http://www.alterinfo.net/

alterinfonet.org Agence de presse associative

Les manifestants contre un oléoduc dans le Dakota lèvent le camp (jeu., 23 févr. 2017)
Les manifestants contre un oléoduc dans le Dakota lèvent le camp Les opposants à la construction d'un oléoduc controversé dans les prairies du Dakota du Nord ont finalement quitté le camp installé il y a près d'un an, face à un ultimatum des autorités exigeant son évacuation. Une dizaine d'activistes restés après l'expiration de cette limite à 14H00 (20H00 GMT) ont été arrêtés, selon le North Dakota Joint Information Center. Plus tôt dans le mois, l'administration de Donald Trump a relancé ce projet d'oléoduc contesté, revenant sur une décision prise au mois de décembre par son prédécesseur Barack Obama, au grand dam des populations amérindiennes locales. La tribu sioux de Standing Rock estime ainsi que l'oléoduc passe sur des sites sacrés et menace ses sources d'eau potable. L'opérateur du pipeline, Energy Transfer Partners, affirme de son côté que l'installation sera sûre, bénéficiant de technologies dernier cri pour prévenir tout désastre environnemental. Des opposants, qui se comptaient par milliers à certains moments, étaient ainsi rassemblés depuis le mois d'avril dernier dans cet Etat du Nord pour bloquer les travaux, provoquant des échauffourées musclées entre manifestants et forces de l'ordre. L'administration Obama avait mis fin à des mois de conflit en décembre en recommandant d'étudier un tracé alternatif. Après l'évacuation des derniers militants mercredi, les autorités prévoyaient de nettoyer ce qui reste du camp de fortune qui avait été installé, afin de ne pas contaminer les eaux environnantes. Plus de 230 camions de débris et détritus avaient déjà été évacués lundi. Les militants autochtones ont brûlé plusieurs structures en quittant le camp, selon eux pour des cérémonies rituelles. Selon les autorités, une vingtaine de feux ont ainsi été allumés. Ces sinistres ont provoqué au moins deux explosions qui ont blessé un garçon de 7 ans et une jeune fille de 17 ans, hospitalisés pour des brûlures. Les autorités du Dakota du Nord, qui craignaient des dégâts écologiques si le camp n'était pas levé, ont offert des tickets de bus et même parfois une nuit d'hôtel aux militants pour retourner chez eux. L'oléoduc Dakota Access Pipeline, projet à 3,8 milliards de dollars, doit s'étendre sur quatre Etats du Nord et faire près de 1.900 kilomètres de longueur. Il vise à transporter l'or noir du Dakota du Nord, un des principaux pôles de production de gaz et de pétrole de schiste aux Etats-Unis, vers un centre de distribution dans l'Illinois. La tribu de Standing Rock, appuyée par les sioux de la tribu Cheyenne River, a déposé il y a deux semaines devant un tribunal fédéral une demande pour faire cesser la construction de l'oléoduc, affirmant que ses droits constitutionnels seraient violés si la mise en place du pipeline se poursuivait. (©AFP / 23 février 2017 02h06) http://www.romandie.com/news/Les-manifestants-contre-un-oleoduc-dans-le-Dakota-levent-le-camp/775902.rom
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Président, ministres et candidats à la présidentielle : le Crif tient son très prisé dîner annuel (jeu., 23 févr. 2017)
En pleine campagne, le dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France voit défiler quelque 700 personnalités. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon n'ont pas été conviés à l'événement qui se déroule sur le thème «rejet des extrêmes». Président, ministres et candidats à la présidentielle : le Crif tient son très prisé dîner annuel De nombreuses personnalités du monde politique sont arrivées durant la soirée du 22 février à l'hôtel Pullman de Paris : au menu, le 32e dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France. Hollande ne sait plus combien de fois il a participé Le chef de l'Etat François Hollande a pris la parole devant un parterre d'invités de haut vol. «J'ai participé un grand nombre de fois, dont je n'arrive pas à me souvenir, au dîner du Crif dans les différentes fonctions que j'ai occupées», a-t-il déclaré, avant d'expliquer vouloir «rendre des comptes» devant l'Assemblée, à l'issue de son dernier mandat. Durant sa prise de parole, le président a appelé à renforcer la lutte contre l’antisémitisme, dont il estime que «la haine d’Israël» est un «prétexte». Qualifiant l'Etat hébreu d'«Etat pluraliste et démocratique» ami de la France, il a estimé que la colonisation était «dangereuse» pour la paix, avant de nuancer : «Jamais la solution [au problème des colonies israéliennes] ne sera imposée par la communauté internationale.» Il a rappelé que la France avait l'une des seules législations interdisant le boycott d'Israël, avant de promettre : «Croyez-moi, nous la ferons appliquer !» Le président a par ailleurs invité à combattre le racisme et les différentes formes de nationalisme, notamment «sa version économique, le protectionnisme». Le président du CRIF dénonce une «obsession» anti-Israël Auparavant, le président de l'organisation communautaire a tenu un discours où il a notamment cité l'essayiste Robert Badinter, sous les applaudissements : «L'antisionisme n'est rien d'autre que l'expression contemporaine de l’antisémitisme.» Il a ensuite assuré qu’il existait une «obsession anti-israélienne» au Conseil de Sécurité des Nations Unies et au Conseil des droits de l’homme, avant d’appeler à interdire le mouvement BDS [qui prône le boycott des produits israéliens pour protester contre la colonisation] en France, là encore, sous les applaudissements.
Président, ministres et candidats à la présidentielle : le Crif tient son très prisé dîner annuel Un dîner à ne pas manquer Parmi les invités, on compte le président François Hollande, les ministres Myriam El-Khomri, Bruno Le Roux et Jean-Yves Le Drian, mais aussi les candidats à l'élection présidentielle François Fillon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron.
Président, ministres et candidats à la présidentielle : le Crif tient son très prisé dîner annuel L'ambassadeur d'Israël en France est également de la partie, ainsi que de nombreux journalistes et artistes. Depuis que Nicolas Sarkozy s'y est rendu en tant que président de la République, le fameux dîner est devenu incontournable. Il faut tout de même débourser quelque 900 euros pour y participer, selon les chiffres 2015 avancés par le Daniel Schneidermann, fondateur du site Arretsurimages et éditorialiste à Libération.
Mélenchon et Le Pen écartés On notera cependant l'absence de deux candidats qui ont été privés de dîner. «Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ne sont pas invités au dîner du Crif car ils véhiculent la haine», a expliqué le président de l'organisation communautaire, Francis Kalifat. Si le Front National n'a jamais été invité, et que le Parti communiste ainsi que les Verts ont été punis en 2009 et 2010 en raison de leur soutien au mouvement BDS, la décision a scandalisé Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier s'est dit «profondément choqué» de l'attitude «antirépublicaine», selon lui du conseil représentatif juif. Il faut dire que Jean-Luc Mélenchon avait fait une sortie mémorable contre le Crif en 2014, l'accusant d'utiliser un «rayon paralysant qui consiste à traiter tout le monde d'antisémite». Jean Luc Mélenchon allume le CRIF et Israël :
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Quand Israël et la Grande-Bretagne célèbrent le traumatisme historique des Palestiniens (jeu., 23 févr. 2017)
Après cent ans, la Grande-Bretagne semble en être au même stade moral que lorsque le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Arthur Balfour, écrivait à un dirigeant de la communauté juive britannique, le baron de Rothschild, lui promettant l’établissement d’un « foyer national » pour le peuple juif en Palestine. Quand Israël et la Grande-Bretagne célèbrent le traumatisme historique des Palestiniens Au lieu de revenir sur cette mesure injuste et de provoquer des transformations historiques, des développements sociaux, et de réparer le mal fait aux Palestiniens, le Premier ministre britannique invite le Premier ministre israélien à une célébration pour marquer le centième anniversaire de la Déclaration Balfour. Cette célébration est en train de déclencher le traumatisme historique qui a laissé des cicatrices importantes dans la mémoire collective palestinienne au cours d’un siècle de déplacements et d’une domination militaire qui a démuni les Palestiniens, politiquement et culturellement, et les a traités comme des êtres problématiques et inférieurs. La Grande-Bretagne est également responsable d’avoir imposé une immigration juive massive en Palestine et de lui avoir permis de posséder des armes et des chars de combat, pendant qu’elle écrasait les Palestiniens qui aspiraient à leur indépendance après 30 années de mandat. La violence et la défaite qui ont été imposées au peuple palestinien, ont été facilitées et organisées par la Grande-Bretagne. Leurs effets n’ont pas seulement fait du mal aux personnes immédiates de cette génération, qui ont été tuées ou déplacées ou dont les biens ont été volés ; mais tous les membres de notre société, et les multiples générations qui ont suivi, ont pris sur leurs épaules le fardeau du traumatisme historique du vol de la terre palestinienne, un vol qui a transformé le passé et l’avenir des Palestiniens. Aujourd’hui, avec un soutien financier et politique sans précédent des États-Unis, le silence ou la connivence des grandes puissances du monde avec l’occupation, et les louanges internationales pour ses criminels (les funérailles de Shimon Peres en sont un exemple), les Palestiniens se rendent compte que nous vivons dans un monde où l’intimidation l’emporte sur la raison, et l’hégémonie sur l’éthique. Israël impose son discours avec autorité et piétinent les corps, les sentiments et l’organisation sociale des Palestiniens avec ses armes. Des lois racistes L’an dernier, Israël a promulgué cinq lois racistes : la « Loi d’exclusion », qui stipule qu’un membre de la Knesset peut être exclus du parlement par un vote majoritaire de 90 législateurs, une loi destinée à la minorité arabe des membres de la Knesset ; une autre loi, sur « l’incitation », incrimine les opinions politiques et vise à confisquer le droit d’expression et de vote à la Knesset à ceux qui manifestent leur opposition à l’occupation ou qui s’opposent au caractère d’Israël comme État juif et démocratique ; la troisième est le « projet de loi sur les ONGs », qui prend pour cible les organisations des droits de l’homme et impose des obligations particulières en matière de rapports aux organisations non gouvernementales qui reçoivent la majeure partie de leur financement depuis des gouvernements étrangers ; la quatrième, et probablement la pire, est la « Loi de régulation », qui permettra finalement l’annexion de 60 % des terres de Cisjordanie au profit des colons israéliens ; et, tout récemment, la « loi du Muezzin », qui veut étouffer le caractère musulman de notre terre en interdisant au muezzin d’appeler à la prière (appel qualifié de « pollution ») dans les mosquées de Jérusalem et des villes arabes de 1948. Alors qu’Israël crée un fait accompli et s’étend géographiquement et démographiquement aux dépens des Palestiniens, les dirigeants palestiniens émettent des condamnations creuses ; effectivement, la direction palestinienne