et l’inconsolable nostalgie de la sphère originelle. Et le remord de l’unisson frappée de finitude. Et la greffe impossible des organes de la plénitude. Et l’envolée brisée dans la béatitude. Et la passion de l’alter ego nécessaire, marquée d’incertitude. Et l’amoureuse épopée de Nazhoun Al Qal’iyya et d’Ibn Zaïdoun.  En ces temps d’indigence prosodique, ces éternels jardiniers de la langue ne sont-ils pas les vrais interlocuteurs d’Adonis ? Le choix de l’hétéronyme « Adonis », personnification des cycles de renaissance et des saisons régénératrices, dessine, dès la jeunesse, la trajectoire programmée, l’aspiration réclamée, l’intention proclamée. La rose et le myrte, attributs d’Adonis, humain d’origine phénicienne parmi les dieux grecs, amant d’Aphrodite et de Perséphone, ne sont-ils pas également les symboles de la muse Erato, patronne de la poésie érotique et lyrique.  Aphrodite, découvrant Adonis mortellement blessé par un sanglier, verse une larme une goutte de son sang, qui engendre l’anémone, rouge offrande de la perte irréparable. Avec cet emprunt, Ali Ahmed Saïd Esber, poète des transmutations, se métamorphose en citoyen du monde qui, comme il le formule, « affranchit les mots de l’esclavage des mots ». L’être fraie librement son chemin quand il se renomme. L’ère des idéologies mortifères. Adonise écoute et commente avec bienveillance. Quand la subtilité philosophique s’impose comme sémaphore, le dialogue fait l’économie des gloses subalternes. La société arabe se retrouve, depuis la fin des colonialismes, dans un rapport schizophrénique au monde. Elle est dedans et dehors. Elle accumule, en ses parties cousues d’or, les architectures postmodernes et les intimidantes casernes, les équipements technologiques et les gadgets électroniques. Imagination captive de son rétroviseur, elle se fossilise dans des postures régressives. La planète avance dans le chaos, elle rétrograde et dégénère dans le prophétisme apocalyptique et l'excitation psychotique, le carnage absolutoire et le sacrifice expiatoire. Les légions sévissent sous protection clandestine. L’ignorantisme sanguinaire diabolise ses contradicteurs pour sacraliser une guerre génocidaire dont nul ne connaît clairement les commanditaires. La terreur sans visage, experte en manipulation psychologique et en intoxication médiatique, vise indistinctement les élites réfractaires et les masses populaires. Les  frayeurs collectives confortent les desseins maléfiques  et les manœuvres machiavéliques des gouvernances arbitraires. L’idéologie sécuritaire creuse son lit dans l’angoisse commune. Les crimes incessants contre l’humanité se glorifient de leur impunité et de l’inaction de leurs dénonciateurs. La presse indépendante  et l’intelligentsia critique sont les cibles prioritaires de la vindicte purgative. La culture s’assassine à chaque coin de rue.   Le poème, matrice de l’écriture, imprévisible saillie d’anamnésie somatique,  réminiscence         occulte de charnelle aventure, est une œuvre  qui se scénographie et se visualise, se calligraphie et se théâtralise, se scande et se vocalise. Jusqu’à l’avènement de l’imprimerie, il était inconcevable de lire quelque stance en silence, fusse dans la solitude.  Dans son Diwân de la poésie arabe classique, Adonis s’attache essentiellement à l’esthétique, cette combinaison magique qui sublime la voix singulière, cette efflorescence métaphorique qui réverbère l’émotion particulière, cette résonance alchimique qui perpétue la parole perlière. L’esthétique, en cette occurrence, prime l’historique parce que la poésie, comme l’art, s’étincelle d’impondérabilités sapientielles, s’illumine de brumailles existentielles,  s’étoile d’assonances providentielles.   Ressusciter Ibn Rochd (Averroès). Ibn Rochd s’invite subrepticement dans la conversation. Nous nous promettons spontanément de ressusciter cet éclaireur de la raison, à contre-pied  de sa postérité prestigieuse, comme dynamiteur de la torpeur orientale. Le fondamentalisme cloisonne, codifie, rigidifie la culture arabe, une culture qui ne connaît son épanouissement littéraire, artistique, scientifique que dans des oasis historiques bénies d’un vent de liberté. Le combat philosophique le plus épique à cet égard oppose Abou Hamid Al-Ghazali (1058 -1111 ), théologien, juriste et mystique dogmatique, et Ibn Rochd   (1126 – 1198), médecin et philosophe andalou, maître du rationalisme émancipateur, qui défend, au prix de son bannissement à Marrakech pour hérésie, la théorie péripatéticienne de l’intellection active, défricheuse des ressorts cachés des phénomènes, cependant que l’âme n’est qu’une faculté passive, une substance périssable qui n’accède à l’entendement qu’en captant les éclairs de l’intelligence universelle . N’est-ce pas là l'explication la plus rationnelle de la quête mystique ? L’affrontement se focalise autour de deux traités fondateurs, deux livres incendiaires aux retombées idéologiques incalculables. Les arabes, après avoir été les transmetteurs miraculeux de la philosophie grecque s’en détournent, à l’exception notable d’Ibn Rochd. L’ouvrage ravageur d’Al Ghazali « Tahafout al-falasifa » (le Délire des philosophes, 1095), où le déterminisme théocratique et la réfutation de la causalité ne laissent aucune marge  à la raison, exécute en règle la libre pensée. Al Ghazali classe la conscience et l’intelligence dans les outils misérables qui n’ont d’autre utilité que d’appréhender les futilités de la vie matérielle et l’indigence ontologique de la condition humaine. Il dépouille l’être humain de toute volonté propre, ne lui concédant que l’obéissance aveugle aux commandements de l’omniprésent, l’omniscient, l’omnipotent, sans forme et sans substance, comme porte de salut. Il ne voit d’autre alternative à l’être vertueux, pour se rapprocher de la vérité suprême,  que la renonciation au monde, la purification du corps et de l’âme de toute imprégnation terrestre. Il recommande le dépouillement renonciataire, la désocialisation volontaire, la claustration solitaire, en un mot, la dépossession de soi. Il instille le sentiment de peur, le réflexe de la soumission, la dévotion moutonnière dans le subconscient des croyants. Il soumet la transgression soufie aux règles compressives de la chariâ.  Toute l’œuvre d’Al-Ghazali est un verrouillage méthodique de l'esprit critique. Alors que les thèses d’Ibn Rochd sont rejetées, pendant dix siècles en Orient, dans les géhennes de la prohibition, et qu’elles ne sont redécouvertes qu’à l’occasion de la Nahda avortée du dix-neuvième siècle, le puritanisme ghazalien creuse ses ramifications dans l’enseignement élitaire et le psychisme populaire. Et pourtant, depuis le Moyen Âge, en passant par la Renaissance, l’averroïsme s’impose en Occident comme une école de pensée fondatrice de la modernité, au point qu' au XIIIème siècle, les maîtres de la Faculté des Arts l’enseignent comme corpus incontournable. Dans « Le discours décisif » ou «  Le Livre du discours décisif sur la connexion entre révélation et philosophie » (1179), Ibn Rochd, Cadi de Courdoue, conclut sur l’exigibilité de la connaissance philosophique dans toutes les disciplines du savoir, y compris la théologie.  Il recourt souvent  au syllogisme pour contourner  l’hégémonisme dogmatique. Il  défend cependant, avec une constance remarquable, l’impératif d’une pensée libre, affranchie de l’emprise religieuse, et le statut social du savant désenchaîné du pouvoir théocratique. Il localise l’enjeu de l’autonomisation de l’intellectuel de toute influence profane ou spirituelle. Une pensée d'une actualité brûlante… Mustapha Saha, sociologue, poète, artiste peintre.    
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Conversation d'actualité... (lun., 27 févr. 2017)
Le Pen est à Nantes. Au lieu de manifester paisiblement, des imbéciles ont tout cassé: abribus, vitrine, distributeurs de billets, restaurants, palissades... Imaginons une conversation (fictive) entre deux membres du FN: - "Tu ne crois pas qu'on devrait descendre leur casser la g... à cette racaille. Je brûle de le faire depuis longtemps et les gars se retiennent à peine. On a les moyens, l'envie, la technique, la culture... Qu'est-ce qu'on attend pour leur régler leur compte? - "Retiens-toi. On s'en occupera plus tard. Et laissons faire les forces de l'ordre qui sont majoritairement de notre côté, même si policiers et gendarmes (cf. devoir de réserve) n'osent pas en faire état. Ils cassent de la racaille à notre place. " Pour le moment, il faut absolument faire silence et passons pour des victimes. De nombreux électeurs de Fillon y sont sensibles. Cela fera des électeurs de plus en notre faveur. N'oublie pas que notre principal problème ce n'est pas le premier tour (notre candidate arrivera en tête), mais le second. On fait le plein au premier mais on n'a très peu de réserves au second. " L'idée de casser le parti de Sarkozy est toujours d'actualité. Si c'est Macron qui passe, cela accélèrera la déconfiture de l'UMP - LR. De nombreux parlementaires de ce parti qui partagent nos idées ne songent qu'à nous rejoindre. Cela fera des forces pour les législatives. "Surtout ne pas bouger. Ce qu'ils cherchent c'est précisément nous pousser à réagir pour faire la démonstration que nous sommes ce qu'ils disent. De la racaille, poussée par qui tu sais (et contre ses intérêts), on s'occupera plus tard. Et on s'occupera de toute la racaille. Celle qui se cache derrière ces crétins des banlieues qu'on renverra dans leurs pays d'origine où tu sais combien on les adore là-bas dit... Tant pis pour eux. Leurs "frères" règleront la question pour nous." Quand on tirera la chasse, beaucoup vont se mettre à pleurnicher et à prétendre ne pas être concernés. Tu vois de qui je veux parler? "Pour l'instant tu fais le mort. L'ordre est strict. Il vient de très haut" Que ceux qui roupillent se réveillent. Djeha, D. 26 février 2017  
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Vivement le retour des goélettes de Charles X... (lun., 27 févr. 2017)
Vivement le retour des goélettes de Charles X... El Watan, D. 26 février 2017   Interprétation.   1.- En 2017 il ne reste plus qu’une ceinture à serrer dans le vide. Plus de pantalon. Les Algériens se retrouvent les parties aux quatre vents… 2.- Sous-entendu : Ah si nous étions restés en 1956, sous la domination française la vie était bien plus douce.   C’est pas mal vu. Sauf que c’est du rabâché, une antienne usée jusqu’à la corde. On entend ça tous les jours. Ici et ailleurs...   Qui contesterait aujourd’hui que notre pays est très mal géré : inégal, corrompu, pourri par une faune et une flore (alliance public-privé, alliance islamistes-francophiles) qui a détourné une part importante des biens publics et des recettes extérieures, incapables et surtout intéressées par le moindre projet de développement de son économie.   Les détournements seront un jour mesurés : des milliards de dollars réexportés illégalement vers des paradis fiscaux. Les moins oublieux se rappellent le coup des 30 Mds$ des années Chadli qu’a dénoncé Brahimi (pas celui-là, l’autre…) pour tirer dans les pattes de ceux qui l’ont déquillé.   Seule importe la mainmise sur le pactole de devises et l’import-import.   La caricature de ce jour c’est le genre de messages subliminaux qu’on nous susurre dès 1962, depuis que nous avons eu l’impudence de nous libérer de nos sympathiques et pesants voisins du nord, pressés de venir nous combler de leurs bienfaits.   Avec cette différence que les voix des Pieds-noirs qui votent FN, sont peu à peu rejointes par les ploucs opportunistes de chez nous qui regrettent la botte coloniale. Ceux qui sont déjà ailleurs et ceux qui ne songent qu'à se barrer.   L’auteur de cette incivilité qui manque d’éducation devrait se réjouir d’être assez libre pour insulter publiquement ceux qui ne sont plus là pour le souffleter et pour se défendre.   Il y a plein de pays dans le monde où il aurait risqué plus que le ridicule.   Djeha, D. 26 février 2017. PS: Il y aurait bien une France avec laquelle on peut concevoir un pacte honorable. Une France dont les idées d'ordre élevé nous ont aidé à bouter le système colonial (au lieu de supplier comme ces c... de le revoir). Celle dont je vous joins l'appel. Malheureusement, ces Français-là sont hélas très minoritaires.
Vivement le retour des goélettes de Charles X...
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

LUC MICHEL DANS ‘LIGNE ROUGE’ ANALYSE LE RAPPROCHEMENT DU MAROC AVEC LA CEDEAO … (lun., 27 févr. 2017)
# AFRIQUE MEDIA & EODE-TV/ LUC MICHEL DANS ‘LIGNE ROUGE’ ANALYSE LE RAPPROCHEMENT DU MAROC AVEC LA CEDEAO … Ce lundi matin 27 février 2017 Dans LIGNE ROUGE la grande émission matinale de AFRIQUE MEDIA ! Le royaume chérifien a officiellement formulé une demande d'intégration à la communauté économique des états d'Afrique de l'ouest (Cédéao). Une démarche qui intervient un mois après le retour du Maroc au sein de l'Union africaine. Signe de la pugnacité royale dans son offensive africaine, depuis son retour au sein de l'UA il y a un mois, le souverain chérifien poursuit ses tournées marathons sur le continent : après le Ghana, et la Guinée Conakry, Mohamed VI est actuellement en visite d'Etat en Côte d'Ivoire. C'est en tant que premier investisseur en Afrique de l'Ouest que le Maroc - sur instruction du roi Mohamed VI - a officiellement demandé à intégrer la Cédéao, en tant que membre à part entière. Dans la missive transmise à la présidence, le royaume chérifien met en avant les 23 déplacements du roi du Maroc dans 11 pays de la région et ses centaines de contrats d'investissements signés. Objectif affiché : poursuivre l'intégration régionale du Maroc et contourner une Union du Maghreb arabe « éteinte », selon les termes de Mohamed VI dans son discours au sommet de l'Union africaine. Bénéficiant actuellement du statut d'observateur, le Maroc demande ainsi à prendre pleinement part aux décisions économiques ouest-africaines, mais aussi, pourquoi pas, à participer aux décisions politiques en matière de maintien de la paix. Luc MICHEL analysera le dossier du rapprochement politique du Maroc avec l’UA et économique avec la CEDEAO … GEOPOLITIQUE ET EXPANSION ECONOMIQUE : POURQUOI LE MAROC A-T-IL INTEGRE L’UNION AFRICAINE ET SE RAPPROCHE-T-IL DE LA CEDEAO ? Le géopoliticien et patron de EODE THINK TANK répondra aux questions suivantes : * Poursuivant l‘offensive diplomatique qui accompagne son retour dans l’Union Africaine, le Maroc veut intégrer la CEDEAO. Comment l’expliquer ? * Y a-t-il des motivations géopolitiques à ce redéploiement du Maroc vers l’Afrique noire ? * Venons-en à l’économie proprement dite. Qu’est-ce qui motive le Maroc à se tourner vers l’Afrique pour son expansion économique ? EODE-TV / EODE PRESS OFFICE ___________________ SUR AFRIQUE MEDIA/ LUC MICHEL DANS ‘LIGNE ROUGE’ LA GRANDE EMISSION DU MATIN Ce lundi matin 27 février 2017 de 05h30 GMT à 9h GMT (Malabo-Ndjaména-Douala et Bruxelles-Paris-Berlin de 06h30 à 10h) ___________________________ AFRIQUE MEDIA * en STREAMING sur http://lb.streamakaci.com/afm * sur SATELLITE sur http://www.lyngsat.com/Eutelsat-9B.html * WebTV sur http://www.afriquemedia-webtv.org
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite