http://www.alterinfo.net/

alterinfonet.org Agence de presse associative

L'Union Internationale des Universitaires Musulmans : le silence sur le plan d'annexion d'Israël est une "trahison" (mar., 07 juil. 2020)
L'Union Internationale des Universitaires Musulmans : le silence sur le plan d'annexion d'Israël est une L’Union internationale des universitaires musulmans a qualifié le silence sur les intentions d’Israël d’annexer de vastes zones de la Cisjordanie occupée de «nouvelle trahison». Dans une déclaration publiée sur son site Internet, l'Union a averti que le monde perdrait son respect pour les organismes internationaux et ses résolutions si Israël réussissait dans son nouveau plan d'accaparement des terres. Il a également déclaré que l’usurpation par Israël de nouvelles terres palestiniennes constituerait une menace pour la sécurité et la paix internationales, soulignant la nécessité de combattre ces plans israéliens de la part de la communauté internationale tout entière. https://french.palinfo.com/57701 @Copyright Le Centre Palestinien D'Information
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Toulouse: deux infirmiers en Ehpad se plaignent d'avoir été licenciés pour avoir réclamé des masques (Tue, 07 Jul 2020)
Toulouse: deux infirmiers en Ehpad se plaignent d'avoir été licenciés pour avoir réclamé des masques A Toulouse, deux infirmiers d'un Ehpad ont été licenciés après avoir été mis à pied en mars. Ils auraient fortement insisté pour obtenir des masques après que cinq résidents ont présenté des symptômes de diarrhée, en pleine crise sanitaire. La Dépêche du midi rapporté le 6 juillet que deux infirmiers de l'Ehpad de la Cépière à Toulouse (Haute-Garonne), d'abord mis à pied du «jour au lendemain», fin mars, sont désormais officiellement licenciés. Selon leurs avocats, ils paieraient par ces renvois «leurs demandes récurrentes d'avoir accès au stock de masques de l'établissement» et ce, en pleine crise sanitaire. Les deux professionnels, une femme et un homme, âgés respectivement de 53 ans et 34 ans, auraient redoublé d'insistance pour obtenir cette protection lorsque les 21 et 22 mars, ils ont observé des symptômes de diarrhées chez cinq résidents de l'Ehpad. Ces symptômes sont souvent observés dans les cas de Covid-19. "On a pu porter les masques au bout de la cinquième semaine de crise, ce n'est pas normal" La semaine suivante ils ont été, selon le récit de la la Dépêche du midi, priés de quitter leur poste avec une mise à pied. L'un des deux avait même été contraint de quitter son poste en plein service, escorté par la police, dévoilait la Dépêche du midi en avril. «On a pu porter les masques au bout de la cinquième semaine de crise, ce n'est pas normal», a témoigné une salariée de la maison de retraite auprès du quotidien régional. «La nature des faits reprochés est d’une gravité suffisante» Du côté de la direction, on reprocherait à ces deux employés d'avoir introduit la peur dans les équipes. Pour sa défense, le groupe Domusvi, propriétaire de l'Ehpad toulousain, a insisté sur l'absence de cas de coronavirus en avril dans la maison de retraite tout en certifiant que les consignes sanitaires avaient été respectées. "Nous contestons la version des faits énoncés, mais ne souhaitons pas nous exprimer sur le fond du dossier" «Nous contestons la version des faits énoncés, mais ne souhaitons pas nous exprimer sur le fond du dossier», avait écrit la direction de l'établissement dans un communiqué publié par la Dépêche du midi. Elle a néanmoins tenu à préciser que la «nature des faits reprochés est d’une gravité suffisante», pour justifier les mesures prises à leur encontre. La direction a, en outre, expliqué que «c’est à la suite du comportement agressif d’un des collaborateurs que l’intervention des services de police a été nécessaire pour faire cesser le trouble». "Démontrer la nullité du licenciement" Il aurait été en outre «extrêmement difficile pour [la directrice de l'établissement, Ndlr.] de prendre cette décision». L'affaire des deux soignants est encore en cours d'instruction. Leurs avocats ont fait savoir qu'ils étudiaient des recours pour «démontrer la nullité du licenciement» dans le but de permettre une saisine des prud'hommes et «l'octroi de dommages et d'intérêts». https://francais.rt.com/france/76673-toulouse-deux-infirmiers-ehpad-se-plaignent-licencies-masques
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation (Tue, 07 Jul 2020)
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation Marine Le Pen a tweeté que les dirigeants algériens insistaient sur la question des excuses devant être présentées par la France pour la colonisation dans le but «de masquer» les problèmes actuels de l’économie et de la jeunesse. Elle a répondu au Président Tebboune qu’Alger devrait regarder «en face le résultat de 60 ans d’indépendance». La présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, a réagi sur Twitter aux propos tenus samedi 4 juillet par le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune, lors d’un entretien avec France 24, demandant à la France des excuses pour la période coloniale. L’entretien a eu lieu une journée avant les célébrations du 58e anniversaire de l’Indépendance, fêtée cette année dans un contexte exceptionnel suite à la restitution par la France de 24 crânes d’éminents résistants algériens du XIXe siècle, après près de 170 ans d’exposition au musée de l’Homme à Paris. Marine Le Pen a estimé dans son message que les dirigeants algériens utilisaient cette question des excuses pour détourner l’attention de leur population des problèmes économiques et sociaux. Les dirigeants algériens demandent des excuses pour le passé, afin de masquer le présent : une économie en ruine, une jeunesse délaissée, un pays en voie de déclassement... Il est temps qu’ils regardent en face le résultat de 60 ans d’indépendance. https://t.co/Udu8OQRrWv — Marine Le Pen (@MLP_officiel) July 6, 2020 «Les dirigeants algériens demandent des excuses pour le passé, afin de masquer le présent: une économie en ruine, une jeunesse délaissée, un pays en voie de déclassement...», a-t-elle écrit, suggérant qu’il était «temps qu’ils regardent en face le résultat de 60 ans d’indépendance». Les déclarations du Président Tebboune Lors d’une interview accordée à France 24, le chef de l’État algérien a affirmé: «nous avons reçu des demi-excuses». Il faisait ainsi allusion aux propos tenus en décembre 2017, à Alger, par Emmanuel Macron en sa qualité de candidat à la présidentielle française. Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré, samedi, sur FRANCE 24, qu'«avec le président Macron nous pouvons aller loin dans l'apaisement, dans le règlement du problème de la mémoire». ➡️https://t.co/TCL3CkibWw #Algerie 🇩🇿 🇫🇷 pic.twitter.com/BikMlw4sDW — Ghassan Basile (@gnbasile) July 5, 2020 En effet, Macron avait déclaré que la colonisation était un «crime contre l’humanité». Dans le sillage de cette déclaration, il avait promis de restituer les restes des résistants algériens entreposés depuis 170 ans au musée de l’Homme à Paris. Selon certains historiens algériens, il s’agirait de 536 crânes au total. Ainsi, M.Tebboune, tout en qualifiant Emmanuel Macron de «quelqu’un de très honnête», a souhaité que le Président français aille plus loin dans sa démarche pour solder le problème de la mémoire coloniale. «Il faut faire un autre pas […] on le souhaite», a-t-il affirmé, soulignant que «cela va permettre d’apaiser le climat et le rendre plus serein pour des relations économiques, pour des relations culturelles, pour des relations de voisinage». Tout en estimant qu’Emmanuel Macron était en mesure de pousser plus loin l’apaisement entre les deux pays, Abdelmadjid Tebboune a rappelé que six millions d’Algériens vivaient en France et qu’ils pouvaient contribuer à cette dynamique des deux côtés de la Méditerranée. Un anniversaire de l’Indépendance pas comme les autres Le rapatriement des 24 crânes de résistants algériens a suscité une immense émotion dans le pays qui a réservé un accueil triomphal à ses martyrs. Cérémonie :Rapatriement des crânes des résistants algériens! https://t.co/YWLvYwMYtH — sevket temiz (@sevketemiz) July 4, 2020 En effet, rapatriés vendredi 3 juillet par un avion de l’Armée nationale populaire (ANP) escorté par trois bombardiers Su-30, ils ont été reçus à Alger par le Président Tebboune lui-même et les hautes autorités civiles et militaires du pays. Des navires de guerre de la Marine ont également participé à l’hommage rendu à ces résistants, en plus d’une unité de parachutistes qui a effectué un saut en leur honneur. Vous avez raté peut-être la partie martiale de la cérémonie de rapatriement des ossements des martyrs résistants algériens, en voici les détails et la logistique qu'il y a eu derrière. #Algeriehttps://t.co/34gqxMDWg0 — Secretdifa3 Akram Kharief (@secretdifa3) July 4, 2020 Le choix de la date du 3 juillet n’est pas fortuit. C’est une date hautement symbolique de la guerre d’Algérie qui correspond au jour de l’annonce du résultat du référendum d’autodétermination du 1er juillet 1962, lors duquel les Algériens ont voté à 99,72% pour l’indépendance du pays. Ces 24 crânes ont été inhumés dimanche 5 juillet au Carré des martyrs de la Révolution algérienne, au cimetière d’Al Alia, à Alger. La cérémonie, rythmée par des coups de canon, s’est déroulée en présence du Président Abdelmadjid Tebboune et de toutes les hautes autorités du pays. Rapatriement des crânes des résistants algériens : une cérémonie, un réveil mémoriel. Vers un apaisement entre Alger et Paris pour un vivre ensemble intelligent moins encombré par le poids de l'histoire @Algerie #paix #FranceAlgerie pic.twitter.com/6mSWcjzHdN — Amine B (@aminevisions) July 4, 2020 https://fr.sputniknews.com/maghreb/202007071044070781-marine-le-pen-reagit-aux-propos-du-president-algerien-reclamant-des-excuses-pour-la-colonisation/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Mortalité liée au Covid-19 : les Maghrébins premiers touchés en France (Tue, 07 Jul 2020)
Mortalité liée au Covid-19 : les Maghrébins premiers touchés en France En France, la mortalité liée au coronavirus Covid-19 a touché en premier lieu les personnes d’origine maghrébine, révèle ce mardi 7 juillet une étude de l’institut des statistiques Insee, publiée par l’agence AFP. En mars et avril dernier, le nombre de décès en France a bondi de 25 % par rapport à la même période de 2019, en raison notamment de l’épidémie du coronavirus qui a durement touché le pays. Mais la hausse des décès n’a pas touché toute la population de la même manière. Les décès de personnes nées à l’étranger ont connu une hausse de 48 % contre 22 % pour celles nées en France. Les personnes nées au Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) ont été particulièrement touchées : 8.300 décès en mars-avril 2020 contre 5.400 à la même période en 2019, selon l’Insee. Pour les personnes nées en Europe (hors France) et dans un pays d’Amérique ou en Océanie, la hausse des décès est proche de celle observée pour les personnes nées en France, soit 22 %. Selon l’Insee, cette forte hausse des décès chez les populations nées au Maghreb s’explique par le fait que les personnes étrangères résident davantage dans les territoires densément peuplés, surtout en Île-de-France, région la plus fortement touchée par le Covid-19 (+92 % de décès en mars-avril par rapport à 2019). Le logement, l’utilisation des transports en commun et la profession, facteurs qui peuvent réduire les possibilités de distanciation sociale, jouent également beaucoup. En outre, 14 % des personnes en emploi et nées dans un pays du Maghreb et 15 % de celles nées dans un autre pays d’Afrique sont des « travailleurs clés » (personnels de santé, aides-soignants, ambulanciers, forces de l’ordre, transports publics, pompiers, vendeurs, livreurs, agents de nettoyage…) qui ont poursuivi leur activité et ont été parmi les plus exposés au risque de contamination. Contre 11 % des personnes décédées nées en France. https://www.visa-algerie.com/mortalite-liee-au-covid-19-les-maghrebins-premiers-touches-en-france/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