coexiste avec les colonies en réalité, et elle ne les affronte que dans les médias. Quand les dirigeants palestiniens se plaignent des colonies mais qu’ils restent les gardiens de ces colonies et les bénéficiaires passifs de la domination coloniale de l’occupation, alors les amis supposés de la Palestine ne peuvent que penser, « vous méritez ce que vous obtenez ». Accuser la victime Une culpabilisation de la victime rend plus difficile pour celles et ceux qui subissent les mauvais traitements de protester et de rappeler leur traumatisme au monde. Le monde blâme les Palestiniens occupés pour leur mauvais sort et pour troubler la paix de l’occupation à chaque effort que nous faisons pour résister à Israël. Il conforte le récit de l’occupation selon lequel ce serait de la faute des Palestiniens si l’occupation a eu lieu, absolvant l’occupation de sa responsabilité ou de toute responsabilisation pour ses actions, et permettant à Israël de répéter et reproduire les atrocités qu’il a commises pour chasser les Palestiniens de leurs foyers et de leurs villes. Mais, comme un violateur sournois qu’il est, Israël utilise des tactiques pour se garder une bonne image publique ; récemment, par exemple, il a annoncé qu’il acceptait que 100 orphelins syriens viennent résider en Palestine occupée, pendant qu’il refuse aux Palestiniens leur droit au retour et qu’il fait des centaines d’orphelins palestiniens. Et sur l’avant-poste d’ « Amona », Israël a diffusé des scènes dramatiques vers le monde, montrant Israël comme un État de droit qui expulse ses colons hors de la terre privée palestinienne, cela pour occulter la loi autorisant le vol des terres privées palestiniennes qu’il allait promulguer quelques jours plus tard. Même les puissances arabes d’aujourd’hui reprochent aux Palestiniens occupés d’affronter l’occupation ; mais c’est une stratégie impuissante pour essayer d’éviter un sort potentiel comme celui des Palestiniens, cela donne le sentiment erroné que si ceux-ci s’alliaient aux bourreaux, alors l’occupation ne leur serait jamais arrivée ; sauf qu’il suffit de regarder l’Irak, la Libye, la Syrie, le Yémen, pour constater l’échec d’une telle stratégie. La propagande selon laquelle « les Palestiniens ont vendu la Palestine à Israël », qui gagne en popularité dans les médias égyptiens, est une preuve que l’on blâme l’attitude de la victime et que l’on se met du côté des bourreaux. En cataloguant et en accusant les Palestiniens, ces puissances essaient désespérément d’arriver à ce que les peuples arabes nous voient différents d’eux-mêmes. Le déni est un obstacle à la paix Lorsque le traumatisme historique des Palestiniens est totalement étouffé, il devient impossible d’en discuter, de le pleurer et de l’exprimer symboliquement, empêchant ainsi d’en réparer les dommages, et augmentant la possibilité qu’il s’exprime par un passage à l’acte. La célébration de Balfour constitue un déni du préjudice causé aux Palestiniens et revient à un refus de reconnaissance de l’existence du traumatisme et de la souffrance humaine, et d’en assumer la responsabilité morale. La Grande-Bretagne n’a aucune honte de son histoire impérialiste qui a inclus l’érosion des Palestiniens. Elle continue de se comporter d’une manière hégémonique, considérant les Israéliens comme culturellement et racialement supérieurs aux Palestiniens. Si l’existence même de l’occupation traumatique est déniée, alors la responsabilité, les remords et la solidarité se trouvent rejetés, une immunité totale pour les violations commises par Israël continue de lui être accordée, et la souffrance des Palestiniens peut difficilement être reconnue, et encore moins guérie. L’occupation a toujours espéré briser la conscience collective palestinienne avec les massacres et les guerres et en perpétuant la douleur qui reste fraîche dans notre mémoire. Aujourd’hui, le général Yoav Galant, ministre du Logement et ancien commandant de la région Sud qui dirigeait la guerre en 2008, parle d’une « quatrième guerre au printemps prochain ». Sur la radio israélienne, le ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, a déclaré que si le gouvernement décidait de mener une nouvelle guerre, cette confrontation devra se terminer par une grande victoire israélienne et l’écrasement de la résistance palestinienne à Gaza, et pour toujours. Mais, en réalité, ce ne sont pas les préparatifs de la résistance qu’Israël devrait craindre le plus, mais plutôt la désensibilisation des citoyens et la baisse du niveau de leur peur, conséquences des frappes, des chocs et des pertes répétés qui ont affecté la plupart des gens là-bas. C’est une reconnaissance et non le déni qui est capable d’humaniser toutes celles et ceux qui sont impliqués, en cultivant l’empathie, la confiance et en ouvrant la voie à la guérison de l’histoire, à la réconciliation et à la construction de la paix. Exhorter Israël afin qu’il mette un terme à sa politique coloniale, au lieu de célébrer le vol de la terre palestinienne, est un domaine important de l’intervention thérapeutique dans le traumatisme et du rétablissement de la paix. L’histoire ne sera pas écrite par la force seule, si irrésistibles qu’Israël et ses alliés semblent être. Certains Palestiniens ne seront pas réduits au silence devant l’atroce occupation de la Palestine. Nous allons exprimer notre témoignage historique et raconter notre histoire pour donner un sens aux griefs insensés du colonialisme. Le militantisme anti-oppression est notre remède contre le traumatisme politique, et il nous guérira en tant qu’individus, et il nous aidera à guérir de l’histoire ternie de notre patrie.
Quand Israël et la Grande-Bretagne célèbrent le traumatisme historique des Palestiniens Samah JabrSamah Jabr est psychiatre et psychothérapeute à Jérusalem. elle s’active pour le bien-être de sa communauté, allant au-delà des problèmes de santé mentale. Elle écrit régulièrement sur la santé mentale en Palestine occupée. 16 février 2017 – Middle-East Monitor – Traduction communiquée par l’auteur
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

APRÈS SON DÉJEUNER AVEC LE PATRON DU CRIF, BENOÎT HAMON RENCONTRE ÉRIC DE ROTHSCHILD. (jeu., 23 févr. 2017)
APRÈS SON DÉJEUNER AVEC LE PATRON DU CRIF, BENOÎT HAMON RENCONTRE ÉRIC DE ROTHSCHILD. Jeudi 16 février, le site du Conseil représentatif des institutions juives de France rapportait "l'échange franc et cordial" de Benoît Hamon avec Francis Kalifat, président du Crif et lobbyiste de la mouvance pro-israélienne. Le déjeuner entre les deux hommes avait été passé sous silence par l'équipe du candidat à l'élection présidentielle. Mardi 21 février, Benoît Hamon a tenu à visiter le Mémorial de la Shoah et à le faire savoir sur les réseaux sociaux. Son principal accompagnateur : Éric de Rothschild, 76 ans, président du Mémorial de la Shoah, fils d'Alain de Rothschild (ex-dirigeant du Crif), businessman multimillionnaire, président du "Service de protection de la communauté juive de France"(SPCJ, surnommé la "LDJ officielle") et patron de la fondation caritative Casip-Cosajor (inspirée par "la tradition juive et les valeurs de la République"). À noter : Benoît Hamon était entouré de Jérôme Guedj (son nouveau porte-parole) et Patrick Klugman (adjoint d'Anne Hidalgo), deux militants radicaux de la mouvance sioniste. Détail croustillant à propos de l'hypocrisie ambiante entre le camp pro-israélien et l'équipe de Benoît Hamon : servant de guide durant sa visite, François Heilbronn, vice-président du Mémorial de la Shoah, l'avait violemment critiqué deux semaines plus tôt. Le 7 février, sur Facebook, cet universitaire ultra-sioniste et conseiller de Sciences Po Paris avait fustigé une rencontre du candidat à l'élection présidentielle -les "yeux énamourés"- qui "se rabat" sur le "dictateur" Mahmoud Abbas et "boit ses paroles". {SOURCES *https://twitter.com/Panamza/status/833789397430575104 *https://twitter.com/benoithamon/status/834054628614500352 *https://twitter.com/benoithamon/status/834080784671711232 *http://www.panamza.com/191115-attentats-rothschild/ *http://panamza.com/rothschild-fourest *http://www.panamza.com/110117-paris-israel/ *http://www.panamza.com/140217-hamon-bachelay-guedj/ *https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10210006982704621&set=a.10201491872192180.1073741826.1037438522&type=1&theater}. ***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/urgent-panamza-a-besoin-de-vous/*** https://www.facebook.com/panhamza/photos/a.259863080821062.1073741827.258337060973664/800966003377431/?type=3&theater
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

SOUPÇONNÉ D'AVOIR JOUÉ UN RÔLE OCCULTE DANS L'AFFAIRE DSK, LE GROUPE ACCORHOTELS RECRUTE SARKOZY. (jeu., 23 févr. 2017)
SOUPÇONNÉ D'AVOIR JOUÉ UN RÔLE OCCULTE DANS L'AFFAIRE DSK, LE GROUPE ACCORHOTELS RECRUTE SARKOZY. Mardi 21 février, le groupe hôtelier français AccorHotels a annoncé la nomination -"à la demande" express de son PDG Sébastien Bazin- de Nicolas Sarkozy en tant qu’administrateur indépendant. En 1993, Bazin avait été reconnaissant envers Sarkozy à la suite de la prise d'otages d'une maternelle de Neuilly-sur-Seine : alors maire de la ville, Sarkozy était intervenu directement pour faire libérer des enfants -dont la fille de Bazin. En 2011, le groupe AccorHotels (dont Bazin était alors le principal dirigeant) avait été accusé par des enquêteurs indépendants dans l'affaire DSK. Propriétaire de l'hôtel Sofitel de New York, le groupe avait notamment couvert Brian Yearwood et Derek May, deux employés qui avaient manifesté une étrange joie (filmée par une caméra de vidéosurveillance) après avoir appelé la police. En juin 2011, un mois après l'affaire du Sofitel, Sarkozy rendra service à Bazin en faisant l'intermédiaire avec un racheteur déterminant du Qatar. En outre, René-Georges Querry, alors responsable de la sécurité du groupe hôtelier (aujourd'hui cadre du groupe Casino de Jean-Charles Nouari), est un proche de Claude Guéant, alors ministre de l'Intérieur et fidèle serviteur de Sarkozy. Cet ex-commissaire fut officiellement le premier à prévenir l'Élysée de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn. Querry a toujours prétendu avoir appris la nouvelle après un match de football auquel il assista avec Pascal Boniface, son ami qui a ultérieurement rédigé une tribune pour garantir -en dépit de contradictions dans les différentes versions de Querry- sa bonne foi. Six mois avant l'affaire du Sofitel, dans un entretien accordé à un site spécialisé sur la sécurité des entreprises, Querry reconnaissait incidemment auprès de l'interviewer que "le risque de présence de micros dans les chambres d’hôtel, installés à des fins d’espionnage" ne "relève pas du fantasme". Rappel : jamais identifié, un mystérieux Français -présenté comme un "négociant en vins" et installé dans la chambre voisine de DSK- avait été en contact avec Naffisatou Diallo, juste avant la prétendue tentative de viol. {SOURCES : *http://www.lemonde.fr/…/nicolas-sarkozy-rejoint-le-conseil-…… *http://www.lemonde.fr/…/jo-querry-le-messager-des-malheurs-…… *http://pascalbonifaceaffairesstrategiques.blogs.nouvelobs.c…… *https://www.cdse.fr/rene-georges-querry *http://www.panamza.com/150516-diallo-frydman-hollande/}. ***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/urgent-panamza-a-besoin-de-vous/***
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Blackwater en route pour la Chine (jeu., 23 févr. 2017)
