http://www.lefigaro.fr/

LE FIGARO - Le Figaro - Le Flash Actu

Suivez le Grand Prix de Russie en direct (dim., 30 avril 2017)
Suivez en direct commenté les résultats du Grand Prix de Russie, à Sotchi, la 4e manche du Championnat du monde de Formule 1.
>> Lire la suite

Le pape appelle à l'arrêt des violences au Venezuela (dim., 30 avril 2017)
Le pape a appelé dimanche à mettre fin aux violences au Venezuela et à trouver "des solutions négociées" à une crise "qui épuise la population". "Les nouvelles dramatiques ne cessent pas sur la situation au Venezuela et l'aggravation des affrontements, avec de nombreux morts, blessés et prisonniers", a déclaré le pape devant 70.000 personnes réunies pour une audience et la prière du dimanche midi sur la place Saint-Pierre. » Le Venezuela s'enfonce dans la crise "Tout en m'unissant à la douleur des proches des victimes (...), je lance un appel sincère au gouvernement et à toutes les composantes de la société vénézuélienne pour éviter toute forme de violence à l'avenir", a-t-il ajouté. Le pape a également demandé "que soient respectés les droits de l'Homme et que l'on cherche des solutions négociées à la grave crise humanitaire, sociale, politique et économique qui épuise la population". La vague de manifestations hostiles au président socialiste Nicolas Maduro entre lundi dans son deuxième mois et les violences autour de ces rassemblements ont fait déjà une trentaine de morts. Pour marquer le premier mois de sa mobilisation, l'opposition a appelé à de nouvelles manifestations au coeur de Caracas et dans tout le pays lundi. » Venezuela : opposition et chavistes se défient dans les rues de Caracas
>> Lire la suite

Il est midi, l'essentiel de l'actualité (dim., 30 avril 2017)
A une semaine du second tour, faisons le point sur l'actualité : » Donald Trump président : 100 jours en images Le président américain a célébré son 100e jour au pouvoir samedi, en vantant son bilan provisoire «très productif» et en promettant de livrer les «grandes batailles à venir». Retour en 10 clichés sur ce début de présidence. » Tarifs du gaz, prix de la consultation, immobilier: ce qui change au 1er mai Facture de gaz, santé, immobilier... Quelques nouveautés entrent en vigueur lundi. Le Figaro vous propose un tour d'horizon des changements à prévoir. » Sans le PS, ni LR au second tour, des maires s'inquiètent pour l'organisation du scrutin Ni le Front national, ni En Marche! ne semblent être en mesure de fournir un nombre suffisant d'assesseurs sur tout le territoire. » Le pape François dit ne pas connaître Emmanuel Macron En rentrant du Caire, le pape François a commenté l'actualité internationale devant les journalistes, dont les élections françaises où il respecte la liberté «de choix». L'actualité, c'est aussi : » EN DIRECT - Le fil politique du week-end » L'actualité sportive en direct » Orages : 23 départements en alerte ce dimanche
>> Lire la suite

Mort sur l'Everest de l'alpiniste Ueli Steck (dim., 30 avril 2017)
L'alpiniste suisse Ueli Steck, connu pour avoir dompté les sommets les plus vertigineux de la planète, est décédé dimanche matin sur l'Everest à 40 ans. Surnommé la "machine suisse" en raison du rythme élevé qu'il s'impose lors de ses chevauchées, il avait plusieurs fois frôlé la mort comme lors de son ascension en 28 heures de la face sud de l'Annapurna en 2013. Charpentier de formation, Ueli Steck était né le 4 octobre 1976 à Langnau im Emmental, à l'est de Berne, dans une famille très sportive. À 12 ans, il rejoint le Club alpin suisse et développe une fascination pour le "contact avec la nature et les falaises". Tout juste majeur, le Suisse pose les jalons de ses futurs records en réalisant l'ascension de la face nord de l'Eiger (3.970 mètres). Plaisir personnel "À partir de là, j'ai commencé à systématiquement pratiquer l'alpinisme lors de mon temps libre. Je n'ai en revanche jamais pensé devenir professionnel un jour", avait expliqué en 2015 le prodige helvète dans un entretien à l'AFP. "Je ne cherche pas à ce que l'on parle de mes records. C'est mon plaisir personnel seul qui dicte ma démarche", avait-il ajouté. Ueli Steck se tenait à distance des médias durant ses ascensions pour pouvoir prendre la "décision la plus juste sur une paroi". Il affirmait que la soif d'argent et de gloire n'avait jamais compté, se disant satisfait lorsque ses revenus dépassaient son ancien salaire de charpentier. LIRE AUSSI : » Un célèbre alpiniste meurt sur le Mont-Blanc » L'alpiniste Ochoa meurt à l'Annapurna
>> Lire la suite

Un mort au Teknival près de Tours (dim., 30 avril 2017)
La présence au Teknival qui se tient depuis vendredi soir à Pernay, près de Tours, était estimée dimanche matin à 30.000 personnes et un participant est décédé pour des raisons indéterminées. 200 gendarmes sont sur place ainsi que 80 pompiers. La personne, de 20 ans, était déjà morte quand elle a été amenée à un poste médical avancé. Les causes de la mort, survenue durant la nuit, seront déterminées ultérieurement, mais la victime ne portait pas trace de blessures externes. » Teknival du 1er mai : forte affluence grâce au retour à la clandestinité Deux personnes en urgence absolue ont été évacuées, dont une en arrêt cardio-respiratoire qui a pu être ranimée. Douze autre personnes en urgence relative ont également été transportées au CHU pour surveillance complémentaire. 51 personnes avaient reçu des soins pendant la nuit aux différents postes médicaux. Enfin, durant la nuit, les plongeurs ont sorti de l'étang qui traverse le site en deux six personnes qui étaient tombées à l'eau. Le Teknival, qui doit se prolonger jusqu'à lundi, est un rassemblement international de musique techno, considéré comme illégal car non déclaré aux services de l'Etat. Il fête cette année ses 24 ans et se déroule à chaque édition dans un lieu différent, tenu secret jusqu'aux dernières heures. » Décès à la Techno Parade : «Il a écouté la foule et il est mort»
>> Lire la suite

Un homme tué par un gendarme à Tahiti (dim., 30 avril 2017)
Un homme a été tué à Tahiti, dans la nuit de jeudi à vendredi, par un gendarme qui a tiré avec son arme de service en la "confondant" avec son Taser. La victime, Vetearii Rupea, un jardinier trentenaire, est mort d'une balle dans le thorax, tirée par un sous-officier de la gendarmerie âgé de 46 ans. La gendarmerie avait été appelée pour mettre fin à une bagarre sur fond d'alcool et de jalousie, à Paea, une petite commune tahitienne, en présence de plusieurs enfants. "Le Taser était la seule solution pour arrêter cette situation. Malheureusement, il s'est saisi de la mauvaise arme" a déclaré Me Adélaïde Pater, l'avocate du gendarme, à la chaîne locale TNTV. Elle décrit un homme "dévasté" qui présente ses condoléances à la famille de la victime. LIRE AUSSI : » L'utilisation trop fréquente du Taser et du Flash-Ball dénoncée » Angleterre : un jeune homme victime d'un Taser policier
>> Lire la suite

Dray avait un slogan pour Hollande (dim., 30 avril 2017)
Dans Le JDD, Julien Dray raconte qu'il avait une campagne "clés en main" pour François Hollande. Avant que ce dernier ne décide de ne pas être candidat à la présidentielle. L'élu francilien raconte que le QG avait été repéré, dans le VIIe arrondissement. Il y avait même un slogan : "Nous sommes la France." "On l'avait piqué à Natacha Polony", dit Julien Dray. En 2015, la journaliste avait en effet écrit un ouvrage intitulé Nous sommes la France, inspiré de l'attentat visant Charlie Hebdo.  » EN DIRECT - Le fil poliique du week-end
>> Lire la suite

Donald Trump président : 100 jours en images (dim., 30 avril 2017)
Le président américain a célébré son 100e jour au pouvoir samedi, en vantant son bilan provisoire «très productif» et en promettant de livrer les «grandes batailles à venir». Retour en 10 clichés sur ce début de présidence. Pour lire (ou voir) notre article, cliquez ici. » Donald Trump et la presse règlent leurs comptes à distance» » Qu'avez-vous retenu des 100 premiers jours de Donald Trump ?
>> Lire la suite

Rueducommerce.fr épinglé pour des annonces racistes (dim., 30 avril 2017)
Après les tenues d’enfants déportés, le “déguisement d’africaine”... Les annonces visibles sur le site rueducommerce.fr, propriété du groupe Carrefour, cumule les “bad buzz”. Proposés dans la rubrique “Fêtes et Déguisements”, plusieurs articles ont suscité de vives réactions des internautes. “C'est raciste. Les cultures africaines ne sont pas des déguisements”, dénonce l’un d’entre eux. Alors @rueducommerce , je ne suis pas Gilles Lellouche mais est-ce que ceci peut être également supprimé ? Juste que c'est raciste. pic.twitter.com/2DutXkgIav — Réac'Noire (@ReacNoire) 29 avril 2017 @rueducommerce être noir, africain, zoulou... n'est pas un déguisement. https://t.co/5DHYQiKiTL — Alexandra Amana (@Alexa_AA) 30 avril 2017 @rueducommerce Ce sont nos vêtements traditionnels que vous appelez "déguisement" là?!!!!🤔🤔🤦🏽‍♀️🤦🏽‍♀️🤦🏽‍♀️🤦🏽‍♀️😒😒😒😒😒😒😤😤😤 https://t.co/j8iUl3IOOJ — 👸🏾💪🏿EBONY💪🏿 (@Jessy_Carene) 30 avril 2017 L'une des annonces concerne une "panoplie" qui comprend "une tunique, une jupe et un calot imprimés de rayures de couleurs vives", d’après la description proposée par Ruedelafete. Ce prestataire marchand qui propose plus de 7000 articles sur le site vante les mérites de l’article en cause: "Très complet, ce déguisement très coloré est idéal pour vos soirées déguisées ou bien encore pour un carnaval". Une autre annonce du même prestataire propose un "déguisement zoulou", agrémenté d'un or dans les cheveux. A noter que Ruedelafete propose aussi ces éléments sur Cdiscount. La semaine passée, Rue du Commerce avait rapidement retiré l’annonce des tenues d’enfants déportés. "Nous tenons à présenter nos excuses. Nous condamnons fermement la mise en vente de ces costumes et les avons aussitôt retirés de la vente. Un audit des procédures de mise en ligne vient d’être diligenté, pour s’assurer que ceci ne se reproduise plus", avait-il assuré sur les réseaux sociaux. A 11h40 ce dimanche matin, les annonces signalées depuis samedi soir par les internautes sont toujours disponibles sur le site de vente en ligne. LIRE AUSSI: » La vente d'un déguisement «d'enfant déporté» sur Rue du commerce suscite l'indignation
>> Lire la suite

Corée du Nord: Trump pense que Xi "fait pression" (dim., 30 avril 2017)
Le président américain Donald Trump pense que son homologue chinois Xi Jinping "fait pression" sur la Corée du Nord, alors que la tension monte sur les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang. Si Pyongyang effectue un nouvel essai nucléaire, "je ne serais pas content", dit M. Trump dans un entretien. "Et je peux également vous dire, je ne crois pas non plus que le président de la Chine, qui est un homme très respecté, sera content", poursuit-il. Interrogé pour savoir si "pas content" pouvait signifier "une action militaire", M. Trump a répondu: "Je ne sais pas. Je veux dire, nous verrons". La Corée du Nord a effectué samedi un tir de missile balistique, qui s'est soldé par un échec, qui a coincidé avec un appel solennel de Washington à l'ONU à contrecarrer la "menace nucléaire" de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales. M. Trump avait aussi réagi au tir raté en accusant Pyongyang d'avoir "manqué de respect" à la Chine, son principal allié. "Mauvais!", avait-il tweeté. LIRE AUSSI : » REPORTAGE - A l'heure des pressions américaines, Pyongyang vit dans sa bulle » Corée du Nord: Trump sonne la charge contre Pyongyang
>> Lire la suite

Brexit: "Ces négociations vont être difficiles" (May) (dim., 30 avril 2017)
Theresa May a déclaré ce dimanche sur la BBC que les pourparlers de divorce avec l'Union européenne seraient difficiles. La Premier ministre britannique répondait ainsi aux dirigeants de l'UE qui ont approuvé ce samedi des lignes directrices strictes pour mener les négociations sur le Brexit dans les deux années à venir.  Affichant leur fermeté, ils ont fait comprendre aux Britanniques qu'ils ne doivent pas se faire "d'illusions" sur l'obtention rapide d'un accès au marché unique. “Il y aura des moments où ces négociations vont être difficiles", a réagi Theresa May. Elle a aussi réaffirmé sa position selon laquelle elle serait prête à s'éloigner des pourparlers en quittant l'UE sans accord si le deal proposé par Bruxelles ne lui convenait pas.
>> Lire la suite

Argenteuil: agression contre des colleurs d'affiches (dim., 30 avril 2017)
Des barres de fer et une arme à feu pour intimider des colleurs d’affiches à Argenteuil : c’est l’agression dénoncée ce samedi par Gilles Savry, candidat LR aux législatives sur la 5e circonscription du Val-d’Oise, et rapportée par Le Parisien. Les faits se seraient produits la veille vers minuit: « Mon équipe a été suivie par une voiture avant d’être bloquée par plusieurs véhicules. Une dizaine de personnes sont sorties, munis de barres de fer. L’une d’elle avait ce qui paraît être une arme à feu. Ils ont volé tout le matériel et les affiches dans la voiture. Ils ont expliqué qu’ils les avaient suivis depuis plusieurs jours et qu’ils savaient où habitaient leurs familles pour les dissuader de porter plainte. » » Présidentielle : la campagne, c'est aussi sur les murs Des faits qui font suite à une plainte déposée la veille pour un autre vol d’affiches, celles concernant le bilan du député actuel, Philippe Doucet (PS). Selon Gilles Savry, les « individus ont dit appartenir à l’équipe de campagne de M. Doucet » à qui il demande « s’il est à l’origine de ces agissements ». « Tout cela est de la diffamation, de l’affabulation, une diversion grossière et mensongère », répond ce dernier qui condamne « tout type de violence » et propose à Gilles Savry de « défendre plutôt le programme de François Fillon ». » Bagarre entre colleurs d'affiches
>> Lire la suite

Marine Le Pen : "Je ne suis pas responsable des dérapages de mon père" (dim., 30 avril 2017)
Interrogée dans Le Parisien ce dimanche, Marine Le Pen condamne les propos de Jean-Marie Le Pen, qui a estimé que la cérémonie d'hommage à Xavier Jugelé l'était "plutôt pour l'homosexuel que le policier". "Ces propos sont odieux", dit la candidate d'extrême droite. "Je ne lui parle pas [à son père]. Je n'entretiens plus de relation avec lui, je ne suis pas responsable de ses dérapages, de ses propos inadmissibles. C'est clair !", dit-elle, dans une mise au point bien tardive, alors que les propos du fondateur de son parti date de vendredi et qu'ils ont suscité un tollé depuis. "Mon père a été exclu du FN. Il fait ce qu'il veut. Ca ne me regarde plus", dit-elle également. » EN DIRECT - Le fil politique du week-end
>> Lire la suite

Le KO infligé par Joshua à Klitschko en vidéo (dim., 30 avril 2017)
Wembley samedi soir. Un uppercut terrible à 1'50 de la fin du 11e round. Et Wladimir Klitshko vacilla une première fois... Quelques secondes plus tard, l'arbitre de la rencontre dû interrompre le combat après une pluie de coups d'Anthony Joshua. Le jeune Britannique conserve ainsi sa ceinture des lourds IBF et rafle le titre WBA vacant.
>> Lire la suite

Plisson au Figaro : «Je n'en veux pas à Thomas Savare, même si la manière a été brutale» (dim., 30 avril 2017)
Le demi d'ouverture du Stade Français a cru que son club allait disparaître. Alors, avec tous ses coéquipiers, il a dit non. Une grève pour pousser Thomas Savare et Jacky Lorenzetti, les présidents du Stade Français et du Racing 92, à renoncer à leur projet de fusion. Depuis cette révolte, et en attendant l'annonce d'un repreneur qui sauverait le club au bord du dépôt de bilan, Jules Plisson et ses partenaires emportent tout sur le passage. S'offrant une finale de coupe d'Europe. Passant de la 12e à la 7e place du Top 14 pour croire à une qualification à la phase finale. Ça passera par un succès dimanche (17h) dans un derby forcément brûlant. Extraits de la longue interview qu'il a accordée au Figaro. En voulez-vous à votre président, Thomas Savare ? Non. Tu ne peux pas en vouloir à un président qui a sauvé le club en 2011, a injecté personnellement 40 millions d'euros dans le club pour le faire vivre. On a vécu de belles choses avec lui, on a été champion de France… Après, et je lui ai dit, je lui reproche d'avoir fait ça de manière aussi brutale. Il y avait d'autres solutions. Dont celle d'un repreneur. Espérez-vous une bonne nouvelle la semaine prochaine ? Je pense que oui, il y aura forcément un repreneur. Quand je vois que des anciens joueurs essaient de trouver de l'argent pour essayer de sauver le club, ça montre encore une fois que c'est un club atypique, une grande famille. Après, il faudrait vite savoir car beaucoup de joueurs s'en vont et le recrutement est pauvre pour l'instant. Le repreneur devra reconstituer une équipe. Je fais confiance à ceux qui sont prêts à mettre de l'argent dans ce club pour le faire vivre. Sur le terrain, les joueurs font en tout cas le maximum pour séduire un repreneur… (Enthousiaste) Il ne peut pas exister une plus belle com' que ce que nous sommes en train d'accomplir en ce moment ! Si j'étais repreneur et que je voyais ce qu'on donne sur le terrain, l'ambiance de fou qui règne de nouveau dans les tribunes, je me dirais qu'il y a des trucs à faire ici. Un entretien à retrouver en intégralité ici.
>> Lire la suite

