Le cafouillage juridique autour du Web 2.0

 

Le Web 2.0 désigne, grosso modo, la technologie qui permet aujourd'hui à tout internaute de devenir éditeur, en mettant en ligne divers fichiers multimédia ou texte. Cela va des services communautaires aux créations tous azimuts de blogs, en passant par la réaction aux articles, que le jargon appelle "posts" ou "topics". Si cela a rendu la Toile plus attrayante et enrichissante en facilitant le partage de fichiers ou d'informations, cela a aussi généré des problèmes soulevés déjà jadis par le P2P : la violation des droits d'auteur.

 

Uploader (envoyer sur un serveur Web) une vidéo, un MP3, voire une photo n'est pas un geste anodin aussi bien pour les éditeurs, les internautes, que pour les hébergeurs comme YouTube, Dailymotion, Myspace et consorts. Beaucoup ont du reste fait l'objet de perquisitions et/ou se sont retrouvés... à l'audience. C'est pourquoi ils rivalisent de formules magiques (voir DailyMotion légalise le partage illégal) pour se mettre à l'abri de poursuites judiciaires.

 

Vide juridique, flou législatif, instabilité réglementaire, revirement jurisprudentiel... : autant de signes qui montrent le cafouillage juridique autour du Web 2.0. Mais qu'en est-il exactement des responsabilités des uns et des autres ? Que risque l'internaute qui met en ligne une oeuvre protégée ? Que risque l'hébergeur d'oeuvres protégées ? Que risque l'internaute qui regarde ou écoute gratuitement un film, une série, une musique... illégalement diffusés en streaming ? C'est à ces questions quasiment aporétiques que Tom's Guide répond avec l'aide de juristes dans un dossier spécial intitulé "Streaming vidéo : le guide légal".

 

Sommaire.


Bookmark and Share

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Almoon (vendredi, 08 mars 2013 08:55)

    le lien de "streaming video : le guide légal" n'exicte plus qui renvoi vers :
    http://www.infos-du-net.com/actualite/14938-steaming-legislation-loi.html

    Beau boulo pour se portail de la gratuité
    continué