OK, OK, pas Blackwater. Cette force mercenaire criminelle condamnée pour crime de guerre, fondée par Erik Prince et qui ne pourra jamais aller plus vite que l’infamie qui la poursuit et ce nonobstant le nombre de fois où elle change de nom (NdT: Xe puis Academi…) Blackwater en route pour la Chine Non, non non ! Pas Blackwater ! Mais Frontier Services Group (FSG), un groupe mercenaire complètement différent présidé par le même Erik Prince et qui lui, se rend en Chine ! Et ils ne vont pas là-bas pour vendre du service mercenaire… Absolument pas !… Ils ne font qu’aller y ouvrir quelques “bases opératrices d’avant-garde” afin d’entraîner des anciens bidasses de l’armée populaire de libération (APL) sur le comment devenir des mercenaires ! Complètement différent n’est-il pas ?… Maintenant que ceci est bien clair, un peu de mise en contexte: Erik Prince, le mercenaire notoire qui croit être le descendant moderne de “Wild Bill” Donovan (NdT: Après la transformation de l’OSS après la seconde guerre mondiale en CIA, Donovan est considéré par l’agence de renseignement comme un de ses fondateurs.), Prince a même nommé son plus jeune fils Charles Donovan Prince, après lui. La carrière de Prince comme assassin contractant fut descendue en flamme en 2009 après qu’il fut révélé que Blackwater, l’entreprise qu’il créa, n’était qu’une façade de la CIA pour un de ses programmes d’assassinats perpétrés dans le monde entier. Prince a ensuite admis que “Blackwater était devenue une virtuelle extension de la CIA” et qu’il a reçu des ordres directs de l’agence de renseignement, mais à ce moment là, les feux de la rampe de l’info étaient passés sur autre chose. Note de R71: Il convient ici de rappeler que la CIA est le bras armé de Wall Street. Il suffit du reste d’analyser les portes tourniquets de derrière la scène entre la CIA et les bureaux exécutifs des grandes entités financières et entrepreneuriales de Wall Street pour se rendre compte de la collusion évidente. Combien d’anciens directeurs de la CIA ont siégé dans les conseils d’administration d’entités de Wall Street et inversement? Comme je l’ai rapporté l’an dernier, ce ne fut certainement pas la fin des machinations de Prince. Il est réapparu sur les radars en 2016 après avoir révélé qu’il était de nouveau l’objet d’une enquête fédérale, cette fois-ci pour avoir essayer de nouer des services mercenaires avec des gouvernements étrangers et avoir blanchi de l’argent des officiels libyens au travers d’une banque chinoise. Les choses sont devenues encore plus bizarre lorsque Prince s’est embarqué dans le train en marche Trump en faisant un don de 150 000 dollars à la PAC de Trump (campagne présidentielle), devenant également un invité régulier de Steven Bannon sur son programme radio de Breibart où il se fit l’avocat de la résurrection du programme Phœnix, cette campagne d’enlèvement, de torture et de disparition du gouvernement américain au Vietnam, programme officieux du rôdage des escadrons de la mort, testés au Vietnam donc avant d’être appliqué dans le monde entier (sous la houlette de la CIA) et aux Etats-Unis sous celle du DHS (NdT: Ministère de la Sécurité de la Patrie, la Stasi yankee). En retour d’ascenceur, Trump a nommé la sœur de Prince comme secrétaire à l’éducation (Betsy Devos) et a pris Erik Prince lui-même comme conseiller officieux. Et comme si tout cela n’était pas suffisant, voici les dernières nouvelles: la nouvelle entreprise d’Erik Prince “est en train de mettre en place une armée privée pour la Chine”. Voici ce que nous savons: Erik Prince est maintenant le président du conseil de Frontier Services Group, uen entreprise publiquement enregistrée à Hong Kong et qui y est quotée en bourse et qui s’annonce comme prestataire de “services de logistique et de sécurité”. A la fin de l’année dernière, le FSG a émis une note de presse dans laquelle ils se réjouissaient de leur nouvelle stratégie d’affaire: engranger du fric sur le pari du gouvernement chinois et de ses milliers de milliards de dollars d’investissement sur sa “nouvelle route de la soie”. La nouvelle stratégie inclut de développer des bases opérationnelles dans la province chinoise du Yunnan et dans la région autonome du Xinjiang sujette à des troubles ethniques, afin ostensiblement de fournir “entrainement, communications, évaluation et gestion de risques, collecte d’information, évacuation sanitaire” ainsi que des “services de sécurité, de logistique et de transferts aériens” aux “entreprises des pays environnants”. Des sources multiples au sein de l’entreprise sont maintenant en train de lancer l’alerte sur la proposition, tout en supputant néanmoins que Prince “a travaillé très dur afin que la Chine achète les services du nouveau Blackwater” et qu’il “est bien décidé à retrouver la tête du hit-parade des plus importants prestataires de services para-militaires privés de la planète.” FSG a nié les alégations de “nouveaun Blackwater”, disant que “Les services de FSG n’impliquent pas de personnels armés ni l’entrainement de personnels armés” ajoutant que les nouvelles bases seraient seulement utilisées pour “aider le personnel non-militaire à rendre des services de sécurité de protection rapprochée sans l’utilisation d’armes”, mais c’est la même entreprise qui a nié les rapports en 2016 disant que Prince courtisait le gouvernement chinois pour des “services de sécurité” en première instance. D’après le nouveau rapport: “Quand Frontier a dit plus tard à son comité directeur qu’elle se changeait en services de sécurité, dans les grandes largeurs pour assister la politique de développement internatonale de la Chine, ce nouveau jour dégoûta profondément deux exécutifs américains de l’entreprise de Prince à Hong Kong. Gregg Smith l’ancien CEO de Frontier a dit qu’il était prêt à partir en mars dernier si Erik Prince n’était pas sorti de l’entreprise. Puis, à une réunion du comité directeur à la fin du mois dernier, il a dit qu’un officiel de l’entreprise avait clairifié que Frontier fournirait des services de sécurité en vue du soutien des objectifs du gouvernement chinois.” Le rapport révèle que l’ancien amiral en retraite américain William Fallon a démissionné avec Smith après que cette nouvelle stratégie fut dévoilée au comité directeur: “Ceci ne correspnd pas du tout ce pour quoi j’étais à bord de cette entreprise.” Nonobstant ce que le comité directeur de FSG pensait avoir signé pour, il est en fait très peu surprenant qu’une entreprise présidée par Erik “nous avons besoin d’un nouveau programme Phœnix”, “contractant de la CIA”, “Conseiller officieux de Trump”, Prince pousse pour commencer une relation contractuelle (para)militaire avec une puissance étrangère majeure. Bien entendu, il est absolument illégal pour toute entreprise américaine de fournir “des articles ou des services de défense” à la Chine, mais depuis quand de simples lois ont-elle arrêté Erik Prince et ses entreprises de faire ce qu’ils veulent à l’étranger ? De plus, c’est pourquoi l’idée de “la base opérationnelle avancée” a été dite fournir des services aux entreprises des “pays voisins” alors que la base elle-même est en Chine. C’est aussi pourquoi l’entreprise contractera des portes-flingue de l’ex-APL plutôt que l’armée chinoise elle-même. Mais attendez un peu… Je pensais qu’Ocenaia était supposée être en guerre contre Eastasia ? (NdT: clin d’œil ici à “1984” d’Orwell..). Pourquoi un conseiller de Trump aiderait-il “l’ennemi” principal ? C’est un peu comme si tout le conflit est une mascarade ayant de puissants marionnettistes derrière le rideau en tant que partie d’une guerre froide 2.0 afin de conserver les masses dans une stupeur et une peur constante de ce nouveau croquemitaine (secrètement soutenu par l’empire). Mais ce n’est pas possible n’est-ce pas ?… Ah oui c’est vrai, j’oubliais: le plus gros actionnaire de l’entreprise Frontier Services Group est CITIC ou la China International Trust Investment Corporation (NdT: le fond d’investissement du gouvernement chinois !!…) et pour ceux qui sont déjà au courant de la relation entre la Chine et le Nouvel Ordre Mondial, la boucle est bouclée… Il vaut mieux s’habituer à voir Erik Prince et à se familiariser avec le Frontier Services Group car, bien malheureusement, vous allez les voir tous deux bien plus dans les 4 à 8 ans à venir. ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~ url de l’article original: https://www.corbettreport.com/blackwater-heads-to-china/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Nouvel Ordre Mondial: Russie contre Mafia Khazare ?… (jeu., 23 févr. 2017)
La Russie appelle à l’élimination du Nouvel Ordre Mondial Nouvel Ordre Mondial: Russie contre Mafia Khazare ?… “Lavrov a dit que le temps où l’occident décidait est fini et, reléguant l’OTAN à une relique de la guerre froide a ajouté: ‘j’espère que le monde va choisir un ordre mondial démocratique, un post-occidental, dans lequel chaque pays est défini selon sa souveraineté,’” Parlant à la conférence de Munich sur la sécurité, on nous dit que le ministre des AE russe Sergueï Lavrov “a appelé samedi la fin d’un monde dominé par l’occident et a dit que Moscou voulait établir une relation ‘pragmatique’ avec les Etats-Unis.” Ceci est très certainement une magistrale gifle au Nouvel Ordre Mondial et à ses agents tels que John McCain et la clique néoconservatrice, qui ne sont jamais fatigués de boire le sang des autres au Moyen-Orient et ailleurs. Et ceci n’est que le début: ““Lavrov a dit que le temps où l’occident décidait est fini et, reléguant l’OTAN à une relique de la guerre froide a ajouté: ‘j’espère que le monde va choisir un ordre mondial démocratique, un post-occidental, dans lequel chaque pays est défini selon sa souveraineté,’ Lavrov a ajouté que Moscou voulait construire des relations avec Washington qui seraient pragmatiques, fondées sur le respect mutuel et la reconnaissance de notre responsabilité envers la stabilité mondiale.” Lavrov, qu’il le sache ou non, demande le retour de la raison pratique dans le firmament politique. Sa plaidoirie est certainement en accord avec ce que Kant aurait appelé un impératif catégorique qui recherche des principes universels. Comme je l’ai discuté dans le passé, l’impératif catégorique interdit la contradiction et l’irrationalité précisément parce qu’il est basé sur la loi morale elle-même, déclarant: “N’agissez qu’en accord avec cette maxime par laquelle vous pouvez et en même temps voulez qu’elle devienne une loi universelle.”