La Libye risque la somalisation (Tue, 07 Jul 2020)
La Libye risque la somalisation Des attaques aériennes menées par des avions «inconnus» ont ciblé, dans la nuit de samedi à dimanche, la plus importante base militaire de l'Ouest libyen, à Al Watiya, reprise, voici un mois à peine, par les forces loyales Gouvernement d'union nationale (GNA) avec le soutien de la Turquie. L'information a été divulguée par une source proche des forces du maréchal Haftar et confirmée par un résident dans la ville voisine de Zintan qui parle d'une série d'explosions entendues dans cette localité. Ces attaques menées par «des avions d'origine inconnue», selon cette source de l'ANL autoproclamée, semblent indiquer que Haftar n'a pas l'intention de baisser les bras, après les multiples revers que ses troupes ont essuyés depuis avril dernier et, plus particulièrement, avec la chute en mai dernier d'Al Watiya qui fut un facteur décisif dans l'effondrement de son offensive pour prendre la capitale libyenne. Les forces du GNA, fortement soutenues par la Turquie avec des frappes aériennes et des attaques de drones, ont réussi, en juin dernier, à couper les circuits d'approvisionnement de l'ANL et à repousser celle-ci dans l'ultime bastion de Syrte, actuellement sous la menace d'une offensive prochaine. C'est d'ailleurs cette menace qui a conduit le président égyptien Abdelfattah al Sissi à lancer un avertissement en direction du GNA et de la Turquie, affirmant que Syrte est «une ligne rouge» où tout assaut serait synonyme de déclaration de guerre à l'Egypte. Une relative accalmie est observée depuis plusieurs jours sur la ligne de front actuelle, que viennent rompre ces attaques aériennes par des appareils «inconnus». La Turquie a dépêché, ces derniers jours, deux délégations à Tripoli, la première conduite par les ministres des AE et des Finances ainsi que du chef du Renseignement et la seconde composée du ministre de la Défense et du chef d'état-major. L'objectif principal de ces visites concerne l'installation de deux bases militaires en Tripolitaine, dont l'une navale. L'autre, aérienne, doit voir le jour à...Al Watiya. On comprend dès lors le sens de ces attaques aériennes qui sonnent comme un avertissement mais dont il n'est pas superflu de penser qu'elles ouvrent la voie à de graves répercussions en terme de conflit aggravé et de dommages collatéraux pour les Libyens, qu'ils soient de l'Ouest ou de l'Est. Les récents échanges aigre-doux entre la France et la Turquie sur la crise libyenne sont porteurs de signes qui ne trompent pas. Le pays va tout droit dans le mur et risque, à termes, ainsi que l'a déclaré le président Abdelmadjid Tebboune dans son entretien avec France 24, de se retrouver dans la même situation que celle traversée par la Syrie «en raison de la multiplicité des ingérences étrangères» qui lorgnent vers les richesses du sous-sol libyen et entretiennent le conflit par procuration, au risque de provoquer sa somalisation.
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes (Tue, 07 Jul 2020)
Tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes Un camp militaire abritant des forces onusiennes, françaises et maliennes a essuyé plusieurs tirs d’obus mardi dans le nord-est du Mali en proie aux violences et au jihadisme, a-t-on appris auprès de la mission de l’ONU dans le pays. Les projectiles, au nombre de 16 selon des informations préliminaires, sont tombés en dehors du camp de Tessalit dans la région de Kidal proche de la frontière algérienne, et n’ont pas fait de blessés ni de dégâts, a indiqué le porte-parole de la mission (Minusma), Olivier Salgado.Lundi, un véhicule de la Minusma circulant en convoi a heurté une mine dans Kidal. Trois Casques bleus avaient été blessés, dont un sérieusement, selon la mission onusienne.Une attaque au mortier contre le camp de Tessalit avait fait 18 blessés parmi les Casques bleus et deux parmi les civils en janvier.Le camp de Tessalit abrite des forces de la Minusma, de l’opération antijihadiste française Barkhane et des soldats maliens.Kidal, à 1.500 km au nord-est de Bamako, est un fief touareg. C’est du nord du Mali qu’est partie en 2012 une rébellion d’indépendantistes, de salafistes et de jihadistes qui marque le début de l’actuel conflit. Les rebelles indépendantistes ont depuis signé un accord de paix. Mais les activités des jihadistes se sont propagés au centre du pays et au Burkina Faso et au Niger voisins. Le conflit a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. http://malijet.co/crise-malienne/mali-tirs-dobus-contre-un-camp-de-forces-onusiennes-francaises-et-maliennes
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Le lent délitement de la République en France (Tue, 07 Jul 2020)
Depuis trois ans, une contestation profonde se fait entendre partout en France. Elle a adopté des formes jusque-là inconnues. Se réclamant de l’idéal républicain, elle remet en cause la manière dont le personnel politique sert les institutions. Face à elle, le président de la République singe une concertation qu’il manipule à chaque étape. Pour Thierry Meyssan, les pires ennemis du pays ne sont pas ceux qui veulent le diviser en communautés, mais ceux qui ont été élus et ont oublié le sens de leur mandat. Le lent délitement de la République en France La première vague En octobre 2018, en France, une sourde protestation montait des petites villes et des campagnes. Les dirigeants du pays et les médias découvraient avec stupéfaction l’existence d’une classe sociale qu’ils ne connaissaient pas et n’avaient jamais rencontrée jusque là : une petite bourgeoisie, qui avait été exclue des grandes villes et reléguée dans le « désert français », un espace où les services publics sont rationnés et les transports en commun inexistants. Cette protestation, qui à certains endroits se transforma en soulèvement, fut déclenchée par la hausse d’une taxe sur le pétrole visant à réduire la consommation de carburant afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Ces citoyens étaient beaucoup plus touchés que les autres par cette hausse car ils vivaient loin de tout et n’avaient aucune autre option de transport que leurs moyens personnels. Depuis la dissolution de l’Union soviétique, l’économie mondiale s’est réorganisée. Des centaines de millions d’emplois ont été délocalisés d’Occident vers la Chine. La plupart de ceux qui ont perdu leur travail ont dû en accepter d’autres moins bien payés. Ils ont été contraints de quitter les grandes villes, devenues trop chères pour eux, et de s’installer à leur périphérie [1]. Les Gilets jaunes rappelaient au reste de la société qu’ils existaient et ne pouvaient pas aider à lutter contre « la fin du monde » si on ne les aidait pas d’abord à lutter pour leurs « fins de mois ». Ils dénonçaient l’inconscience des dirigeants politiques qui, depuis leurs bureaux de la capitale, ne percevaient pas leur détresse [2]. Les premiers débats politiques qui opposèrent des politiques à quelques unes de leurs figures de proues furent encore plus stupéfiants : les politiques leur proposaient des mesures sectorielles visant à rendre le prix de l’essence abordable quand ils leur répondaient calmement sur les désastres causés par la globalisation financière. Les premiers paraissaient désarçonnés et dépassés, tandis que les seconds étaient les seuls à disposer d’une vue d’ensemble. La compétence était passée du personnel politique à ses électeurs. Heureusement pour la classe dirigeante, les médias écartèrent ces trouble-fête et leur substituèrent d’autres manifestants, exprimant avec force leur colère sans la même intelligence. Le durcissement du conflit, soutenu par la majorité de la population, fit craindre une possible révolution. Paniqué, le président Emmanuel Macron se réfugia durant dix jours dans son bunker sous l’Élysée, annulant tous ses rendez-vous. Il pensa démissionner et convoqua le président du Sénat pour qu’il exerce l’intérim. Celui-ci le rabroua. Reprenant ses esprits, il apparut à la télévision pour annoncer diverses mesures sociales. Cependant aucune de ces allocations ne concernait les Gilets jaunes car l’État ignorait encore qui ils étaient. Toutes les études d’opinion tendent à montrer que cette contestation n’est pas un rejet de la politique, mais au contraire une volonté politique de restauration de l’Intérêt général, c’est à dire de la République (Res Publica). Les citoyens sont à peu près satisfaits de la Constitution, mais pas de la manière dont on s’en sert. Leur rejet est d’abord celui du comportement du personnel politique dans son ensemble, pas des Institutions. Aussi, pour reprendre la main, le président Emmanuel Macron décida d’organiser un « Grand débat national » dans chaque commune, un peu sur le modèle des États généraux de 1789. Chaque citoyen pourrait s’exprimer. Les propositions seraient synthétisées et prises en compte. Dès les premiers jours, le président s’employa à contrôler l’expression populaire. Il s’agissait de ne pas laisser la populace dire n’importe quoi. L’« immigration », l’« interruption volontaire de grossesse », la « peine de mort » et le « mariage pour tous » devaient être écartés des débats. Ainsi, alors que le président se pensait « démocrate », il se méfiait du Peuple. Bien sûr, tous les groupes peuvent se laisser dominer par des passions. Durant la Révolution française, les sans-culottes ont pu perturber les débats des assemblées en invectivant les députés depuis les tribunes. Mais rien ne permet d’anticiper que les maires se seraient laisser déborder par leurs administrés. L’organisation du « Grand débat national » revenait à la Commission nationale du débat public. Or celle-ci entendait garantir la libre expression de chaque citoyen, tandis que le président voulait au contraire la limiter à quatre thèmes : « transition écologique », « fiscalité », « démocratie et citoyenneté », « organisation de l’État et des services publics ». La Commission fut donc remerciée et remplacée par deux ministres. Le chômage, les relations sociales, la dépendance des personnes âgées, l’immigration et la sécurité, tombèrent aux oubliettes. Le président se mit alors en scène. Il participa à plusieurs réunions télévisées au cours desquelles il répondit à toutes les questions posées, imbu de sa propre compétence. On était passé du projet d’écouter les préoccupations citoyens à l’idée de leur répondre qu’ils étaient bien gouvernés Trois mois, 10 000 réunions et 2 000 000 de contributions plus tard, un rapport fut rendu et classé dans un placard. Contrairement à ce que prétend cette synthèse, les interventions des participants au « Grand débat national » portaient sur les avantages des élus, la fiscalité et le pouvoir d’achat, la limitation de vitesse sur routes, l’abandon des territoires ruraux et l’immigration. Non seulement cet exercice de style n’a pas fait avancer les choses, mais il a donné aux Gilets jaunes la preuve que le président veut leur parler, mais pas les entendre.
Le lent délitement de la République en France
Puisqu’on vous dit que nous sommes démocrates Non pas au cours du « Grand débat national », mais durant les manifestations, de nombreux Gilets jaunes firent référence à Étienne Chouard [3]. Depuis une dizaine d’années, cet homme sillonne la France en assurant ses interlocuteurs qu’une Constitution n’est légitime que si elle est rédigée par les citoyens. Il préconise donc de former une assemblée constituante par tirage au sort et de soumettre son résultat à référendum. Le président Emmanuel Macron leur répondit en créant une assemblée tirée au sort, une « Convention citoyenne ». Dans la continuité du « Grand débat national », dès le premier jour, il pervertit l’idée qu’il mettait en œuvre. Il ne s’agissait pas de rédiger une nouvelle Constitution, mais de poursuivre un des quatre thèmes qu’il avait déjà imposé. Cependant, il n’a pas considéré que le tirage au sort soit un moyen de dépasser les privilèges dont disposent certaines classes sociales ou de contourner ceux des partis politiques. Il l’a abordé comme un moyen de mieux connaître la volonté populaire, à la manière des instituts de sondage. Il a donc fait procéder à un découpage de la population selon des catégories socio-professionnelles ainsi que par région. Puis les membres ont été tirés au sort dans ces différents groupes comme pour un panel de sondés. La définition de ces groupes n’a pas été rendue publique. En outre, il a confié l’organisation des débats à un cabinet spécialisé dans l’animation de panels de sorte que le résultat est celui d’un sondage : cette assemblée n’a formulé aucune proposition originale, mais s’est bornée à prioriser les propositions qu’on lui a présentées. Un tel processus est beaucoup plus formel qu’un sondage, mais n’a rien de démocratique puisque jamais ses membres n’ont pu exercer la moindre initiative. Les propositions les plus consensuelles seront transmises au Parlement ou soumises au Peuple par référendum. Or, le dernier référendum en France, il y a quinze ans, est un très mauvais souvenir : le Peuple a censuré la politique gouvernementale qui a pourtant été poursuivie par d’autres voies au mépris des citoyens. Le caractère totalement illusoire de cette assemblée de citoyens est apparu avec une proposition que ses membres ont déclaré ne pas vouloir soumettre à référendum parce que le Peuple, qu’ils étaient censés représenter, la rejetterait à coup sûr. Ce faisant, ils ont admis avoir adopté une proposition en suivant les arguments qui leur avait été présentés, mais en sachant que le Peuple raisonnerait autrement. Ce n’est pas moi, ce sont les scientifiques Lorsque survint l’épidémie de Covid-19, le président Emmanuel Macron fut convaincu de la gravité du danger par le statisticien britannique Neil Ferguson [4]. Il décida de protéger la population en appliquant le confinement obligatoire généralisé que lui recommandait l’ancienne équipe de Donald Rumsfeld [5]. Il se prémunit des critiques en constituant un « Conseil scientifique » dont il confia la présidence à une personnalité morale qu’il pensait incontestable [6]. Une seule voix autorisée se leva contre ce dispositif : un des plus éminents médecins infectiologues au monde, le professeur Didier Raoult [7]. À la fin de la crise, il témoigna devant une commission parlementaire. Selon lui, Neil Ferguson est un imposteur ; le Conseil scientifique —dont il démissionna— est manipulé par des conflits d’intérêt avec Gilead Science (l’ancienne firme de Donald Rumsfeld) ; en situation d’urgence, le rôle des médecins est de soigner pas de faire des expériences ; les résultats des médecins dépendent de leur conception de leur métier, c’est pourquoi les malades confiés aux hôpitaux de Paris avaient trois fois plus de risque de mourir que ceux confiés aux hôpitaux de Marseille. https://www.voltairenet.org/IMG/webm/YouTube-1.webm Les propos de Didier Raoult ne furent pas analysés par les médias qui consacrèrent leur travail à la réaction outrée de la nomenklatura administrative et médicale. Pourtant la question de la compétence du président de la République, de son gouvernement et des élites médicales venait d’être posée par un membre incontesté de l’élite médicale. La seconde vague Le premier tour des élections municipales avait eu lieu au début de la crise sanitaire, le 15 mars 2020. Les villes périphériques et les campagnes, terres des Gilets jaunes, avaient souvent dégagé des majorités pour élire immédiatement leur maire. Comme à l’habitude les choses étaient plus complexes dans les grandes villes. Un second tour fut organisé à la fin de la crise, le 28 juin. Un nouveau pas a alors été franchi. Six électeurs sur dix, échaudés par le « Grand débat national » et indifférents à la « Convention citoyenne », ont fait la grève des urnes. Ignorant cette protestation silencieuse, les médias ont interprété le vote de la minorité comme un « triomphe des écologistes ». Il aurait été plus juste de dire que les partisans de la lutte contre la « fin du monde » ont définitivement divorcé de ceux de la lutte pour les « fins de mois ». Les études d’opinion nous assurent que le vote écologiste est surtout le fait de fonctionnaires. C’est une constante dans tous les processus pré-révolutionnaires : des gens intelligents, s’ils se sentent liés au Pouvoir, sont aveuglés et ne comprennent pas ce qui se passe sous leurs yeux. La Constitution ne prévoyant pas cette fracture au sein du Peuple, aucun quorum n’a été institué de sorte que ce scrutin est valide quoique non démocratique dans toutes les grandes villes. Aucun des maires, pourtant élus par seulement un cinquième de leurs administrés voire moins encore, n’a demandé l’annulation du scrutin. Aucun régime ne peut se prolonger sans le soutien de sa population. Si cette grève des urnes se reproduit lors de l’élection du président de la République, en mai 2022, le système s’effondrera. Aucun des dirigeants politiques ne semble s’en soucier. [1] « Comment l’Occident dévore ses enfants », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 décembre 2018. [2] « Une colère très politique », par Alain Benajam, Réseau Voltaire, 21 novembre 2018. [3] Blog d’Étienne Chouard. [4] « Covid-19 : Neil Ferguson, le Lyssenko libéral », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 avril 2020. [5] « Le Covid-19 et l’Aube rouge », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 avril 2020. [6] « C’en est assez du consensus ! », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 2 juin 2020. [7] Site officiel de Didier Raoult et de son équipe : Méditerranée infection.
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19 (Tue, 07 Jul 2020)
239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19 Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on considère comme allant de soi qu’elle se transmet par des gouttelettes respiratoires à la fois dans l’air et par contact. C’est sur cette base que l’on a préconisé de nettoyer les poignées de porte, de porter un masque et de respecter des « distances sociales ». Or, ce mode de transmission n’a jamais été prouvé. Au contraire, si l’on considère la Covid-19 comme un virus respiratoire, on doit envisager qu’il se transmet exclusivement par aérosol comme toutes les autres maladies virales respiratoires. Dans un tel cas, il est absurde de nettoyer les poignées de porte, absolument inutile de porter des masques ou d’enfiler des combinaisons, ridicule de respecter des distances sociales. La seule et unique prévention est d’aérer le plus possible. Ce mode de transmission n’a pas non plus été prouvé, mais il est beaucoup plus logique que l’hypothèse dominante. Cette théorie est soutenue par de nombreux chercheurs depuis le début de l’épidémie, mais on ne leur donne pas la parole. C’est cette hypothèse qui avait conduit Thierry Meyssan à ironiser sur le port du masque et à le comparer aux masques anti-peste du XVIIème siècle [1]. 239 scientifiques viennent de publier une lettre ouverte en ce sens dans la revue Clinical Infectious Diseases (CID). https://www.voltairenet.org/article210483.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Philippe, Buzyn et Véran visés par une information judiciaire ouverte par la Cour de Justice de la République (Tue, 07 Jul 2020)
Philippe, Buzyn et Véran visés par une information judiciaire ouverte par la Cour de Justice de la République Ce mardi, une information judiciaire visant Édouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran pour leur gestion de la crise sanitaire a été ouverte. Neuf plaintes sur 90 ont été jugées recevables, selon le communiqué du procureur général près la Cour de cassation. Ce dernier rappelle qu'elle concerne un délit d'«abstention de combattre un sinistre». Une information judiciaire sur la gestion ministérielle de la crise du Covid-19 confiée à la Cour de Justice de la République (CJR) a été ouverte ce mardi contre Édouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn, a annoncé le procureur général près la Cour de cassation François Molins. «Conformément à la décision rendue par la commission des requêtes vendredi 3 juillet dernier, cette information judiciaire est ouverte du chef d'abstention de combattre un sinistre» contre l'ex-Premier ministre Édouard Philippe, l'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn et son successeur Olivier Véran. L'information judiciaire a été lancée notamment à la suite des «faits commis à Paris courant 2019 et 2020». Neuf plaintes, parmi les 90 reçues par la CJR, seule instance habilitée à juger les membres du gouvernement pour l'exercice de leur fonction, avaient été jugées recevables et jointes pour cette procédure, relate l'AFP. Toujours selon le communiqué du procureur général de la Cour de cassation, le délit d'«abstention de combattre un sinistre» est «prévu» et «réprimé par l’article 223-7 du code pénal» lequel prévoit «deux ans d’emprisonnement» ou «30.000 euros d’amende» pour quiconque «s'abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes». Quatre-vingt-dix plaintes 53 plaintes sur 90 ont été examinées. Outre neuf jugées recevables, 34 ont été déclarées irrecevables, car elles ne visaient pas un membre du gouvernement ou car le plaignant n'avait pas d'intérêt à agir. Dix autres, visant notamment les ex-ministres de la Justice Nicole Belloubet, des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ou encore de l'Intérieur Christophe Castaner, ont été classées sans suite. Accusations Les plaintes à la CJR avaient commencé à être déposées quelques jours après le début du confinement mi-mars. Elles émanent de particuliers, de médecins, d'associations, ou encore de détenus. Les plaignants dénonçaient, selon les cas, des faits de «mise en danger de la vie d'autrui», «homicide involontaire», «non-assistance à personne en danger» ou abstention de prendre à temps des mesures pour endiguer la pandémie. Cette dernière a fait jusqu'ici près de 30.000 morts en France. https://fr.sputniknews.com/france/202007071044068221-philippe-buzyn-et-veran-vises-par-une-information-judiciaire-ouverte-par-la-cour-de-justice-de-la/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Darmanin a «les gènes de la trahison», Jacob appelle Macron à «se méfier» (Tue, 07 Jul 2020)
Darmanin a «les gènes de la trahison», Jacob appelle Macron à «se méfier» Interrogé dans Le Parisien sur l’inflexion à droite que laisse transparaître la composition du nouveau gouvernement, le patron des Républicains Christian Jacob a jugé que «ces ministres sont d’abord des opportunistes». Le patron des Républicains Christian Jacob a conseillé mardi à Emmanuel Macron de «se méfier» de Gérald Darmanin, transfuge de la droite promu la veille ministre de l’Intérieur, car il a «les gènes de la trahison». Interrogé dans Le Parisien sur l’inflexion à droite que laisse transparaître la composition du nouveau gouvernement emmené par Jean Castex, qui vient de quitter LR, M. Jacob juge dans Le Parisien que «ces ministres sont d’abord des opportunistes». «Quel lien a Darmanin avec la droite ? Il est adhérent En marche», rétorque-t-il aussi à propos du ministre issu de la droite, rallié en 2017 à Emmanuel Macron et ministre des Comptes publics dans le précédent gouvernement. «Si j’étais le Président, je m’en méfierais, parce que le ministre de l’Intérieur a les gènes de la trahison! Le Président est allé chercher une personnalité ou deux qui avaient besoin de reconnaissance, c’est tout», critique M. Jacob. On nous promettait «des prises de guerre (...): résultat à l’arrivée, rien, nada» Guillaume Peltier, numéro deux des Républicains, évacue aussi la question d’un siphonnage de la droite par Emmanuel Macron, indique l'AFP. «Si la politique se résume à du spectacle, du cynisme, une simple tactique et des stratégies de débauchage individuels, qu’est-ce qu’elle est triste la politique, et c’est celle que mène Emmanuel Macron», a-t-il commenté sur franceinfo. Outre Gérald Darmanin, promu à l’Intérieur, l’ancienne ministre de Jacques Chirac Roselyne Bachelot fait son retour en politique en prenant les rênes du ministère de la Culture. Pour l’ancien ministre Brice Hortefeux, on nous promettait «des prises de guerre, des ralliements, des choses spectaculaires: résultat à l’arrivée, rien, nada». Il a expliqué sur RTL avoir été appelé lundi soir par Gérald Darmanin, proche comme lui de Nicolas Sarkozy: «Je l’ai naturellement félicité, je lui ai souhaité bon courage, parce que la réalité c’est que les clignotants sont au rouge» en matière de sécurité, a-t-il noté. «Pas de débauchage chez LR et c’est tant mieux» Même son de cloche auprès du patron des députés LR Damien Abad: «il n’y a pas eu de débauchage chez LR et c’est tant mieux», a-t-il estimé sur Sud Radio. Et, a-t-il fait valoir, aux côtés de MM. Castex et Darmanin, il y a aussi «20 autres (ministres) dont beaucoup viennent de la gauche», ce qui peut alimenter «des doutes sur la cohérence d’ensemble de ce casting gouvernemental». A gauche, le patron du PS Olivier Faure anticipe au contraire dans les colonnes du Parisien «une politique plus que jamais orientée vers la droite et un président qui concentre plus que jamais tous les pouvoirs». https://fr.sputniknews.com/france/202007071044066731-darmanin-a-les-genes-de-la-trahison-jacob-appelle-macron-a-se-mefier/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Les syndicats de police expliquent comment éviter une «catastrophe» suite à l'arrivée de Gérald Darmanin à l’Intérieur (Tue, 07 Jul 2020)
Les syndicats de police expliquent comment éviter une «catastrophe» suite à l'arrivée de Gérald Darmanin à l’Intérieur Les syndicats de police espèrent que Gérald Darmanin, nouveau ministre de l’Intérieur, saura trouver des financements pour moderniser la police et accordera «un soutien sans faille». Selon des témoignages, certains souhaitent que leurs conditions de travail soient immédiatement améliorées, d'autres que le livre blanc précédent ne soit pas enterré. La nomination de Gérald Darmanin au poste de ministre de l’Intérieur a suscité une vive réaction auprès des syndicats de police dont les commentaires ont été recueillis par l’AFP. Celle-ci est plutôt positive. Attente de financements Les organisations syndicales espèrent que l’ancien ministre de l’Action et des Comptes publics pourra obtenir des financements pour améliorer les conditions de travail des forces de l’ordre et leur accordera tout son soutien. «C’est un avantage pour nous», annonce Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergies officiers. Le ministre se trouve être le dixième de ce poste régalien en dix ans, un ministère que personne n’a «su moderniser» selon Christophe Rouget du SCSI-CFDT. «On a besoin d'un ministre qui nous soutienne, y compris sur la partie budgétaire», annonce Philippe Capon, de l’Unsa-Police. «Il avait les cordons de la bourse comme ministre du Budget. Maintenant qu'il est le premier flic de France, à lui d'aller chercher l'argent pour les policiers, pour l'indemnité du travail de nuit ou la nouvelle bonification indiciaire», indique Yves Lefebvre, secrétaire général de l’Unité-SGP-FO. Par la voix de Fabien Vanhemelryck, l’Alliance Police Nationale partage ce point de vue selon lequel Gérald Darmanin «devra faire en sorte de débloquer un budget conséquent pour la police s’il souhaite donner un nouvel élan indispensable à l'institution». Un soutien en raison d’un «malaise» En outre, «un soutien sans faille est indispensable et l'amélioration des conditions de travail doit être immédiate (matériel, mesures sociales, revalorisation heures de nuit...)», poursuit M.Vanhemelryck, car «le malaise est grand dans les rangs de la police». Le souhait de lancer une «loi pluriannuelle de programmation budgétaire pour une police modernisée et respectée» a également été exprimé par Christophe Rouget. Un désastre à éviter Évoquant le livre blanc de la sécurité intérieure mis en place par Christophe Castaner et Laurent Nuñez, le secrétaire général du syndicat des commissaires de police alerte sur la nécessité de poursuivre le travail: «Si le nouveau ministre enterre ce qui a demandé un an de travail de fond, ce serait une catastrophe». https://fr.sputniknews.com/france/202007071044068209-les-syndicats-de-police-expliquent-comment-eviter-une-catastrophe-suite-a-larrivee-de-gerald/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Les chaînes d'Alain Soral supprimées par Youtube, après celle de Dieudonné (Tue, 07 Jul 2020)
Les chaînes d'Alain Soral supprimées par Youtube, après celle de Dieudonné Les deux chaînes Youtube de l’essayiste d’extrême droite Alain Soral ont été supprimées lundi par la plateforme américaine de vidéos en ligne, a fait savoir la branche française de sa maison-mère, Google, une semaine après avoir fermé celle du polémiste Dieudonné. Comme pour l’humoriste militant, les chaînes de M. Soral ont été fermées pour «enfreintes répétées aux conditions d’utilisation» de la plateforme. La première, «ERTV Officiel», qui portait l’acronyme de son site «Egalité et réconciliation», comptait 185.000 abonnés. La seconde, «ERTV International», cumulait 3.200 abonnés. A l’instar de Dieudonné, M. Soral «ne pourra pas recréer de chaîne sur Youtube», a précisé Google France. En revanche, des vidéos le faisant apparaître pourront toujours être visibles si elles respectent les conditions d’utilisation de la plateforme. Règlement durci vis-à-vis des discours de haine. Depuis juin 2019, Youtube a durci son règlement vis-à-vis des discours de haine et ces fermetures interviennent en application de ce nouveau cadre, a précisé Google France. Aux Etats-Unis, la plateforme a également supprimé des chaînes de suprémacistes blancs la semaine dernière. La chaîne «ERTV Officiel» de M. Soral avait déjà été fermée par Youtube en juin 2018, une semaine après sa condamnation à deux peines d’emprisonnement avec sursis pour provocation à la haine. La plateforme invoquait déjà le «non-respect du règlement de la communauté». Mais le polémiste avait rapidement obtenu la réouverture de sa chaîne quelques jours plus tard: il avait à l’époque tiré parti des «zones grises» de l’ancien règlement pour amener Youtube à revenir sur sa décision, précise aujourd’hui Google France. Habitué des tribunaux, M. Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, a été condamné plusieurs fois par la justice. La dernière condamnation date de la fin juin en appel: 5.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour contestation de l’existence de la Shoah. https://fr.sputniknews.com/france/202007071044066699-les-chaines-dalain-soral-supprimees-par-youtube/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

La véritable guerre mondiale est en Algérie (Tue, 07 Jul 2020)
La "pompe Afrique" des puissances occidentales ! Mallence Bart Williams Le pillage des ressources africaines La véritable guerre mondiale est en Algérie L’Algérie est immensément riche https://youtu.be/cLL3mr3GZ9E. Elle « roule » sur l’or, au sens propre et au figuré. L’or est en effet partout, au sud, au nord, à l’est et à l’ouest. Les cotes algéroises en regorgent. A quelques kilomètres d’Alger, il suffit de se baisser pour ramasser de l’or! Le sol et le sous-sol algériens n’ont pas fini de livrer leurs secrets. Des métaux, des minerais, de l’énergie fossile, des terres rares, des terres agricoles exploitables même dans le sud, de l’eau à profusion, du soleil à produire de l’énergie pour éclairer le monde. Et de l’uranium https://www.latribune.fr/journal/archives/edition-du-1108/politique-internationale/250341/l-algerie-vend-ses-gisements-d-uranium.html, surtout de l’uranium pur dans les vastes étendues de l’Ahaggar et du Tassili!http://pratclif.com/mines/timgaouineabankor/Potentialite_uranium_alg.pdf Or, la profondeur algérienne en Afrique est également fournie en richesse à un point que l’on ose à peine imaginer! L’avenir du monde est en Afrique. Les richesses du sol et du sous-sol africain ne laissent indifférent aucune puissance mondiale. Zbigniew Brzeziński avait en son temps évoqué l’importance de la région des grands lacs africains pour les États Unis. Et l’agenda américain était de sortir la France depuis cette région jusqu’au nord de l’Afrique. Cela a commencé avec l’installation de l’Ouganda comme tête de pont, puis l’installation d’une base arrière au Rwanda en impliquant la France pour l’éteindre dans l’un des plus terribles génocides humains du vingtième siècle, en provoquant la partition du Soudan. L’Éthiopie, l’Érythrée et la corne de l’Afrique sont déjà sous influence américano-sioniste tout comme Khartoum sous « mandat » émirato-saoudien, autant dire Tel Aviv et Washington. Au nord, la Tunisie et le Maroc sont déjà totalement enserrés dans un étau dont ils ont du mal à s’en sortir. Mais la clef de la conquête définitive de l’Afrique gît en « la mise sous séquestre » de l’Algérie. Et c’est le nerf de la guerre mondiale actuelle qui ne dit pas son nom. Elle se joue dans les coulisses, dans les laboratoires des services de renseignement, dans les accrochages politiques sourds. Les yeux sont grands ouverts, écarquillés même, mais les bouches sont cousues de peur de révéler l’ampleur des enjeux. Elles commencent à peine à s’ouvrir. La médiatisation de l’Algérie montera en puissance, les enjeux sont trop énormes pour qu’ils restent discrets. Ils sont tellement énormes qu’ils dépassent en importance tous les points de fixation actuelle à l’échelle du globe. Il y va de l’avenir de la France et de l’Europe. C’est-à-dire de la fin définitive de la domination américaine et de l’alliance atlanto-sioniste. Il y va des intérêts économiques de la Chine et de la Russie. Tout cela réuni signifie la fin des équilibres mondiaux hérités de Yalta alors qu’ils étaient sur le point d’être reconduits en y apportant quelques amendements. Le réveil de l’Algérie modifie tous les calculs et rend aphones toutes les puissances qui aujourd’hui savent qu’elles assistent impuissantes à une future recomposition mondiale dont ils ne maîtrisent ni les tenants, ni les aboutissants. Or, aucune puissance n’a intérêt à ce que l’Algérie et le reste de l’Afrique reprennent contrôle de leur destin. Il y va du destin et de l’avenir des équilibres mondiaux actuels qui font de l’Afrique le grand absent à la table des négociations et le grand gâteau dont tous veulent croquer. Comment alors maîtriser ce qui est inéluctable…? 26.06.2020 Sous le Sahara : une nappe d’eau grande comme deux fois la France : https://youtu.be/CTB1sMDaOyY https://frontieresblog.wordpress.com/2019/10/16/les-puissances-mondiales-contre-le-peuple-algerien/ https://frontieresblog.wordpress.com/2019/12/07/la-fin-du-regime-neocolonial-en-algerie/ https://frontieresblog.wordpress.com/2019/04/17/le-desespoir-de-laxe-atlanto-sioniste-en-algerie/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

La dictature démocratique (Tue, 07 Jul 2020)
« Qui sont ces ténors auto-proclamés du Hirak?» Inventeurs de : La dictature démocratique La dictature démocratique C’est la période des soldes avant l’heure, les commerçants des « révolutions des arabes » ont sorti leurs invendus dans le « Hirak » par la buse de la presse populiste de caniveau, pour tenter de se refaire une santé idéologique sur le dos du peuple algérien. Le climat est pestiférant, je ne peux plus respirer, comme disait Georges Floyd, surtout après que des agents de l’administration judiciaire m’ont expliqué, en ce 3 décembre 2019, que j’étais sous le coup de la « justice du téléphone », avec le rejet de régularisation de la situation de mon fils adoptif, qui vient d’en haut. J’ai compris que le ciel colonial a encore frappé un petit garçon, mon petit garçon: la double peine. Suis-je l’Arche de Zoé, à moi tout seul ? Ne pouvant supporter le confinement politique, imposé par les forces de neutralisation du débat contradictoire, positionnées, y compris, à gauche, j’ai décidé de braver « l’interdit démocratique » qui frappe ma famille et moi-même. L’appel profond des braves à « la résistance » a été lancé, par delà la Méditerranée, et se soustraire constitue une complicité avérée avec des crimes annoncés avant l’heure. Le parti politique « Rachad », dirigé par notre prix Nobel, Mourad Dhina, carburant d’Eric Zemmour, vient de lancer, le 20juin 2020, une « fatwa nucléaire » contre Madame Aklouch Samia, une femme, magistrate au tribunal de Cherraga. Ce parti vient donc d’inaugurer la seconde vague démocratique et pacifique, après celle des années de plomb (1990), de l’extermination des cadres et des intellectuels algériens. Ils lancent une recherche de la photo de Madame Aklouch Samia, peut être pour l’inscrire d’office dans leur agence matrimoniale. https://www.facebook.com/rachad.algeria/photos/a.402171263150725/3455364101164744/?type=3&theater
La dictature démocratique
Les géniteurs de la théorie du « qui tue qui ? » viennent de subir un démenti franc, clair et limpide, de la part de leurs protégés. Les défenseurs des « Droits de l’Homme » et de l’égalité «Homme- Femme », qui leur prêtaient main forte dans le passé, y compris récent, notre savant déclaré « grand » à Lyon, autour de la fumeuse théorie de « la régression féconde », en ont eu pour leur compte. Ces activistes qui se présentaient sous une burka « pacifiste », viennent de se dévoiler, et d’étaler leur vrai visage. Il faut dire qu’ils ont été un peu obligés de se présenter en arborant un sourire démocratique : c’était juste pour la photo de famille. Le syndicat des magistrats s’est-il lui aussi déclaré aux abonnés absents ??? Chassez le naturel, il revient au galop. Ils ont fait des progrès ces soldats de l’organe colonial, ils ne font plus circuler les noms des victimes sous le manteau, comme à l’époque, ils les exposent publiquement et en toute impunité, sur les réseaux sociaux qui leurs sont ouverts sans censure. L’appel au lynchage et à la lapidation publique serait démocratique, et la recherche de la photo de cette honorable dame, est certainement destinée à l’inscrire d’office dans une agence matrimoniale. Voilà un peu à quoi ils veulent faire ressembler « leur nouvelle Algérie ». Qui peut imaginer, un seul instant, que l’on lance ce type de « fatwa » contre des femmes en France ou en Belgique, en Europe??? Les multinationales des « Droits de l’Homme », les partis et les associations politiques, n’ont rien vu. Ils ont baissé le rideau, ils détournent le regard, ces organismes reviendront pour les séances de distribution de bananes dans les rues d’Alger, et signeront les appels à rassemblement sur les places parisiennes avec toute la galaxie d’extrême droite algérienne. Cela ne grandit pas ces organisations politiques et associatives, qui se précipitent à chaque fois pour signer des textes politisés, dès l’annonce de l’abattage de l’ « Algérie ». Ils veulent à tout prix atteler cette terre libérée du joug du colon par des révolutionnaires, des vrais, à la charrue du « printemps des arabes » qui fait « jubiler » les civilisateurs. Ils vont certainement venir à l’aide de ces groupes. Une autre victime de « la régression féconde », Karim Chikh, l’éditeur du livre du docteur Ahmed Ben Saada « Qui sont les ténors autoproclamés du Hirak algérien? », vient d’être victime d’une lâche agression à son domicile. Il ne doit la vie sauve qu’à l’intervention de ses voisins. Je n’ai pas vu passer de réactions des soldats de la société dite « civile ». Ils sont peut être occupés à préparer les tracts, fabriqués par les laboratoires démocratiques, pour les prochaines déambulations. Ils viennent de signer leur « indignation sélective » dans le système, le vrai, qu’ils veulent injecter au peuple algérien, sans témoins. La chasse est ouverte, ces battues organisées contre la matière grise et contre la femme algérienne font bien partie du projet de « système » de ces apprentis sorciers, commercialisés au nom des « Droits de l’Homme ». Il faut dire que le docteur Ahmed Ben Saada, d’une précision chirurgicale, a opéré un vrai nettoyage au « karcher de Starkozy » du « printemps des arabes » en Algérie. Un travail d’assainissement qui a fait sortir de leurs trous y compris les arthropodes qui se meuvent, à visage caché dans les interstices de la colère populaire. Les dictateurs, déguisés en démocrates, dont le plan est de nous greffer définitivement des muselières décorées de slogans creux, ont été aussi dégommés par ce tir de laser, à ne pas confondre avec le coup du laser. Elle est belle leur démocratie, celle qui laboure le terrain aux guerres, où les marchands de morts se font de l’or. Les commanditaires et leurs agents, logés dans les palaces de décideurs, à l’abri des tempêtes, déclarent qu’ils n’ont pas accédé aux preuves irréfutables, exposées par l’expert de notre monde des « manipulations géostratégiques », fabriquées par les organismes spécialisés dans l’exportation de la démocratie, mais ils ont quand même un avis (de type indigène ?) à faire entendre. Comprendre « ils n’ont pas lu l’ouvrage, mais ils s’invitent pour assurer le service après-vente avant l’heure de la stratégie du « qui tue qui ? ». En plus des vendeurs à la sauvette de slogans élaborés dans les laboratoires des multinationales des « Droits de l’Homme », on vient de croiser les grossistes de produits de manipulations périmés. J’ai rencontré un neurone sortit de son hibernation, pour venir distribuer des cartes professionnelles de « documentaliste du Net », « inquisiteur », « inconsistance des analyses », « crédibilité éthique et intellectuelle ». Pour son deuxième bavardage de l’année 2020, ce héros du « hirak » des « bananistes » avoue lui aussi, qu’il n’a pas lu, l’œuvre d’assainissement de la vie publique en Algérie, mais a un avis (une idée, ce n’est pas le mot…) qu’il nous déroule au moyen d’une encre empruntée à l’école des reptiles. Dès les premières lignes de son bavardage, il plante le décor: « Ahmed Ben Saada ne donne pas les meilleures garanties de crédibilité éthique et intellectuelle »…Il oublie, juste,de nous exposer ses propres garanties. Il aurait mieux fait de poursuivre son hibernation littéraire, cela aurait été meilleur pour tout le monde. C’est sans doute un neurone atteint d’une crampe, qui pour sa santé mentale devrait, de toute urgence, consulter un sorcier. C’est dans l’intérêt public. Un autre neurone « constructeur » s’est pointé pour élever le débat au rang de « la misère intellectuelle ». A croire que cet architecte idéologique veut nous fourguer ses maisons préfabriquées pour des demeures construites hors normes « antisismiques ». Il veut nous convaincre que l’Algérie est une planète à part, et que l’encerclement militaire du Nord au Sud, d’Est en Ouest, n’est qu’une vue de l’esprit. Les exercices militaires de haute intensité qui se déroulent, autour de l’Algérie, en Méditerranée et au Sahel sont juste des campagnes de jardinages pour planter des roses de la paix. La récupération insidieuse de l’histoire des héros de la guerre d’Algérie, et de la libération nationale, dans ce qu’on peut appeler sans hésitation « des déambulations », n’est qu’une mauvaise interprétation des slogans préparés dans « les laboratoires du chaos ». Rassemblés, ces deux neurones semblent conseiller au Professeur Ahmed Ben Saada de participer au commerce idéologique de « la stratégie du choc » brillamment décrite par Noami Klein. Il sait ce qu’il lui reste, le professeur Ben Saada, s’il veut échapper à leurs plumes bourrées d’encre de la haine et être du bon côté du manche : diffuser leurs tracts subversifs dans ses prochains ouvrages. Un expert, encore un, un vrai spéléologue consacré aux énergies fossiles, est apparu lors de l’inauguration estivales (20 juin est la journée de l’été) des bavardages de comptoirs, pour nourrir le journal d’El Watan. Il aurait bien fait d’attendre une semaine, pas plus, pour découvrir que la véritable guerre mondiale se passe en Algérie https://frontieresblog.wordpress.com/2020/06/26/la-veritable-guerre-mondiale-est-en-algerie/. En attendant, il aurait pu se rendre utile, en fouillant les archives de ce même canard en date du 23 octobre 2013, et trouver peut être la liste de ces démocrates- algériens recrutés et formés à New York et Washington dans le cadre du programme Le programme Leaders for Democracy Fellowship http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/11/lorsque-le-quotidien-algerien-el-watan-relayait-le-grand-satan-americain-mondafrique.html. C’est un journal d’informations ou de formations ? Pour revenir aux Pokémons de la politique, et à leurs appels, sans succès, à la désobéissance civile, à la grève générale, au blocage du pays, au boycott de l’Etat, à la casse des bureaux de vote, aux menaces et à l’agression des citoyens, à porter le drapeau de Jacques Benêt, et même à bruler nos quartiers et nos maisons, le livre de Ahmed Ben Saada les met à nu. Une vraie panique s’est emparée du paquebot des « complotistes », qui veulent à tout prix canaliser la colère du peuple algérien. Beaucoup de personnages sortis directement des studios « Walt Disney » qui animent la toile, les radios de la pandémie du « Corona Virus » et les écrans de chaînes Low Cost (à l’image de leur politique), réagissent avant même d’être touchés par le biocide du professeur Ahmed Ben Saada. Ils sont sortis de leur tanière pour ne pas perdre leurs business de « révolutionnaires ». Un des gros poissons péché par le docteur Ahmed Ben Saada, est un animateur des banquets de la NED et d’organismes exportateurs de la démocratie. Houari Addi, pris la main dans le sac, comme un vendeur à la sauvette de slogans « prêt à porter », s’est fait introniser comme entomologiste qualifiant Ahmed Ben Saada de « doubab » - mouche. Je tairai le reste de son « vocabulaire d’académicien » qui nous donne une idée sur les échanges pédagogiques qu’il doit avoir avec ses étudiants à l’IEP de Lyon. Il menace de déposer plainte contre l’auteur du livre, et son éditeur, sans nous préciser l’objet de sa plainte. Peut être pour un « délit d’opinion démocratique » non conforme aux prescriptions des employeurs. Cet expert des plateaux de télévision et du « printemps des arabes » des exportateurs de la démocratie, déploie une énergie folle pour tenter d’échapper au piège de la vérité et des preuves écrites noir sur blanc par l’auteur de « Qui sont ces ténors auto-proclamés du Hirak? sont ces ténors auto-proclamés du Hirak?». Il pratique à la perfection la politique du « courage fuyons ». Le peuple algérien ne lui a jamais demandé de traverser l’océan atlantique pour participer à des banquets d’exportation de la démocratie, mais juste de traverser la rue, à Lyon (que notre commandeur Macron me pardonne pour l’emprunt de son expression), pour écrire l’histoire de ces algériens condamnés à mort et guillotinés à la prison de Montluc. Il a de la chance Houari ADDi, ce connaisseur du « b.a.ba de la science politique », il détient certainement la formule magique du « printemps des arabes » qui ne franchit jamais les monarchies, et qui est cantonné aux Républiques. Cela me rappelle la campagne d’information menée par les médias proclamés « grands », sur le nuage nucléaire de Tchernobyl, qui s’arrêta soudainement aux frontières françaises. C’est peut être notre « nucléaire en chef », Mourad Dhina qui l’a inspiré. Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, Des chercheurs qui trouvent, on en cherche. (Youcef Sebti) Les » reptiles » de la politique, qui proclament haut et fort sur les ondes maléfiques du colon, que les destructions des peuples sont des actes de libération, de démocratie et de liberté, vont perdre leur business et n’avoueront jamais que sous d’autres cieux, le professeur Ahmed Ben Saada, aurait été élevé et décoré avec les honneurs. Notre commandeur, Emanuel Macron, avec qui je ne partage aucune des orientations politiques, économiques et sociales, a eu le courage de dire, mais pas encore de tout faire sur les « crimes coloniaux ». Il pourra peut-être inscrire son nom dans l’histoire de la réconciliation des peuples de France et d’Algérie, en répondant favorablement à « l’opinion de la majorité des « français ». Cela nous grandira, cela le grandira, et permettra sans aucun doute de dépoussiérer la place « des imposteurs de Roland Gori ». Solidarité avec Madame Aklouch Samia, Solidarité avec l’éditeur, Karim Chikh, l’éditeur du livre du docteur Ahmed Ben Saada. https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/dans-le-retro-le-fiasco-humanitaire-de-l-arche-de-zoe-18-01-2016-5461703.php https://www.facebook.com/rachad.algeria/photos/a.402171263150725/3455364101164744/?type=3&theater https://www.youtube.com/watch?v=5mEpedUd9QM https://frontieresblog.wordpress.com/2020/06/26/la-veritable-guerre-mondiale-est-en-algerie/ http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/11/lorsque-le-quotidien-algerien-el-watan-relayait-le-grand-satan-americain-mondafrique.html https://www.algerie360.com/sondage-ifop-sur-la-colonisation-52-des-francais-sont-daccord-avec-macron/ https://www.youtube.com/watch?v=2FEtiA18lZU&feature=youtu.be Source : René Naba
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

#Algerie#Colonisation#Indépendance# (vidéo) (Tue, 07 Jul 2020)
#Algerie#Colonisation#Indépendance# (vidéo)
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Contamination aux gammaretrovirus (vidéo) (Tue, 07 Jul 2020)
Contamination aux gammaretrovirus (vidéo)
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Énorme fraude sur le comptage des cas de COVID au CDC (Tue, 07 Jul 2020)
Dans ce cas, nous devons entrer dans le monde officiel (de la folie) -- où tout le monde est sûr qu'un nouveau coronavirus a été découvert en Chine et que les tests de diagnostic sans valeur ont une signification et que les chiffres des cas sont réels et significatifs. Une fois que nous aurons exécuté toutes ces manœuvres absurdes, nous nous retrouverons au milieu d'un autre scandale, cette fois-ci au sein de notre agence américaine préférée pour les scandales, le CDC. Énorme fraude sur le comptage des cas de COVID au CDC Le 21 mai, le journal The Atlantic titrait : "Comment le CDC a-t-il pu commettre cette erreur ?" Je vais vous donner les principales citations, puis je commenterai la conclusion brutale que The Atlantic n'a pas réussi à saisir. "Nous avons appris que le CDC fait, au mieux, une erreur démoralisante : combiner les résultats des tests qui diagnostiquent les infections actuelles au coronavirus à ceux des tests qui mesurent si quelqu'un a déjà eu le virus... L'agence a confirmé à The Atlantic mercredi qu'elle mélangeait les résultats des tests viraux [PCR] et des tests d'anticorps, même si les deux tests révèlent des informations différentes et sont utilisés pour des raisons différentes. "Plusieurs États, dont la Pennsylvanie, le site de l'une des plus grandes épidémies du pays, ainsi que le Texas, la Géorgie et le Vermont, mélangent les données de la même manière. La Virginie a également mélangé les résultats des tests viraux et des tests d'anticorps jusqu'à la semaine dernière, mais elle a fait marche arrière et le gouverneur s'est excusé de cette pratique après qu'elle ait été couverte par le Richmond Times-Dispatch et The Atlantic. Le Maine a également séparé ses données mercredi ; les autorités du Vermont ont déclaré qu'elles ne savaient même pas qu'elles faisaient cela". "'Vous vous moquez de moi', nous a dit Ashish Jha, le professeur K. T. Li de santé mondiale à Harvard et le directeur de l'Institut de santé mondiale de Harvard, lorsque nous avons décrit ce que faisait le CDC. Comment le CDC a-t-il pu faire cette erreur ? C'est un gâchis". "Le 29 février, le CDC a cessé de publier tout ce qui ressemblait à une base de données complète des résultats des tests quotidiens [COVID]. Quand il a repris la publication des données des tests la semaine dernière [mi-mai]..." Tout d'abord, la mission fondamentale du CDC est de publier des statistiques sur les maladies de façon continue. La publication de données partielles va à l'encontre de ce qu'elles sont censées être. Mais le problème, bien sûr, est de combiner les résultats de deux tests différents - le PCR et l'anticorps - et de les mettre dans un seul et même lot. J'ai lu l'article de l'Atlantique en long, en large et en travers, et il semble que les experts pensent que seuls les tests viraux PCR devraient être utilisés pour compter le nombre de cas de COVID. Voici donc un point à retenir que je ne trouve nulle part dans l'article de The Atlantic : LA COMBINAISON DES DEUX TESTS VA CONSIDÉRABLEMENT GONFLER LE NOMBRE DE CAS. Je ne parle pas de catégories comme le "taux d'infection" ou le "pourcentage". Je parle de simples nombres de cas. Certains tests PCR indiqueront COVID et certains tests d'anticorps indiqueront COVID, et les additionner fera augmenter le nombre de cas. Vous savez, ce grand nombre qu'ils affichent sur les écrans de télévision une centaine de fois par jour. "Les cas de coronavirus ont encore augmenté hier, et le grand total aux États-Unis est maintenant..." C'est ce nombre. Le nombre que les médias, le gouvernement et les escrocs apparentés déploient pour effrayer la population et justifier les mesures de confinement et les utiliser pour arrêter la réouverture de l'économie. Le cirque de la fanfare avec ses acrobates volants, ses éléphants et ses numéros de clown. Par conséquent, je ne qualifie pas d'erreur ce que fait le CDC. Ils ont réussi à créer l'illusion que le nombre absolu de cas est plus élevé qu'il ne devrait l'être. D'une manière ou d'une autre, ces "erreurs" semblent toujours entraîner de mauvaises nouvelles, et non de meilleures. Les "erreurs" se situent toujours du côté des hauts plutôt que du côté des bas. Exemple : la prédiction par ordinateur des décès par COVID au Royaume-Uni et aux États-Unis, faite par cette catastrophe lamentable, Neil Ferguson, dont les antécédents, remontant à 2001, n'ont cessé d'être une horrible exagération lunatique. Ses prévisions pour 2020, soit 500 000 décès par COVID au Royaume-Uni et deux millions aux États-Unis, ont été directement utilisées pour justifier le confinement dans de nombreux pays. En 2009, le CDC a cessé de communiquer le nombre de cas de grippe porcine aux États-Unis, tout en affirmant que ce nombre se chiffrait par dizaines de milliers. J'ai écrit en détail sur le scandale, qui a été révélé par Sharyl Attkisson, alors journaliste d'investigation de la chaîne de télévision américaine CBC. Le CDC a cessé de compter les cas, parce que le pourcentage écrasant d'échantillons de tissus de patients revenaient des laboratoires sans aucun signe de grippe porcine ou de tout autre type de grippe. Et pourtant, dans une "analyse" rétrospective ultérieure, le CDC a affirmé qu'au plus fort de l'"épidémie", il y avait 22 MILLIONS de cas de grippe porcine aux États-Unis. En remontant jusqu'en 2003 et au SRAS, le CDC et d'autres agences de santé publique du monde entier ont fait état des dangers qui planent sur le ciel ; le dernier décompte officiel des décès, au niveau mondial, lorsque la poussière s'est dissipée ? 800. La tradition veut que l'on exagère le pire, que l'on fasse exploser les chiffres pour créer l'illusion de la destruction. CDC ? Erreur ? L'agence est certainement incompétente. Mais ce n'est que le début de l'histoire. La seule fois où ils disent qu'il n'y a pas de danger, c'est quand ils mentent sur les effets des vaccins. Mon titre pour l'article sur The Atlantic serait le suivant ALORS COMBIEN DE CAS DE COVARIECTOMIE DEVRIONS-NOUS SOUSTRAIRE POUR OBTENIR LE NOMBRE RÉEL ? Et le premier paragraphe irait dans ce sens : "Juste au moment où les gouverneurs tentent de rouvrir leur économie, une gigantesque fraude dans le décompte des cas au CDC leur coupe le souffle. Les millions d'Américains qui souffrent de la dévastation financière pourraient être démoralisés. Qui crie à l'aide à ce sujet aux informations du soir ? Personne. Pourquoi ?" https://blog.nomorefakenews.com/2020/07/02/huge-covid-case-counting-deception-at-the-cdc/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Sionisme parasite, grand fléau de l’humanité… Un officier de la CIA se lâche (Veterans Today) (Tue, 07 Jul 2020)
Une personne très érudite et emplie de principes, bien que pauvrement informée sur le parasite sioniste aux Etats-Unis, m’a amené à croire que le président Trump n’acceptera jamais d’aide de Cynthia McKinney (ou de moi), à cause de notre vision très profonde sur le sujet du sionisme que nous voyons comme un parasite qui a vidé de sa substance toute l’économie américaine, capturé à la fois les gouvernements des états et le gouvernement fédéral (et maintenant George Soros se focalise sur les gouvernements locaux des counties) et a minimisé notre société jusqu’à détruire toute notre foi en la famille et en la liberté. Ci-dessous figure ma réponse à ce collègue de grande valeur. Sionisme parasite, grand fléau de l’humanité… Un officier de la CIA se lâche (Veterans Today) J’offre cette réponse à votre considération et suggère que vous cherchiez quelques conseils auprès de sa grâce ex-évêque anglican de Jérusalem et du Moyen-Orient, ainsi qu’auprès de notre ami mutuel Sacha Stone. Vous pourriez trouver plus qu’intéressant de vous entretenir avec sa grâce qui est facilement contactable depuis Jérusalem en vidéo-conférence. Son appel récent au président Trump est dans le lien ci-dessous. https://phibetaiota.net/2020/06/bishop-riah-abu-el-assal-appeal-for-peace-in-palestine/ Une personne très érudite et emplie de principes, bien que pauvrement informée sur le parasite sioniste aux Etats-Unis, m’a amené à croire que le président Trump n’acceptera jamais d’aide de Cynthia McKinney (ou de moi), à cause de notre vision très profonde sur le sujet du sionisme que nous voyons comme un parasite qui a vidé de sa substance toute l’économie américaine, capturé à la fois les gouvernements des états et le gouvernement fédéral (et maintenant George Soros se focalise sur les gouvernements locaux des counties) et a minimisé notre société jusqu’à détruire toute notre foi en la famille et en la liberté. Ci-dessous figure ma réponse à ce collègue de grande valeur. J’offre cette réponse à votre considération et suggère que vous cherchiez quelques conseils auprès de sa grâce ex-évêque anglican de Jérusalem et du Moyen-Orient, ainsi qu’auprès de notre ami mutuel Sacha Stone. Vous pourriez trouver plus qu’intéressant de vous entretenir avec sa grâce qui est facilement contactable depuis Jérusalem en vidéo-conférence. Son appel récent au président Trump est dans le lien ci-dessous. Bishop Riah Abu El Assal: Appeal for Peace in Palestine En tant qu’officier du renseignement et du contre-espionnage qui est plus familier que vous avec les menaces concernant l’intégrité des Etats-Unis, je suis décontenancé par votre message de soumission inconditionnelle au parasite sioniste qui est en train de détruire les Etats-Unis et qui ne doit jamais être confondu avec la foi judaïque. Je suis particulièrement troublé par le fait que vous avez suggéré que toutes mes préoccupations professionnelles et civiques légitimes au sujet de la menace sioniste, soient de quelque manière que ce soit antisémites. Je ne pense pas que vous soyez parfaitement au courant et mis à jour des dégâts causés aux Etats-Unis, et au monde, par les sionistes et l’état profond pour qui ils sont, aux Etats-Unis (NdT: en France et ailleurs…), une police secrète virtuelle. Je me réfère ici particulièrement aux agents non enregistrés d’Israël, une puissance étrangère, que sont l’Anti Defamation League (ADL) et l’American Israeli Public Action Committee (AIPAC). L’ADL sponsorise les 1,087 #RESIST Meetups pour qui les charges sont levées et des sionistes comme en particulier Les Wexner, ont financé les opérations de pièges au chantage sexuels sur mineurs / pédophiles du Mossad, pas seulement avec Maxwell-Epstein, mais à travers les Etats-Unis et ils ont aussi financé les attentats du 11 septembre avec le vice-président d’alors Dick Cheney fournissant la couverture interne. (NdT: voir les liens sur l’article original…) Les sionistes, très pointus à fomenter et provoquer des guerres raciales, ont financé le NAACP (qui a eu un président sioniste pendant les 70 premières années), ils ont financé les mouvements Antifa et Black Lives Matter (BLM) dont le but est la destruction de la famille sans aucune préoccupation pour tous les afro-américains tués par leurs semblables ou les organisations comme Planned Parenthood (NdT: où sévissait le père de Bill Gates, William Gates II…) ou le National Institute of Health (NIH) ou le Center for Disease Control (CDC), qui ont stérilisé des noirs (NdT: et des Amérindiens) pendant des décennies et qui ont utilisé des méthodes illicites incluant l’espionnage cybernétique, des mariages forcés pour contrôler les mâles et utilisé la corruption et le piège du chantage pédophile pour voler et non pas gagner, le contrôle d’une richesse bien plus conséquente que leur petit nombre. Ils violent toutes les lois et protocoles des Etats-Unis en toute impunité et sont les éléments dominants du vol de Wall Street sur Mains Street (la rue du commun), du vol de propriété intellectuelle des citoyens américains et du trafic des enfants pour des avantages économiques et politiques. Les sionistes, avec la City de Londres et le Vatican, sont nos ennemis rapprochés. https://resistance71.files.wordpress.com/2018/04/la_city_de_londres_au_coeur_de_lempire.pdf Ceci est quelque chose que je ne perdrai jamais de vue. Éradiquer le parasite sioniste est la priorité numéro 1. Le président ne gagnera pas un déferlement électoral sans reconnaître publiquement cette réalité géopolitique et culturelle et en assurant sa base, qui est bien plus sensible à ce sujet que les médias contrôlés par les sionistes et qui ne le reconnaîtront jamais, et de tous ceux qui ont perdu l’espoir de pouvoir un jour purger le système de sa corruption, et de savoir que America First ne veut pas dire Israel First. La synagogue de Satan est bien établie parmi les sionistes, dans les rangs jésuites du Vatican et au sein des familles royales de la plupart des pays européens. Elle est particulièrement implantée dans la monde bancaire et au plus haut niveau des services de renseignement mondiaux. [NdT: la fin de l’article est une liste de livres et documents de références, en anglais, à compulser depuis l’article original de VT] = = = Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! Robert David Steele (ex-CIA) ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~ url de l’article original: https://www.veteranstoday.com/2020/07/05/on-the-zionist-parasite-america-first-demands-an-end-to-israel-first-treason-update-on-zionist-funding-control-of-black-lives-matters-pieczenik-video-713/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Bachelot, Dupond-Moretti, Pompili, ces nouveaux visages à des postes clés du gouvernement (Tue, 07 Jul 2020)
Bachelot, Dupond-Moretti, Pompili, ces nouveaux visages à des postes clés du gouvernement Trois personnalités bien connues des médias ont été nommées à des postes clés du gouvernement Castex : il s'agit du ténor du barreau Eric Dupond-Moretti, de l'ancienne ministre Roselyne Bachelot et de l'ancienne secrétaire d'Etat Barbara Pompili. Annoncé en fin de journée le 6 juillet après plusieurs heures de suspense, le gouvernement Castex a été dévoilé, apportant son lot de surprises, notamment la nomination de personnalités déjà bien connues du grand public. L'avocat Eric Dupond-Moretti nommé garde des Sceaux Nommé en remplacement de Nicole Belloubet, Eric Dupond-Moretti, 59 ans, est récemment revenu sur le devant de la scène pour avoir été l'une des personnalités ayant fait l'objet d'investigations dans le sandale des «écoutes» qui secoue le Parquet national financier (PNF). En 2014, le PNF avait ordonné l'épluchage de factures téléphoniques détaillées (les fameuses «fadettes») d'une dizaine de ténors du barreau. Ce faisant, les magistrats essayaient de trouver l'identité de la «taupe» qui aurait pu informer l'ancien président et son avocat, Thierry Herzog, que ces derniers étaient sur écoute dans une affaire de corruption pour laquelle ils seront jugés à la fin de l'année. Certains ont même été géolocalisés. Surveillé par ces enquêteurs, Eric Dupond-Moretti a porté plainte pour «violation de l'intimité de la vie privée et du secret des correspondances» et «abus d'autorité». Pénaliste incontournable depuis la fin des années 1980, Eric Dupond-Moretti est surnommé «acquittator» pour avoir fait basculer plusieurs verdicts de cours d'assise en faveur de ses clients. Il a par ailleurs plaidé dans des affaire médiatiques comme l'affaire Balkany, celle du footballeur Karim Benzema, de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac ou encore celle d'Abdelkader Merah, le frère du terroriste Mohamed Merah. Il a en outre à plusieurs reprises fait part de son aversion pour le parti de Marine Le Pen. Roselyne Bachelot décroche la Culture Âgée de 73 ans, Roselyne Bachelot reprend du service après avoir quitté son dernier ministère (des Solidarités et de la Cohésion sociale) en 2012, à la fin du mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy. Elle apparaissait depuis régulièrement sur D8, RMC, LCI et RTL (dans l'émission Les Grosses Têtes). Largement critiquée après la pandémie de grippe H1N1 de 2009 où elle s'était distinguée par des achats massifs de vaccins, cette dernière a vu, à rebours, son action saluée alors que l'épidémie de coronavirus révélait l'impréparation de l'Etat à face à ce type de crise. Après avoir été nommée au ministre de l'Ecologie en 2002 sous la présidence de Jacques Chirac, ministre de la Santé et des Sports (2007-2010) puis des Solidarités (2010-2012) sous Nicolas Sarkozy, cette femme, qui fut membre du RPR et de l'UMP renoue avec l’exécutif sous Emmanuel Macron. Une ancienne figure d'EELV à l'Ecologie Jusqu'à présent présidente de la Commission développement durable à l'Assemblé nationale, Barbara Pompili a été nommée ministre de la Transition écologique. À 45 ans, cette dernière a été avec François de Rugy coprésidente du groupe écologiste sous la précédente législature. Elle a quitté le parti EELV en 2015 après François de Rugy et Jean-Vincent Placé, déclarant ne plus se reconnaître dans ce parti. Nommée secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité aux côtés de Ségolène Royal à la fin du mandat de François Hollande, Barbara Pompili a été la première à soutenir publiquement Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle (en dépit des consignes données aux ministres). Elle a été réélue sous l'étiquette LREM dans la Somme après la victoire d'Emmanuel Macron aux présidentielles. Parmi les nouveaux arrivants dans le gouvernement, on peut par ailleurs noter la nomination d'Elisabeth Moreno (49 ans) ministre déléguée chargée de l'égalité femmes/hommes, celle d'Alain Griset (67 ans) aux PME, de Brigitte Klinkert (63 ans) à l'insertion, de la députée LREM Nadia Hai (40 ans) à la ville et de Brigitte Bourguignon (61 ans) à l'autonomie. https://francais.rt.com/france/76650-bachelot-dupond-moretti-pompili-nouveaux-visages-gouvernement
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

La vente de trois avions militaires à la France pour 2 milliards de dollars approuvée par le département d’État US (Tue, 07 Jul 2020)
La vente de trois avions militaires à la France pour 2 milliards de dollars approuvée par le département d’État US La vente éventuelle de trois avions Advanced Hawkeye E-2D à la France pour un coût estimé à 2 milliards de dollars vient d’être autorisée par le département d’État américain, a fait savoir la DSCA. Le département d’État américain a donné le feu vert à la vente de trois avions de guet aérien de type Advanced Hawkeye E-2D et d’équipements appropriés pour un montant total de 2 milliards de dollars, indique un avis publié ce 6 juillet par la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), l'organisme responsable de la coordination du programme de vente de matériel militaire à l'étranger. «Cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en contribuant à renforcer la sécurité d'un allié de l'OTAN, qui est une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Europe», indique le document. Les appareils sont destinés aux forces navales françaises et viendront compléter ceux qu’elles possèdent déjà, ajoute l’avis, soulignant que cette décision «maintiendra l'interopérabilité avec les forces navales américaines». La commande L’annonce d’une commande de trois Advanced Hawkeye avait été faite à l’automne dernier par la ministre des Armées, Florence Parly. Toutefois, cet avis de vente éventuelle, s’il est requis par la loi, ne signifie pas que la transaction aura obligatoirement lieu, ajoute le document. https://fr.sputniknews.com/international/202007061044065908-la-vente-de-trois-avions-militaires-a-la-france-pour-2-milliards-de-dollars-approuvee-par-le/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite