http://www.lefigaro.fr/

LE FIGARO - Le Figaro - Le Flash Actu

Il est midi, l'essentiel de l'actualité de ce dimanche 23 juillet (dim., 23 juil. 2017)
Il est midi, l'heure de faire un point sur l'actualité de ce dimanche 23 juillet. » Logement: baisse des aides "jamais envisagée" par l'ancien gouvernement Dans une interview accordée au Parisien, l'ancien ministre chargé du Budget, Christian Eckert, a affirmé que l'ancien gouvernement n'a "jamais" envisagé une baisse des aides au logement. Hier, le ministère de la Cohésion des territoires a déclaré réduire, à partir du 1er octobre, les aides personnelles au logement (APL) de cinq euros par mois. » La popularité d'Emmanuel Macron chute de 10 points en juin Selon un sondage publié par le JDD, 54% des français se disent satisfaits du président Macron. Le premier ministre Edouard Philippe enregistre quant à lui un reflux de 8 points. » La Défense obtient le dégel de 1,2 milliard d'euros de crédits pour 2017 Annoncé dimanche par la ministre de la Défense Florence Parly, ce dégel anticipé doit offrir une plus grande visibilité au ministère et à la Direction générale de l'armement dans la gestion de leur trésorerie et le paiement de leurs factures, explique une source gouvernementale. » Éducation: le nombre d'élèves par classe divisé par deux dans les REP Le ministre de l'Education, Jean Michel Blanquer veut aussi que 2500 classes bénéficient de deux maîtres « dès septembre ». Il souhaite « voir 100% des élèves réussir leur CP ».  » Le triathlon de Nice, premier événement sur la Promenade des Anglais depuis l'attentat Cible de l'attentat du 14 juillet 2016 ayant causé la mort de 86 personnes, la Promenade des Anglais accueille ce dimanche et pour la première fois depuis ce drame une compétition sportive, l'Ironman France. 
>> Lire la suite

Logement: baisse des aides "jamais envisagée" par l'ancien gouvernement (dim., 23 juil. 2017)
Le précédent gouvernement n'a "jamais" envisagé une baisse des aides au logement, a affirmé l'ancien ministre chargé du Budget Christian Eckert, dans un entretien au Parisien. Cela contredit les affirmations du nouvel exécutif. "Nous ne l'avons jamais envisagée. Jamais. Je suis formel. Elle ne nous semblait pas juste", a déclaré M. Eckert interrogé par le quotidien sur cette mesure.   » Lire aussi - L'aide au logement APL réduite de cinq euros par mois dès octobre   Une responsable du ministère de la Cohésion des Territoires, chargé notamment du Logement, avait indiqué samedi à l'AFP que toutes les aides au logement allaient baisser de 5 euros par mois et par foyer à partir d'octobre et assuré qu'il s'agissait de "l'application d'une réforme d'économie budgétaire décidée sous le quinquennat précédent".   Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a pour sa part déclaré au Parisien que "c'est une mesure qui découle du fait que le projet de loi de finances (PLF) 2017 avait été sous-doté car le précédent gouvernement avait prévu, sans l'annoncer, une baisse du montant de ces aides de 140 millions d'euros dans le budget". "Sauf qu'ils nous ont laissés la faire", a poursuivi M. Mézard, en ajoutant que le gouvernement n'avait "pas d'autre solution que de la mettre en oeuvre pour combler ce trou".   » Lire aussi - Des contrôleurs de la Caf rendent visite aux allocataires pour vérifier leurs situations   Selon M. Eckert, « à chaque changement de ministre, il se passe le même scénario : la direction du Budget présente une liste de mesures que l'on appelle "le musée des horreurs", des mesures généralement refusées par les prédécesseurs et qu'elle essaye de replacer». Il a par ailleurs estimé qu'il était trop tôt pour parler de "trou budgétaire". «L'année n'est pas terminée. Comment peuvent-ils savoir en juin qu'il va manquer 140 millions à la fin de l'année sur un budget de 18 milliards d'euros», s'est-il interrogé.   Les aides au logement bénéficient à 6,5 millions de ménages français. Versées par la Caisse d'allocation familiale (CAF), elles se décomposent en trois catégories : l'aide personnalisée au logement (APL) qui profite notamment à environ 800.000 étudiants, l'allocation de logement familial (ALF), et l'allocation de logement social (ALS). Les organisations étudiantes Fage et Unef ont été les premières à dénoncer la décision gouvernementale, évoquant une aide "vitale" alors qu'un étudiant sur quatre est sous le seuil de pauvreté et que plus de 100.000 travaillent à mi-temps pour financer leurs études.
>> Lire la suite

Éducation: le nombre d'élèves par classe divisé par deux dans les REP (dim., 23 juil. 2017)
Dans une interview au Journal du Dimanche, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a développé plusieurs « réalisations concrètes » prévues dès la rentrée notamment à l’école primaire. Parmi ses objectifs, « voir 100% des élèves réussir leur CP ». Selon le ministre, actuellement, environ 750.000 élèves sortent du primaire sans savoir lire, écrire ou compter. « Nous allons concentrer notre attention sur ces élèves », indique-t-il. Et pour cela, Jean-Michel Blanquer annonce que le nombre d’élèves par classe sera divisé par deux dans les zones d’éducation prioritaire renforcée. Outre cette réduction, il veut aussi que 2500 classes bénéficient de deux maîtres « dès septembre ». « Dans 70% des cas, les locaux permettent d’avoir deux classes de 12 élèves au lieu d’une de 24. Ailleurs deux enseignants interviendront ensemble dans la classe », précise-t-il. » Lire aussi - Éducation : ce qui va changer à la prochaine rentrée Enfin pour le secondaire, le ministre a annoncé les 1200 classes bilangues (des classes qui propose l’apprentissage de deux langues vivantes dès la 6ème) vont être rétablies à la rentrée 2017 ainsi que les parcours européens. Ces nombreuses annonces renforceront peut-être le surnom donné à Jean-Michel Blanquer : « le ministre Ctrl Z », en référence au raccourci clavier qui permet d’annuler l’action faîte précédemment.  
>> Lire la suite

Texas: huit morts trouvés dans un camion (dim., 23 juil. 2017)
Huit morts et 28 blessés ont été trouvés dimanche dans une remorque de camion garée sur un parking de San Antonio, ville proche de la frontière mexicaine au Texas, ont annoncé les autorités. Les blessés, dont 20 grièvement, ont été hospitalisés, ont précisé le chef de la police locale, William McManus, et les pompiers. "Cela semble bien être un trafic d'être humains", a déclaré le chef de la police, parlant de la scène d'horreur trouvée dans le camion. Les vidéos de sécurité du parking montrent que des véhicules sont auparavant venus chercher certaines personnes, vivantes, cachées dans la remorque, a-t-il précisé. Il était impossible de dire dans un premier temps combien de personnes avaient été transportées dans la remorque. San Antonio est à quelques heures de route de la frontière avec le Mexique. Le temps ces jours-ci dans la région était chaud et sec.
>> Lire la suite

Meaux: une infirmière agressée par un patient (dim., 23 juil. 2017)
Une infirmière, de garde la nuit de samedi à dimanche au CHU de Meaux (Seine-et-Marne), a été agressée par un homme en état d'ébriété, qui avait été conduit aux urgences par les pompiers, a-t-on appris dimanche de source policière. L'homme, né en 1986, n'est pas connu des services de police, aindiqué cette source. Il a été interpellé et placé en garde à vue. » Lire aussi - Un médecin violemment agressé aux urgences de l'hôpital de Saint-Denis En octobre, après l'agression d'un médecin aux urgences à Saint-Denis, un plan de 75 millions d'euros sur trois ans avait été dévoilé afin de renforcer la sécurité des établissements de santé. Dans son rapport annuel publié en août 2016, l'Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) avait recensé pour l'année 2014 quelque 18.000 victimes déclarées, soit "un hospitalier victime toutes les 30 minutes".
>> Lire la suite

Vol Bordeaux-Alger: 33 heures de retard (dim., 23 juil. 2017)
Quelque 180 passagers d'un vol Bordeaux-Alger ont traversé vendredi et samedi une épreuve peu commune. Ils ont été bloqués près de 33 heures à l'aéroport de Bordeaux, d'abord par des problèmes techniques sur leur avion, puis par la santé d'un pilote, a-t-on appris de sources concordantes. » Lire aussi - Retards aériens : un site permet d'être dédommagé facilement L'Airbus A320 de la compagnie grecque Olympus Airways, qui assurait le vol ZI737 de la compagnie Aigle Azur, devait quitter Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, à 14H00 vendredi. Mais n'a pu partir "en raison d'un problème technique", selon Aigle Azur. Un problème qui a requis l'acheminement vendredi soir d'une pièce à partir de Roissy, près de Paris, a précisé l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. Les passagers ont été pris en charge et logés dans un hôtel proche de l'aéroport, puis réveillés à 4H00 en vue d'un décollage à 7H00 , mais le problème technique n'était toujours pas réglé, selon l'aéroport. Une fois la nouvelle pièce acheminée et les tests réalisés en matinée, c'est alors un membre du personnel technique navigant qui a été victime d'une "défaillance", empêchant l'avion de partir, a expliqué Aigle Azur. Des passagers, parmi lesquels des familles et notamment des enfants, se sont vivement plaints d'avoir été laissés "isolés, parqués pendant une heure et demie tôt samedi dans une salle d'embarquement, sans informations cohérentes", a dénoncé à l'AFP une passagère, Rahma El Madani, qui, "du coup inquiète", a renoncé à son voyage. L'Airbus du vol ZI 737 a finalement décollé -non sans un ultime retard, pour un recomptage de bagages surnuméraires - pour Alger vers 22H40, soit avec près de 33 heures de retard. Pour un vol d'une durée d'1 heure 50... Aigle Azur a déploré ce rare "enchaînement de circonstances". Lire aussi - Jusqu'à 39 heures de retard pour des vols entre la France et l'Espagne
>> Lire la suite

Une fillette se tue en chutant du septième étage (dim., 23 juil. 2017)
Une petite fille âgée de 7 ans est morte samedi après-midi après avoir chuté du 7e étage d'un immeuble de Haute-Savoie où elle séjournait avec sa famille pour les vacances, a appris l'AFP auprès des gendarmes. Le drame s'est déroulé peu avant 14H30 dans un appartement situé dans la station de ski de Flaine, qu'elle occupait avec ses parents et ses deux frères, âgés de 13 et 16 ans. Tous sont originaires de Bourg-en-Bresse, dans l'Ain. Selon les gendarmes, la fillette aurait basculé dans le vide depuis la fenêtre d'une chambre de l'appartement pour une raison encore indéterminée. "Nos tentatives de réanimation ont été vaines", ont précisé les pompiers, confirmant une information de France 3 Alpes. Une enquête, confiée à la gendarmerie de Cluses, a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances exactes du drame.
>> Lire la suite

Erdogan: prolonger la crise du Golfe n'est "dans l'intérêt de personne" (dim., 23 juil. 2017)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé dimanche qu'une extension de la crise du Golfe n'était "dans l'intérêt de personne". "Il n'est dans l'intérêt de personne que cette crise se prolonge davantage (...) Le monde musulman a besoin de coopération et de solidarité, pas de nouvelles divisions", a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul avant de prendre l'avion pour Ryad. » Lire aussi - Le Qatar mis en quarantaine par ses voisins du Golfe M. Erdogan se déplace dimanche en Arabie saoudite puis au Koweït, avant de se rendre lundi au Qatar, pour tenter d'apaiser les tensions dans la région. L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu le 5 juin avec le Qatar, qu'ils accusent de soutenir "le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran, rival régional du royaume saoudien. » Lire aussi - Mis à l'écart, le Qatar compte sur ses soutiens pour sortir de la crise "Dès les premiers moments de la crise du Qatar, nous avons été du côté de la paix, de la stabilité, de la solidarité et du dialogue. Nous avons fait les propositions nécessaires aux parties, et continuons de le faire", a déclaré M. Erdogan. Le président turc a également indiqué qu'il soutenait la médiation de l'émir de Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, appelant les autres pays de la région et la communauté internationale à apporter un "soutien fort" aux efforts de son "frère". » Lire aussi - Crise du Golfe : le Qatar ne veut rien lâcher Depuis le début de la crise, Ankara tente de jouer un rôle de médiateur entre les différentes parties, mais sa prise de position sans ambiguïté en faveur du Qatar a réduit sa marge de manoeuvre, estiment nombre d'analystes. La Turquie est un proche allié du Qatar, avec lequel les relations se sont fortement développées ces dernières années, sur les plans économique, diplomatique et sécuritaire. Ankara dispose ainsi d'une base militaire dans l'émirat gazier. Mais la Turquie entretient parallèlement de bons rapports avec l'Arabie saoudite, poids lourd des monarchies du Golfe. M. Erdogan a d'ailleurs souligné samedi que le roi d'Arabie saoudite, Salmane, avait un "important rôle" à jouer en tant que "doyen de la région". » Lire aussi - Crise du Golfe : l'Iran en embuscade Selon l'agence de presse progouvernementale turque Anadolu, M. Erdogan doit déjeuner dimanche avec le roi Salmane avant un entretien dans l'après-midi. Puis il sera reçu au Koweït par l'émir Al-Sabah dans la soirée. Lundi, il rencontrera au Qatar l'émir de cet Etat, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani.
>> Lire la suite

Zidane évoque Mbappé du bout des lèvres (dim., 23 juil. 2017)
Interrogé sur la possible arrivée de Kylian Mbappé au Real Madrid, Zinédine Zidane a pris toutes ses précautions pour évoquer cet éventuel transfert : «Comme vous le savez, il y a toujours beaucoup de rumeurs à cette période de l'année. En ce qui me concerne, je me concentre sur les 28 joueurs que j'ai sous ma direction, qui font déjà partie de mon effectif. Après, il peut se passer beaucoup de choses d'ici le 31 août. Mbappé est un très bon joueur, qui intéresse beaucoup de clubs. Mais moi, je me focalise sur la préparation de mon équipe en vue de la saison à venir.» 
>> Lire la suite

Paris s'incline face à Tottenham (dim., 23 juil. 2017)
En plein feuilleton Neymar, le Paris-Saint-Germain ne s'est pas montré très convaincant samedi à Orlando (Floride.) Les joueurs d'Unai Emery se sont inclinés 4-2 face aux Spurs de Tottenham. Si Edinson Cavani a ouvert la marque dès la 6e minute de jeu, les Parisiens ont été trop fébriles défensivement à l'image d'un Kevin Trapp peu inspiré hier soir et même exclu pour avoir repris le ballon de la main hors de sa surface une relance anglaise. Avec un collectif bien mieux huilé  les Spurs s'imposent sans forcer grâce à des réalisations d'Eriksen (11e), Dier (18e), Alderweireld (82e) et Harry Kane (88e). Côté parisien Javier Pastore avait ramené les deux équipes à égalité (37e). A noter la sortie sur blessure du milieu de terrain français Adrien Rabiot, touché à une cheville. Avant d'affronter l'AS Monaco le 29 juillet à Tanger pour disputer le Trophée des Champions, Paris défiera la Juventus mercredi prochain. D'ici là Neymar ou Alexis Sanchez seront peut être de l'effectif.. 
>> Lire la suite

Californie: l'incendie Detwiler en partie maîtrisé (dim., 23 juil. 2017)
Le feu de forêt qui s'est déclaré aux abords du parc national de Yosemite, dans le centre de la Californie, a été maîtrisé à 40%, ont annoncé samedi les pompiers. L'incendie baptisé Detwiler, du nom de la route près de laquelle il a débuté lundi aux pieds de la Sierra Nevada, a dévasté 30.550 hectares et détruit 120 constructions, dont 60 logements, selon les services forestiers. Deux mille habitants de Mariposa ont dû être évacués mardi. Ils ont été autorisés à rentrer chez eux samedi, mais la poursuite de la canicule inquiète les 4.500 pompiers toujours mobilisés. Les flammes menacent désormais Coulterville et Dogtown, au nord de Mariposa. Au total, 38 incendies majeurs font rage dans l'ouest des Etats-Unis, selon le National Interagency Fire Center. LIRE AUSSI : »Pourquoi les États-Unis sont aussi impactés par les incendies »L'ouest de l'Amérique du Nord ravagé par des dizaines d'incendies simultanés
>> Lire la suite

Venezuela: un membre de la Cour suprême parallèle arrêté (dim., 23 juil. 2017)
Un des 33 magistrats de la Cour suprême parallèle formée au Venezuela par l'opposition au président Nicolas Maduro a été arrêté samedi, a annoncé le Parlement, où l'opposition est majoritaire. Le service de renseignement vénézuélien, le SEBIN, "a arrêté ce magistrat qui avait prêté serment", Angel Zerpa Aponte, déclare un message publié sur le compte Twitter du Parlement. "Nous condamnons l'arrestation arbitraire par les services de sécurité de ce magistrat élu constitutionnellement", a déclaré le président de la chambre, Julio Borges. Le Parlement a fait prêter serment vendredi à 33 magistrats pour former un Tribunal suprême de justice (TSJ, Cour suprême) parallèle, lors d'une session publique tenue sur une place de Caracas. L'opposition estime en effet que les juges actuels du TSJ ont été désignés illégalement par l'ancienne majorité chaviste (du nom de Hugo Chavez, président de 1999 à son décès en 2013). Le Parlement est contrôlé par l'opposition antichaviste depuis les élections législatives de décembre 2015. Le TSJ a répliqué en déclarant que la formation par l'opposition d'un TSJ parallèle était constitutive des délits d'"usurpation de fonction" et de "trahison de la patrie", punissables de peines de prison. L'opposition a d'ores et déjà convoqué samedi une grève de 48 heures pour mercredi et jeudi prochains contre le président Nicolas Maduro.  "Nous convoquons tout le peuple, tous les secteurs, à 48 heures de grève civique", a déclaré lors d'une conférence de presse le député Simon Calzadilla au nom de la Table de l'unité démocratique (MUD), la coalition de l'opposition. Ce député a également annoncé pour le vendredi suivant, le 28 juillet, une marche pour exiger que le président Maduro "retire" son projet d'assemblée constituante. C'est le dimanche 30 juillet que doivent être élus les 545 membres de cette assemblée censée réécrire l'actuelle Constitution. LIRE AUSSI : »Venezuela : le pouvoir chaviste parie sur une constituante pour sortir de la crise » Venezuela : encore deux manifestants tués lors de la journée de grève générale
>> Lire la suite

Armées : 1,2 milliard de crédits dégelés sur 2017 (dim., 23 juil. 2017)
La Défense a obtenu le dégel de 1,2 milliard d'euros de crédits sur les 1,9 milliard gelés en 2017, a annoncé la ministre des Armées Florence Parly dans le Journal du Dimanche. "Je suis en discussion pour que des crédits gelés en 2017 soient dégelés. C'est déjà le cas depuis jeudi pour 1,2 milliard d'euros qui nous seront restitués par anticipation dès ce mois-ci", a-t-elle expliqué dans l'hebdomadaire dominical. Ces dégels, qui interviennent d'ordinaire en fin d'année, vont offrir une plus grande visibilité au ministère et à la Direction générale de l'armement (DGA) dans la gestion de leur trésorerie et le paiement des factures, explique-t-on de source gouvernementale. "Ils ne constituent pas un cadeau fait aux armées mais le strict respect de la loi de finances initiale", met toutefois en garde le député LR François Cornut-Gentille, rapporteur spécial des crédits de la défense à la commission des Finances. Florence Parly a par ailleurs réitéré que les annulations de crédits de 850 millions d'euros décidées pour cette année, à l'origine de la démission du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, n'auraient "pas d'impact sur le fonctionnement des armées en 2017, notamment pour les militaires en opération". "C'est donc sur les grands programmes d'équipement que les ajustements seront faits par lissage", a-t-elle souligné. Le général de Villiers a été vertement recadré par le président Emmanuel Macron à la veille du 14 juillet pour avoir critiqué ces coupes budgétaires devant des députés et dans un quotidien. Il a démissionné quelques jours plus tard considérant "ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée" qu'il estime approprié pour "la protection des Français". Le président Emmanuel Macron a répliqué que ce n'était "pas le rôle" du chef d'état-major de défendre le budget des armées, mais celui de la ministre des Armées. Le nouveau chef d'état-major, le général François Lecointre, est le "responsable opérationnel" des armées et à ce titre "aura toute latitude pour venir s'exprimer devant les commissions" parlementaires, a expliqué Françoise Parly dans le JDD. "Mais sur les sujets budgétaires, c'est au ministre de s'exprimer devant les élus, car ce n'est pas la commission qui prépare le budget mais le gouvernement, comme le prévoit la Constitution", a-t-elle insisté.
>> Lire la suite

La popularité de Macron en baisse en juillet (dim., 23 juil. 2017)
La cote de popularité d'Emmanuel Macron est en forte baisse en juillet, avec 54% de satisfaits soit dix points de moins qu'en juin, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche (JDD). Le premier ministre Edouard Philippe enregistre également un reflux de huit points sur la même période, passant de 64% à 56% de satisfaits. Pour le président Macron, 47% des sondés se disent "plutôt satisfaits (54% en juin) et 7% sont "très satisfaits" (10% en juin). Simultanément, le total des mécontents passe de 35% à 43% de juin à juillet, se répartissant entre "très mécontents" (15% en juillet, contre 12% en juin) et "plutôt mécontents" (de 23% à 28%). 3% des sondés ne se prononcent pas contre 1% le mois dernier. » Lire aussi - La machine Macron est-elle en train de s'enrayer? Pour le chef du gouvernement Edouard Philippe, 52% des sondés se montrent "plutôt satisfaits" (59% un mois plus tôt) et 4% se disent "très satisfaits" (-1%). Chez les mécontents, 27% se disent "plutôt mécontents (+3%) et 10% "très mécontents" (+2%). Le taux des personnes interrogées ne se prononçant pas passe de 4% à 7%. L'enquête a été réalisée par l'Ifop auprès d'un échantillon de 1.947 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas du 17 au 22 juillet par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone. LIRE AUSSI : »Popularité : Emmanuel Macron fait mieux que François Hollande en début de mandat
>> Lire la suite

Euro féminin : la France accrochée par l'Autriche (sam., 22 juil. 2017)
L'équipe de France féminine a été tenue en échec par l'Autriche samedi soir à Utrecht (Pays-Bas) pour son deuxième match de l'Euro (1-1). Menées après le but de Makas en première période (27e), les Bleues ont égalisé au retour des vestiaires par Amandine Henry sur corner (51e). Insuffisant toutefois face à la 24e nation mondiale... Avec quatre points, les joueuses d'Olivier Echouafni, qui font partie des favorites de la compétition, devront attendre mercredi prochain et la rencontre face à la Suisse pour espérer valider leur billet pour les quarts de finale.
>> Lire la suite

Venezuela: nouvelles violences lors d'une manifestation (sam., 22 juil. 2017)
Les forces de sécurité vénézuéliennes ont tiré des gaz lacrymogènes samedi contre des centaines de jeunes manifestants qui protestaient dans les rues de la capitale Caracas contre le président Nicolas Maduro. Parmi les blessés figure un violoniste de 23 ans, Wuilly Arteaga, devenu célèbre au Venezuela en jouant l'hymne national et d'autres airs devant les lignes des forces de l'ordre pendant que des heurts se déroulaient autour de lui. La coalition d'opposition, Table de l'Unité démocratique, avait appelé à cette marche, samedi, en direction du siège de la Cour suprême, pour manifester son soutien à la Cour suprême parallèle désignée vendredi par l'opposition. Les forces de sécurité ont barré la route aux manifestants avec des véhicules blindés. Le violoniste blessé, hospitalisé, a pu diffuser sur Twitter une vidéo où il apparaît le visage bandé. "Ni les balles en caoutchouc ni les plombs ne réussiront à mettre fin à notre combat pour l'indépendance du Venezuela", a-t-il écrit. "Demain, je serai de nouveau dans la rue".   (Video) Ni PERDIGONES NI METRAS nos detendrán de seguir luchando hasta lograr la INDEPENDENCIA DE VENEZUELA. Mañana vuelvo a las CALLES... pic.twitter.com/aZHnmv7Hgt — WuillyMoisésArteaga (@WuillyArteaga) July 22, 2017   Pour le député d'opposition Luis Florido, interrogé lors de la marche, "la répression est le seul moyen qu'a ce régime de se maintenir au pouvoir". Depuis le début des troubles en avril, une centaine de personnes sont mortes dans les violences, dont cinq lors de la grève nationale de jeudi.
>> Lire la suite

Réunion lundi du Conseil de sécurité sur les violences à Jérusalem (sam., 22 juil. 2017)
Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira lundi pour évoquer les violences à Jérusalem. La France, l'Egypte et la Suède ont pris l'initiative de réclamer la tenue de cette réunion "afin d'envisager d'urgence comment il serait possible d'appuyer les appels en faveur d'une désescalade à Jérusalem", a dit le représentant permanent de la Suède à l'Onu, Carl Skau. Vendredi, trois Palestiniens et trois Israéliens ont perdu la vie dans des violences, alors que les deux camps continuent de s'opposer sur la question du maintien des détecteurs de métaux à l'entrée de l'esplanade des mosquées à Jérusalem. Israël a décidé d'installer ces portiques dimanche dernier après le meurtre de deux policiers israéliens abattus par des Arabes israéliens dans ce lieu saint le 14 juillet. Les trois Israéliens morts vendedi ont été tués à l'arme blanche dans l'implantation juive de Neve Tsuf (Cisjordanie occupée) et un quatrième a été blessé. Samedi à Jérusalem, les policiers israéliens ont dit avoir dispersé plusieurs dizaines de Palestiniens qui lançaient des cailloux et des bouteilles dans leur direction. La télévision a montré les forces de police tirant des grenades assourdissantes et utilisant un canon à eau pour chasser les manifestants. Un Palestinien a été tué. L'armée israélienne a effectué samedi une perquisition au domicile du jeune Palestinien de Cisjordanie qui a tué les trois Israéliens, et elle dit avoir restreint en outre les déplacements des habitants de son village.
>> Lire la suite

Cisjordanie: deux nouveaux morts palestiniens (sam., 22 juil. 2017)
Deux Palestiniens ont perdu la vie samedi lors d'affrontements avec les forces de l'ordre israéliennes en Cisjordanie occupée. Un Palestinien de 17 ans, grièvement blessé par balles dans des heurts à El-Azariyé, à l'est (BIEN: est) de Jérusalem, a ensuite succombé à ses blessures. Non loin, à Abou Dis, un autre Palestinien, âgé lui de 18 ans, est mort lorsque le cocktail Molotov qu'il voulait lancer sur les forces israéliennes a explosé sur lui. Leurs dècès interviennent au lendemain de violences meurtrières provoquées par les nouvelles mesures de sécurité israéliennes à l'entrée de l'esplanade des Mosquées. Trois Palestiniens sont morts vendredi dans des affrontements avec les forces de sécurité à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée et trois Israéliens ont été tués au couteau par un Palestinien, à leur domicile, dans une colonie près de Ramallah. Les Palestiniens dénoncent vigoureusement depuis une semaine l'installation par Israël de détecteurs de métaux aux accès de l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et situé à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville annexée par Israël. Ces nouvelles mesures de sécurité ont été prises après une attaque meurtrière contre des policiers israéliens le 14 juillet, près de ce site ultra-sensible de la vieille ville.
>> Lire la suite

Euro 2017 (F) : suivez France-Autriche en direct (sam., 22 juil. 2017)
Après sa victoire poussive contre l'Islande (1-0), l'équipe de France féminine dispute samedi face à l'Autriche son deuxième match de l'Euro 2017. Une rencontre à vivre en direct sur notre site.
>> Lire la suite

Mont Blanc: mort d'un alpiniste autrichien (sam., 22 juil. 2017)
Un alpiniste autrichien de 65 ans a fait samedi après-midi une chute mortelle en redescendant du Mont Blanc, le plus haut sommet d'Europe occidentale, a-t-on appris auprès des secours en montagne de Chamonix (sud-est de la France). L'homme, qui a glissé vers 14h00 locales (12H00 GMT) juste avant le couloir du Goûter et chuté sur 200 à 250 mètres, "est mort sur le coup", selon la même source. Il était accompagné par deux amis qui ont été redescendus par les secours. Une enquête a été ouverte par le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix afin de déterminer les circonstances exactes du drame qui ne semble pas être dû à une chute de pierre. L'itinéraire du mont Blanc par le couloir du Goûter est très fréquenté ces derniers temps.
>> Lire la suite

L'Iran refuse de libérer des détenus américains (sam., 22 juil. 2017)
L'Iran a rejeté samedi les demandes de la Maison Blanche de relâcher des Américains détenus dans la République islamique en expliquant que les autorités n'avaient pas de contrôle sur le pouvoir judiciaire. "Le pouvoir judiciaire, les tribunaux et les juges sont totalement indépendants, comme c'est le cas dans tout autre pays", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Bahram Ghasemi dans un communiqué. La Maison Blanche a sommé vendredi Téhéran de rapatrier rapidement des Américains détenus en Iran, sous peine de se voir infliger de "nouvelles" sanctions. La mise en garde intervient dans un contexte de tensions entre Washington et Téhéran, quelques jours après que Donald Trump a annoncé une nouvelle série de sanctions contre l'Iran, sans toutefois revenir sur l'accord nucléaire de juillet 2015. "Le président (Donald) Trump est prêt à infliger de nouvelles et sérieuses conséquences à l'Iran à moins que tous les citoyens Américains injustement emprisonnés ne soient libérés et rendus", a écrit l'exécutif américain dans un communiqué. Le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes a dénoncé un "communiqué interventionniste et menaçant", affirmant qu'"il n'aurait aucun effet sur la volonté et la détermination du système judiciaire de juger et punir les criminels et ceux qui violent les lois du pays et la sécurité nationale".
>> Lire la suite

Froome : «Le Tour le plus serré de ma carrière» (sam., 22 juil. 2017)
Assuré, sauf catastrophe, de remporter un quatrième Tour de France dimanche sur les Champs-Elysées, Chris Froome n'est plus qu'à une victoire des recordmen Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain. «C'est un honneur d'être mentionné parmi les grands noms qui ont remporté 5 fois le Tour. Avant de penser à la suite, il me faut d'abord arriver à Paris avec le peloton, a-t-il confié samedi à l'issue de la 20e étape. Je préfère envisager une saison à la fois. Je réalise à quel point c'est difficile de gagner 5 Tours de France. Chaque année, c'est de plus en plus difficile. C'était le Tour le plus serré de ma carrière. Ce matin (samedi), il y avait moins de 30 secondes entre les trois favoris, tout se jouait sur le contre-la-montre… Le club des 5 ? Je n'en choisirai pas un comme modèle. J'ai commencé tardivement le cyclisme en Afrique. Quand j'ai regardé le Tour, c'est Armstrong et Basso les premiers que j'ai vus. Je n'ai jamais vu Merckx, Hinault ou Indurain, je ne connais pas leur histoire. J'ai beaucoup de respect pour eux et je réalise à quel point c'est difficile de le réaliser. J'ai un style particulier, une façon de voir les choses. C'est comme cela que je me concentre sur un objectif.»
>> Lire la suite

La centrale de Fessenheim totalement à l'arrêt pour maintenance (sam., 22 juil. 2017)
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) est totalement à l'arrêt depuis samedi, et pour plusieurs semaines, a annoncé EDF: son réacteur numéro 1 doit subir une opération de maintenance, tandis que le numéro 2 est à l'arrêt au moins jusqu'à début 2018 à cause d'une anomalie. L'arrêt du réacteur numéro 1, depuis vendredi soir minuit, "permettra aux équipes de renouveler une partie du combustible contenu dans le réacteur et de réaliser des activités de contrôle et de maintenance dans les parties nucléaires et non nucléaires des installations", a précisé EDF. Quant au réacteur numéro 2 de la doyenne des centrales françaises, il a été stoppé en juin 2016, en raison d'une anomalie détectée sur un générateur de vapeur présentant une irrégularité de fabrication à l'usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire), EDF devant prouver sa fiabilité à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Début juillet, EDF a précisé que le redémarrage de ce réacteur n'interviendrait pas avant début 2018. L'ensemble de Fessenheim doit fermer au moment de la mise en service du réacteur de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche), prévue en 2019, une perspective confirmée par le nouveau gouvernement français mais contestée par des élus régionaux et les syndicats d'EDF. LIRE AUSSI : » Fermeture de 17 réacteurs nucléaires : quelles conséquences ?
>> Lire la suite

Neymar, Sanchez, Mbappé : les trois infos mercato à retenir ce samedi (sam., 22 juil. 2017)
L'avenir de Neymar toujours incertain Le feuilleton Neymar continue d'alimenter toutes les rumeurs du mercato. Alors qu'ESPN annonçait un accord entre le joueur et le Paris-Saint-Germain, le FC Barcelone tenterait le tout pour le tout pour garder la star brésilienne en Catalogne à en croire cette fois le quotidien Sport. La radio RAC1 croit même savoir que le joueur aurait changé d'avis et ne voudrait plus partir, convaincu par le discours de ses coéquipiers. Alexis Sanchez au PSG ? «Une invention des médias» pour Wenger Alors que plusieurs médias indiquent qu'Alexis Sanchez serait tout proche du PSG, Arsène Wenger, l'entraîneur d'Arsenal, s'est exprimé en conférence de presse. La réponse du Français a le mérite d'être claire. Pour lui, toute cette histoire n'est qu'une «invention des médias». L'Alsacien a une nouvelle fois indiqué que le Chilien n'est pas à vendre. Alexis Sanchez, 28 ans, est sous contrat jusqu'en 2018 avec les Gunners, et n'a pas l'intention de prolonger. Selon Sky Sports, l'attaquant réclamerait un salaire de 550.000 euros par semaine pour rejoindre la capitale.  Vers un échange Mbappé-Benzema ?  Selon The Sun, le Real Madrid serait désormais très confiant quant à ses chances d'attirer prochainement Kylian Mbappé. Fort de la vente d'Alvaro Morata et de celle, probable, de Danilo, le club merengue disposerait alors amplement des fonds nécessaires pour casser le record actuel du transfert le plus onéreux avec une offre qui pourrait dépasser les 150 millions d'euros. Un record qui resterait cependant suspendu à la signature, possible, de Neymar au Paris SG. Mais le quotidien britannique avance une autre possibilité avec un montant divisé par deux mais avec Karim Benzema qui s'envolerait pour le Rocher. Une information à prendre avec des pincettes tant un départ de l'ancien Lyonnais semble peu probable aujourd'hui. Mais aussi : -A la recherche d'un attaquant pour épauler Valère Germain à la pointe de l'attaque, l'OM ferait les yeux doux à Wilfried Bony, qui serait piste la plus chaude selon RMC. Mis à l'écart par Pep Guardiola à Manchester City, l'attaquant international ivoirien sort d'une saison difficile en prêt du côté de Stoke (2 buts en 10 matches). Obstacle de taille, les Citizens demanderaient 15M€ pour laisser partir le buteur de 28 ans, une somme a priori trop élevée pour la direction olympienne.   -L'éventuelle signature de Neymar à Paris pourrait avoir plusieurs conséquences sur l'effectif parisien. Comme le souligne nos confrères de L'Equipe, Angel Di Maria pourrait faire les frais de l'arrivée de la superstar du Barça. Même si ses performances en deuxième partie de saison dernière ont été louées par Unai Emery lors d'un entretien accordé au quotidien, l'Argentin serait le joueur le plus menacé parmi les plus gros salaires du club (Alves, Thiago Silva, Cavani, Marquinhos). Il touche actuellement 12 millions d'euros par an.  -Bataille entre Saint-Etienne et l'Inter Milan pour Yann Karamoh ? Selon les informations de L'Equipe, Caen a trouvé un accord à hauteur de 8 millions d'euros avec les Verts pour le joueur de 19 ans qui préférerait cependant rejoindre le club milanais. L'Inter aurait pour le moment transmis une offre que les dirigeants caennais aurait jugé insuffisante. Ils en attendraient une équivalente à celle des Stéphanois. Le quotidien précise que le club italien serait prêt à répondre à cette exigence dans les jours à venir.  -Selon L'Equipe, Manchester City aurait décroché l'accord des dirigeants monégasques pour la signature de Benjamin Mendy. Après trois premières offres refusées, le champion de France aurait accepté une quatrième offre de 57,5 millions d'euros pour son latéral gauche de 23 ans. Si le montant devient officiel, le Français deviendrait le défenseur le plus cher du monde devant Kyle Walker, également recruté par City contre 57 millions d'euros. 
>> Lire la suite

Un Français est arrêté au Maroc après 12 ans de cavale (sam., 22 juil. 2017)
Après douze ans de cavale, un homme, recherché et condamné en France pour un homicide volontaire commis à Cannes (Alpes-Maritimes), a été interpellé le 13 juillet au Maroc, a indiqué samedi soir le parquet de Nice. La France a formulé une demande d'extradition auprès des autorités marocaines, a précisé le tribunal de Nice, confirmant une information du journal Le Parisien/Aujourd'hui en France. Mis en examen pour le meurtre en 2004 de Kamel Laroussi, 24 ans, Pierre Baraud, 52 ans aujourd'hui, avait pris la fuite un an plus tard, profitant d'une remise en liberté et d'un placement sous contrôle judiciaire. En 2010, le fugitif a été condamné en son absence à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises des Alpes-Maritimes pour ce meurtre commis sur fond de trafic de stupéfiants et motivé par une dette de 40.000 euros, selon le parquet. A son retour, Pierre Baraud devrait être rejugé en vertu de la loi.
>> Lire la suite

Macron va recevoir Rihanna et Bono (sam., 22 juil. 2017)
Emmanuel Macron recevra mercredi à 17H00 à l'Élysée la chanteuse Rihanna, fondatrice de l'organisation humanitaire Clara Lionel Foundation, a annoncé samedi l'Élysée en dévoilant l'agenda hebdomadaire du président de la République. Le 24 juin, la chanteuse originaire de la Barbade, star du R&B, avait interpellé sur Twitter le nouveau président français en lui demandant si la France allait "s'engager pour le Fonds pour l'Éducation", dont elle est l'ambassadrice.   🇫🇷 bonjour @EmmanuelMacron, will France commit to #FundEducation? — Rihanna (@rihanna) June 23, 2017     Rihanna, qui est l'ambassadrice depuis 2016 du Partenariat mondial pour l'éducation, association destinée à permettre l'accès à l'éducation aux enfants des pays en voie de développement, a notamment fait la même démarche auprès du président argentin Mauricio Macri et du Premier ministre canadien Justin Trudeau. Il y a un an, la célèbre artiste avait déjà interpellé François Hollande, alors président de la République, qui lui avait répondu. Par ailleurs, le chef de l'Etat recevra également lundi à heures à l'Élysée le célèbre chanteur de U2, Bono, à la tête lui aussi d'une ONG, One.  
>> Lire la suite

L'Iran annonce la production d'un nouveau type de missile (sam., 22 juil. 2017)
Le ministre iranien de la Défense, Hossein Dehghan, a annoncé samedi que son pays allait produire un nouveau type de missile, le Sayyad 3, qui peut atteindre l'altitude de 27 km et a une portée de 120 km. Cette annonce, faite lors d'une cérémonie, intervient dans un contexte de tension avec les Etats-Unis, qui ont imposé mardi de nouvelles sanctions économiques à Téhéran en raison de son programme de missiles balistiques et de ses "activités maléfiques" au Moyen-Orient, lesquelles, juge Washington, ont entamé les "contributions positives" de l'accord de 2015 sur son programme nucléaire. Le missile Sayyad 3 peut servir contre des avions, contre des drones, des missiles de croisière et des hélicoptères, a précisé le ministre de la Défense. Hossein Dehghan a aussi déclaré lors de la cérémonie samedi que le contrat d'armements d'un montant de 110 milliards de dollars (94,3 milliards d'euros) entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, qui a été annoncé au cours de la visite de Donald Trump à Ryad en mai, était une menace pour l'Iran. "Nous avons appris récemment cet énorme achat, que certains pays de la région ont fait en tant que rançon versée à l'Amérique. Cela va provoquer un nouvel afflux d'armes dans la région ; cet achat a été fait dans le but de menacer l'Iran islamique", a dit le ministre, cité par le site internet de la télévision publique iranienne.
>> Lire la suite

Froome sifflé par une partie du stade Vélodrome (sam., 22 juil. 2017)
Même si l'avant-dernière étape lui a ouvert les portes d'une nouvelle victoire dans le Tour de France, Christopher Froome ne gardera pas forcément un bon souvenir de l'accueil qui lui a été réservé à Marseille. S'il a été applaudi et encouragé comme n'importe quel coureur dans les rues de la cité phocéenne, l'Orange Vélodrome l'a en revanche copieusement sifflé au moment où il s'élançait dans le chronomètre. Un réflexe typique de supporters de football de la part d'un public à fond derrière Romain Bardet mais par ailleurs assez clairsemé. Les organisateurs avaient annoncé un stade avec 50.000 spectateurs mais l'enceinte n'a finalement affiché qu'à moitié complet en fin d'après-midi au moment où les cadors du classement en terminaient avec les 22,5 km du tracé. Troisième du contre-la-montre, Froome a été sifflé une nouvelle fois au moment de revêtir la célèbre tunique jaune. Le dernier à s'élancer est @chrisfroome ! Tout le monde est sur la route à présent ! / C. Froome is the last one to take off! #TDF2017 pic.twitter.com/uod4Pnzb9e — Le Tour de France (@LeTour) 22 juillet 2017
>> Lire la suite

Un millier de personnes défilent en mémoire d'Adama Traoré (sam., 22 juil. 2017)
Aux cris de "pas de justice, pas de paix", un millier de personnes ont défilé samedi notamment à Beaumont-sur-Oise dans la banlieue nord de Paris en mémoire d'Adama Traoré, décédé il y a un an dans des conditions suspectes lors de son interpellation par les gendarmes. Parti vers 14H30 de la ville voisine de Persan (Val-d'Oise), le cortège a atteint à 17H00 le quartier populaire de Boyenval à Beaumont-sur-Oise, où vit une partie de la famille Traoré, à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale. » Lire aussi - Marche pour Adama Traoré : un an après, l'enquête piétine La marche, qui a réuni soutiens et militants venus de toute l'Ile-de-France, ainsi que de nombreux habitants de Boyenval, a marqué un arrêt symbolique devant la caserne de gendarmerie de Persan. C'est là où le décès d'Adama Traoré, âgé de 24 ans, a été constaté le 19 juillet 2016 au soir. Puis, le cortège s'est arrêté au pied de l'appartement où le jeune homme s'était caché pour tenter d'échapper à son interpellation. C'est dans cet immeuble d'un étage que trois gendarmes avaient maintenu Adama Traoré sous le poids de leur corps, selon la technique dite du placage ventral. Un an après ce drame, qualifié de "bavure" policière par l'entourage et qui avait entraîné plusieurs nuits de violences à Beaumont et ses environs, une nouvelle expertise a confirmé récemment que le jeune homme était mort asphyxié, mais la cause de cette asphyxie (fragilité cardiaque ou compression thoracique lors de l'intervention des gendarmes) reste à établir. Aucun incident n'a émaillé cette marche, encadrée par un important service d'ordre. Une centaine de gendarmes étaient mobilisés mais ils n'étaient pas visibles aux abords du cortège. "L'affaire n'ira pas vers un non-lieu", a martelé Assa Traoré, la porte-parole de la famille, lors d'une conférence de presse. Au vu des "éléments qui confirment l'asphyxie et la non-asssistance à personne en danger, les gendarmes devraient déjà être mis en examen", a-t-elle affirmé. Une information judiciaire a été ouverte à Paris mais sans mise en examen pour le moment. "On oublie pas, on pardonne pas", a scandé la foule, qui a aussi réclamé justice pour d'autres victimes présumées de "violences policières", comme Théo, Curtis ou Lamine Dieng.
>> Lire la suite

Tour de France : Troisième au général, Bardet sur le podium pour une seconde (sam., 22 juil. 2017)
Chris Froome a conforté son avance en tête au général ce samedi, lors de la 20e étape du tour de France. Un contre-la-montre remporté par le Polonais Maciej Bodnar. Le Colombien Rigoberto Uran se classe désormais deuxième, à 54 secondes du Britannique. Christophe Bardet ? Il pointe à la troisième place au classement général, avec 2'20 de retard. Il conserve donc sa place sur le podium pour 1 seconde, devant l'Espagnol Mikel Landa (+2'21). Le peloton en terminera dimanche avec la Grande Boucle, sur les Champs Elysées. 
>> Lire la suite

Il est 18 heures, l'essentiel de l'actualité de ce samedi 22 juillet (sam., 22 juil. 2017)
Il est 18 heures, le moment de faire un point sur l'actualité de ce samedi 22 juillet.  » L'aide au logement APL réduite de cinq euros par mois dès octobre Dès le 1er octobre, le gouvernement a décidé de réduire de cinq euros par mois et par foyer l'APL. 2,6 millions de foyers bénéficient de cet aide au logement, dont 800.000 étudiants. Les APL représentent 20 milliards d'euros de dépenses pour les caisses de l'État.  » La tombe du maréchal Pétain profanée dans la nuit de vendredi à samedi La croix a été brisée, des lettres ont été inscrites à la bombe et un container a été incendié sur la sépulture. La gendarmerie de l'Île d'Yeu a ouvert une enquête. La tombe avait déjà été vandalisée en 2007. » Marche pour Adama Traoré : un an après, l'enquête piétine Un an après son décès, la famille du jeune garçon a organisé, cet après-midi, une manifestation à Beaumont-sur-Oise. Ses proches souhaitent que la cause de sa mort s'éclaircisse.  » Tour de France: Froome grand gagnant, Bardet a failli tout perdre Le français Warren Barguil, porteur du maillot à pois du meilleur grimpeur, a été désigné coureur le plus combatif du Tour 2017. Froome reste maillot jaune et Bardet perd une place dans le classement final. » Week-end du 21 juillet : 556 km de bouchons à la mi-journée Un weekend chargé sur les routes. La journée a été placée en rouge dans le sens des départs. Demain, la circulation sera fluide pour l'ensemble du territoire. 
>> Lire la suite

Tour de France : Froome s'assure la victoire, Bardet déçoit (sam., 22 juil. 2017)
Sauf catastrophe, Christopher Froome est assuré de remporter le Tour de France pour la quatrième fois dimanche sur les Champs-Elysées après sa troisième place dans le contre-la-montre du jour tracé dans les rues de Marseille (22,5 km). Le Polonais Maciej Bodnar a été le plus rapide dans les rues de la cité phocéenne, devant son compatriote Michał Kwiatkowski. Déception pour Romain Bardet, 52e de l'étape (+2''03), qui perd sa deuxième place au général au profit de Rigoberto Uran. Le Français ne conserve sa place sur le podium que pour une seconde par rapport à Mikel Landa !
>> Lire la suite

Afghanistan: 70 villageois enlevés dans le sud (sam., 22 juil. 2017)
Soixante-dix afghans ont été enlevés dans leur village vendredi, le long de la principale autoroute du sud du pays, et au moins sept ont été exécutés, a annoncé le chef de la police provinciale de Kandahar. Ce dernier accuse les talibans. » Lire aussi - L'armée afghane humiliée après l'attaque d'une base militaire Une trentaine de villageois ont été relâchés mais au moins trente autres manquent à l'appel, a précisé le général Abdul Raziq à l'AFP, confirmé par des responsables de la commission indépendante des droits de l'homme à Kandahar et à Kaboul.
>> Lire la suite

Suisse: mort de deux alpinistes japonais (sam., 22 juil. 2017)
Deux alpinistes japonais se sont tués vendredi lors d'une chute dans la région du Mönch, un sommet des Alpes suisses (sud), a rapporté samedi la police cantonale. L'identité des victimes, un homme de 73 ans et une femme de 55 ans, n'a pas été révélée. Selon les informations en possession de la police, le couple était monté vendredi matin en direction du Mönch, un sommet qui culmine à 4.107 mètres, à cheval sur les cantons de Berne et du Valais. Des recherches à pied et par hélicoptère avaient été déclenchées dès vendredi soir, malgré les mauvaises conditions météorologiques. Les corps ont été découverts samedi matin sur la face sud, dans la région du sommet. Les enquêteurs ignorent encore les raisons de leur chute.
>> Lire la suite

Festival Lollapalooza: Jack Lang déplore "l'invasion de multinationales américaines" (sam., 22 juil. 2017)
L'ancien ministre français de la Culture Jack Lang a déploré samedi "l'invasion de multinationales américaines" dans la vie musicale française et interpellé les pouvoirs publics. Cette déclaration intervient le week-end de la première édition parisienne du festival de musique américain Lollapalooza. » Lire aussi - Lollapalooza : le mythique festival américain débarque en force à Paris "Live Nation étend son empire sur l'organisation de concerts en France et en particulier à travers le festival Lollapalooza. Le groupe américain AEG, déjà scandaleusement présent dans le capital de Bercy(la salle de spectacles), rachète (le festival) Rock en Seine tout en bénéficiant des subventions locales", déplore l'ancien ministre socialiste dans un communiqué. "La prise de pouvoir par ces groupes risque de tuer la diversité, de mettre en péril les festivals indépendants, de favoriser une inflation destructrice des prix et d'encourager la spéculation dans l'art musical sous toutes ses formes", estime celui qui a instauré en France la Fête de la musique en 1982. "On peut s'étonner de la passivité des pouvoirs publics face à ces phénomènes de concentration et de domination. Il est urgent d'agir et de montrer concrètement que la France entend rester un pays de la pluralité et de l'indépendance artistique", estime-t-il, réclamant "des mesures "anti-concentration" dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique". » Lire l'article - Les Red Hot, Lana del Rey et la Femme pour la première édition française du Lollapalooza Le Lollapalooza, poids lourd des festivals de musique itinérant, est détenu par l'un des plus gros promoteurs de spectacle au monde, Live Nation. Il se tient samedi et dimanche sur l'Hippodrome de Longchamp à Paris.
>> Lire la suite

Tour de France : suivez le chrono des cadors en direct (sam., 22 juil. 2017)
Le podium du Tour de France se joue ce samedi à l'occasion d'un contre-la-montre de 22,5 kilomètres lors duquel Romain Bardet tentera de créer l'exploit. Une 20e étape à suivre en direct commenté sur notre site, et les cadors sont sur le point de s'élancer sur les routes de Marseille. 
>> Lire la suite

Turquie: un t-shirt "héros" peut conduire en prison (sam., 22 juil. 2017)
Une quinzaine de personnes ont été arrêtées en Turquie cette semaine pour avoir porté un t-shirt avec l'inscription "héros". Les autorités voient dans ce choix vestimentaire un soutien déguisé aux auteurs du putsch manqué l'an dernier. » Lire aussi - Turquie : les clés pour comprendre le putsch avort Tout a commencé le 13 juillet lorsque l'une des personnes accusées d'avoir tenté d'assassiner le président Recep Tayyip Erdogan, lors du putsch manqué du 15 juillet 2016, s'est présentée au tribunal avec un t-shirt sur lequel était inscrit "Hero". En réaction, M. Erdogan a proposé la semaine dernière d'introduire une tenue unique pour les personnes jugées en lien avec la tentative de coup d'Etat, citant comme modèle la combinaison orange portée par les détenus de la prison militaire américaine de Guantanamo. » Lire aussi - Turquie : «Erdogan a utilisé le coup d'État pour renforcer ses pouvoirs» Un adolescent a été arrêté ce samedi à Canakkale (sud-ouest) pour porter un t-shirt blan frappé du mot "Hero" (héros en anglais). Il avait été dénoncé à la police par des passants. Les agents, venus l'arrêter, l'ont contraint à revêtir un t-shirt rouge avant de l'emmener au commissariat, selon l'agence de presse Dogan. "Des citoyens dénoncent des personnes qui portent un t-shirt "Hero" et la police les arrête", s'étonnait samedi un internaute turc sur Twitter, ajoutant : "Notre société a complètement perdu la tête". » Lire aussi - La Turquie commémore l'échec du coup d'État de 2016 Les agences de presse Dogan et Anadolu ont fait état d'au moins 15 interpellations de ce type au cours de la semaine écoulée. La plupart des personnes arrêtées sont des étudiants ou des ouvriers affirmant ne pas être au courant de la controverse. Au moins deux des personnes interpellées ont été placées en détention dans l'attente d'un procès pour "propagande terroriste".
>> Lire la suite

Isère: profanation d'une salle de prière musulmane (sam., 22 juil. 2017)
Une tête de sanglier a été accrochée à la porte de la salle de prière musulmane de la petite commune de Pont-de-Beauvoisin (Isère), a appris l'AFP auprès des gendarmes. Cette commune en zone rurale du nord de l'Isère, qui compte 3.500 habitants, ne connaît pourtant "aucun problème" avec sa petite communauté musulmane, ont précisé les gendarmes. Cette salle de prière n'est pas spécifiquement signalée. L'Association du juste milieu (AJM), qui gère le local et entretient des relations oecuméniques, va porter plainte, selon Le Dauphiné libéré. Le journal indique que la tête de sanglier a été découverte par "quatre fidèles qui se rendaient à la prière du matin". La brigade locale de gendarmerie est chargée de l'enquête. En mai 2014, la même salle de prière avait été taguée avec des propos racistes (mal orthographiés) et assortis de croix gammées. C'était la première fois que les musulmans de la commune étaient pris à partie, alors que l'achat de ces appartements transformés en salle de prière date de 1991.
>> Lire la suite

Erdogan "condamne" l'utilisation de la force par Israël (sam., 22 juil. 2017)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a "condamné" ce qu'il a qualifié de recours "excessif" à la force par Israël. Cette déclaration intervient au lendemain d'une journée de violences meurtrières liées à l'installation de détecteurs de métaux à l'entrée de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem. » Lire aussi - Heurts meurtriers à Jérusalem "Je condamne le recours excessif à la force par les forces israéliennes contre nos frères qui s'étaient rassemblés pour la prière du vendredi", a déclaré M. Erdogan dans un communiqué publié sur le site de la présidence turque. Il a précisé qu'il s'exprimait en tant que président tournant du sommet de l'Organisation de la coopération islamique. Les relations entre la Turquie et Israël se sont réchauffées ces derniers mois après plusieurs années de froid causées par un assaut meurtrier de l'armée israélienne en 2010 contre un bateau turc faisant partie d'une flottille humanitaire pour Gaza. Fervent avocat de la cause palestinienne, M. Erdogan a quelque peu mis en sourdine ses critiques à l'égard du gouvernement israélien, même s'il a vivement dénoncé au printemps la décision des autorités israéliennes de limiter les appels à la prière des mosquées durant la nuit.
>> Lire la suite

La tombe du maréchal Pétain profanée dans la nuit de vendredi à samedi (sam., 22 juil. 2017)
La croix a été brisée, des lettres ont été inscrites à la bombe et un container a été incendié sur la sépulture. La gendarmerie de l'Île d'Yeu a ouvert une enquête.
>> Lire la suite

Un ex-prêtre belge condamné pour "corruption de mineur" (sam., 22 juil. 2017)
Un prêtre belge à la retraite a été condamné vendredi à 15 mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve pour "corruption de mineur", a-t-on appris samedi auprès du parquet. Le 3 juillet, dans un supermarché de Givet, près de la frontière belge, cet ancien prêtre, né en 1941, "a suivi dans les rayons un gamin de 14 ans à qui il a fait des propositions sexuelles en lui demandant de venir avec lui sur le parking, dans sa voiture, pour faire l'amour", a relaté le parquet de Charleville-Mézières (Ardennes), confirmant une information du quotidien régional l'Union. Le mineur a dénoncé ces faits à sa mère, "laquelle a immédiatement alerté la gendarmerie", qui, "grâce aux indications précises du mineur", a pu identifier l'homme. Ainsi, "il a été invité par la police belge à se présenter à la gendarmerie de Givet, ce qu'il a fait spontanément", a indiqué le parquet. Selon cette même source, l'homme avait été condamné en 1997 par la justice belge pour "des viols sur mineurs de moins de 14 ans". Jugé vendredi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières, le prévenu a "parfaitement reconnu les faits", avouant avoir toujours "des pulsions pédophiles", a relaté le parquet.
>> Lire la suite

Budapest défend Varsovie contre "l'inquisition" de l'UE (sam., 22 juil. 2017)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré samedi que son pays défendrait le gouvernement polonais menacé de sanctions par l'Union européenne pour son projet de renforcement du contrôle des institutions judiciaires. » Lire aussi - Comprendre le bras de fer entre la Pologne et l'Union européenne en cinq questions Le projet controversé de réforme de la Cour suprême polonaise présenté par le parti conservateur Droit et justice (PiS) au pouvoir a été adopté samedi par le Sénat et doit maintenant être promulgué par le président Andrzej Duda. La Commission européenne a donné mercredi une semaine à la Pologne pour renoncer à ce projet en laissant entendre qu'elle pourrait être privée de ses droits de vote. » Lire aussi - Pologne: le parlement vote la loi sur la Cour suprême "L'offensive inquisitoriale contre la Pologne ne réussira jamais parce que la Hongrie utilisera tous les moyens légaux dans l'Union européenne pour montrer sa solidarité avec les Polonais", a déclaré Viktor Orban dans un discours retransmis à la télévision. A l'instar du Polonais Jaroslaw Kaczynski, président du PiS et homme fort de la Pologne, Viktor Orban est froid avec l'UE qui considère ses prises de position comme contraires aux libertés publiques et à la démocratie. 
>> Lire la suite

Circulation: un pic de 556 km de bouchons (sam., 22 juil. 2017)
Le pic de bouchons a été atteint un peu avant midi avec 556 km cumulés au niveau national en ce samedi classé "rouge" dans le sens des départs en vacances, a annoncé Bison futé. "Les principales difficultés se situent en province avec 516 km de bouchons et particulièrement sur l'A7 dans la vallée du Rhône, sur l'A8 (Aix-en-Provence), sur l'A9 au sud de Montpellier, sur l'A71 au sud de Clermont-Ferrand et sur l'A10 au nord de Bordeaux", a précisé le service public d'information routière. » Lire aussi - Week-end du 21 juillet : Bison Futé prévoit une circulation chargée La situation est "conforme aux prévisions" pour cette troisième grosse journée de circulation estivale. Le samedi 8 juillet, début officiel des vacances scolaires, avait enregistré 350 km de bouchons cumulés, et le jeudi 13 juillet, veille d'un vendredi férié de Fête nationale, 655 km de bouchons.
>> Lire la suite

Législatives: 47 premiers recours rejettés (sam., 22 juil. 2017)
Le Conseil constitutionnel a rejeté ou déclaré irrecevables 47 recours concernant les élections législatives de juin.  Les Sages ont finalement reçu un total de 297 recours déposés par des candidats ou des électeurs, soit près de trois fois plus que lors des législatives de 2012. Celui déposé contre Manuel Valls, par la candidate FI Farida Amrani  dans la 1ère circonscription de l'Essonne,  n'a pas encore été examiné. » Lire aussi - Législatives : l'adversaire de Manuel Valls dépose un recours contre son élection En revanche, l'élection à l'Assemblée nationale notamment de Louis Aliot (FN, 2e des Pyrénées-Orientales) et Jean-Louis Bourlanges (MoDem, 12e des Hauts-de-Seine) n'est plus contestée, les recours visant leur élection ayant été repoussés jeudi. Mais Pierre Dharréville (PCF, 13e des Bouches-du-Rhône) et Emmanuelle Ménard (FN, 6e de l'Hérault), soulagés respectivement d'un et deux recours, sont encore sous le coup d'autres requêtes. » Lire aussi - Législatives : les Sages planchent sur les litiges Les membres du Conseil n'ont aucun délai pour rendre leurs décisions. En 2012, ils avaient mis entre quatre et six mois pour examiner les dossiers. Les premiers recours étudiés ont été jugés pour certains irrecevables car ils avaient été déposés hors délai, étaient insuffisamment étayés ou concernaient plusieurs circonscriptions. Les autres ont été rejetés car les faits allégués (problème de propagande électorale, de vote par procuration...) ne pouvaient quoi qu'il en soit changer le résultat, eu égard à l'important écart en nombre de voix obtenues. » Lire aussi - Des candidats aux législatives s'offrent de la publicité illégale sur Internet Un recours n'est pas suspensif et les députés dont l'élection est contestée peuvent siéger à l'Assemblée jusqu'à la décision du Conseil.
>> Lire la suite

Vendanges 2017: baisse attendue du volume de vin (sam., 22 juil. 2017)
Les vendanges françaises seront fortement pénalisées par les gels du printemps. Les volumes de vin attendus devraient baisser de 17% par rapport à ceux de 2016, selon une première estimation du ministère de l'Agriculture. » Lire aussi - Point complet sur l'impact du gel dans le vignoble "A 37,6 millions d'hectolitres, la récolte 2017 devrait être inférieure de 17% à celle de 2016 et de 16% à la moyenne des cinq dernières années", indique Agreste, le bureau des statistiques du ministère de l'agriculture dans sa dernière parution. Cette récolte serait alors "historiquement basse et inférieure à celle de 1991, concernée elle aussi par un gel sévère". » Lire aussi - Bordeaux, Bourgogne, Alsace, Languedoc : le vignoble meurtri par le gel Les bassins du sud-ouest, notamment le Bordelais, des Charentes, d'Alsace, et du Jura seraient les plus affectés. Des pertes liées à la grêle sont aussi à prévoir en Bourgogne-Beaujolais, Sud-ouest, Languedoc et Sud-est. Les vignobles du pourtour méditerranéen sont, pour leur part, affectés par un autre phénomène, la coulure (chute des fleurs ou des jeunes baies), essentiellement sur les cépages Grenache. Agreste indique aussi qu'au 17 juillet, le cycle végétatif des vignobles présente une avance de 10 à 20 jours selon les bassins par rapport à une année moyenne. Cette avance s'explique par un printemps et un début d'été chaud. Ces estimations ne présagent toutefois pas des dates de vendange, et sont susceptibles d'être révisées en fonction de la météo des semaines à venir.
>> Lire la suite

Il est midi, l'essentiel de l'actualité de ce samedi 22 juillet (sam., 22 juil. 2017)
Il est midi, l'heure de faire un point sur l'actualité de ce samedi 22 juillet. » Week-end du 21 juillet : Bison Futé prévoit une circulation chargée Début du troisième week-end des vacances estivales, des bouchons seront encore à prévoir ce samedi. Tout le pays sera classé rouge dans les sens des départs et l'arc méditerranéen sera en orange dans le sens des retours. » Heurts meurtriers à Jérusalem Trois Palestiniens et trois Israéliens ont trouvé la mort la nuit dernière et des centaines de personnes ont été blessées après des afrontements dans la ville. L'Autorité palestinienne a annoncé vendredi soir un « gel des contacts » avec Israël tant que les nouvelles mesures de sécurité mises en place par l'État hébreu autour de l'esplanade des Mosquées ne seraient pas annulées. » Philippines: loi martiale prolongée dans le sud Le Parlement philippin prolonge la loi martiale dans le sud du pays. La zone,  touchée par un fort soulèvement islamiste, avait été placée sous le régime de la loi depuis le 23 mai dernier.  » Philippot: un séminaire sans "règlements de comptes" Florian PHilippot a annoncé que le séminaire de "refondation" ne remettait pas en cause la direction du parti par Marine Le Pen. Il souhaite ouvrir un dialogue avec Laurent Wauquiez (LR) et Jean-Luc Mélenchon (Fi). » Ariège: 209 brebis tombent d'une falaise après l'attaque d'un ours 209 brebis ont chutés mortellement d'une falaise près de Couflens dans l'Ariège dans la nuit de dimanche à lundi. Un nouveau dérochement attribué à l'attaque d'un ours. Une expertise va être réalisée et le propriétaire des brebis pourra être indemnisé.
>> Lire la suite

Double homicide près de Lyon (sam., 22 juil. 2017)
La mort d'une mère et de sa fille, dont les corps ont été retrouvés vendredi dans l'appartement familial près de Lyon, remonterait à "plusieurs semaines", a -t-on appris samedi de source proche de l'enquête. "Les faits remontent à plusieurs semaines, l'état des corps est tel qu'il faudra attendre les autopsies lundi" pour en savoir davantage sur les causes de la mort, a précisé la même source. Ce sont des proches de la famille qui avaient donné l'alerte, s'inquiétant d'être sans nouvelles des deux victimes, la mère et sa fille adolescente. Les gendarmes se sont rendus à leur domicile à Corbas, dans la métropole lyonnaise, pour y faire la macabre découverte et interpeller le mari et père des victimes.  Sa garde à vue court jusqu'à dimanche matin. L'enquête de flagrance a été confiée à la compagnie de gendarmerie de Bron pour connaître les circonstances de ce double meurtre.
>> Lire la suite

Syrie: Moscou accepte de sécuriser l'enclave de la Ghouta (sam., 22 juil. 2017)
Les autorités russes ont conclu un accord avec des rebelles syriens lors de discussions de paix au Caire sur la sécurisation de l'enclave de la Ghouta orientale en Syrie, a annoncé samedi le ministère russe de la Défense. "Des accords ont été signés sur l'application d'une zone de désescalade dans l'enclave de la Ghouta orientale" en Syrie, a déclaré le ministère dans un communiqué.  L'armée syrienne a annoncé l'arrêt des combats dans des "zones" de Ghouta orientale, quelques heures après l'annonce de Moscou. Le groupe rebelle Failak al Rahman, qui opére dans la région, a bien accueillie la nouvelle. Il a dit y voir un premier pas vers une solution de la guerre civile qui fait rage depuis plus de six ans en Syrie.
>> Lire la suite

Mort du producteur de la série culte "Arsène Lupin" (sam., 22 juil. 2017)
Le producteur et réalisateur Jacques Nahum est mort vendredi à Paris à l'âge de 96 ans, a annoncé samedi Dominique Ambiel, avec lequel il avait coproduit de nombreuses oeuvres. Il avait notamment produit la série télévisée culte "Arsène Lupin" dans les années 70, "Pionnier dans la production de séries télévisées populaires, il est aussi l'un des premiers à mener des coproductions internationales d'envergure et à initier des films patrimoniaux et de grande qualité pour la télévision", a rappelé dans un communiqué Dominique Ambiel. Né au Caire le 27 février 1921, Jacques Nahum arrive à Paris à l'âge de 24 ans et fait l'IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques). Assistant du réalisateur américain John Berry dans les années 50, M. Nahum est producteur exécutif en 1961 de la Palme d'or du Festival de Cannes, Une aussi longue absence, de Henri Colpi (coscénarisée par Marguerite Duras).A la même époque, il réalise pour le cinéma Le Saint mène la danse avec Michèle Mercier. Par la suite, il oeuvre majoritairement comme producteur pour la télévision. A son actif, parmi de nombreuses autres oeuvres, la série à succès Arsène Lupin à partir de 1971 avec Georges Descrières, Le Cheval de coeur, dont Guillaume Canet tient le premier rôle (1995), ou l'adaptation de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol Marius, Fanny, César avec Roger Hanin (2000). Il y a seulement deux ans, alors âgé de 94 ans, M. Nahum avait produit le téléfilm de Robin Davis "Le chapeau de Mitterrand". Chevalier dans l'Ordre national du Mérite, Jacques Nahum était le père du réalisateur et photographe Alain Nahum. Lire aussi : Arsène Lupin revient
>> Lire la suite

Philippot: un séminaire sans "règlements de comptes" (sam., 22 juil. 2017)
Florian Philippot, vice-président du Front national, a assuré samedi à des radios que la direction du parti par Marine Le Pen n'était pas remise en cause. » Lire aussi - Ces questions brûlantes que le séminaire du FN doit trancher Cette déclaration a lieu à l'occasion du séminaire de "refondation" du parti. Un événement sans "règlements de comptes", selon lui. La question du leadership peut-elle être abordée lors de ce séminaire à huis clos ? "Elle pourrait l'être s'il y avait des candidats face à elle au congrès (du parti début 2018), ce n'est pas impossible, les statuts le prévoient. Mais je ne pense pas que ce soit aujourd'hui le cas", a répondu à Europe 1 l'eurodéputé, au deuxième et dernier jour de ce séminaire. » Lire aussi - Séminaire FN : une contribution de Nicolas Bay divergente de la vision de Florian Philippot "Ce n'est pas mon souhait, et je ne vois pas pourquoi il y aurait des candidats face à Marine Le Pen alors qu'elle a fait quasiment 11 millions de voix au second tour de l'élection présidentielle, ce qui est inédit", a ajouté M. Philippot. Dès vendredi "l'ambiance était très positive, et très constructive", a souligné le bras droit de Mme Le Pen à France Info, se félicitant de l'exercice qu'il ne voit pas "dans les autres formations politiques". » Lire aussi - Le Front national à l'heure de la grande explication Après une journée consacrée à "l'organisation du parti", c'est-à-dire de la "cuisine interne" selon lui, la question de la sortie ou non de l'euro devrait être au menu ce samedi, a indiqué ce farouche partisan de l'abandon de la monnaie unique. Mais "nous n'avons pas limité la refondation à ce sujet-là". "Je suis très favorable à ce que le Front continue de s'ouvrir sur tous les grands sujets et sur la société civile", a insisté M. Philippot, mettant en garde : "il ne faudrait pas un retour en arrière où on ne parlerait que de l'immigration, de l'insécurité et de l'islamisme". » Lire aussi - Séminaire du FN : contesté, Philippot sous haute pression Sur la question du nom du parti, son vice-président "pense qu'il faudra laisser le champ libre aux adhérents, que eux fassent des propositions" et "in fine", ils seront décisionnaires. Le FN doit-il s'élargir ? "Il faut reprendre la discussion" avec Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a dit M. Philippot. En outre, "il y a des patriotes à droite, des patriotes à gauche". "J'aimerais bien prendre un café" avec Laurent Wauquiez (LR) et "pourquoi pas" avec Jean-Luc Mélenchon (LFI), "pourquoi pas avec d'autres", a ajouté le responsable d'extrême droite, qui souhaite "qu'on discute, qu'on voit ce qui nous oppose". "On n'est pas en guerre civile, il faut qu'on soit constructifs tout en ne niant pas nos divergences qui sont parfois très importantes", a-t-il aussi reconnu.
>> Lire la suite

Philippines: loi martiale prolongée dans le sud (sam., 22 juil. 2017)
Le Parlement philippin a voté samedi, à une majorité écrasante, la prolongation jusqu'à la fin de l'année de la loi martiale dans le sud du pays touché par un soulèvement islamiste. » Lire aussi - Philippines : Duterte proclame la loi martiale après des combats entre l'armée et Daech Au total, 261 parlementaires, soit plus des deux tiers des élus de la Chambre des représentants, ont voté son extension au terme d'une séance de sept heures. » Lire aussi - Attentat aux Philippines : le gouvernement accuse un groupe islamiste Mindanao, île de 22 millions d'habitants du sud de l'archipel philippin, a été placée sous le régime de la loi martiale le 23 mai dernier, après la prise de certaines parties de la ville de Marawi par des rebelles des groupes Abou Sayyaf, considéré par l'ONU proche d'Al Qaïda, et Maute, qui se réclame de l'Etat islamique et comprend d'anciens membres du Front Moro islamique de libération. Les insurgés opposent une forte résistance aux bombardements terrestres et aériens de l'armée philippine.  
>> Lire la suite

Ariège: 209 brebis tombent d'une falaise après l'attaque d'un ours (sam., 22 juil. 2017)
Dans la nuit de dimanche à lundi, au moins 209 brebis ont chutés mortellement d'une falaise près de Couflens dans l'Ariège. Un nouveau dérochement attribué à l'attaque d'un ours selon les service de l'État. Selon France 3, une expertise va être réalisé et le propriétaire des brebis pourra être indemnisé.  La Confédération paysanne de l'Ariège a apporté son soutien au éleveurs concernés et a dénoncé la réintroduction des ours dans les Pyrénées. "Le pastoralisme, garant de biodiversité et d'une montagne vivante et accueillante, n'est pas compatible avec la réintroduction de grands prédateurs", explique le syndicat agricole. LIRE AUSSI : »Vaucluse: 200 brebis mortes après une attaque de chiens errants »Enquête : faut-il tuer les loups ?
>> Lire la suite

Barcelone songe à Ousmane Dembélé (sam., 22 juil. 2017)
En marge du feuilleton Neymar, Barcelone pourrait ouvrir une série parallèle autour du tandem Philippe Coutinho-Ousmane Dembélé. En effet, le club catalan aimerait fortement recruter le premier nommé mais pour le moment, il se heurte à la volonté de Liverpool de ne pas céder son milieu offensif brésilien. Du coup, selon The Sun, les dirigeants catalans, histoire de mettre la pression sur le joueur pour que lui-même la mette sur son président, l'auraient informé de leur intention d'approcher Ousmane Dembélé, le Français du Borussia Dortmund.   
>> Lire la suite

Vers un échange Mbappé-Benzema ? (sam., 22 juil. 2017)
Selon The Sun, le Real Madrid serait désormais très confiant quant à ses chances d'attirer prochainement Kylian Mbappé. Fort de la vente d'Alvaro Morata et de celle, probable, de Danilo, le club merengue disposerait alors amplement des fonds nécessaires pour casser le record actuel du transfert le plus onéreux avec une offre supérieure à 120 millions d'euros. Un record qui resterait cependant suspendu à la signature, possible, de Neymar au Paris SG. Mais le quotidien britannique avance une autre possibilité avec un montant divisé par deux mais avec Karim Benzema qui s'envolerait pour le Rocher. Une information à prendre avec extrêmement de pincettes tant un départ de l'ancien Lyonnais semble peu probable aujourd'hui.
>> Lire la suite

Italie: séisme de magnitude 4,2 dans le centre (sam., 22 juil. 2017)
Une secousse sismique de magnitude 4,2 a touché le centre de l'Italie tôt ce matin sans faire ni dégâts, ni victimes, selon la Protection civile. La secousse a été enregistrée à 04H13 (02H13 GMT) et l'épicentre localisé à 3 km de la localité de Campotosto, dans la province de l'Aquila (Abruzzes), à 8 km de Amatrice (Latium) et à une profondeur de 14 km, selon les relevés de l'Institut national de volcanologie. Elle a été ressentie par la population mais n'a fait ni dégâts, ni victimes. La commune de Amatrice a été frappée le 24 août 2016 par un séisme de magnitude 6,2 qui a causé la mort de près de 300 personnes et dévasté plusieurs villages alentours. Une séries de plusieurs séismes de forte amplitude avait touché la même région à l'automne, causant d'importantes destructions dans quatre régions du centre de la péninsule. LIRE AUSSI : »Le centre de l'Italie ravagé par un nouveau séisme »Italie : plus de 250 sites historiques endommagés par le séisme
>> Lire la suite

Le Barça demande du temps à Neymar (sam., 22 juil. 2017)
Selon le quotidien AS, une réunion aurait eu lieu entre Neymar et Josep Maria Bartomeu, le président du Barça. L'attaquant brésilien aurait confirmé lors de cet entretien son intention de rejoindre le Paris SG. Une décision qui n'a évidemment pas fait le bonheur de Bartomeu, mais celui-ci aurait demandé à Neymar de patienter le temps que le club catalan trouve une solution de remplacement, qui pourrait se nommer Dybala, l'actuel attaquant de la Juventus Turin. Une information qui, si elle s'avérait exacte, ne ferait que confirmer la forte probabilité de voir l'international auriverde rejoindre la capitale hexagonale.
>> Lire la suite

Afghanistan: 16 policiers tués dans un bombardement américain (sam., 22 juil. 2017)
Seize policiers afghans ont été tués vendredi dans un bombardement américain sur la province du Helmand (sud), ont rapporté aujourd'hui des responsables de la police locale et de la province. La frappe aérienne, attestée par le siège des forces américaines à Kaboul, s'est produite vendredi "vers 17 heures: seize policiers afghans ont été tués dont deux commandants, d'autres ont été blessés" a indiqué le porte-parole de la police du Helmand, Salam Afghan. "Les policiers avaient fini de nettoyer le village de Pachava dans le district de Gereshk (150 km à l'ouest de Kandahar) et de chasser les talibans quand les Américains ont bombardé", a-t-il raconté. "Une demi-heure avant, les talibans étaient bien présents mais les forces afghanes avaient repris le contrôle de la zone quand ils ont essuyé le bombardement", a-t-il souligné. "Ce n'était pas délibéré, les policiers ont été visés par erreur". Le porte-parole du gouverneur du Helmand, Omar Zwak, a confirmé le bilan de seize morts: "La zone où s'affrontaient talibans et policiers a été bombardée par les forces américaines", a-t-il dit. L'opération et l'erreur avait été admises dès vendredi soir par les forces occidentales à Kaboul dans un communiqué reconnaissant que "les tirs aériens ont conduit à la mort de forces afghanes amies qui étaient réunies dans un camp". La mission de l'Otan précisait que les tirs avaient eu lieu dans "une zone du sud de l'Afghanistan en grande partie contrôlée par les talibans" et annonçait l'ouverture d'une enquête. Seules les forces américaines cnduisent des frappes aériennes en soutien des forces afghanes, au nom de la lutte contre le terrorisme. LIRE AUSSI : »Afghanistan : le bilan de la méga-bombe américaine s'alourdit
>> Lire la suite

Minneapolis: démission du chef de la police (sam., 22 juil. 2017)
La chef de la police de Minneapolis a démissionné vendredi, six jours après la mort d'une Australienne tuée dans cette ville par un agent de police après avoir appelé les services d'urgence. Justine Damond, professeur de yoga et de méditation âgée de 40 ans, avait été abattue le 15 juillet au soir par l'un des deux policiers intervenus après son appel au service d'urgence américain 911 pour signaler une possible agression dans une ruelle près de chez elle, à Minneapolis. Depuis cette bavure, qui a eu un retentissement international, Janee Harteau, la chef de la police de Minneapolis, faisait l'objet de vives critiques. Elle a notamment attendu jeudi pour apparaître devant les caméras de télévision. Janee Harteau s'est alors justifiée en expliquant qu'elle était jusque-là en vacances à la montagne, dans un endroit très reculé. La maire de Minneapolis, Betsy Hodges, a déclaré avoir demandé vendredi la démission de Janee Harteau. "J'ai perdu confiance en la chef de la police (...) Mes nombreux échanges (...) avec des habitants m'ont permis de voir qu'elle a également perdu leur confiance", a affirmé l'élue dans un communiqué. La maire a annoncé son remplacement par Medaria Arradondo, jusque-là directrice adjointe de la police. Cette dernière avait géré la crise qui a suivi le meurtre de l'Australienne. Ces annonces n'ont cependant pas permis de calmer la colère suscitée par cette affaire. Vendredi soir, une conférence de presse de la maire a été perturbée par un groupe de manifestants."Ce n'est qu'un changement cosmétique, et nous voulons un changement institutionnel", a notamment lancé l'un d'eux. "Nous ne voulons plus de vous comme maire de Minneapolis" (...) "vous êtes inefficace", a lancé un autre. #Minneapolis police chief: Justine Damond didn't have to die https://t.co/NJk4T6ToXp — AP (@tonyspam) 21 juillet 2017 Betsy Hodges a cependant assuré qu'elle resterait à son poste. Le fait que les caméras individuelles des deux policiers n'étaient pas activées au moment du drame est une des raisons de la colère. Vendredi, une manifestation de protestation s'est déroulée dans le centre de Minneapolis. La veille, une marche avait été organisée depuis le quartier où se trouvait le domicile de la victime jusqu'au sud de la ville. Matthew Harrity, le policier qui était au volant de la voiture, avait été surpris par un bruit fort juste avant que Mme Damond ne s'approche du véhicule. Son coéquipier, Mohamed Noor, avait alors tiré sur la victime, selon les autorités. Le bureau des affaires criminelles de l'Etat a indiqué vendredi que Mohamed Noor refusait toujours de répondre aux autorités
>> Lire la suite

USA: le ministre de la Justice aurait évoqué la campagne avec l'ambassadeur russe (sam., 22 juil. 2017)
Le ministre américain de la Justice, en délicatesse avec Donald Trump en raison de l'affaire russe, a bien évoqué la campagne présidentielle du milliardaire avec l'ambassadeur de Moscou à Washington, contrairement à ce qu'il avait soutenu, a affirmé vendredi le Washington Post. C'est l'ambassadeur Sergueï Kisliak lui-même qui a informé sa hiérarchie à Moscou sur ces discussions portant également sur des "questions politiques d'importance" pour la Russie avec Jeff Sessions, affirme le quotidien, qui cite des responsables anonymes et des interceptions d'agences de renseignement américaines. Ces révélations rendent un peu plus délicate la posture du ministre Sessions, que Donald Trump a sèchement désavoué mercredi pour sa gestion de l'épineuse affaire d'ingérence russe mais qui a annoncé son intention de rester à son poste. Au coeur de la discorde, la décision de Jeff Sessions de se récuser dans cette enquête sous tutelle du ministère de la Justice, après la révélation d'une rencontre avec ce même ambassadeur russe pendant la campagne. Selon le Washington Post, deux conversations entre MM. Kisliak et Sessions, qui était à l'époque un proche conseiller en politique étrangère du candidat républicain Donald Trump, ont notamment été interceptées par des agences américaines. L'actuel ministre de la Justice aurait fourni des déclarations "trompeuses" sur ces discussions, propos qui sont "contredits par d'autres preuves", a affirmé un responsable américain au journal. Un ancien responsable a pour sa part confié que, selon le renseignement, les deux hommes ont eu des échanges "substantiels", notamment sur la position de M. Trump sur des questions ayant trait à la Russie et aux relations russo-américaines sous une administration dirigée par le milliardaire. Jeff Sessions, pourtant, a maintes fois répété qu'il n'avait jamais évoqué la campagne présidentielle avec des responsables russes et qu'il ne rencontrait M. Kisliak qu'en sa qualité de sénateur de l'Alabama. LIRE AUSSI :  »Affaire russe : Donald Trump met en cause les enquêteurs »Qui sont les protagonistes de l'affaire russe qui menace Donald Trump?
>> Lire la suite

La Maison Blanche exhorte l'Iran à libérer des détenus américains (ven., 21 juil. 2017)
La Maison Blanche a accentué vendredi la pression sur l'Iran, exhortant Téhéran à renvoyer rapidement aux Etats-Unis des Américains détenus par la République islamique. "Le président (Donald) Trump est prêt à infliger de nouvelles et sérieuses conséquences à l'Iran à moins que tous les citoyens Américains injustement emprisonnés ne soient libérés et rendus", a écrit l'exécutif américain dans un communiqué.
>> Lire la suite

Un djihadiste présumé extradé d'Espagne vers les Etats-Unis (ven., 21 juil. 2017)
Le djihadiste présumé Ali Charaf Damache, soupçonné d'avoir créé une organisation jihadiste en Europe et aux Etats-Unis, a été extradé par les autorités espagnoles vers les Etats-Unis, où il a été présenté à la justice, selon un communiqué du ministère américain de la Justice. C'est le premier djihadiste présumé à être extradé vers les Etats-Unis pour faire face à la justice américaine depuis l'investiture de Donald Trump. Ali Charaf Damache (52 ans), qui possède la double nationalité algérienne et irlandais, avait été interpellé à Barcelone en décembre 2015. Il a été présenté vendredi à un juge fédéral de Philadelphie, mais ne se verra formellement notifier les charges qui pèsent contre lui que lors d'une prochaine audience, le 28 août, a indiqué une porte-parole du district est de Pennsylvanie. Il a été inculpé en 2011 et est soupçonné d'avoir "créé et coordonné une organisation jihadiste violente composée de femmes et d'hommes d'Europe et des Etats-Unis", selon le document de l'inculpation. Selon cette même source, certains des membres de l'organisation se seraient rendus en Asie du Sud pour se former à l'utilisation des explosifs. "La mission est de faire tomber des individus qui font du mal à l'islam", a notamment écrit Ali Charaf Damache dans un message envoyé à un autre membre présumé du réseau. Le réseau aurait également projeté d'assassiner un résident suédois, selon le document de l'inculpation, qui n'a pas précisé le nom de cette personne. Au moment de l'interpellation d'Ali Charaf Damache, une source judiciaire espagnole avait indiqué à l'AFP que le groupe prévoyait d'assassiner l'auteur suédois de caricatures de Mahomet, Lars Vilks. Une ressortissante américaine, Colleen LaRose, surnommée "Jihad Jane", a été condamnée en 2014 à Philadelphie à dix ans d'emprisonnement pour sa participation au même réseau et au projet d'assassinat de Lars Vilks. Contrairement à son prédécesseur Barack Obama qui a tenté, en vain, durant ses deux mandats, de faire fermer la prison militaire de Guantanamo, où sont détenus des suspects de terrorisme, le président américain Donald Trump a indiqué, à sa prise de fonction, qu'il souhaitait disposer d'un camp prêt à accueillir "des mauvais gars".
>> Lire la suite

APB: 65.000 jeunes sans affectation (ven., 21 juil. 2017)
Un peu plus de 65.000 jeunes qui s'étaient inscrits sur la plateforme d'admission post-bac (APB), très critiquée, sont toujours sans affectation à l'université, a indiqué ce vendredi soir le ministère de l'Enseignement supérieur dans un communiqué. Parmi ces 65.431 candidats, 38.780 n'ont reçu "aucune proposition sur les voeux formulés sur APB", et 26.651 ont postulé "uniquement dans des filières sélectives pour lesquelles leur candidature n'a pas été retenue", précise le ministère. La procédure principale d'admission APB s'est terminée mercredi, et les candidats sans affection doivent désormais se tourner vers une procédure complémentaire, ouverte depuis fin juin, toujours sur la plateforme APB. Vendredi, seuls 22.891 candidats s'étaient inscrits. La procédure complémentaire est ouverte jusqu'au 25 septembre. Y sont proposées des places vacantes tout au long de l'été, les jeunes doivent donc consulter très régulièrement APB et postuler sans attendre dès qu'une proposition les intéresse. Un total de 187.000 places, en filières sélectives et non sélectives, y sont disponibles. Le ministère précise par ailleurs que parmi les plus de 65.000 candidats figurent toujours ceux qui auraient trouvé une place hors APB mais qui ne sont pas désinscrits de la plateforme. Lundi, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal avait jugé que la plateforme APB était un "énorme gâchis", en référence aux dizaines de milliers de jeunes en attente d'une place à l'université. Une vaste concertation avec les acteurs de l'enseignement supérieur a débuté lundi pour "trouver rapidement des solutions pour la rentrée 2018", avait-t-elle ajouté.
>> Lire la suite

La CIA a cessé son soutien à des rebelles syriens (ven., 21 juil. 2017)
La CIA - l'agence de renseignement extérieur américaine - a mis un terme à son programme de soutien aux rebelles syriens qui combattent le régime de Bachar al-Assad, a confirmé vendredi le patron des forces spéciales, le général Tony Thomas. C'est le président Donald Trump qui a décidé il y a un mois d'y mettre fin, avait révélé le Washington Post mercredi. Initié il y a quatre ans, ce programme n'a eu qu'un impact très limité.
>> Lire la suite

Crise du Golfe: le Qatar prêt au dialogue mais pose des conditions (ven., 21 juil. 2017)
L'émir du Qatar a prôné vendredi le dialogue avec l'Arabie saoudite et ses alliés, qui ont rompu avec son pays, mais a posé des conditions pour un règlement de la grave crise qui secoue le Golfe depuis un mois et demi. "Nous sommes ouverts au dialogue pour régler les problèmes en suspens", a déclaré cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani dans un discours télévisé, le premier depuis le début de la crise le 5 juin. L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte avaient alors rompu leurs relations avec le Qatar, qu'ils accusent de soutenir "le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran, grand rival régional du royaume saoudien. Le chef de l'Etat du Qatar a cependant posé deux conditions pour un règlement de cette crise, soulignant qu'il devait se faire "dans le respect de la souveraineté et de la volonté de chaque Etat". "Ce règlement ne doit pas prendre la forme de diktats mais d'engagements communs et contraignants pour toutes les parties", a-t-il ajouté. Les quatre adversaires du Qatar avaient imposé de sevères sanctions économiques à l'émirat gazier. Pour revenir sur ces sanctions, ils ont exigé le 22 juin la satisfaction de 13 demandes, dont la fermeture de la télévision Al-Jazeera et d'une base turque, ainsi qu'une révision des liens avec l'Iran. Doha a rejeté en bloc ces demandes, estimant qu'elles violaient sa souveraineté.
>> Lire la suite