[1] Ceci de manière évidente balance l’idéologie du N.O.M par la fenêtre parce que le N.O.M lui-même ne peut pas être universalisé. Les agents du N.O.M continuent de détruire un pays après l’autre sans aucun principe moral. Ce qui est le plus stupéfiant pour la majeure partie du monde est que les agents du NOM ne voient rien de mal à oblitérer des hommes, femmes et enfants. Ils n’ont aucun remords. Ecoutez attentivement ce que dit Ann Coulter ici: “Désolés que nous ayions à utiliser votre pays, Irakiens, mais vous avez laissé Saddam au pouvoir et nous allons apporter la démocratie dans votre pays.” [2] Ainsi, pour “instiller la démocrastie”, des hommes, femmes et enfants doivent mourir par milliers. Des mères doivent porter le deuil de leurs bébés et les pères doivent être disloqués. Cette “démocratie” est en fait l’enfer sur terre. Coulter et ses patrons continuent de vivre dans un monde fantasmagorique où la raison pratique ne joue absolument aucun rôle. Si ceci semble assez tiré par les cheveux, peut-être est-il utile alors d’amener le grain de sel de l’enflammé nouveau con(ervateur) juif Michael Ledeen qui a déclaré: “La destruction créative est notre second prénom, à la fois dans notre société et à l’étranger. Nous déchirons tous les jours un peu plus l’ancien ordre mondial, du monde des affaires à la science, en passant par la littérature, l’art, l’architecture, le cinéma, la politique et le droit. Nos ennemis ont toujours détesté ce tourbillon d’énergie et de créativité qui menace leurs traditions (quelles qu’elles soient) et fait honte à leur incapacité de maintenir le rythme… Nous devons les détruire pour faire avancer notre mission historique.” [3] Il se trouve que le Nouvel Ordre Mondial, que la mafia khazare et ses laquais tentent d’établir depuis des années n’est pas fondé sur la poursuite de la vérité ou de principes moraux, mais sur les mensonges catégoriques, les escroqueries monumentales, des moyens de déception et des falsifications et fabrications complètes. Vous rappelez-vous comment les agents du NOM ont mené le peuple américain à la guerre en Irak ? Vous vous rappelez comment ils ont mené les moutons en Afghanistan (NdT: qui fut en fait avant l’Irak… Afghanistan dès Octobre 2001, l’Irak en 2003..) puis en Libye (2011) ? Vous souvenez-vous comment ils voulurent la même chose pour la Syrie ? (NdT: 2011, après la Libye. L’armée “djihadiste” mercenaire de l’OTAN fut transférée par l’OTAN de Libye à la Syrie, puis d’autres mercenaires furent également formés en Arabie Saoudite et au Qatar, en Jordanie et en Turquie, et passés par les frontières limitrophes sous protection de l’aviation yankee…) Voyez-vous, personne ne peut universaliser l’idéologie du NOM parce qu’elle est fondamentalement et existentiellement incohérente et Kant l’aurait sans nul doute jetée dans la poubelle de l’histoire une bonne fois pour toute. La morale ou la loi universelle, dit Kant, est ce qui nous lie tous ensemble en tant que créatures rationnelles. Toute déviation de la morale est une recette pour un désastre. Ainsi, tout système qui cherche à écarter la morale doit avoir tort précisément parce que ce système va inévitablement devenir incohérent et sans aucune valeur métaphysique. Kant continue pour dire que pour qu’une action soit bonne, “il n’est pas suffisant qu’elle soit conforme à la morale, mais elle dit aussi être faite dans le but de la morale.” [4] Kant une fois de plus tue l’idéologie du Nouvel Ordre Mondial ici. Et si vous pensez que Kant est hors de propos ici, écoutez ce que nous dit le nouveau con enflammé qu’est John Bolton: “C’est une grosse erreur de notre part que de donner une quelcnque validité à la loi internartionale… parce que sur le long terme, le but de ceux qui pensent que cela veut vraiment dire quelque chose, sont ceux qui veulent restreindre les Etats-Unis.” [5] Ce que finalement Bolton a dit est que la loi internationale et l’idéologie du NOM sont incompatibles. Pour que l’un existe, l’autre doit être supplanté. Mais Bolton ne s’est pas arrêté en si bon chemin ; il a continué et déclaré qu’il veut “faire la promotion du secret et faire passer ce mensonge !” et aussi “si je devait dire quelque chose que je sais faux pour préserver notre sécutité nationale, je le ferai.” A dit Bolton il y a quelques années. En d’autres termes, des gens comme Bolton sont grassement payés pour mentir au peuple américain. Ce sont des satanistes. De manière évidente, Lavrov semble avoir traité au niveau de Kant lorsqu’il a essentiellement demandé un arrêt du NOM, qui n’est que satanisme déguisé. Cela ne devrait pas être une surprise de voir que les agents du NOM sont toujours tristes et énervés de constater que la Russie continue de jouer un rôle majeur dans l’établissement de ce que Lavrov appelle un ordre mondial “pragmatique”. Mais qui a établi l’idéologie du NOM dans le monde ? Qui est derrière les guerres perpétuelles en Irak et partout ailleurs ? Qui est derrière l’immigration forcée de masse en Amérique et en Europe ? Réponse courte: la mafia khazare… La Russie dérange son agencement du monde et les membres de cette mafia veulent contre-attaquer, pas en termes moraux, mais sur un principe diabolique. La Russie les a empêché d’oblitérer la Syrie et la mafia khazare ne pardonnera jamais à Poutine ce crime politique. Ceci est une des raisons pour laquelle les agents du NOM et les satanistes envoient les marionnettes nouveaux cons comme John McCain au front politique. C’est aussi une des raisons pour laquelle ce même McCain est incapable de mettre deux pensées cohérentes l’une derrière l’autre. ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~ [1] Emmanuel Kant, Foundations of the Metaphysics of Morals (Indianapolis: Bobbs-Merrill, 1959), 39. [2] George Gurley, “Tea With Miss Coulter,” NY Observer, November 12, 2011. [3] Quoted in John Laughland, “Flirting with Fascism,” American Conservative, June 30, 2003. [4] Emmanuel Kant, Groundwork for the Metaphysics of Morals (New York: Torchbooks, 1964), 390. [5] Jon Basil Utley, “Trump and the Neoconservatives,” American Conservative, November 13, 2016. url de l’article original: http://www.veteranstoday.com/2017/02/21/russia-calls-for-the-elimination-of-the-new-world-order/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

HOUARI BOUMEDIENE UN INNOVATEUR DE L’HISTOIRE DU NOUVEL ORDRE ECONOMIQUE INTERNATIONAL (jeu., 23 févr. 2017)
« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. » [Martin Luther-King.] HOUARI BOUMEDIENE UN INNOVATEUR DE L’HISTOIRE DU NOUVEL ORDRE ECONOMIQUE INTERNATIONAL Houari Boumediene, est un nom et un patrimoine, issus de la révolution armée, il est lié pour beaucoup à la fierté de l’Algérie indépendante et vis versa. Un homme, une figure, une personnalité que les représentants du monde entier sous la coupole de la gardienne de la paix, ont acclamé très fortement tout en étant assis sur leur siège un certain mercredi 10 avril 1974 puis ont continué à l’ovationner tout en se mettant debout devant leur siège pour signifier la grande considération et la déférence à ce grand Homme venu présenter au nom du groupe des 77. Aucun président dans l’histoire de cette organisation n’a eu ce privilège de respect, d’estime, de reconnaissance et de gratitude. Faut dire que Beaucoup de leaders du tiers monde sont passés par la tribune Onusienne à savoir le 26 septembre 1960, le dirigeant cubain Fidel Castro prononçait sa fameuse phrase « que disparaisse la philosophie du pillage, et la philosophie de la guerre aura disparu » pendant un discours de 4h29mns, le plus long de l’histoire de l’Assemblée générale des Nations Unies, est passé sans aucune acclamation. Nouvelle politique économique : Une nouvelle conception des relations internationales par l’instauration d’un nouvel ordre économique qui consiste à la mise en place de structures nouvelles de production ,de distribution et de commercialisation à l’échelle planétaire moins injustes que l’ordre actuel particulièrement pour les pays du tiers monde, cet ordre soit mieux assorti à leurs besoins. Le tiers monde a été évoqué pour la première fois par Alfred Sauvy en 1952 :« tiers-monde ignoré, exploité, méprisé comme le tiers-état [et qui] veut lui aussi être quelque chose ». Contrairement à ce que beaucoup croient, il ne s’agissait pas de définir un troisième ensemble de nations à côté des deux blocs (capitaliste et communiste ou socialiste) pendant la guerre froide, mais de l’ensemble des pays pauvres, « pays émergents », « pays en développement », « pays les moins avancés » de tous les continents. Cette nouvelle situation nécessite certainement une révolution pour solutionner tous les problèmes portant sur le droit international, sur les circuits financiers et bancaires, la transmission des investissements, le transfert de technologie…….. C’est toute une nouvelle reforme de la division internationale du travail qui devrait prendre en considération la rentabilité des capitaux engagés par leurs détenteurs face aux besoins divers des pays en voie de développement. Houari Boumediene avait présenté du haut de la tribune de l’ONU, devant une Assemblée générale extraordinaire très attentive, la nouvelle conception du « nouvel ordre économique international » ou il dira afin d’ « amorcer concrètement le règlement du problème fondamental qui nous préoccupe », celui du développement. Houari Boumediene demande qu’il soit entrepris en suivant les présentes actions : 1- L’appropriation par les pays en voie de développement de leurs propres ressources naturelles, c’est-à-dire la nationalisation de leur exploitation et la fixation de leur prix. 2- La mise en valeur de toutes les potentialités agricoles et la mise en œuvre d’une industrialisation en profondeur s’appuyant sur la transformation sur place des ressources naturelles de chaque pays. 3- L’apport, en moyens financiers, technologiques et commerciaux des pays développés dits riches en faveur des pays en voie de développement. 4- l’allégement ou suppression du fardeau de la dette qui « enfonce » les pays plus pauvres; 5- un programme spécial pour aider les plus démunis parmi les pays pauvres. Pour l’Algérie, la nationalisation était considérée comme une exigence fondamentale du développement ; elle représentait en soit un acte de développement, cela permet de créer les conditions d’acquisition de la gestion. H. Boumediene dira : « Alors, l’incantation pour le développement se mue en une exigence de développement, puis en actes pour le développement. » Cette nationalisation devrait assurer le décollage économique par les nouveaux investissements. La nationalisation : condition du développement H. Boumediene avait profité pour utiliser la présidence des non-alignés comme moyen pour mener à bien sa politique. Il va agir tous azimuts et hypothéqué les espaces lui permettant de défendre ses points de vues. Des pionniers ont été investis pour mener la politique de H. Boumediene à savoir : -M.Belaid Abdessalem ministre de l'industrie et de l'Énergie, pionnier des industries industrialisantes. -M. Smaïl Mahroug le ministre des finances placés président du groupe des « 24 » au sein du Fonds monétaire international. -M. Lamine Khène devenir président exécutif de l’Organisation des nations unies pour le développement industriel (ONUDI), après avoir été secrétaire général de l’OPEP . -M. Mohamed Sahnoun, représentant l’Algérie aux Nations unies, assure la liaison entre l’O.U.A. et la Ligue arabe. - M. Layachi Yaker, ministre du commerce, devenir ambassadeur pour s’occuper de la conférence de Dakar sur les matières premières, en février 1974. -M. Abdelaziz Bouteflika, ministre des affaires étrangères, devenu président de la vingt-neuvième Assemblée générale des Nations unies. L’écart croissant entre le Nord et le Sud L’Algérie avait nationalisé intelligemment les intérêts étrangers par étapes, sur le front des hydrocarbures un affrontement majeur avec la France avait abouti, le 24 février 1971, à la nationalisation à 51 % des sociétés pétrolières françaises et à 100 % des gisements de gaz par le fameux discours « QARAR NA !»(Nous avons décidé). Les investissements ont été transférés directement à l’industrie lourde, qui servirait d’effet d’entraînement sur les autres secteurs de l’économie (industries industrialisantes). Un effort non moindres porté sur l’enseignement et la formation a été gigantesque (multiplication des écoles, lycées, des instituts et universités) ; enfin, des programmes spéciaux pour les régions les plus déshéritées du pays ont été lancés pour aider à réduire les disparités internes. Dans le sillage se sa politique économique H. Boumediene renforce le rapprochement commercial, financier et culturel entre les pays du tiers-monde, entre le monde arabe et enfin avec l’Afrique. Des actions concrètes telles les liaisons routières( transsaharienne), aériennes et maritimes des rencontres se multiplient pour faire participer des hommes d’horizons divers et de sensibilités différentes sur tous les sujets ayant trait à un nouvel ordre international dans tous les domaines : commercial, culturel, cinématographique, juridique, informatique, sportif etc …Alger abritait à l’époque par exemple la Foire internationale d’Alger, Foire panafricaine, Festival de la jeunesse, Rencontre des cinéastes du tiers-monde, quatrième congrès international du gaz liquéfié, première conférence africaine sur l’informatique. *Si la France était le pays « des droits de l’homme », Alger devenait la « Mecque des révolutionnaires », elle avait abrité le congrès de juristes qui enfantât « la Déclaration universelle des droits des peuples ». *La politique intérieure qualifiée de volontariste de développement du gouvernement algérien se bute à des problèmes dont l’évaluation nécessitait une intégration globale portant sur les infrastructures, l’exode rural, les difficultés de gestion, la bureaucratisation des sociétés nationales, la crise du logement, le transfert technologiques l’ adaptation des besoins aux possibilités humaines manquait de beaucoup de synchronisme…. Sur le plan extérieur, les résistances des pays industrialisés: * La première phase des négociations du dialogue Nord-Sud à Paris (de 1975 à juin 1977), est jugée décevante. * Augmentation de la contribution des pays industrialisés en faveur des plus déshérités. * Principe de la création d’un fonds de stabilisation des matières premières...! Les initiatives se multiplient de toutes parts : * « Tokyo round » sur la libéralisation des échanges en 1978-1979. * Conférence de New-Delhi sur l’industrialisation en 1980. * Commission et rapport Brandt, la même année, « sur un programme de survie », conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés (P.M.A.) à Paris. * En septembre 1981, sommet de Cancun quelques semaines plus tard, Le désordre monétaire international ne fait que s’amplifier, certains pays sont menacés de faillite, la division internationale du travail ne cesse aussi de progresser anarchiquement, mettant même en péril des secteurs économiques de pays occidentaux industrialisés, les Etats-Unis font preuve de résistance, à l’instauration du nouvel ordre économique international. Plusieurs hommes politiques, de sociologues, d’économistes de divers pays du tiers-monde et du monde industrialisé ont débattu sur le thème : « Développement et rapports internationaux, points de vue du Sud et du Nord » pour formuler un code de conduite Un Séminaire international organisé par l’Algérie en mai 1982, avec le Centre de recherche économique appliquée d’Alger et le Centre d’études économiques et sociales du tiers-monde de Mexico ... en l’absence des Américains du Nord. Ce séminaire d’Alger avait fait part sur la nécessité de négociations de façon globales pour que le tiers-monde se consolide en un bloc unique surtout sur la tout ce qui se rapporte à la paix, facteur essentiel pour tout développement. La voie du dialogue et de la concertation prônée depuis toujours par l’Algérie et les pays du tiers-monde aboutissent à des résultats décisifs et rapides pour éviter les problèmes d’affrontement majeur qui enverra aux oubliettes de l’histoire toutes les bonnes déclarations d’intention sur l’inégalité de la répartition des richesses à l’échelle mondiale. Histoire du mouvement des non alignés 1- la conférence de Bandung(1955) En 1955 ( Indonésie) se réunissaient pour la première fois les représentants de vingt-neuf pays africains et asiatiques dont Gamal Abdel Nasser (Égypte), Nehru (Inde), Soekarno (Indonésie) et Zhou Enlai (Chine). Cette conférence se positionne sur la scène internationale en tant que blocs des pays du Tiers monde ( pays non alignés). Le terme "non-aligné" fut préféré à ceux de "neutres" ou "non-engagés. La déclaration de Brioni du 19 juillet 1956, proposée par Gamal Abdel Nasser, Josip Broz Tito, Soekarno et Jawaharlal Nehru, marque l'origine du mouvement, qui vise alors, dans le contexte de la Guerre froide, à se protéger de l'influence des États-Unis et de l'URSS qui cherchaient à rallier le monde à leur cause (idée de bipolarisation : les deux grands qui gouvernent le monde). C’était l’Acte de naissance politique de la conception de l’idée du nouvel ordre politique et économique international. Elle avait préconisé plusieurs mesures entre autre : * l’établissement d’un fonds des Nations unies pour le développement économique. *L’encouragement à la création de banques et de compagnies d’assurances nationales et régionales. *la stabilisation du commerce international, etc. Tous se mouvaient dans le sillage économique, commercial et financier de la puissance colonisatrice. *réorientation de l’ordre régnant visaient d’abord à développer la coopération entre les pays d’Asie et d’Afrique, bien loin, à l’époque, d’avoir tous accédé à l’indépendance politique. 2-la première conférence au sommet des pays non alignés à Belgrade : la résolution finale de cette conférence soulève des remèdes pour un nouvel équilibre sur les problèmes portant sur la guerre froide et la paix dans ce monde. Ainsi de s’efforcer de pallier au déséquilibre économique incombé du colonialisme. Cette résolution : * Jugent utile de combler le déséquilibre par un développement économique, industriel et agricole, pour diminuer l’écart pays pauvres et pays riches *Recommandent la création dans le cadre des Nations unies, d’un fonds d’équipement . *Décident : d’un équilibrage plus équitable des termes de l’échange. *Exigent : un transfert technologique dans tous les domaines pour plus de justice sociale. 3-Le deuxième sommet se tient au Caire en octobre 1964 Nasser-Nehru-Tito parlent d’un neutralisme positif du mouvement devant l’antagonisme Est- Ouest pour aboutir à un monde plus juste. Nasser dira : « Nous ne voulons pas que la division du monde en un bloc occidental et un bloc oriental prenne fin pour que d’autres blocs plus grands et plus dangereux surgissent à leur place : un bloc de pauvres et un bloc de riches, un bloc de développés et un bloc de sous-développés, un bloc septentrional, qui a droit à la prospérité, et un bloc méridional, qui n’a pour tout lot que la privation, un bloc de Blancs et un bloc d’hommes de couleur » ( la Vision nassérienne, de P. Balta et C. Rulleau Sindbad, Paris 1982 p. 251) Un slogan !. « Pauvres dans le monde, unissez-vous » Les trois grands se rendent compte que l’unité politique ne peut pas émerger ou se consolider à partir de l unité dans la misère car l’idiologie peut faire éclater toute unité. Le développement est pris en charge par la CNUCED en 1964 via un programme visant à la revalorisation des matières premières et à l’augmentation des échanges commerciaux tiers-mondistes. Progressivement l’un des meilleurs théoriciens et le héraut du N.O.E.I. qui doit remplacer « l’ordre international de la misère » Mohammed Bedjaoui, ambassadeur d’Algérie à Paris, aujourd’hui juge à la Cour internationale de La Haye, auteur de Pour un nouvel ordre économique international, Paris, UNESCO, 1979, 298 pages. La CNUCED prendra fin en 1980 car le mode interventionnisme économique est substitué par un nouveau mode économique le libéralisme 4-au troisième sommet des non-alignés à Lusaka, en septembre 1970 il est passé inaperçu. 5-le quatrième sommet des non-alignés : accueillir en septembre 1973à Alger, avait pour but de la nécessité de resserrer les rangs entre les « damnés de la Terre » et entend faire de ce forum un tremplin pour parvenir à l’amélioration de leur sort un nouveau slogan : « Pauvres dans le monde, unissez-vous » ; Un tournant du mouvement sera pris, sous l’impulsion algérienne, le contenu économique prévaudra sur les considérations idéologiques. La conférence décide de demander la convocation d’une Assemblée générale extraordinaire des Nations unies pour examiner, comme l’avait annoncé H. Boumediene dans son discours de clôture, les problèmes du développement : « À la lumière de l’échec, d’ores et déjà évident, de la stratégie internationale pour le développement lancée dans le cadre de la deuxième décennie du développement » Dans un tres cout moment éclata la guerre d’octobre 73(Israël et pays arabes), les États membres de l’OPEP tentent de faire valoir tester la force de l’arme du pétrole face à un Occident arrogant. Pour l’Algérie c’était l’occasion de consolider la cohésion de l’organisation et aussi de couper court les pays exportateurs de pétrole les plus riches avec pays industrialisés. Elle plaide aussi pour que l’organisation vienne en aide aux pays les plus défavorisés H. Boumediene dira au premier sommet de l’OPEP (mars 1975 « Notre effort en faveur des autres pays du tiers-monde doit continuer dans le cadre de la solidarité qui nous lie à eux (...) : 1) dons d’urgence aux pays les plus gravement touchés par la crise économique ; 2) Octroi à ces mêmes pays de crédits spéciaux pour leur permettre de régler leurs achats de pétrole (...) ; 3) Octroi par les pays exportateurs de pétrole de crédits spéciaux affectés au développement des pays du tiers-monde (...) ; 4) Soutien des opérations destinées à maintenir les prix des matières premières des pays du tiers-monde à un niveau équitable dans les cas où (...) des pays industrialisés tenteraient de provoquer une chute de ces prix. ». Les différents sommets des non alignés : Congrès Date Lieu I 1-6 septembre 1961 Belgrade (Yougoslavie) II 5-10 octobre 1964 Le Caire (Égypte) III 8-10 septembre 1970 Lusaka (Zambie) IV 5-9 septembre 1973 Alger (Algérie) V 16-19 aout 1976 Colombo (Sri Lanka) VI 3-9 septembre 1979 La Havane (Cuba) « l'indépendance nationale, la souveraineté, l'intégrité VII 7-12 mars 1983 New Delhi (Inde) VIII 1-6 septembre 1986 Harare (Zimbabwe) IX 4-7 septembre 1989 Belgrade (Yougoslavie) X 1-7 septembre 1992 Jakarta (Indonésie) XI 18-20 octobre 1995 Cartagena de Indias (Colombie) XII 2-3 septembre 1998 Durban (Afrique du Sud) XIII 20-25 février 2003 Kuala Lumpur (Malaisie) XIV 5 11-16 septembre 2006 La Havane (Cuba) XV 11-16 juillet 2009 Charm el-Cheikh (Égypte) XVI 26-31 août 2012 Téhéran (Iran) XVII 13-18 septembre 2016 Porlamar (Venezuela) Conclusion : C’est un scenario pour des actions durables que H. Boumediene avait projeté de faire à travers l’organisation des non- alignés, il voulait entamé un dialogue avec des acteurs culturels qui font de la politique pour retrouver une nouvelle harmonie au niveau des échanges internationaux via une transition abordée par son aspect technique de façon a ce que chacun d’entre nous puisse se retrouver sinon la course se poursuivra par le libéralisme et les ultralibéralismes qui mettrons leur emprise par un contrôle des biens et services afin de monopoliser leur appartenance j’espère que Kissinger l’avait résumé dans ses citation suivante Celui qui contrôle les réserves de nourritures contrôle les personnes. Celui qui contrôle l’énergie peut contrôler les continents. Celui qui contrôle l’argent contrôle le monde. H. Boumediene avait une passion et un souci réel de parvenir à un partage et à une redistribution plus équitable des richesses. La force de l’union était minée par des idiologies différentes et contradictoires vis-à-vis les pays du tiers monde ; il ya aussi ce déséquilibre des rapports de force, commandé par les économies dominantes, ne permettait pas aux pays du tiers monde de se faire entendre. * D’abord la crise du dollar et l’effondrement de l’ordre monétaire international établi à Bretton Woods ont porté au grand jour l’apparition de nouveaux rapports économiques dans le monde occidental. * Les difficultés chroniques d’approvisionnement des ressources indispensables (l’énergie). * La « crise » pétrolière a projeté sur l’avant de la scène des relations internationales des pays certes différents les uns des autres mais qui avaient ceci de commun entre eux, en plus de leur sous-développement. * le fait de ne pas être pris « au sérieux » par le monde occidental. *Le pétrole a quelque peu réveillé les esprits dans la mesure où l’évolution du prix du brut, a supprimé un des leviers de la croissance industrielle, à savoir l’énergie à bon marché * l’évolution historique qui conduit de « l’Ordre ancien » conçu par les pays à économie de marché, à un « Ordre nouveau » conçu par les PVD, un ordre à leur mesure, fondé sur la contestation et la revendication de l’équité et de la pleine maîtrise de leurs potentialités nationales. Les événements auxquels nous nous sommes référés plus haut ont servi plutôt de catalyseur à un mouvement qui se préparait de longue date pour une telle revendication. *Le dialogue engagé au sein de l’ONU avait pour but, aux yeux des pays du Tiers Monde, de faire entériner leurs revendications fondées sur une plus grande équité par l’ensemble de la communauté internationale. Mais en vain la mondialisation issue de la conception du système ultra libéral à fausser la donne et on se retrouve avec une mondialisation de- mondialisée ou seul la force et le poids de l’économie peuvent imposer leurs conceptions la chine a très bien compris l’essence du probleme. BENALLAL MOHAMED /ANCIEN CADRE
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

EXPOSITION EN HOMMAGE AUX MONSTRES SACRES DE LA LITTERATURE MAROCAINE AU SALON DU LIVRE DE PARIS. LE SOCIOLOGUE MUSTAPHA SAHA SAISIT LE MINISTRE MAROCAIN DE LA CULTURE. (jeu., 23 févr. 2017)
Le sociologue, poète et artiste peintre Mustapha Saha saisit Monsieur Mohamed Amine Sbihi, ministre marocain de la Culture, d'une exposition de peintures sur toile représentant neuf figures emblématiques de la littérature marocaine, Driss Chraïbi, Edmond Amran El Maleh, Mohamed Zafzaf, Mohamed Leftah, Mohamed Choukri, Mohammed Khair Eddine, Tayeb Saddiki, Ahmed Bouanani et Fatima Mernissi, dans le cadre du Salon du Livre de Paris où le Maroc est l'invité d'honneur. EXPOSITION EN HOMMAGE AUX MONSTRES SACRES DE LA LITTERATURE MAROCAINE AU SALON DU LIVRE DE PARIS. LE SOCIOLOGUE MUSTAPHA SAHA SAISIT LE MINISTRE MAROCAIN DE LA CULTURE. FIGURES DE PROUE DE LA LITTERATURE MAROCAINE PAR MUSTAPHA SAHA DRISS CHRAÏBI Avec ses thématiques transgressives de tous les ordres établis, avec sa dénonciation des oppressions ordinaires dans une société marocaine machiste, despotique, fossilisée par des mœurs immuables, Driss Chraïbi surgissait, avec son premier roman « Le Passé simple », comme un ouragan balayant les vestiges d’une civilisation morte. Sa modernité insoutenable sapait les fondements d’une société archaïque qui survivait dans l’immobilisme, l’obscurantisme, la soumission, sous l’aile protectrice d’un colonialisme à bout de souffle. L’auteur révolté exaspéra les nationalistes agrippés à leurs valeurs vermoulues, qui virent en lui une incarnation du diable et le condamnèrent à mort par contumace. Sa critique radicale s’attaquait de front à une société patriarcale de façade, qui soignait ses apparences de respectabilité dans l’analphabétisme, dans la servitude, dans la trivialité, une société orpheline de ses traditions tribales égalitaires, allergique à l’autoritarisme, une société sevrée de sa propre culture orale, fécondatrice de liberté, respectueuse de la diversité sociale et de la dignité féminine. Son roman « Les Boucs » dévoile la face cachée du miroir, décortique la condition immigrée au scalpel. La souffrance chronique génératrice de violences verbales et physiques reflète la déculturation structurelle, le tarissement de la pensée, l‘anéantissement de la communication. L’immigré est une fabrication coloniale dès la révolution industrielle au milieu du dix-neuvième siècle, il est condamné à rester éternellement un immigré, un déraciné, rejeté par les autres et par les siens. Toute l’œuvre stylée, caustique, truffée d’humour noir de Driss Chraïbi s’inscrit dans cette ligne de fracture où l’observation sociologique aiguë n’épargne aucune vérité nue, aucune cruauté, aucun tabou. EDMOND AMRAN EL MALEH Edmond Amran El Maleh était l’incarnation vivante du diversalisme culturel, ethnique, spirituel de la société marocaine. Il était lui-même une personnalité plurale, intellectuel communiste engagé et philosophe tendrement enragé, réfléchissant, écrivant sur la condition humaine au milieu du vacarme évènementiel sans en être éclaboussé, Marocain juif revendiquant sa palestinité, Arabe francophile fier de sa berbérité, rivière intranquille glanant mille ruisseaux. Il retissait inlassablement les liens de cette intellectualité ancestrale, imprégnée de sensualité transcendantale, de jovialité spirituelle, qui hante imperturbablement les architectures sacrées et les tombeaux saints, les jardins parfumés et les mausolées profanes. Il confectionnait des repas raffinés pour les amis formant tribu avec le même soin que ses métaphores ciselées comme des tapis berbères. L’arrachement des Juifs marocains de leur terre ancestrale pour l’hypothétique Jérusalem terrestre, absurdité de l’histoire, taraudait sa pensée libre et ses nuits blanches. Son œuvre littéraire charrie, dans un torrent narratif irrésistible, les pierres précieuses d’une culture millénaire sans frontières où les affluents africains épousent les fleuves andalous, où les adjuvants e l’Occident se mêlent avec bonheur aux eaux de l’Orient. L’écriture même d’Edmond Amran El Maleh embaume à chaque tournure la menthe et le jasmin, la jacinthe et la lavande, l’ambre et le santal. Son œuvre est consacrée en grande partie à Essaouira où il choisit sa dernière demeure, où l’art en effervescence mêle allégrement les motifs granuleux du désert aux bleus soyeux de la mer, L’esthète et l‘épicurien qui sut lire la peinture d’Ahmed Cherkaoui dans ses subtilités premières, retrouvait dans ce port d’attache la permanence mouvante de sa propre vie. Dans son récit épistolaire « Lettre à moi-même », il évoque, à la fin de sa vie, avec une mélancolie emprunte d’ironie jubilatoire, des lieux vénérables comme la Sorbonne et le Collège de France, fréquentés avec ferveur et déférente humilité, il joue avec son propre double installé dans une distanciation existentielle où le rétroviseur déroule le chemin parcouru à rebours. MOHAMED LEFTAH « La destinée fulgurante de Mohamed Leftah, qui fut l’élève d’Edmond Amran El Maleh au lycée Moulay Youssef de Rabat, bon enseignement ne saurait mentir, se retrouve dans sa fièvre créative, dans sa simplicité provocatrice, dans sa discrétion explosive. Ce littéraire né, lecteur insatiable, égaré dans les méandres scientifiques, plonge avec frénésie dans les nuits parisiennes en plein Mai 68, bat le pavé dans les ruelles inaccessibles, actionne sa fibre poétique jusqu’au vertige. Dès lors, il accumule les expériences mortifères qui l’entraînent dans des détours labyrinthiques sans fin. Les manuscrits des livres qu’il ne fait pas paraître retombent, après sa mort prématurée au Caire, comme des météorites dévastatrices, comme des laves incandescentes surgies d‘un volcan en dormance, comme des roulements de tonnerre dans les nuits de tous les cauchemars. Ses romans racontent des passions ravageuses et des pulsions destructrices dans les enfers urbains de Settat, sa ville natale, de Casablanca ou du Caire, dans les lupanars miséreux et les bars sulfureux, hantés par les spectres de la mort et les tourments du sexe, les tortures psychologiques et les sévices corporels, les désirs dévoyés et les candeurs fourvoyées. La luxuriance de sa langue et la flamboyance de son style transforment l’horreur quotidienne en obscur objet d’éblouissement. Une littérature convulsive, paroxystique, sismique, qui célèbre la fragilité de l’être dans l’enivrement libérateur, qui sublime le geste abominable et transfigure le réflexe animal. Comme disait Charles Baudelaire de la peinture, la littérature peut représenter la charogne et exprimer le beau. Ces trois écrivains désormais classiques, citoyens du monde, arbres déracinés aux multiples racines, défenseurs incorruptibles de la liberté, revisitaient leur pays natal, après de longs exils, en plantant leur plume dans les zones sensibles, dans les fractures profondes, dans les vestiges et les ruines, tout en cherchant désespérément les sources d’émerveillement de leur enfance. Leur regard acerbe, ironique, sarcastique parfois, cachait en vérité une sensibilité incommensurable, une tendresse inimaginable, une mélancolie inconsolable. Mustapha Saha, sociologue, poète, artiste peintre
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Remplacer des jours fériés chrétiens par des fêtes musulmanes? Les musulmans s’expriment (mer., 22 févr. 2017)
Remplacer des jours fériés chrétiens par des fêtes musulmanes? Les musulmans s’expriment Renoncer à plusieurs jours fériés chrétiens au profit de fêtes musulmanes en France? Comme par hasard, cette idée resurgit à deux mois de la présidentielle. Qui plus est, les auteurs du projet n’ont pas consulté les musulmans, selon le président du Conseil français du culte musulman interrogé par Sputnik. L'idée de remplacer certains jours fériés chrétiens par des fêtes musulmanes en France, avancée par la fondation Terra Nova proche du Parti socialiste n'est pas nouvelle, mais il fallait d'abord consulter les musulmans, a déclaré à Sputnik Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM). « Les musulmans de France n'ont jamais réclamé de telles dispositions, d'autant moins au détriment de jours fériés chrétiens […]. Terra Nova se permet de faire des propositions au nom de l'islam de France alors qu'ils n'ont pas pris la peine d'auditionner les personnes et les institutions concernées », a indiqué M. Kbibech. Dans son rapport « L'émancipation de l'islam en France » publié mercredi, le think-tank Terra Nova propose de remplacer deux jours fériés de tradition chrétienne (les lundis de Pâques et de Pentecôte) par un jour férié juif (Kippour) et un jour férié musulman (Aïd el-Kébir) afin que « toutes les confessions soient traitées à égalité ». « C'est un vieux serpent qu'on ressort, on peut se poser la question de l'opportunité d'évoquer cette question à deux mois des élections présidentielles », a estimé le dirigeant du Conseil du culte musulman. Terra Nova prône en outre une représentation de l'islam de France moins centralisée que le CFCM, créé en 2003, ce qui n'est pas une bonne idée, d'après M. Kbibech. « Je pense qu'aujourd'hui, on a plutôt besoin de renforcer le CFCM que de ressasser des vieilles querelles qui sont stériles et qui n'aboutissent à rien », a-t-il noté. Il a rappelé que le CFCM était une instance élue, ce qui lui conférait sa légitimité. « Le CFCM tire sa légitimité et sa crédibilité du fait que c'est une instance élue. […] Il y a beaucoup de mosquées de France qui ont contribué à la mise en place du CFCM et des CRCM [Conseils régionaux du culte musulman, ndlr], et donc ces instances élues avancent sur des dossiers concrets comme la formation des imams, la construction des mosquées, la mise en place des aumôneries musulmanes dans les prisons, les hôpitaux ou les armées, ou l'organisation du pèlerinage à La Mecque », a précisé le responsable. https://fr.sputniknews.com/france/201702221030203250-jours-feries-chretiens-musulmans-reaction-cfcr/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Cisjordanie: l'Onu s'inquiète de nouveaux plans israéliens de démolition (mer., 22 févr. 2017)
Cisjordanie: l'Onu s'inquiète de nouveaux plans israéliens de démolition L'Onu a exprimé mercredi son inquiétude sur les nouvelles annonces israéliennes de démolitions de dizaines de bâtiments, dont une école primaire dans des villages bédouins en Cisjordanie occupée. Des responsables israéliens ont émis des dizaines d'ordres de démolitions menaçant ainsi "pratiquement toutes les constructions" dans une partie de la localité de Khan al-Ahmar, a indiqué l'Onu dans un communiqué. Le coordinateur humanitaire de l'Onu pour les Territoires palestiniens, Robert Piper, a visité ce village où une école fait partie des 140 constructions menacées de démolition. "Khan al-Ahmar est une des communautés les plus vulnérable de la Cisjordanie qui se bat pour maintenir un niveau de vie minimal face à l'intense pressions exercées par les autorités israéliennes", a-t-il affirmé dans un communiqué. "C'est inacceptable et cela doit cesser", a-t-il ajouté. Les autorités israéliennes affirment que ces constructions ont été bâties sans permis. En réponse à cet argument, l'Onu affirme que l'octroi de tels permis est pratiquement impossible à obtenir pour les Palestiniens. "Ces derniers jours, des ordres de destruction ont été émis pour des bâtiments illégaux à Khan al-Ahmar", a indiqué l'organisme du ministère israélien de la Défense chargé des territoires palestiniens. Israël occupe depuis près de 50 ans la Cisjordanie où plusieurs communautés de bédouins se sont installées à l'est de Jérusalem dans un secteur où selon des ONG de défense des droits de l'Homme, Israël projetterait d'étendre la colonisation. Une telle extension pourrait diviser en deux la Cisjordanie et isoler ce territoire de Jérusalem-est annexée, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de leur futur Etat. Selon l'Onu, quelque 7.000 résidents de 46 communautés installées dans la partie centrale de la Cisjordanie risquent d'être expulsés. https://www.lorientlejour.com/article/1036687/cisjordanie-lonu-sinquiete-de-nouveaux-plans-israeliens-de-demolition.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Les forces américaines ont essuyé des tirs à Mossoul (mer., 22 févr. 2017)
Les forces américaines ont essuyé des tirs à Mossoul Les forces américaines ont essuyé des tirs et riposté au cours de l'assaut mené sur la ville irakienne de Mossoul, a reconnu mercredi un responsable de la coalition internationale, signe de la présence de soldats américains au plus près des combats. Quelque 450 conseillers militaires américains, la plupart membres des forces spéciales, se trouvent actuellement en Irak pour soutenir l'assaut de l'armée irakienne sur Mossoul, dernier grand bastion du groupe Etat islamique (EI). Ces soldats américains ne sont pas censés combattre mais ils se sont suffisamment rapprochés du front ces dernières semaines pour être visés par des attaques, a expliqué le colonel John Dorrian, un porte-parole de la coalition internationale menée par les Etats-Unis. "Ils ont essuyé des tirs en différentes occasions. Ils ont riposté en différentes occasions, dans et autour de Mossoul", a-t-il dit aux journalistes lors d'un vidéoconférence depuis Bagdad. Le colonel John Dorrian a refusé de préciser si des soldats américains avaient été blessés dans ces attaques. L'ancien président américain Barack Obama avait autorisé l'envoi de troupes en Irak en 2014, soulignant toutefois que ces militaires seraient déployés seulement en tant que conseillers. "On leur demande de tenter d'être positionnés là où (les attaques) sont rares et ont peu de chance de se produire", a précisé le porte-parole de la coalition. Ces attaques "arrivent parfois. Croyez-moi, nos soldats sont capables de se défendre et le feront avec vigueur si nécessaire", a-t-il ajouté. Quatre jours après le lancement de l'opération sur Mossoul-Ouest, les forces irakiennes se préparaient mercredi à lancer l'assaut sur l'aéroport de la deuxième ville du pays. "Il est vrai que nous opérons plus près et plus profondément au coeur des lignes irakiennes", avait reconnu lundi le commandant de la coalition, le général Stephen Townsend. "Nous avons ajusté notre position pendant la bataille pour l'Est de Mossoul et envoyé des conseillers un peu plus en avant", avait-il précisé. https://www.lorientlejour.com/article/1036695/les-forces-americaines-ont-essuye-des-tirs-a-mossoul.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Amnesty international : « Les crimes de guerre peuvent faire partie de la colonisation » (mer., 22 févr. 2017)
Amnesty international : « Les crimes de guerre peuvent faire partie de la colonisation » Amnesty internationale « ne peut se prononcer sur la question de la colonisation française en Algérie », a déclaré ce mercredi à Alger la présidente de la section locale de cette ONG, Hassina Oussedik. « Nous avons pour principe fondamental de réagir là où l’on vérifie les informations et là où nous étions présents. Amnesty a été créée en 1961. Nous n’avons pas pu y travailler », précise Mme Oussedik. « Mais, il est évident que les crimes de guerre peuvent faire partie de la colonisation. Le droit de la guerre dit clairement que la population civile ne peut pas être prise en otage par les belligérants. Dans la colonisation en Algérie, la population était fortement menacée et prise en otage par l’armée d’occupation », a estimé Hassina Oussedik, lors d’une conférence de presse de présentation du rapport annuel de l’Organisation de défense de droits humains. La présidente d’Amnesty Algérie répondait ainsi à une question relative à la qualification de crime contre l’humanité de la colonisation. Mardi 14 février, Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle française, a qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité ». Sur les demandes d’excuses et d’indemnisations adressées aux anciennes puissances coloniales, Hassina Oussedik a rappelé qu’Amnesty s’appuie sur le droit humanitaire et le droit de la guerre pour exprimer ses positions. « Lorsqu’il y a violation des droits humains, on demande toujours justice, vérité et réparations », a-t-elle indiqué, en précisant qu’Amnesty suit de près les cas de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité dans le monde. « Aujourd’hui, on ne peut que dénoncer l’absence de totale réaction de la communauté internationale quant aux bombardements continue d’Alep en Syrie et de ses hôpitaux. Cela nous rappelle ce qui s’est passé au Rwanda en 1994 et ce qui s’est passé en ex-Yougoslavie en 1995 », a-t-elle noté. http://www.tsa-algerie.com/20170222/amnesty-international-crimes-de-guerre-peuvent-faire-partie-de-colonisation/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Conférence au Caire d'Al-Azhar et du Vatican marquant la reprise du dialogue (mer., 22 févr. 2017)
Conférence au Caire d'Al-Azhar et du Vatican marquant la reprise du dialogue Des représentants d'Al-Azhar, prestigieuse institution de l'islam sunnite basée en Egypte, et une délégation du Vatican ont tenu mercredi au Caire un séminaire conjoint, consacrant ainsi un rapprochement amorcé en 2016 avec la rencontre du grand imam et du pape François. La conférence, organisée par "la commission conjointe pour le dialogue" réunissant les deux institutions, portait sur le "rôle d'Al-Azhar et du Vatican pour contrer le fanatisme, l'extrémisme et la violence", selon un communiqué d'Al-Azhar. Le Vatican y était représenté par une délégation conduite par le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. "Le dialogue doit prévaloir entre les Hommes, pour dissiper (...) les différends, et les religions sont capables de surmonter ces discordes avec leur tolérance," a souligné dans une allocution d'ouverture, Mahmoud Zaqzouq, à la tête du centre du dialogue d'Al-Azhar, selon le communiqué. Cette conférence qui se tient au Caire est "un premier pas dans le rétablissement des relations entre le Saint-Siège et Al-Azhar", avait estimé mardi l'agence d'information I-Media spécialisée dans l'actualité du Vatican. Les deux institutions religieuses, longtemps en froid, poursuivent un rapprochement amorcé avec l'arrivée au Vatican du pape François, et qui avait conduit en mai 2016 à une rencontre historique au Saint-Siège entre le pape et le grand imam d'Al-Azhar Ahmed al-Tayeb. "La commission de dialogue entre le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux et l'université Al-Azhar ne s'était plus réunie depuis début 2011", précisait mardi l'agence I-média. A l'époque, Al-Azhar avait réagi avec force à une prise de position publique du pape de l'époque, Benoît XVI, après un attentat-suicide meurtrier contre une église copte orthodoxe d'Alexandrie, dans la nuit du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011. Les relations entre Al-Azhar s'étaient déjà tendues en 2006, en raison de propos controversés de Benoît XVI, semblant associer islam et violence, lors d'un discours à Ratisbonne (Allemagne) en 2006. Depuis son arrivée, le pape François multiplie les messages de tolérance et d'ouverture à l'égard des autres grandes religions. https://www.lorientlejour.com/article/1036661/conference-au-caire-dal-azhar-et-du-vatican-marquant-la-reprise-du-dialogue.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

France 2017 : Mélenchon choqué d'être accusé par le Crif de véhiculer la haine (mer., 22 févr. 2017)
France 2017 : Mélenchon choqué d'être accusé par le Crif de véhiculer la haine Jean-Luc Mélenchon s'est dit "profondément choqué" mercredi de l'attitude "antirépublicaine" du Crif, qui ne l'a pas convié à son dîner annuel au motif, a expliqué son président, qu'il véhicule selon lui "la haine", au même titre que la présidente du Front national Marine Le Pen. La plupart des candidats à l'élection présidentielle d'avril-mai sont invités mercredi soir au traditionnel dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Mais ni Marine Le Pen ni Jean-Luc Mélenchon n'ont été conviés. "Le Président du CRIF m'insulte ce matin. J'en suis profondément choqué", écrit Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué. "Me comparer au parti d'extrême droite dont l'histoire européenne est mêlée aux pires atrocités commises contre les Juifs, est une faute morale et politique", ajoute-t-il. "Je rappelle aux dirigeants de cette organisation que j'appartiens à un courant politique dont les membres ont été pourchassés, déportés, massacrés par les fascistes et les nazis." Sur RTL, le président du Crif, Francis Kalifat, a invoqué une raison "très simple" pour expliquer que ni Marine Le Pen ni Jean-Luc Mélenchon n'aient été conviés. "Tous les deux véhiculent la haine", a-t-il dit. "D'un côté, à l'extrême droite, c'est la haine de l'autre et le rejet de l'étranger (...) et à l'extrême gauche c'est la haine d'Israël et la déligitimation d'Israël. Donc je crois qu'ils n'ont pas leur place dans ce dîner", a-t-il ajouté. Pour Jean-Luc Mélenchon, il s'agit là d'une attitude "antirépublicaine". "Si le Crif représente le gouvernement israélien et, pour cette raison, considère que j'en suis un opposant, je confirme que, comme beaucoup d'Israéliens d'ailleurs, je ne soutiens pas le gouvernement de (Benjamin) Netanyahu (le Premier ministre israélien, NDLR), ni ceux qui ne s'offusquent pas de la violation des résolutions de l'Onu", ajoute-t-il. https://www.lorientlejour.com/article/1036642/france-2017-melenchon-choque-detre-accuse-par-le-crif-de-vehiculer-la-haine.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Condamnation d'un soldat israélien: la Ligue arabe dénonce "l'absence de justice" (mer., 22 févr. 2017)
Condamnation d'un soldat israélien: la Ligue arabe dénonce La Ligue arabe a dénoncé mercredi "l'absence de justice" et le "racisme" d'Israël au lendemain de la condamnation à 18 mois de prison d'un soldat israélien pour avoir achevé un assaillant palestinien. Le soldat Elor Azaria, qui a aussi la nationalité française, a été condamné mardi pour homicide par un tribunal militaire israélien. Il avait été filmé en mars 2016 par un militant propalestinien alors qu'il tirait une balle dans la tête d'Abdel Fattah al-Sharif à Hébron en Cisjordanie occupée. Le Palestinien venait d'attaquer des soldats au couteau. Atteint par balles, il gisait au sol, apparemment hors d'état de nuire. La vidéo s'était propagée sur les réseaux sociaux. Le verdict "dévoile l'étendue du mépris israélien pour le sang palestinien (...) et le degré de racisme atteint par les institutions de l'occupation", souligne dans un communiqué l'organisation panarabe basée au Caire. "La peine traduit une absence de conscience et une absence de justice", assène le communiqué. Les organisations de défense des droits de l'Homme, qui avaient salué la mise en accusation du soldat, se sont senties confortées dans leur ancienne dénonciation de l'impunité dont bénéficient les soldats israéliens selon elles. Le soldat encourait 20 ans de prison. Mais les juges ont délivré "un signal dangereux indiquant que les auteurs d'actes graves contre les Palestiniens sont protégés par le système", a déploré Amnesty International. https://www.lorientlejour.com/article/1036634/condamnation-dun-soldat-israelien-la-ligue-arabe-denonce-labsence-de-justice.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Israël interdit l'entrée à cinq eurodéputés l'entrée à Gaza (mer., 22 févr. 2017)
Israël interdit l'entrée à cinq eurodéputés l'entrée à Gaza Cinq députés européens ont indiqué mercredi avoir été interdits d'entrée dans la bande de Gaza par les autorités israéliennes qui imposent depuis 10 ans un sévère blocus au petit territoire palestinien. "Le refus opposé arbitrairement par les autorités israéliennes au Parlement européen est inacceptable", a réagi l'eurodéputé chypriote Neoklis Sylikiotis dans un communiqué. La délégation qu'il dirige a essuyé plusieurs refus similaires et "systématiques" depuis 2011, rappelle-t-il, à l'exception d'une courte visite du chef du Comité en charge du budget du Parlement européen. "Qu'y a-t-il à Gaza qu'il faille nous cacher?", s'interroge-t-il. Israël, qui contrôle tous les accès à la bande de Gaza en dehors de la frontière sud du territoire avec l'Egypte, a expliqué que les parlementaires ne faisaient pas partie des personnes autorisées à entrer dans le territoire. "La politique israélienne est de permettre à des responsables professionnels ou humanitaires de transiter entre Israël et la bande de Gaza afin de développer l'économie et les infrastructures, ainsi que les diplomates étrangers officiant auprès de l'Autorité palestinienne ou en Israël", a répondu à l'AFP le Cogat, organe du ministère israélien de la Défense chargé de délivrer les permis. "Ces explications sont inacceptables", a jugé M. Sylikiotis, qui appelle "la communauté internationale à faire pression sur Israël pour qu'il lève le blocus de Gaza". La délégation du Parlement européen en charge des relations avec la Palestine se proposait "d'évaluer sur le terrain la reconstruction et les efforts pour réhabiliter" la bande de Gaza ravagée depuis 2008 par trois offensives israéliennes. L'Union européenne est le principal bailleur d'aide financière aux Palestiniens. Selon la Banque mondiale et l'Onu, dix années de blocus maritime, terrestre et aérien ont virtuellement tué toute exportation de Gaza et mené l'économie de la petite enclave coincée entre l'Egypte, Israël et la Méditerranée au bord du gouffre. Le blocus, doublé de la fermeture quasi permanente de la frontière égyptienne, prive de mouvement la très grande majorité des deux millions d'habitants de la bande de Gaza. Pour Israël, ce blocus est nécessaire pour contenir le Hamas qui gouverne sans partage le territoire et empêcher l'entrée de matériaux servant aux groupes armés contre Israël. https://www.lorientlejour.com/article/1036625/israel-interdit-lentree-de-gaza-a-cinq-eurodeputes.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Israël: les jupes courtes restent interdites au Parlement (mer., 22 févr. 2017)
Israël: les jupes courtes restent interdites au Parlement Le Parlement israélien a maintenu mercredi l'interdiction du port des jupes courtes par ses employées deux mois après une manifestation réclamant un assouplissement des règles d'habillement. "Il a été convenu que le code vestimentaire serait maintenu", a annoncé la Knesset, le Parlement, dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion d'un comité spécialement créé pour examiner cette question. En décembre, des employés avaient manifesté pour protester contre l'interdiction d'entrée dans le Parlement formulée par des gardes de sécurité à des femmes vêtues de jupes jugées trop courtes. Le comité réunissant des parlementaires et des employés a cependant décidé de "créer un mécanisme d'application incluant des avertissements avant l'interdiction d'entrée dans le bâtiment", indique la Knesset. Selon le quotidien libéral Haaretz, l'interdiction d'entrée ne serait prononcée qu'au troisième avertissement. "Il faut se présenter à la Knesset vêtu de façon appropriée et digne: on ne peut pas arriver avec des vêtements ne respectant pas la Knesset, comme des T-shirts, des débardeurs, des shorts, des sandales, des jupes ou des robes courtes, des habits de sport", affirme le communiqué du Parlement. Les vêtements affichant des slogans politiques sont également prohibés. Selon le Haaretz, le code vestimentaire ne précise pas la longueur minimale requise pour une jupe, mais interdit les mini-jupes. https://www.lorientlejour.com/article/1036604/israel-les-jupes-courtes-restent-interdites-au-parlement.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Syrie: L'opposition veut négocier directement avec le régime (mer., 22 févr. 2017)
Syrie: L'opposition veut négocier directement avec le régime L'opposition syrienne a réclamé mercredi des "négociations directes" avec le régime de Damas pendant les pourparlers de paix qui s'ouvrent jeudi à Genève sous l'égide de l'ONU, a déclaré à l'AFP le porte-parole du Haut comité des négociations (HCN). "Nous demandons des négociations directes. Cela économisera du temps et sera une preuve de sérieux plutôt que de négocier dans des salles" séparées, a dit Salem Meslet, au nom du HCN qui rassemble des groupes clés de l'opposition. Lors des trois précédentes séries de pourparlers organisées à Genève en février, mars et avril 2016, le médiateur de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, n'avait pas réussi à rassembler autour d'une même table les délégués de l'opposition et du gouvernement, et avait dû faire l'intermédiaire. Cette fois, il espère que les deux camps accepteront de s'asseoir autour d'une même table et d'échanger en direct. Mais interrogé mercredi par les journalistes, il s'est montré très prudent. "Je veux d'abord en parler avec les délégations demain matin lors de rencontres bilatérales", a répondu M. De Mistura. M. Meslet a rappelé que le HCN avait déjà demandé des discussions directes lors de la dernière rencontre en avril. "Nous sommes ici pour négocier. Commençons par des négociations directes et discutons de l'organe de gouvernance de transition", a-t-il dit. L'opposition réclame le départ du président syrien Bachar al-Assad et la mise en place d'un organe de transition pouvant mener à des élections. Le régime est prêt à accepter des élections une fois la paix revenue, mais ne veut pas discuter du sort du chef de l'Etat syrien. https://www.lorientlejour.com/article/1036692/syrie-lopposition-veut-negocier-directement-avec-le-regime.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Des responsables allemands proposent à Bruxelles de faciliter les expulsions de migrants (mer., 22 févr. 2017)
Des responsables allemands proposent à Bruxelles de faciliter les expulsions de migrants Pour faire face à tout nouvel afflux de réfugiés, un document rédigé par des responsables allemands a suggéré à l'UE d'assouplir ses dispositions sur le droit d'asile. L'objectif est de faciliter les expulsions de migrants vers l'Afrique du Nord. L'agence Reuters a pu accéder le 21 février à un document de travail que des responsables allemands ont proposé à l'Union européenne. Ce texte suggère notamment une réforme des règles qui encadrent le droit d'asile. L'objectif est de faciliter les expulsions de demandeurs d'asile déboutés en cas de nouvel «afflux massif» de réfugiés. S'inspirant de l’accord signé entre l’UE et la Turquie en mars 2016, le texte propose de renvoyer les réfugiés traversant illégalement la Méditerranée dans des pays de transit nord-africains. Les migrants demeureraient dans ces camps en attendant l'examen de leur demande d'asile. Depuis la conclusion de l'accord entre Ankara et Bruxelles, la Méditerranée est en effet devenue une route majeure pour les migrants souhaitant gagner l'Europe. Le document, qui n'est pas un projet officiel du gouvernement allemand, remet en cause la législation européenne selon laquelle les demandeurs d'asile ne peuvent être expulsés que vers des pays tiers respectant certaines normes (protection contre les persécutions, accès au moins partiel aux services de santé, à l’éducation). La proposition considère que ces conditions, qui déterminent si un pays est «sûr» ou non, «excédent clairement» les critères fondamentaux de la Convention de Genève sur les droits des réfugiés et de la Convention européenne des droits de l’homme. «Il ne s’agit pas de bâtir une "Europe forteresse" mais de combattre l’immigration illégale, qui a déjà coûté la vie à des milliers de personnes, et de la remplacer par un système régulé d’admissions légales combinées à des conditions de vie humaines garanties par l’UE dans des pays tiers», peut-on également lire dans le texte, dont Reuters a publié des extraits. Cette proposition survient alors que le journal allemand Bild a publié un rapport gouvernemental indiquant que jusqu'à 5,9 millions de demandeurs d'asile pourraient se déplacer vers l'UE à partir des pays du pourtour méditerrannéen. https://francais.rt.com/international/34376-responsables-allemands-proposent-bruxelles-faciliter-expulsions-migrants
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite