http://www.alterinfo.net/

alterinfonet.org Agence de presse associative

Renouvellement de l'homologation du GLYPHOSATE : il est plus que temps d'arrêter d'empoisonner nos sols et de menacer notre santé ! (lun., 23 oct. 2017)
Renouvellement de l'homologation du GLYPHOSATE : il est plus que temps d'arrêter d'empoisonner nos sols et de menacer notre santé ! COMMUNIQUE DE PRESSE Lundi 23 octobre 2017 Michèle RIVASI (députée européenne écologiste, normalienne et agrégée en biologie) Renouvellement de l'homologation du GLYPHOSATE : il est plus que temps d'arrêter d'empoisonner nos sols et de menacer notre santé ! La procédure de renouvellement de l'autorisation du glyphosate est actuellement en cours au niveau européen. Alors que la Commission européenne propose de renouveler son autorisation pour une période de 10 ans et que la décision des États membres est attendue pour le 25 octobre, les députés européens de la commission Santé et Environnement (ENVI) viennent de voter en faveur d'une sortie du glyphosate dans un délai de 3 ans. L'eurodéputée Michèle Rivasi, membre de la commission ENVI et qui se mobilise sur ce dossier depuis des années, précise ses attentes avant les votes prévus cette semaine. La Commission « environnement et santé publique » du parlement européen vient le 19 octobre de largement voter - avec 39 voix pour, 9 contre et 10 abstentions - pour une objection à la proposition de la Commission européenne de renouvellement de l'autorisation du glyphosate pour une durée de 10 ans. Nous proposons maintenant une sortie du glyphosate dans un délai de 3 ans maximum. Une sortie progressive du glyphosate est possible. Le scénario apocalyptique développé par le lobby agro-chimique ne tient pas debout. Des techniques pour une agriculture sans pesticide existent et beaucoup d'agriculteurs utilisent déjà des méthodes alternatives aidées par les autorités publiques (la PAC notamment), via des financements et des mesures agro-environnementales compensant les coûts de la transition. Il est plus que temps de changer de cap et de passer à un modèle agricole durable au profit des agriculteurs, de la protection de  l'environnement et de la santé des consommateurs. Ce dossier est la caricature de la collusion entre les intérêts privés de ce Léviathan qu'est Monsanto et la sphère publique. La participation de l'industrie à la rédaction de l'évaluation de la toxicité du glyphosate par l'EFSA pose de solides questions sur la fiabilité et l'indépendance de son expertise. Les  révélations des « Monsanto Papers » montrent l'étendue des manigances, des dissimulations et des manipulations de Monsanto, le principal producteur et bénéficiaire du glyphosate grace aux ventes de Roundup. L'emprise et la puissance de Monsanto est telle que l'information scientifique "objective" se voit trop souvent capturée et discréditée dans le seul intérêt de l'industriel. Les députés européens de tous bords politiques en ont assez. Plusieurs groupes politiques du Parlement Européen discutent actuellement de la mise en place d'une commission parlementaire destinée à faire toute la lumière sur cette lutte d'influence contraire à l'intérêt général et pour corriger les failles de fonctionnement des agences européennes. L'impact du glyphosate ne concerne pas seulement notre santé. Cet herbicide est devenu le symbole d'une industrie des pesticides qui intoxique sans vergogne la science, les décideurs et les esprits. Le véritable bilan socio-économique du glyphosate sur les sols, l'eau, la résistance antibiotique, les aliments contaminés, les populations, reste à produire. Je rappelle que plus de 1,4 millions de citoyens européens ont signé une Initiative Citoyenne Europénne pour dire "stop glyphosate !". Les députés européens de la commission environnement se sont clairement exprimée en faveur d'une sortie du glyphosate. Cette résolution, malheureusement non contraignante, doit être votée en plénière demain, le 24 octobre. Il serait désastreux dans ces conditions que les Etats membres, le lendemain 25 octobre, approuvent la proposition de la Commission européenne visant à renouveler la commercialisation du glyphosate pour 10 ans, voire pour 5 ans sans scénario de sortie. Car une réhomologation, même pour une durée de temps plus rédiuite que 10 ans, ne règle en rien le problème qui se posera à nouveau dans X années. Il faut une date butoir de sortie du glyphosate le plus tôt possible. Il est temps de rompre les liaisons dangereuses entre les multinationales et les institutions européennes. Il est temps qu'une autre Europe apparaisse : une Europe qui protège notamment la santé de ses concitoyens. Contact presse : Sébastien Barles 06 75 00 63 31
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Berlin approuve la vente de sous-marins Thyssenkrupp à Israël (lun., 23 oct. 2017)
Berlin approuve la vente de sous-marins Thyssenkrupp à Israël Le gouvernement allemand a approuvé la vente à Israël de trois sous-marins construits par Thyssenkrupp et fournira une aide financière pour cette transaction, a annoncé lundi Steffen Seibert, porte-parole de la chancellerie. Ce contrat de 2 milliards de dollars (1,7 milliard d'euros) a attiré l'attention en raison d'un scandale de corruption tournant autour de l'avocat personnel du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui représente également l'agent de Thyssenkrupp Marine Systems en Israël. Un protocole d'accord sera signé lundi par les deux gouvernements, a dit Steffen Seibert. https://www.lorientlejour.com/article/1079926/berlin-approuve-la-vente-de-sous-marins-thyssenkrupp-a-israel.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Pour assister à son procès, Salah Abdeslam fera Paris-Bruxelles par les airs tous les jours (lun., 23 oct. 2017)
Pour assister à son procès, Salah Abdeslam fera Paris-Bruxelles par les airs tous les jours Jugé à Bruxelles pour la fusillade de la rue du Dries, en mars 2016, Salah Abdeslam sera escorté quotidiennement jusqu'en Belgique depuis la prison de Fleury-Mérogis à bord d'un hélicoptère. Unique terroriste des attentats du 13 novembre 2015 encore en vie, Salah Abdeslam s'apprête à être jugé à Bruxelles dans le cadre du procès concernant la fusillade de la rue du Dries, pendant laquelle trois policiers avaient été blessés en mars 2016. Seul souci : Salah Abdeslam est emprisonné à Fleury-Mérogis, en région parisienne. Pour lui permettre d'assister aux audiences, comme le rapporte la RTBF, le prévenu sera donc escorté quotidiennement de Fleury-Mérogis à Bruxelles en hélicoptère. Ces trajets devraient avoir lieu pendant quatre ou cinq jours maximum, selon une source proche du dossier. Un projet initial prévoyait de le faire séjourner en Belgique du 18 au 22 décembre, dates prévues du procès. Mais l'unique prison de haute sécurité de Belgique se situant à Bruges, le trajet quotidien entre le centre de détention et le tribunal correctionnel de Bruxelles se serait révélé trop dangereux. Salah Abdeslam sera jugé pour avoir tiré sur des policiers, le 15 mars 2016, alors que ceux-ci s'apprêtaient à perquisitionner un appartement de Forest, dans la région de Bruxelles, où le terroriste présumé était réfugié. Son complice Sofiane Ayari et lui-même étaient ensuite parvenus à fuir. Salah Abdeslam avait finalement été arrêté quelques jours plus tard dans le quartier de Molenbeek. https://francais.rt.com/france/44867-pour-assister-son-proces-salah-abdeslam-paris-bruxelles-jours-airs
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Le pape défend le "statu quo" de Jérusalem (lun., 23 oct. 2017)
Le pape défend le Le pape François a défendu lundi le "statu quo" de Jérusalem, ville sainte où tous doivent pouvoir vivre en paix, en recevant au Vatican le patriarche grec orthodoxe Theophilos III de Jérusalem. "La ville sainte, dont le statu quo doit être défendu et préservé, devrait être un endroit où tous peuvent vivre ensemble en paix, sinon la spirale sans fin de la souffrance continuera pour tous", a commenté le pape argentin à l'occasion de cette audience. "Toute forme de violence, de discrimination ou manifestations d'intolérance contre des fidèles juifs, chrétiens ou musulmans, ou contre des lieux de culte, doit être rejetée avec fermeté", a-t-il dit. Cela après avoir dressé un bilan négatif de la situation: "L'incertitude de la situation et le manque de compréhension entre les parties continuent de créer insécurité, restriction des droits fondamentaux et fuite d'un grand nombre de personnes de leurs terres". Lors d'un pèlerinage à Jérusalem en 2014, le pape François avait également lancé un appel au "libre accès" de tous les croyants juifs, musulmans et chrétiens aux lieux saints à Jérusalem, et à l'arrêt de "la violence et des manifestations d'intolérance". Lundi, le souverain pontife a remercié le patriarche grec orthodoxe pour sa contribution dans la récente restauration du tombeau de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, où selon la tradition chrétienne le Christ a été enterré. L'église est située dans la Vieille Ville de Jérusalem, aux abords des lieux saints du judaïsme et de l'islam que sont le Mur des Lamentations et l'Esplanade des Mosquées. François a en outre émis lundi l'espoir que les différentes communautés chrétiennes vivant en Terre sainte "continuent à être reconnues comme une partie intégrale de la société, comme citoyens et croyants à part entière". Il a aussi appelé ces communautés à continuer à "progresser vers l'unité" et à coopérer très concrètement "pour soutenir les familles chrétiennes et les jeunes, afin qu'ils ne soient pas forcés à quitter leurs terres". https://www.lorientlejour.com/article/1079912/le-pape-defend-le-statu-quo-de-jerusalem.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Des milliers de manifestants à Malte après le meurtre d'une journaliste anticorruption (lun., 23 oct. 2017)
Des milliers de manifestants à Malte après le meurtre d'une journaliste anticorruption A La Valette, les manifestants ont déferlé dans les rues pour réclamer la justice et des démissions après l'assassinat de Daphne Caruana Galizia, journaliste d'investigation qui avait révélé des scandales liés aux Panama papers à Malte. Des milliers de Maltais sont descendus dans les rues le 22 octobre pour manifester leur désir d'unité après l'assassinat de la journaliste et blogueuse anticorruption Daphne Caruana Galizia, qui avait notamment travaillé sur l'affaire des Panama papers. A la fin de la manifestation dans les rues de la capitale La Valette, la présidente de l'archipel Marie-Louise Coleiro Preca a reçu les organisateurs. Ceux-ci devaient lui remettre un texte présentant leurs inquiétudes et leurs demandes. Parmi leurs exigences figurent les démissions du procureur général et du responsable de la police, Lawrence Cutajar, dont un portrait géant a été déployé et recouvert de tomates, ainsi que de pièces de monnaie. «Je demande à la présidente de faire usage de ses pouvoirs pour nous sortir de cette crise», a lancé l'un d'eux pendant un discours. «Nous voulons la justice, nous vivons une crise institutionnelle, le pays a peur, Malte est sous la coupe de tyrans qui font ce qu'ils veulent», a-t-il dénoncé. «Daphne n'a pas été tuée parce qu'elle mentait. Elle n'a pas été tuée parce qu'elle offensait quelqu'un avec ses mots», a affirmé Manuel Delia, un blogueur. «Elle a été tuée parce qu'elle avait découvert le mal qui a affaibli ce pays où règne la cupidité et où la justice a laissé la place au désir d'argent à tout prix.» Une manifestation sans étiquette politique, pour la justice Tous issus de la société civile, les organisateurs du rassemblement avaient donné pour consigne de venir avec un drapeau maltais, sans aucun signe d'appartenance politique, et interdit aux élus de prendre la parole. «Les journalistes ne seront pas réduits au silence», «Nous n'avons pas peur» ou encore «Il y a des escrocs partout», pouvait-on lire sur les pancartes brandies dans le cortège de la City Gate, l’entrée principale de la ville. «Les autorités ont du sang sur les mains, on ne peut pas continuer à vivre dans un pays comme celui-là. Nous sommes furieux que cela soit arrivé à Daphne mais cela pourrait arriver à n'importe qui», a déclaré à l'AFP Francesca Aquilina, présente parmi les manifestants. Un manifestant interrogé par l'AFP estime qu'il ne saurait y avoir de justice sans démissions. «Quelqu'un doit assumer la responsabilité de ce qui s'est passé», a-t-il affirmé. Le 22 octobre, tous les journaux maltais, y compris ceux émanant des partis politiques, devaient publier la même une frappée du slogan : «Le stylo plus fort que la peur.» Souvent qualifiée de «Wikileaks à elle seule», Daphne Caruana Galizia, 53 ans, avait révélé certains des pans les plus sombres de la politique maltaise. Le gouvernement assure que tout sera fait pour retrouver auteurs et commanditaires de l'assassinat. Le 21 octobre, il a offert une récompense d'un million d'euros pour toute information. En attendant, fleurs, bougies et messages s'amoncellent devant un autel improvisé en face du palais de justice de La Valette. «Voir monter la protestation nous fait prendre conscience des combats qui ont été menés pour préserver la démocratie», explique Geraldine Spiteri, une avocate venue rendre hommage à la journaliste assassinée. «A Malte, les gens politisent tout», ajoute-t-elle, évoquant «une mentalité tribale profondément enracinée». Le Premier ministre travailliste, Joseph Muscat, dont Daphne Caruana Galizia attaquait régulièrement l'entourage proche, a reconnu cette semaine qu'elle était sa «plus grande adversaire». Mais il a rappelé qu'elle s'était récemment attaquée aussi au nouveau leader de droite, Adrian Delia, l'accusant d'avoir un compte offshore à Jersey. La rue a réagi dès le soir de l'assassinat Le 16 octobre, la blogueuse Daphne Caruana Galizia, à l'origine d'accusations de corruption qui avaient provoqué des élections anticipées en juin à Malte, a été assassinée, déclenchant une vague d'indignation dans le pays. Une puissante explosion a détruit la voiture dans laquelle elle circulait près de son domicile à Bidnija, dans le nord de l'île, propulsant la carcasse calcinée du véhicule dans un champ voisin. Dans la soirée du meurtre, des milliers de personnes se sont spontanément rassemblées à Sliema, près de la capitale, La Valette, lors d'une veillée, bougies à la main, pour rendre hommage à la journaliste tuée dans l'explosion de sa voiture. https://francais.rt.com/international/44866-des-milliers-personnes-manifestent-malte-pour-justice-meurtre-galizia
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Contrôle des chômeurs: Mailly conseille à Gattaz de "se taire" (lun., 23 oct. 2017)
Contrôle des chômeurs: Mailly conseille à Gattaz de Jean-Claude Mailly, leader de FO, a recommandé lundi sur Public Sénat au patron du Medef Pierre Gattaz de "se taire" après les récents propos de ce dernier en faveur d'un "contrôle journalier" des chômeurs. "Qu'il se taise, voilà c'est tout, franchement c'est de la provocation", a dit M. Mailly, interrogé sur les propos mardi dernier de M. Gattaz. "Bien sûr, que c'est une stigmatisation des chômeurs", a aussi jugé le leader syndical. Interrogé sur le fait de savoir s'il fallait renforcer "le contrôle et le suivi" des chômeurs, M. Mailly a répondu qu'"il y a déjà" un contrôle. "On va avoir des éléments bientôt parce que Pôle Emploi a travaillé sur ces questions-là et va bientôt rendre publics les résultats de ce qu'il a fait", a-t-il ajouté. Et "la très grande majorité de gens qui sont au chômage, ils aimeraient bien bosser", a-t-il dit. Invité à repréciser ce qu'il entendait exactement par "contrôle journalier", M. Gattaz avait expliqué qu'il pourrait s'agir "d'un contrôle journalier ou hebdomadaire". Il s'était aussi défendu auprès de l'AFP de "mépriser les chômeurs", affirmant que son "obsession" était de faire "baisser le chômage". Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner avait jugé de son côté que M. Gattaz était "légitime" à poser la question d'un "contrôle journalier" des chômeurs, mais avait laissé entendre qu'il doutait du "succès" de cette proposition. Par ailleurs, M. Mailly a indiqué lundi que les syndicats avaient "la garantie qu'il n'y aurait pas de remise en cause à la fois du niveau d'indemnisation" des chômeurs et "des durées des indemnisations", après les rencontres avec l'exécutif sur la réforme de l'assurance chômage. "La seule chose que veut discuter le gouvernement, c'est +l'offre raisonnable d'emploi+ qui existe déjà dans les textes aujourd'hui puisque si vous refusez deux fois (un emploi) vous pouvez être sanctionnés", a-t-il dit. "Je pense que le gouvernement va se rendre compte que c'est pas si évident que cela cette question", a commenté M. Mailly. (©AFP / 23 octobre 2017 10h42) https://www.romandie.com/news/Controle-des-chomeurs-Mailly-conseille-a-Gattaz-de-se-taire_RP/855569.rom
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Egypte : HRW interpelle la France pour la visite de Sissi (lun., 23 oct. 2017)
Egypte : HRW interpelle la France pour la visite de Sissi L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HDR) a appelé lundi Emmanuel Macron à mettre fin à la "scandaleuse politique de tolérance" de la France envers le "gouvernement répressif" du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Dans un communiqué publié à l'occasion de la visite de trois jours que le chef de l'Etat égyptien entame lundi à Paris, HRW a invité instamment la France, sixième investisseur étranger dans le pays et un de ses principaux fournisseurs d'armes sous François Hollande, à conditionner son soutien au Caire à des "améliorations tangibles" en matière de respect des droits de l'homme. Selon HRW, Abdel Fattah al-Sissi a présidé, depuis son arrivée au pouvoir en 2014, "à la pire crise des droits humains qu'ait connue l'Égypte depuis des décennies", en faisant arrêter de dizaines de milliers d'opposants. Elle accuse en outre les forces de sécurité égyptiennes d'avoir recours à la torture "de façon systématique". L'Elysée a indiqué la semaine passée que la situation des droits de l'homme serait évoquée lors de la visite du président égyptien, qui rencontrera aussi des chefs d'entreprise français. Citée dans le communiqué, Bénédicte Jeannerod, responsable de HRW pour la France, déclare qu'Emmanuel Macron "ne devrait pas poursuivre la scandaleuse politique de tolérance de la France envers le gouvernement répressif d'al-Sissi". "Prétendre que la question des droits humains est évoquée dans les discussions tout en persistant à ne pas agir serait comme mettre sous le tapis les revendications et la souffrance des Égyptiens", ajoute-t-elle. https://www.lorientlejour.com/article/1079875/egypte-hrw-interpelle-la-france-pour-la-visite-de-sissi.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

La police israélienne arrête 51 Palestiniens à Jérusalem-Est (lun., 23 oct. 2017)
La police israélienne arrête 51 Palestiniens à Jérusalem-Est La police israélienne a indiqué lundi avoir arrêté dans la nuit 51 Palestiniens soupçonnés d'actes de violence contre les forces de sécurité dans un quartier de Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël. Les personnes arrêtées sont suspectées d'avoir lancé des engins incendiaires et des pierres sur des policiers israéliens en patrouille dans le quartier d'Issawiya et d'avoir directement participé à des heurts, a rapporté un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld. Issawiya est un quartier régulièrement agité par des violences entre jeunes Palestiniens protestant contre l'occupation et policiers israéliens, comme ce fut le cas en juillet lors d'une période de vives tensions autour de l'esplanade des Mosquées. Les 51 Palestiniens sont mis en cause pour "troubles et actes de terrorisme" et ont été emmenés pour interrogatoire avant d'être présentés à un juge. Israël, qui considère tout Jérusalem comme sa capitale indivisible, s'est emparé de Jérusalem-Est en 1967 et l'a depuis annexée. La communauté internationale n'a jamais reconnu l'annexion et considère Jérusalem-Est comme un territoire occupé. Les Palestiniens entendent en faire la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. https://www.lorientlejour.com/article/1079903/la-police-israelienne-arrete-51-palestiniens-a-jerusalem-est.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

La fête du Trône (lun., 23 oct. 2017)
Le roi du Maroc, son conseiller Ali El Himma, son premier ministre nourdine El Othmani et leur ami le clown Debbouz s'amusent au Maroc La fête du Trône
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Commémoration de l’assassinat de Mohcine FIKRI (lun., 23 oct. 2017)
دكرى شهيد نضام الحكرة والقهر محسن فكري Commémoration de l’assassinat de Mohcine FIKRI Mouhcine FIKRI est un poissonnier marocain mort assassiné cruellement broyé par la benne d'un camion poubelle au Maroc, ce crime qui n'est pas le premier ni le dernier commit par les forces de l’oppression au royaume du Maroc a poussé le peuple à sortir encore une fois réclamer justice et liberté dans des gigantesques manifestations spontanées et ordonnées en parfaite dignité dans tout le pays et même dans les capitales des pays européennes, Les marocains réclament depuis des siècles leur liberté dans leur pays où les droit de l'homme sont bafoués quotidiennement depuis une éternité sous le regarde et le silence de ce monde civilisé إن مقتل الشهيد محسن فكري جريمة شنعاء المسؤول عنها هو النضام البوليسي الدكتاتوري القائم و على رأسه الملك الدي يجمع كل السلط بدون محاسبة ولا رقابة بينما هو المسؤول الأول والأخيرأمام الشعب على سلامة وأمن المواطن و ممتلكاته٠٠يعيش المغاربة كالخرفان في ضيعته يقتل من يشاء و يبقي على من أحب كإله كالاه فوق الأرض، فالى متى سنعيش في المدلة و الإهانة على أرض أجدادنا نتسول حقوقنا كالبؤساء!؟
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Manifestation devant l’Ambassade de Birmanie (vidéo) (lun., 23 oct. 2017)
Manifestation devant l’Ambassade de Birmanie (vidéo) Une manifestation organisée par le Mouvement pour la Jeunesse et le Changement a eu lieu ce dimanche devant l’ambassade de Birmanie pour dénoncer les massacres dont sont victimes les minorités musulmanes des Rohingyas dans l’Etat de l’Arakan. Cette manifestation conduite par Rachid Nekkaz, président du MCJ vise à dénoncer les crimes perpétrés par les autorités birmanes contre les minorités musulmanes. L’armée birmane s’est rendue coupable ces derniers mois de véritables crimes contre l’humanité en massacrant des milliers de civils Rohingyas. Des témoins sur place avancent le bilan d’au moins quatre mille morts civils, en majorité des femmes et des enfants. Des associations des droits de l’hommes et des ONG ont été interdites d’aller sur les zones qui subissent ces nettoyages éthniques. Le Haut Commissariat aux Réfugiés a recensé plus d’un demi million de Rohingyas ayant fui les massacres pour s’établir chez les pays voisins. Face à ce drame humanitaire de très grande ampleur, aucune action sur le terrain n’a été faite. L’armée birmane agit toujours avec autant d’impunité. Les grandes puissances d’habitude toujours promptes à défendre les peuples opprimés, ne s’expriment presque pas le massacre des Rohingyas. https://blogs.mediapart.fr/rachid-barbouch/blog/221017/manifestation-devant-l-ambassade-de-birmanie
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Naftali Bennett - C'est une guerre du bien contre le mal et Israël prévaudra (lun., 23 oct. 2017)
Dans la bataille entre le bien et le mal, "Israël est une force de bien dans ce monde", a déclaré le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett (Jewish Home). Naftali Bennett - C'est une guerre du bien contre le mal et Israël prévaudra S'adressant à un groupe choisi de radiodiffuseurs , d'éditeurs, de journalistes et de communicateurs chrétiens, Bennett a déclaré: «Il y a une nation juive avec 6,5 millions de Juifs et ce même Etat est entouré de centaines de millions d'islamistes radicaux qui veulent nous anéantir. Israël est à l' avant - garde de la bataille entre le monde libre et l'islam radical. "Ils essaient de nous anéantir ... Nous allons l'emporter". Les journalistes sont en Israël pour une mission d'étude intensive de quatre jours parrainée par le service de presse du gouvernement, le ministère des Affaires étrangères et le ministère des affaires de Jérusalem et du patrimoine. "Si Israël était une part, j'achèterais", a déclaré Bennett, qui a fourni à la presse son histoire personnelle. Bennett, élevé par des parents américains en Israël, a passé son début de carrière dans la haute technologie, en tant que co-fondateur et propriétaire de la société américaine Cyota. La société, qui se concentre sur la fraude bancaire en ligne, la fraude au commerce électronique et le phishing, s'est vendue 145 millions de dollars en 2005, juste avant la seconde guerre du Liban. Dans les mois de devenir très riche, Bennett a été «appelé pour défendre mon pays. C'était le point d'inflexion dans ma vie. »Il a servi comme commandant de Tsahal au Liban pendant la guerre. La prise de conscience du ministre que «ces gars veulent nous tuer ... Quoi que nous fassions, ils veulent anéantir le peuple juif» l'a conduit à la politique et finalement à rajeunir le parti sioniste religieux, qu'il a rebaptisé Jewish Home. Son but était de restaurer l'Etat juif à travers des valeurs juives et sionistes plus fortes. Bennett a pris le parti d'un déclin de trois sièges à la Knesset à 12 sur 120 en 2013. Aujourd'hui, Jewish Home est le troisième plus grand parti à la Knesset. Il a dit que la Maison juive est de droite dans le sens où «Je m'oppose avec véhémence à la cession de toute autre terre juive à la période arabe .» Bennett a déclaré qu'il n'était pas opposé à la paix. "Je dirais que tout Israël se dirige vers la droite ... parce que nous sommes réalistes", a déclaré Bennett. "Notre environnement est probablement l'environnement le plus difficile au monde." Dans le nord, Israël fait face au Hezbollah, une organisation terroriste abritant 130 000 roquettes toutes dirigées vers l'État juif. Le long de la frontière syrienne, l'Iran tente de s'imposer. Au sud, ISIS a établi une présence; le groupe terroriste a tiré plusieurs roquettes sur Israël cette semaine. Et à Gaza, il y a le Hamas . Il a dit que les gens commencent à comprendre que le conflit au Moyen-Orient n'est pas le conflit israélo-palestinien ", mais une bande d'islamistes radicaux qui veulent conquérir le monde et veulent construire un empire islamiste radical de Téhéran en Irak en Syrie en Méditerranée ... .C'est dur, mais nous sommes bons. " Bennett a demandé à l'auditoire d'imaginer une machine à remonter le temps dans la pièce qui a transporté l'auditoire de 3 000 ans à l'époque du roi David. Bennett a noté que lui et le roi seraient capables de communiquer parce qu'ils parlent tous deux l'hébreu - la langue du peuple juif. "Nous sommes des descendants directs de David", a déclaré Bennett. "Mon fils s'appelle David et Jonathan, Michal et Avigael sont ses frères et soeurs. Mes frères sont Asher et Dan. Mon père est Jacob et ma mère est Leah. Il y a un thème ici. " Il a poursuivi: "Il est remarquable que nous ayons renouvelé l'état juif. C'est notre troisième fois. Il n'y aura pas d'autre chance. Nous ne pouvons pas le souffler. "
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Renforcement du "partenariat stratégique" russo-israélien, le ministre russe de la Défense Shoigu visite Israël (lun., 23 oct. 2017)
Le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, vient de faire sa première visite en Israël. Renforcement du Bien qu'il ait servi en tant que meilleur dirigeant militaire de la Russie pendant près de cinq ans maintenant, Shoigu n'avait jamais mis les pieds en Israël jusqu'à présent. Il est arrivé le même jour qu'un système de missile anti-aérien syrien aurait été détruit par "l'armée de l'air israélienne" après avoir pris pour cible un avion qui, selon Tel Aviv, survolait le Liban lors d'une "mission de reconnaissance". L'espace aérien syrien, amenant certains commentateurs à se demander si ce développement inattendu interférerait avec sa visite. Toutefois, ce n'était pas du tout le cas puisque, malgré les déclarations génériques standard que chaque camp a publiées après la fin du voyage, on peut présumer avec confiance que cette visite a été un succès étonnant et l'un des moments les plus décisifs de leur visite bilatérale. relation en raison du contexte important dans lequel il s'est produit. La Russie n'a jamais empêché "Israël" de bombarder des cibles en Syrie en raison de l'accord de coordination militaire de 2015 que les deux parties ont signé juste avant l'intervention antiterroriste décisive de Moscou dans le pays. Le mandat militaire de la Russie est uniquement de lutter contre les groupes terroristes dans la République arabe, pas de protéger l'armée arabe syrienne, mais Moscou et Tel-Aviv voulaient réduire les risques de conflits involontaires entre les deux forces armées alors qu'ils effectuaient leurs missions séparées. pays, d'où leur promulgation de l'accord précité. En dehors de ce cas particulier où Tel Aviv accuse Damas d'avoir d'abord tiré dessus, "Israël" mène généralement ses frappes au motif qu'il "cible le Hezbollah ou le Corps des Gardiens de la Révolution Iranienne (IRGC)". Cela rappelle l'autre raison de la visite de Shoigu, qui consiste à rassurer "Israël" sur le fait que la " zone de désescalade " dans le sud du pays n'entraînera pas une accumulation clandestine de ces deux forces soutenues par Téhéran le long de la frontière syrienne. «Hauteurs du Golan occupées par Israël». A cette fin, la Russie doit aussi expliquer à "Israël" comment son " Oummah Pivot " n'est pas dirigé contre les intérêts de Tel Aviv mais pourrait les soutenir aussi longtemps qu'Israël accepte de ne pas saper la stratégie méticuleuse d'équilibrage de Moscou. le Moyen-Orient. Cela aide certainement le président Poutine et le «Premier ministre» Netanyahu à être des amis proches et à se rencontrer à six reprises depuis deux ans, bien que les relations internationales ne reposent pas uniquement sur la confiance personnelle, mais aussi sur des garanties tangibles. Il a probablement demandé à Moscou de prendre des mesures pour limiter l'influence post-Daech du Hezbollah et des CGR en Syrie. En échange, "Israël" pourrait suivre le grand plan stratégique de la Russie pour gérer le Moyen-Orient dans sa quête pour devenir la force d'équilibre suprême du supercontinent eurasiatique, mais Moscou ne peut absolument pas assumer son rôle du 21ème siècle sans d' excellentes relations avec Tel Aviv en premier. Cela pourrait prendre un certain temps pour voir les dividendes tangibles de cette visite, mais connaissant le style avec lequel les relations russo-israéliennes se sont développées au cours des deux dernières années, le résultat de ce voyage de haut niveau se manifestera probablement tacitement. des actions coordonnées dans le futur au lieu de déclarations grandioses dans le présent. L'article présenté est la transcription partielle du programme radio CONTEXT COUNTDOWN sur Sputnik News, diffusé le vendredi 20 octobre 2017 Andrew Korybko est un analyste politique basé à Moscou et spécialisé dans la relation entre la stratégie américaine en Afro-Eurasie, la vision globale de la Nouvelle Route de la Soie en Chine et la Guerre Hybride. La source originale de cet article est Oriental Review
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Afghanistan : la première guerre de l'Otan en-dehors de l'aire euro-atlantique (lun., 23 oct. 2017)
Le motif réel de l’intervention USA/Otan en Afghanistan n’est pas sa libération des talibans, qui avaient été entraînés et armés au Pakistan dans une opération dirigée par la CIA pour conquérir le pouvoir à Kaboul, mais l’occupation de cette aire de première importance stratégique pour les Etats-Unis. Afghanistan : la première guerre de l'Otan en-dehors de l'aire euro-atlantique L’Afghanistan est au carrefour entre Moyen-Orient, Asie centrale, méridionale et orientale. Dans cette aire (dans le Golfe et dans la Caspienne) se trouvent les plus grandes réserves pétrolifères du monde. Se trouvent aussi trois grandes puissances -Chine, Russie et Inde- dont la force est en train de s’accroître et d’influer sur l’organisation du monde. Comme l’avait prévenu le Pentagone dans son rapport du 30 septembre 2001, « la possibilité existe qu’émerge en Asie un rival militaire avec une formidable base de ressources ». La décision de délocaliser des forces en Afghanistan, comme premier pas pour étendre la présence militaire étasunienne en Asie centrale, va être prise à Washington non pas après le 11 septembre, mais avant. C’est ce que révèlent des sources fiables, selon lesquelles « le président Bush, deux jours avant le 11 septembre, était sur le point de signer un plan détaillé qui prévoyait des opérations militaires en Afghanistan » (NBC News, 16 mai 2002) : avant donc l’attaque terroriste qui officiellement motive la guerre en Afghanistan, était déjà sur la table du président « le plan de guerre que la Maison Blanche, la CIA et le Pentagone ont mis en acte après le 11 septembre ». Dans la période précédant le 11 septembre 2001, apparaissent en Asie de forts signaux d’un rapprochement entre Chine et Russie, qui se concrétisent quand, le 17 juillet 2001, les présidents Jiang Zemin et Vladimir Poutine signent à Moscou le «Traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération», défini comme une « pierre angulaire » dans les relations entre les deux pays. Sans toutefois le déclarer, Washington considère le rapprochement entre Chine et Russie comme un défi aux intérêts étasuniens en Asie, au moment critique où les Etats-Unis essaient d’occuper, avant d’autres, le vide que la désagrégation de l’URSS a laissé en Asie centrale. Une position géostratégique clé pour le contrôle de cette aire est celle de l’Afghanistan. Sous la motivation officielle de pourchasser Ossama Ben Laden, désigné comme mandant des attaques du 11 septembre à New York et Washington, la guerre commence le 7 octobre 2001 avec le bombardement de l’Afghanistan effectué par l’aviation étasunienne et britannique. Précédemment on a infiltré en territoire afghan des forces spéciales avec la mission de préparer l’attaque avec l’Alliance du nord, et d’autres formations anti-talibans. Sous les bombardements massifs et l’offensive terrestre de l’Alliance du nord, les forces talibanes, à qui se joignent des volontaires provenant du Pakistan et d’autres pays, sont contraintes à abandonner Kaboul le 13 novembre. Le Conseil de sécurité de l’ONU autorise alors, par la résolution 1386 du 20 décembre 2001, la constitution de l’Isaf (Force internationale d’assistance à la sécurité). Sa mission est d’assister l’autorité afghane par intérim à Kaboul et environs. Selon l’article VII de la Charte des Nations Unies, l’emploi des forces armées mises à disposition par des membres de l’ONU pour de telles missions doit être établi par le Conseil de sécurité assisté par le Comité d’état-major, composé des chefs d’état-major des membres permanents du Conseil de sécurité. Même si ce Comité n’existe pas, l’Isaf reste jusqu’en août 2003 une mission ONU, dont la direction va être confiée successivement à Grande-Bretagne, Turquie, Allemagne et Hollande. Mais soudain, le 11 août 2003, l’Otan annonce avoir «pris le rôle de leadership de l’Isaf, force sous mandat ONU ». C’est un véritable coup de force : aucune résolution du Conseil de sécurité n’autorise l’Otan à prendre le leadership, c’est-à-dire le commandement, de l’Isaf. C’est seulement après coup, dans la résolution 1659 du 15 février 2006, que le Conseil de sécurité « reconnaît l’engagement continu de l’Otan dans la direction de l’Isaf ». Depuis le 11 août 2003 ce n’est plus l’ONU qui dirige la mission mais l’Otan : le quartier général de l’Isaf se trouve en fait inséré dans la chaîne de commandement de l’Otan, qui choisit tour à tour les généraux à mettre à la tête de l’Isaf. Comme le souligne un communiqué officiel, « L’Otan a assumé le commandement et la coordination de l’Isaf en août 2003 : cette mission est la première en dehors de l’aire euro-atlantique dans l’histoire de l’Otan ». La mission Isaf se trouve donc insérée dans la chaîne de commandement du Pentagone. Dans cette même chaîne de commandement sont insérés les militaires italiens assignés à l’Isaf, avec hélicoptères et avions, y compris chasseurs-bombardiers Tornado.
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Téhéran: sans l’Iran, Daech aurait pris le contrôle de capitales arabes (dim., 22 oct. 2017)
Téhéran: sans l’Iran, Daech aurait pris le contrôle de capitales arabes Les États-Unis, qui qualifient le comportement de Téhéran de «déraisonnable» et «déstabilisant», refusent de reconnaître le rôle que l’Iran joue au Proche-Orient. Comme l’estime le chef de la diplomatie de ce pays, sans l’aide iranienne, Daech aurait occupé depuis longtemps Damas et Bagdad. Le refus des États-Unis de changer son attitude sur le rôle de Téhéran au Proche-Orient est regrettable, a déclaré le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif. «Malheureusement, après de longues années d’erreurs, les Américains ne veulent pas changer leur position [et reconnaître, ndlr] que l’Iran stabilise la situation et combat le terrorisme dans la région», a-t-il déclaré, cité par l’agence ISNA. Et de souligner que faute du dévouement de Téhéran, le groupe terroriste aurait contrôlé les capitales syrienne et irakienne, Damas et Bagdad, ainsi que se serait emparé d’Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. La Maison-Blanche avait récemment annoncé que le comportement «déraisonnable» de l’Iran ainsi que le corps des Gardiens de la révolution islamique représentaient une des plus grandes menaces aux intérêts de Washington et à la stabilité au Proche-Orient. Les autorités américaines évoquent le rôle déstabilisateur de l’Iran et assurent que Téhéran a profité de l’instabilité dans la région et des conflits qui la secouent pour élargir son influence. https://fr.sputniknews.com/international/201710221033563298-teheran-usa-proche-orient/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Le Hamas exclut de déposer les armes (dim., 22 oct. 2017)
Le Hamas exclut de déposer les armes Le Hamas va conserver d'étroites relations avec l'Iran et n'a pas l'intention de renoncer à la lutte armée, malgré les exigences israéliennes, a annoncé son numéro deux, Saleh Arouri, cité dimanche par l'agence iranienne Mehr. Le mouvement islamiste a signé le 12 octobre un accord de réconciliation avec le Fatah de Mahmoud Abbas, président de l'autorité palestinienne, qui a ouvert la voie à la formation d'un gouvernement d'union. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exclu mardi de négocier avec un gouvernement auquel le Hamas serait associé tant qu'il refuse de reconnaître le droit à l'existence de l'Etat hébreu et de déposer les armes. "Les forces de la résistance palestinienne ne renonceront jamais (...) à leurs armes", a affirmé Saleh Arouri, lors d'un entretien avec Ali Larijani, président du parlement iranien, à Téhéran, rapporte l'agence Mehr. Yehia al Sinouar, nouveau chef de file du Hamas, avait annoncé fin août que l'Iran était redevenu son principal soutien financier et fournisseur d'armes après des années de tensions dues au conflit syrien. Téhéran avait fortement réduit son aide au Hamas ces dernières années en raison de son refus de se ranger dans le camp du président Bachar el-Assad. https://www.lorientlejour.com/article/1079802/le-hamas-exclut-de-deposer-les-armes.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Les Etats-Unis exigent le départ des milices iraniennes d'Irak (Tillerson) (dim., 22 oct. 2017)
Les Etats-Unis exigent le départ des milices iraniennes d'Irak (Tillerson) Les milices iraniennes présentes en Irak doivent partir maintenant que le combat contre le groupe Etat islamique "touche à sa fin", a réclamé dimanche à Ryad le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson. Un Irak "indépendant et fort" va "permettre d'une certaine manière de contrecarrer les influences négatives de l'Iran" dans ce pays, a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Les milices iraniennes qui sont en Irak, maintenant que le combat contre l'Etat islamique touche à sa fin, ces milices doivent rentrer chez elles, tous les combattants étrangers doivent rentrer chez eux", a-t-il insisté. https://www.lorientlejour.com/article/1079797/les-etats-unis-exigent-le-depart-des-milices-iraniennes-dirak-tillerson.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

Riyad dément toute visite d'un responsable saoudien en Israël (dim., 22 oct. 2017)
Riyad dément toute visite d'un responsable saoudien en Israël Riyad a démenti dimanche toute visite d'un responsable saoudien en Israël, affirmant n'avoir "rien à cacher" quand il s'agit d'annoncer les déplacements de ses responsables à l'étranger. "Tout ce qui a été rapporté par certains médias sur une visite secrète d'un responsable saoudien en Israël est sans fondement", a affirmé un porte-parole du ministère saoudien des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle SPA. "L'Arabie saoudite a toujours été transparente en ce qui concerne les contacts et les visites (de ses responsables) à l'étranger", a ajouté le porte-parole. La radio israélienne a rapporté le mois dernier que le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane s'était secrètement rendu en Israël et avait rencontré des responsables israéliens. L'information n'a jamais été confirmée. Riyad avait proposé en 2002 un plan de paix proposant une reconnaissance d'Israël par les pays arabes contre son retrait de tous les territoires occupés en 1967 et la création d'un Etat palestinien. Ce plan est resté lettre morte mais Israël et des pays arabes comme l'Arabie saoudite se retrouvent aujourd'hui sur la même longueur d'ondes quand il s'agit de faire face à l'Iran. https://www.lorientlejour.com/article/1079809/riyad-dement-toute-visite-dun-responsable-saoudien-en-israel.html
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

«Dégueulis d’accusations» : Boutin s'insurge contre #Balancetonporc et défend la «grivoiserie» (dim., 22 oct. 2017)
«Dégueulis d’accusations» : Boutin s'insurge contre #Balancetonporc et défend la «grivoiserie» Fraîchement retraitée de la vie politique, l'ex-ministre du Logement estime que le mouvement anti-harcèlement #Balancetonporc est susceptible d'«abîmer» la relation homme-femme. Elle ajoute que la «grivoiserie» fait partie de l'identité française. La déferlante de dénonciations de cas de harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux, autour du hashtag #Balancetonporc, n'est pas du goût de la présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate (PCD) Christine Boutin. A rebours de l'ambiance actuelle, Christine Boutin s'est en effet érigée lors d'une conférence de presse le 21 octobre (dans laquelle elle a annoncé son retrait de la vie politique pour se concentrer sur la théologie) en défenseur de la «grivoiserie», qui serait selon elle partie intégrante de l'identité française. Pour l'ancienne ministre du Logement, il est tout a fait regrettable que les femmes en viennent à avoir des «a priori» dès qu’elles reçoivent un compliment. Jugeant que le «climat du moment» était «insupportable», elle a estimé que le «dégueulis d’accusations» émanant selon elle du hashtag #Balancetonporc était de nature à «abîmer» profondément les relations entre les hommes et les femmes. «Je ne pense pas que cette espèce de torrent de révélations soit nécessaire», a-t-elle fait valoir lors de son intervention. Effarée par le scandale du producteur Harvey Weinstein, la journaliste Sandra Muller avait lancé, quasiment sur le ton de l'humour, un appel sur Twitter pour que les femmes victimes de harcèlement, puissent sortir du silence, autour du hashtag #balancetonporc, sur Twitter. Elle avait inauguré le mouvement le 13 octobre en racontant une histoire qui se serait produite avec un patron de chaîne libidineux. Des centaines de messages faisant état de cas présumés de harcèlement sexuel ont suivi, mettant parfois en cause des personnalités publiques comme l'ex-candidat à la présidentielle Jean Lassalle, ou encore l'islamologue suisse Tariq Ramadan, qui se sont tous deux défendus des accusations portées contre eux. https://francais.rt.com/france/44857-degueulis-daccusations-christine-boutin-sinsurge-contre-mouvement-balancetonporc
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite

France : saisie record de cannabis dans un camion marocain (dim., 22 oct. 2017)
France : saisie record de cannabis dans un camion marocain Une saisie record de plus de 2,3 tonnes de résine de cannabis, d’une valeur marchande de plus de 17 millions d’euros, a été réalisée par les douaniers français dans un camion marocain, a-t-on appris samedi auprès du Parquet de Rennes (ouest). “Il s’agit de la plus importante saisie de cannabis réalisée par les services douaniers en 2017”, écrit dans un communiqué le procureur de la République de Rennes, Nicolas Jacquet. La marchandise était dissimulée à bord d’un camion immatriculé au Maroc circulant en direction du Nord. Les deux chauffeurs, de nationalité marocaine, ont déclaré lors d’un contrôle dans la région de La Rochelle se rendre à Paris à vide après avoir livré leur chargement en Espagne. Les douaniers ont cependant remarqué au fond de la remorque quatre plaques en bois retenues par des vis semblant neuves par rapport à l’état général du camion. Des traces de peinture blanche et des embouts de visseuse au sol amènent les agents à soupçonner l’existence d’une cache aménagée. Ils démontent alors les plaques en bois et découvrent 73 ballots de résine de cannabis, d’un poids total de 2.362 kg. Les deux chauffeurs ont été inculpés samedi et incarcérés. https://www.tsa-algerie.com/france-saisie-record-de-cannabis-dans-un-camion-marocain/
Alter Info l'Information Alternative
>> Lire la suite