Beezik compte mieux faire que Deezer et consorts

 

21.05.2009

 

Beezik annonce l'imminence de la première offre légale de téléchargement gratuit de la musique des majors. Une révolution!

 

 

Souvenez-vous. Il y a plus d'un an, Deezer révolutionnait le paysage de l'offre légale de musique en introduisant un modèle économique fondé sur l'écoute gratuite et illimitée en streaming. Aujourd'hui, un autre site fait une révolution dans le même domaine. Il s'agit de Beezik.

 

Nanti d'un catalogue d'environ 2 millions de titres d'EMI et d'Universal Music, ce nouveau service légal de musique gratuite vient de faire une annonce fracassante qui va envoyer aux oubliettes la révolution Deezer. Et pour cause, il promet de faire encore mieux que ce dernier : il proposera non seulement l'écoute illimitée en ligne, mais aussi le téléchargement de MP3 de bonne qualité sans que les mélomanes paient le moindre centime. Le téléchargement de la musique des majors 100% gratuit, c'est du jamais vu !

 

Le seul prix à payer, ce sera l'obligation de visionner un spot publicitaire... Une contrainte d'autant plus supportable que chaque clip ne durera que quelques secondes. Et que - grande première! - l'internaute sera recompensé par des bons d'achat pour chaque titre téléchargé.

 

Le lancement officiel est prévu pour le mois de juin. D'ores et déjà, les internautes sont invités à s'inscrire pour être les premiers à tester cette nouvelle formule d'offre légale de musique.

 

Voilà une annonce qui ne va pas laisser de marbre les autres sites de musique gratuite et légale si elle se traduisait dans les faits...

 

Le cinéma à la traîne

 

En attendant de voir, une question me vient à l'esprit : les majors du disque seraient-elles plus enclines à lutter contre le téléchargement illégal que les géants du cinéma ? En tout cas, en multipliant des accords de partenariat avec Deezer et consorts, elles ont montré la voie à suivre pour les offres légales qui semblent les plus à même de détourner les internautes des réseaux P2P. Une voie qui ne semble, pour l'heure, pas du goût de l'industrie du film, puisque des offres légales et gratuites de films en streaming sont encore inexistantes, hormis l'offre inédite de Cdiscount. Gageons et espérons que, comme pour la musique, un nouveau trublion jetera bientôt un pavé dans la mare.

 

Souhaitons surtout bon vent aux nouveaux modèles économiques qui fleurissent depuis la révolution Deezer pour enfin réconcilier les internautes avec l'industrie du disque et du cinéma sous les auspices de la classe politique, de plus en plus décidée, comme le montre le projet de loi Hadopi, à avoir le dernier mot.

 

Site : http://www.beezik.com/

 

Bookmark and Share

Mise à jour (MAJ): Beezik aurait retoqué son offre sous la pression des majors

 

27.05.2009

 

Des rebondissements commencent déjà à sourdre après l'annonce fracassante de l'offre de Beezik. Les majors auraient finalement imposé un format d'encodage et des verrous numériques. Ce ne serait plus le MP3 comme annoncé, mais le WMA assorti de DRM. Une marche-arrière qu'explique Thomas Pasquet, co-fondateur de la start-up, dans une interview réalisée par Ziik.fr et dénichée par Lazzzy, un forumeur de PCASTUCES.

 

01net revient, dans un article publié aujourd'hui, sur les détails du modèle économique que la start-up belge a mis en place.

 

On s'éloigne déjà de l'enthousiasme suscité par cette annonce avant même la réalisation du projet.  Il y aura peut-être d'autres surprises d'ici le lancement officiel. A suivre, donc !

Lever de rideau pour Beezik

08.06.2009

 

Ca y est ! Beezik, le premier site de téléchargement légal et gratuit de la musique des majors, vient d'ouvrir ses portes, ce lundi 8 juin 2009. Les internautes inscrits peuvent désormais étancher leur soif de mélodies en tout genre, dans les conditions évoquées dans la MAJ du 27.05.2009 ci-dessus.

 

Si ces conditions - notamment les DRM -avaient été reçues avec déception, on peut dire que les mélomanes devront faire avec une autre déception : l'impossibilité d'écoute en ligne de titres de leur choix. On aurait, en effet, pu penser que la start-up belge combinerait son propre modèle économique avec celui de Deezer et consorts en permettant aussi l'écoute illimitée. Eh bien, non ! car l'écoute d'une chanson en streaming s'arrête au bout de quelques secondes, comme sur les plates-formes traditionnelles de vente de musique en ligne. C'est en tout cas ce que j'ai constaté, à midi, en essayant d'écouter quelques tubes de Britney Spears, avec le statut, la précision est peut-être importante, de non-inscrit. Seul un lecteur intégré diffuse en continu une liste de lecture par défaut. 

 

Reste à souligner que, pour son originalité, l'offre légale de Beezik est une initiative louable malgré ses défauts. Quant à la question de savoir si elle séduira les internautes au point de les détourner des autres services légaux et gratuits de streaming musical, voire du P2P, seul le temps nous le dira.

 

 

PCinpact décortique l'offre légale de Beezik

15.06.2009

 

Dans un article paru aujourd'hui, le webzine high-tech PCinpact décortique l'offre légale de Beezik. Téléchargement de titres, débit d'encodage, DRM,  collecte et utilisation des bons de réduction, partenaires commerciaux : tout ou presque est passé au peigne fin. Au chapitre des bonnes nouvelles, on y apprend que les DRM pourraient être supprimés, que chaque inscription donne automatiquement droit à un crédit de 2500 points (soit 25 euros) en bons de réduction...

 

En savoir +

 

Beezik abandonne les DRM

 

17.09.2009

 

Le premier service légal de téléchargement gratuit de musique vient de confirmer son projet d'abandon progressif des DRM. Beezik a en effet commencé à ôter les verrous numériques qui émaillaient son catalogue de musique. Plus de la moitié de ses titres seraient maintenant déverrouillés et disponibles en MP3, gage de l'interopérabilité : on peut désormais écouter les morceaux téléchargés sur n'importe quel lecteur, y compris sur un iPod.

 

Autant dire que Beezik n'a pas fini de faire couler beaucoup d'encre. Tout autant que les DRM, de plus en plus boudés - même par la jurisprudence.

 

En savoir +

Écrire commentaire

Commentaires : 0