Italie: le Parti démocrate élit son chef, Renzi en pole position (dim., 30 avril 2017)
L'ex-premier ministre italien Matteo Renzi est bien placé pour reprendre la tête du Parti démocrate (PD, centre-gauche) lors d'un scrutin populaire dimanche et retrouver une position de premier plan sur la scène politique nationale. Agé de 42 ans, Renzi avait démissionné de son poste de chef du gouvernement en décembre, après le non massif des Italiens à un référendum constitutionnel dont il avait fait son principal cheval de bataille. Dans la foulée, et face à la contestation de l'aile gauche de son parti, il avait aussi quitté mi-février la tête du PD, avec l'objectif d'obtenir une nouvelle légitimité dans un nouveau scrutin. Il affronte pour cela deux autres candidats considérés comme plus à gauche que lui: Andrea Orlando, actuel ministre de la Justice, et Michele Emiliano, gouverneur de la région des Pouilles (sud). Les bureaux de vote, essentiellement des stands dans la rue, seront ouverts de 08h00 (06h00 GMT) à 20h00 (18h00 GMT), pour un scrutin très large. Tous les Italiens âgés de plus de 16 ans, les citoyens de l'Union européenne résidents en Italie et les étrangers hors-UE disposant d'un titre de séjour en règle peuvent voter, à la simple condition de verser une contribution minimum de deux euros. Enjeu: la participation  Dans ce cadre, les récents sondages sont délicats, mais dans une première phase interne du scrutin, M. Renzi avait recueilli 66,7% des voix des adhérents, contre 25,3% pour M. Orlando et 8% pour M. Emiliano. Le véritable enjeu est plutôt la participation. "Plus qu'une compétition, nous sommes face à la légitimation, à une sorte de couronnement de Renzi en tant que leader du PD. On peut attendre un grand succès de Renzi, mais avec une participation faible des électeurs. Le peuple de gauche ne semble pas mobilisé", explique Lorenzo De Sio, professeur de sociologie politique à l'université Luiss à Rome. "Si la participation est autour du million de personnes ou inférieure, la légitimation de Renzi ne sera pas forte, si elle est entre 1,5 et 2 millions, il en sortira plus fort", ajoute-t-il. Le vainqueur du scrutin mènera le PD lors des prochaines élections législatives, prévues au printemps 2018, à moins que les parlementaires ne s'accordent plus tôt sur une réforme électorale en vue d'élections anticipées. Quelle coalition ?  Pour l'instant, la loi prévoit un scrutin proportionnel à un tour pour les deux chambres, mais avec une forte prime majoritaire à la Chambre des députés si un parti atteint 40% des voix, une disparité que le président de la République, Sergio Mattarella, veut voir résolue avant le vote. Lors de l'unique débat télévisé qu'il a accepté avec ses deux concurrents mercredi soir,  Renzi a affirmé qu'il ferait "tout pour restituer énergie, élan et vigueur au pays", fustigeant "l'immobilisme qui semble avoir bloqué la vie politique et institutionnelle" du pays depuis la gifle du référendum. Outre les différences de personnalités, Orlando et Emiliano se montrant en général plus sobres que le bouillonnant Renzi, le débat a mis en évidence des différences touchant essentiellement à la politique nationale. Contrairement à ses adversaires, Renzi est opposé à la mise en place d'un impôt sur les grandes fortunes. Et si le scrutin proportionnel exige à nouveau de former une coalition après les prochaines législatives, Orlando et Emiliano souhaiteraient gouverner avec l'ancienne aile gauche ayant fait sécession, ou avec d'autres partis de gauche, tandis que M. Renzi n'exclut pas une alliance avec le centre-droit de Silvio Berlusconi.
>> Lire la suite

MÉTÉO - 23 départements en alerte orange (dim., 30 avril 2017)
Ce dimanche, une dépression se creuse au large de l’Irlande avant de descendre vers les côtes de la Manche en soirée et dans la nuit de dimanche à lundi. La perturbation provoque un bref épisode de fortes pluies orageuses accompagnées de puissantes rafales de vent du sud-ouest au centre-Est. La Chaine Météo* place 23 départements en alerte orange:  ALLIER (03), ARDÈCHE (07), ARIÈGE (09), AUDE (11), AVEYRON (12), CANTAL (15), CORRÈZE (19), CREUSE (23), DORDOGNE (24), GARD (30), HAUTE-GARONNE (31), GERS (32), HÉRAULT (34), HAUTE-LOIRE (43), LOT (46), LOT-ET-GARONNE (47), LOZÈRE (48), PUY-DE-DÔME (63), PYRÉNÉES-ATLANTIQUES (64), HAUTES-PYRÉNÉES (65), TARN (81), TARN-ET-GARONNE (82), HAUTE-VIENNE (87). Dans l'après-midi,  les pluies orageuses arrivées par l’Atlantique se renforcent de l’Aquitaine au Limousin en s'accompagnant de puissantes rafales de vent jusqu'à 90-100 km/h le long du littoral. En soirée, ces pluies orageuses parfois mêlées de grêle et de puissantes rafales  de vent s’étirent des Pyrénées à l’Auvergne jusqu’au Berry et au val de Loire. Les pluies orageuses se renforcent sur le haut-Languedoc et les Cévennes. L’arrivée de ces fortes pluies est précédée de puissants vent sud à 80-100 km/h entre les monts du Vivarais, le massif du Pilat, la région stéphanoise et les monts du Lyonnais. Dans la nuit de dimanche à lundi, ces fortes pluies orageuses atteignent l’est du Rhône et de la Saône. Entre la basse vallée du Rhône, les préAlpes du sud et la Provence, orages et vents forts balaient rapidement ces secteurs. Lundi matin, des orages éclatent en côte d’Azur et il neige abondamment dans les Alpes dès 700 mètres, avec du blizzard en altitude. On attend 20 cm de neige vers 1300 mètres. * La Chaîne Météo est une société du groupe Figaro
>> Lire la suite

61 associations et ONG appellent les électeurs à "protéger les valeurs" de la République (dim., 30 avril 2017)
"Ne restons pas spectateurs, protégeons nos valeurs", exhortent 61 associations et ONG dans un appel aux électeurs à se mobiliser "face à celles et ceux qui prônent le rejet de l'autre et le repli sur soi", publié par le Journal du dimanche. "A la veille de cette élection aux enjeux majeurs, nous, organisations de la société civile, souhaitons lancer un cri d'alarme pour défendre les valeurs qui nous animent et qui constituent le socle de la société dans laquelle nous voulons vivre", écrivent ces associations, sans jamais citer la candidate FN Marine Le Pen, qui affrontera Emmanuel Macron (En Marche!) au second tour de la présidentielle. "Ces valeurs sont celles de notre devise nationale: la liberté - de critiquer, de manifester, de penser autrement, de proposer des alternatives - ; l'égalité - bien réelle entre toutes et tous, face à l'emploi, aux aides sociales, à l'accès aux soins et au socle de droits -; et la fraternité - c'est-à-dire la générosité et l'humanité envers tous comme le respect de notre environnement partagé", poursuivent les signataires, parmi lesquels la Fondation Abbé Pierre, Aides, Planning familial, France Terre d'Asile ou encore SOS Racisme. "Avec l'expérience des dernières décennies, la tentation est forte de considérer que nos combats ne se gagneront pas par le vote, qu'il n'y a pas grand-chose à attendre de ce qui sortira des urnes. Pourtant, si le meilleur n'est pas forcément garanti, le pire reste malheureusement possible", préviennent ces associations et ONG, dont les actions vont de l'aide aux plus démunis ou aux migrants à la défense de l'environnement, en passant par le féminisme. Et d'insister: "Le pire, ce sont nos valeurs mises à sac. Le pire, c'est une remise en cause des droits qui ne seraient pas les mêmes pour tou(te)s, de la solidarité qui ne s'appliquerait pas à tout le monde et, pour garantir notre sécurité, le renoncement à nos libertés et l'affaiblissement de notre démocratie". "Nous ne pouvons pas rester spectateurs", concluent-elles. "Mobilisons-nous face à celles et ceux qui prônent le rejet de l'autre et le repli sur soi".
>> Lire la suite

"L'élection n'est pas pliée", prévient Robert Badinter (dim., 30 avril 2017)
L'ex-garde des Sceaux socialiste Robert Badinter met en garde contre le danger Marine Le Pen et pense que l'élection présidentielle n'est pas "pliée", dans un entretien au Journal du Dimanche. "Je ne ressens pas le même optimisme que nombre de mes amis. Non, l'élection présidentielle n'est pas 'pliée' et la défaite de Mme Le Pen n'est pas acquise", prévient Badinter. Et d'expliquer : "le résultat peut dépendre du taux d'abstention au second tour, notamment à gauche. Il suffit qu'une proportion élevée des électeurs s'abstienne de voter pour M. Macron, et Mme Le Pen peut l'emporter". Au coeur du projet de Marine Le Pen "s'inscrit le rejet, voire la disparition de l'Union européenne dont la France est fondatrice et qui assure à tous les peuples européens la paix, la liberté et, en dépit des crises, le progrès et la stabilité économique", met en garde Badinter. "Mme Le Pen et ses partisans nous proposent d'avancer, mais à reculons, en tournant le dos à l'avenir", déplore-t-il. Parmi les "propositions critiquables" du Front national, celle que Badinter considère comme "la plus dangereuse" est "l'instauration d'un principe constitutionnel de 'préférence nationale '." "Elle ouvrirait la voie à des mesures humainement détestables, qu'il s'agisse notamment de l'école, des services de santé, des logements sociaux ou de l'emploi. Ce n'est pas en ajoutant la misère à la défiance que l'on pourra intégrer les étrangers établis légalement sur notre sol", s'emporte-t-il. Robert Badinter ne pense pas que le Front national a "changé de nature", "il a seulement changé de look". Il "regrette" le choix de Jean-Luc Mélenchon de ne pas appeler à voter contre Marine Le Pen. "S'abstenir aujourd'hui, c'est favoriser l'élection de Mme Le Pen. Si c'est un choix tactique, c'est une erreur politique. Si c'est l'expression d'une conviction, c'est plus grave encore", lance-t-il. Concernant la situation du Parti socialiste, l'ex-garde des Sceaux estime que "ce n'est pas la première grande défaite" que connaît le PS. "Le résultat du premier tour ne signifie pas la disparition du mouvement socialiste français. Mais il ouvre une période de remise en question de son programme et de son organisation. Ce sera difficile, mais le mouvement socialiste, cette conjonction des libertés et de la justice sociale, ne peut pas disparaître de la scène politique".
>> Lire la suite

Enlèvement d'un jeune homme en Guadeloupe: trois hommes écroués (dim., 30 avril 2017)
Trois hommes ont été mis en examen et placés en détention provisoire dans l'enquête sur l'enlèvement d'un jeune homme, à Pointe-à-Pitre, le 8 mars, a-t-on appris hier auprès du parquet de Pointe-à-Pitre. Ils ont été mis en examen pour "séquestration, enlèvement et tentative de meurtre en bande organisée", a indiqué Xavier Bonhomme, procureur de la République de Pointe-à-Pitre, confirmant une information de Radio Caraïbes International (RCI). Les suspects, "connus pour avoir déjà été condamnées à plusieurs reprises pour des faits de droit communs", sont âgées d'une "vingtaine d'années, 30 ans et 35 à 40 ans". Ils sont originaires de Saint-Martin, Pointe-à-Pitre et Saint-Domingue. La victime, âgée de 29 ans, n'a toujours pas été retrouvée, les investigations se poursuivent. Peu après les faits, une source proche de l'enquête indiquait que le jeune homme, au "passé judiciaire chargé", avait été "emmené de force, sous la menace", par "trois individus en voiture", alors qu'il se trouvait dans sa voiture avec une femme, à Pointe-à-Pitre. "Un coup de feu" avait été tiré "côté conducteur" et la jeune femme avait été légèrement blessée par balle; D'après RCI, "le mobile de cet enlèvement serait lié à des affaires de stupéfiants" et les personnes interpellées "auraient livré la victime à des individus à bord d'un fourgon".
>> Lire la suite

Trump invite le président philippin Duterte à Washington (dim., 30 avril 2017)
Le président Donald Trump a invité hier le président philippin Rodrigo Duterte à se rendre à Washington, lors d'une conversation téléphonique dans laquelle ils ont parlé de la crise nord-coréenne, a annoncé la Maison-Blanche. "Cela a été une conversation très amicale au cours de laquelle les deux dirigeants ont discuté des préoccupations de l'Association des nations d'Asie du sud-est (Asean) dans le domaine de la sécurité régionale, en particulier de la menace posée par la Corée du Nord", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué. La Corée du Nord a procédé samedi à un tir de missile balistique, tir qui a échoué mais a suscité de nombreuses condamnations internationales. Les Etats-Unis venaient de lancer à l'ONU un appel solennel à contrecarrer la "menace nucléaire" de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales. Trump et Duterte ont aussi "discuté du fait que le gouvernement philippin lutte très fortement pour débarrasser son pays de la drogue, un fléau qui affecte de nombreux pays à travers le monde", poursuit le communiqué de la Maison-Blanche. Duterte a déclenché aux Philippines une guerre contre la drogue qui a fait des milliers de morts et dont la violence est critiquée par Amnesty International et d'autres groupes de défense des droits de l'homme. Le président philippin a réclamé samedi aux dirigeants de l'Asean, réunis à Manille, une réponse unitaire pour lutter contre le trafic de drogue, afin de le détruire "avant qu'il ne détruise nos sociétés". Trump "a apprécié la conversation" qu'il a eue avec Duterte et se réjouit d'assister au sommet Etats-Unis-Asean et au sommet de l'Asie orientale qui se tiennent tous les deux aux Philippines en novembre, a indiqué la présidence américaine. Le vice-président Mike Pence avait annoncé en avril que Trump participerait à ces sommets pour manifester l'"engagement inébranlable" des Etats-Unis dans la région.
>> Lire la suite

Venezuela: Capriles écarte une reprise du dialogue (dim., 30 avril 2017)
Henrique Capriles, l'un des principaux dirigeants de l'opposition vénézuélienne, a écarté hier l'idée de reprendre le dialogue avec le gouvernement, et ce malgré l'offre de services du pape François. Interrogé à bord de l'avion qui le ramenait d'une visite de 48 heures en Egypte, le pape s'était déclaré disposé à jouer le rôle de "facilitateur" face à la crise politique entre le président vénézuélien Nicolas Maduro et son gouvernement d'un côté, l'opposition de l'autre, mais ce "avec des conditions claires". Sans préciser ces conditions, le pape avait reproché à l'opposition d'être "divisée" sur cette possibilité de reprendre les négociations avec le gouvernement chaviste, du nom du défunt président vénézuélien Hugo Chavez, au pouvoir de 1999 à 2013. "Ce n'est pas vrai (que l'opposition est divisée). (Le pape) parle comme si certains voulaient dialoguer et d'autres non. Nous les Vénézuéliens, nous voulons tous dialoguer, mais nous ne sommes pas disposés à un dialogue version Zapatero", a répondu Capriles, ancien candidat à l'élection présidentielle de 2013, parlant à la presse lors d'une cérémonie en souvenir des personnes tuées lors des manifestations d'avril. Capriles faisait ici référence à l'ancien Premier ministre espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, à la tête de la mission de l'Union sud-américaine des Nations (Unasur) qui avait accompagné cette tentative de dialogue politique entre pouvoir et opposition initiée en octobre sous l'égide du Saint Siège. A diverses reprises, Capriles avait accusé Zapatero de "blanchir" le président Nicolas Maduro via un faux dialogue, qui avait finalement pris fin en décembre lorsque l'opposition avait accusé le gouvernement de violer ses engagements sur l'instauration d'un calendrier électoral et la libération des prisonniers politiques. "Il est important que le pape sache que depuis l'auto-coup d'Etat du gouvernement (...), plus de 30 Vénézuéliens ont été assassinés, des centaines blessés, et que plus de 1.400 ont été emprisonnés de façon arbitraire", a ajouté Capriles. De son côté le Parquet vénézuélien avait donné le chiffre de 28 morts pour ce mois d'avril, et le gouvernement le chiffre de 29. La vague de manifestations qui a commencé le 1er avril a été suscitée par la décision de la Cour suprême de s'arroger les pouvoirs du Parlement, seule institution vénézuélienne contrôlée par l'opposition. La Cour suprême avait dû revenir sur cette mesure, qualifiée de "coup d'Etat" par l'opposition, devant la vaste réprobation internationale qu'elle avait provoquée.
>> Lire la suite

Cinq morts après le passage de tornades au Texas (dim., 30 avril 2017)
Le centre des Etats-Unis est actuellement battu par de fortes pluies et des vents violents. Au moins trois tornades ont été confirmées par les services météorologiques à Canton, à une centaine de km à l'est de Dallas, où une cinquantaine de personnes ont été blessées. D'après les médias locaux, dont l'antenne de CBS News à Dallas-Fort Worth, cinq personnes y ont été tuées. Des photos et des vidéos diffusées en ligne montrent des voitures renversées et des maisons presque complètement détruites. Des inondations sont à redouter après les pluies torrentielles qui ont débuté vendredi. Les gouverneurs du Missouri et de l'Oklahoma ont déclaré l'état d'urgence samedi dans leur Etat en raison d'inondations.
>> Lire la suite

Borloo s'engage "à fond" et veut "aider" Macron (dim., 30 avril 2017)
L'ancien ministre et ancien dirigeant centriste Jean-Louis Borloo s'engage "à fond" derrière Emmanuel Macron, qu'il veut "aider" car c'est "le seul catalyseur du choix de l'avenir", annonce-t-il dans un entretien au Journal du dimanche. "Je m'engage à fond. Je veux aider Emmanuel Macron", déclare Borloo, "en retrait total de la vie politique" depuis trois ans. L'ancien ministre se dit "prêt à (s)e retrousser les manches deux ou trois ans pour donner un coup de main" au candidat d'En Marche!. "Je me suis tu jusqu'à présent, aujourd'hui j'ai décidé de parler car la situation est grave et le vote de dimanche engagera les Français sur un chemin irréversible pour une génération", poursuit Borloo. "J'ai longuement réfléchi et je fais le pari d'Emmanuel Macron", renchérit l'ancien président de l'Union des démocrates et indépendants, en affirmant n'être "candidat à rien". "Je ne suis pas en train de passer un entretien d'embauche. Je parle aux Français", insiste-t-il. Pour ce centriste, Macron représente "le pari de l'audace, de la modernité, du renouvellement, et de l'action positive". "Emmanuel Macron entend fédérer les forces vives, se moderniser, faire évoluer le projet européen quand Marine Le Pen, elle, veut diviser, se barricader derrière une ligne Maginot, se séparer de nos voisins européens, sortir d'une monnaie stable et protectrice et proposer un projet économique digne du Parti communiste des années 1960. Le seul catalyseur du choix de l'avenir, c'est Emmanuel", vante encore Borloo. Il voit dans le candidat d'En Marche! "quelqu'un qui rassemble, qui défend un monde ouvert et solidaire, qui est transgressif, déterminé et courageux".
>> Lire la suite

"Nous aurons une monnaie nationale", assure Marine Le Pen (dim., 30 avril 2017)
Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, assure que la France aura "une monnaie nationale" si elle est élue présidente de la République, dans un entretien au Parisien Dimanche. "Nous aurons une monnaie nationale comme tous les autres pays et nous aurons ensemble une monnaie commune. Voilà, c'est aussi simple que ça (...) Moi, je pense que l'euro est mort", annonce-t-elle. "Il faut maîtriser la monnaie et l'adapter à l'économie parce qu'aujourd'hui la monnaie unique est un boulet. Elle est en grande partie responsable du chômage de masse", estime-t-elle. "Je vais demander (à l'UE) de pouvoir maîtriser notre monnaie. Cela veut dire transformer l'euro monnaie unique en un euro monnaie commune. Monnaie qui ne concernera pas les achats quotidiens mais uniquement les grandes entreprises qui font du commerce international", explique Le Pen. La candidate du FN qui affirme au quotidien n'avoir "jamais dit que la France" sortira de l'euro, a régulièrement répété que, dès son élection, si elle remportait la présidentielle, elle entamerait une négociation avec l'UE pour "restituer au peuple français sa souveraineté monétaire, législative, territoriale, économique". À l'issue de cette négociation, elle prévoyait un référendum sur l'appartenance à l'UE. "Je vais mener ces négociations avec nos partenaires européens, parce que je sais que beaucoup partagent ce souhait de voir revenir au sein de leurs nations respectives ces éléments de souveraineté. Et je confierai aux Français le soin de décider de l'issue de ces négociations". A la question: "Quelle est votre arme pour convaincre vos partenaires?",  Le Pen répond: "Le référendum. L'Union européenne s'est fourvoyée dans une vision radicale où elle a décidé de ne pas tenir compte de l'avis des peuples et de mettre en oeuvre l'Europe à la schlague. Ce n'est plus admis par notre peuple. Il y aura donc derrière cette négociation le peuple français." Et si les Français répondent non au référendum, "je considérerai que je ne suis pas en capacité de rester en situation". Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, a affirmé samedi à Paris que la négociation souhaitée par le FN sur l'Union européenne et l'euro en cas d'accession à l'Élysée de Marine Le Pen commencerait en 2018 et prendrait "plusieurs mois", voire "plusieurs années". LIRE AUSSI: Si Marine Le Pen est élue présidente, Nicolas Dupont-Aignan sera son premier ministre
>> Lire la suite

Huit soldats cubains tués dans le crash d'un avion (sam., 29 avril 2017)
Huit militaires cubains ont été tués samedi lors du crash accidentel d'un avion de fabrication russe dans la région montagneuse d'Artemisia (ouest), a indiqué le ministère des Armées. "Les huit militaires à bord ont été tués, dont les membres d'équipage", a précisé le ministère, ajoutant qu'une enquête avait été ouverte pour déterminer les "causes de l'accident". L'avion de modèle AN-26 avait quitté dans la matinée avec les huit militaires à bord l'aéroport de Playa de Baracoa, dans la région d'Artemisia, avant de s'écraser dans une zone montagneuse à 90 km de La Havane.
>> Lire la suite

Top 14 : Tranquille à Bordeaux, Toulon assure sa place en barrages (sam., 29 avril 2017)
Pas de problème pour Toulon. Le RCT s'est en effet tranquillement imposé sur le terrain de Bordeaux-Bègles ce samedi, pour le compte de la 25e journée du Top 14 (13-26). Avec cette victoire, Toulon est assuré de disputer les barrages. C'est désormais quasi mission impossible pour l'UBB, qui pourrait être hors-course après le derby parisien dimanche. Résultats de la 25e journée : Samedi  Castres-Toulouse 52-7 Pau-Brive 32-27 Bayonne-Grenoble 43-35 Lyon-Clermont 20-23 Bordeaux-Bègles-Toulon 13-26 Dimanche  La Rochelle-Montpellier  Stade Français-Racing 92
>> Lire la suite

Vaste marche pour le climat à Washington (sam., 29 avril 2017)
Des dizaines de milliers d'Américains ont défilé ce samedi du Capitole à la Maison-Blanche pour marquer l'importance de la lutte contre le réchauffement climatique et dénoncer les retours en arrière du président Donald Trump sur la question.
>> Lire la suite

Dany Boon appelle à voter Emmanuel Macron (sam., 29 avril 2017)
Le comédien et réalisateur Dany Boon, né dans une famille "modeste" qui lui a appris "la tolérance", a appelé samedi soir à voter Emmanuel Macron, soulignant que "jamais un pays d'extrême droite n'a réglé les problèmes". "Je suis né dans une famille modeste du Nord de la France, d'une mère Ch'ti et d'un père Kabyle qui m'ont appris la tolérance, le respect et le souci de l'autre", écrit-il sur Facebook. "Je suis fier d'être Français. Je voyage dans le monde entier avec mes films pour faire rire et émouvoir. Je suis imposé à 51% d'impôts dont 30% en France. J'en suis très heureux". "Nous avons créé avec Pathé le Ch'ti Fond qui reverse la totalité des droits sur les produits dérivés de mes films, soit à ce jour plus de 2,5 M d'euros pour aider des associations et des gens dans le besoin dans le Nord et en France sans distinction de race, de citoyenneté, d'origine ou de religion", ajoute-t-il sur sa page, qui compte près d'un million de fans (983.500). "Je n'ai de leçon à donner à personne mais franchement jamais dans aucun pays un parti d'extrême droite n'a réglé les problèmes en imposant une préférence nationale, au contraire. Prouvons au monde entier et à nous-mêmes que nous sommes toujours le pays de la liberté de l'égalité et surtout de la fraternité. Votons Emmanuel Macron!", conclut l'humoriste. 
>> Lire la suite

Irak: un militaire américain tué (sam., 29 avril 2017)
Un militaire américain a été tué samedi dans une explosion près de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, a annoncé ce samedi le commandement des forces américaines au Moyen-Orient. Il s'agit du 7e militaire américain tué en Irak en 2017, selon le site iCasualties.org, qui recense les blessés et les morts de la coalition dans ce pays. "Un soldat américain est mort des suites des blessures contractées lors de l'explosion d'un engin à l'extérieur de Mossoul, le 29 avril", a annoncé le Centcom sans plus de précision sur l'endroit ou le contexte des faits. Les forces américaines jouent principalement un rôle de conseil auprès des forces armées locales qu'ils soutiennent dans le cadre de la lutte antijihadiste contre le groupe Etat islamique. Ces forces ont lancé une vaste offensive pour reprendre la totalité de Mossoul, dernier grand fief de l'EI où quelque 400.000 civils seraient pris au piège. LIRE AUSSI : » Mossoul : des civils piégés et exécutés par l'État islamique
>> Lire la suite

Colombie: vingt morts dans un effondrement (sam., 29 avril 2017)
Au moins 20 personnes sont mortes après l'effondrement d'un immeuble en construction dans le nord de la Colombie, ont annoncé samedi les autorités locales. Un précédent bilan faisait état d'au moins 17 morts. Jusqu'à présent, les secouristes sont parvenus à dégager 41 personnes des décombres du bâtiment situé à Carthagène-des-Indes. L'accident, qui s'est produit jeudi, a également fait au moins 23 blessés, dont 16 sont hospitalisés, selon la mairie de cette ville de la côte caribéenne. Selon le maire Manolo Duque, les exploitants avaient un "faux permis de construire". Le parquet a ordonné l'ouverture d'une enquête vendredi pour déterminer les causes de l'effondrement de cette structure de six étages, dont les deux premiers étaient habités, a indiqué à l'AFP le chef des secours de la Croix-Rouge colombienne, César Uruena.
>> Lire la suite

Policiers blessés à La Réunion: le suspect toujours en garde à vue (sam., 29 avril 2017)
L'homme de 22 ans soupçonné de radicalisation qui a tiré sur des policiers venus l'interpeller jeudi, à La Réunion, se trouvait toujours en garde à vue ce samedi soir avec sa mère, a indiqué une source judiciaire à Paris. Cette garde à vue, qui a été prolongée samedi, peut se terminer en théorie mardi, au bout de 96 heures, car le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête. Les policiers étaient venus interpeller le suspect jeudi à l'aube, dans l'appartement où il vivait à Saint-Benoît de La Réunion, pour apologie du terrorisme. L'homme avait été signalé via la plate-forme spécialisée Pharos, pour des propos pro-jihad sur internet, avait expliqué jeudi une source proche de l'enquête. Selon la préfecture de l'île, "l'homme a refusé de se rendre et a tiré au fusil de chasse sur les forces de l'ordre". Deux policiers et l'assaillant ont été blessés, sans que leurs jours soient en danger. "De nombreuses armes et divers éléments permettant la confection de cocktails Molotov ont été saisis" dans l'appartement où l'homme vivait avec sa mère, ont affirmé dans un communiqué commun les ministres de l'Intérieur Matthias Fekl et des Outre-mer Erika Bareigts. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête pour tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle. Les investigations sont confiées à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), la Sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire et la sûreté départementale de La Réunion. L'agresseur s'était converti récemment à l'islam, selon la préfecture. La garde à vue de sa mère a également été prolongée samedi, a indiqué la source judiciaire. En revanche, deux autres personnes dans son entourage ont été remises en liberté. Une filière jihadiste, la première en outre-mer, avait été démantelée à La Réunion en juin 2015. La filière était dirigée un prédicateur salafiste présumé de 21 ans surnommé "l'Égyptien". Il a été interpellé en juin 2015 et transféré à Paris, où il a été mis en examen et incarcéré. Selon les chiffres de la préfecture de La Réunion, une centaine de personnes soupçonnées de radicalisation est recensée dans l'île. LIRE AUSSI : » La Réunion : deux policiers blessés par un jeune soupçonné de radicalisation
>> Lire la suite

Bundesliga : Le Bayern déroule à Wolfsburg et décroche le titre de champion (sam., 29 avril 2017)
Et de 27 pour le Bayern ! Grâce au nul de leurs dauphins de Leipzig contre Ingolstadt plus tôt dans l'après-midi (0-0) et à leur victoire sur le terrain de Wolfsburg (0-6), les Bavarois sont une nouvelle fois sacrés champions d'Allemagne. Le 27e sacre du club de Munich, le cinquième d'affilée (2013 à 2017). «Nous n'allons leur faire aucun cadeau, nous allons nous battre pour chaque mètre de terrain et tout faire pour marquer des points», avait promis l'entraîneur de Wolfsburg Andries Jonker. Mais ses joueurs n'ont finalement rien pu faire face à ceux de Carlo Ancelotti, qui l'ont emporté grâce à des buts signés David Alaba, Arjen Robben, Thomas Muller, Joshua Kimmich et un doublé de Robert Lewandowski. A noter le carton rouge de Luiz Gustavo en fin de partie. Le Bayern compte dans ses rangs deux Français, Kingsley Coman, titulaire ce samedi, et Franck Ribéry, qui n'est pas entré en jeu sur la pelouse de Wolfsburg. Résultats de la 31e journée :  Vendredi Leverkusen-Schalke 04 1-4 Samedi  Borussia Dortmund-Cologne 0-0 Darmstadt-Fribourg 3-0  Mayence-Borussia Moenchengladbach 1-2 RB Leipzig-Ingolstadt 0-0 Werder Breme-Hertha Berlin 2-0 Wolfsburg-Bayern Munich 0-6 Dimanche  Augsbourg-Hambourg Hoffenheim-Francfort
>> Lire la suite

Top 14 : l'équipe bis de Clermont fait un gros coup à Lyon (sam., 29 avril 2017)
Ils se présentaient pourtant à Lyon avec une équipe largement remaniée, mais les Clermontois l'ont emporté quand même ce samedi, lors de la 25e journée du Top 14 (20-23). Le LOU, qui prend le point de bonus défensif, voit ses rêves de phases finales s'éloigner… Clermont peut continuer à viser la deuxième place et l'accession directe aux demi-finales. A noter les victoires de Bayonne et Pau dans le même temps. Résultats de la 25e journée : Samedi  Castres-Toulouse 52-7 Pau-Brive 32-27 Bayonne-Grenoble 43-35 Lyon-Clermont 20-23 Bordeaux-Bègles-Toulon Dimanche  La Rochelle-Montpellier  Stade Français-Racing 92
>> Lire la suite

Manifestations anti-Poutine en Russie (sam., 29 avril 2017)
Des centaines de Russes ont manifesté ce samedi contre un éventuel nouveau mandat du président Vladimir Poutine, bravant l'interdiction des autorités dans plusieurs villes de Russie, dont Saint-Pétersbourg, où la police a arrêté une centaine de personnes. Réunis sous le slogan "Nadoïel" (Nous en avons assez de lui) faisant référence au président russe, les manifestants ont répondu à l'appel du mouvement Open Russia, fondé par l'opposant russe en exil et ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski. À Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie, plus de 110 manifestants ont été arrêtés, selon l'organisation OVD-Info, spécialisée dans la surveillance des manifestations, qui avait estimé dans un précédent décompte que 120 personnes avaient été arrêtées. "Les policiers ont mis fin aux actions (...) de 100 personnes qui persistaient à troubler l'ordre public", a déclaré de son côté la police de Saint-Pétersbourg, sans préciser si cela signifiait qu'elles avaient été arrêtées. Selon une journaliste de l'AFP sur place, plus de 200 personnes s'étaient réunies dans le centre de l'ancienne cité impériale, malgré l'interdiction des autorités locales. "Poutine est un usurpateur. Il faut qu'il parte définitivement. Nous en avons assez de lui!" a déclaré à l'AFP un manifestant, Anton Danilov, 35 ans. "Tout va mal. L'éducation, la santé, tout a été détruit et je veux que cela change", a affirmé une autre manifestante, Galina Abramova, 57 ans. À Moscou, plus de 200 personnes ont marché dans le calme jusqu'aux bâtiments de l'administration présidentielle, dans le centre de la capitale, afin d'y remettre des pétitions, selon des journalistes de l'AFP sur place. Aucune infraction à la loi n'a eu lieu, a affirmé dans un communiqué le ministère de l'Intérieur, qui a estimé à environ 250 le nombre de manifestants. "Notre principal problème, c'est que nous n'arrivons pas à changer les personnes au pouvoir", a estimé Anna Bazarova, 16 ans. "Je ne veux pas que Poutine participe aux prochaines élections", a déclaré la lycéenne. Le président russe n'a ni confirmé ni infirmé sa participation à l'élection présidentielle prévue en mars 2018. S'il présente sa candidature, Vladimir Poutine briguera alors son 4e mandat. Alors que des policiers rappelaient dans des hauts-parleurs que la manifestation "n'a pas été autorisée", l'un des organisateurs, Iakov Iermakov, tendait des formulaires aux manifestants pour qu'ils déposent leurs pétitions auprès de l'administration présidentielle. "Notre président est au pouvoir depuis 17 ans. Nous pensons que c'est trop long. Notre pays ne se développe pas!" a dénoncé M. Iermakov. L'appel à manifester d'Open Russia a été suivi dans d'autres villes de Russie, dont Toula, à 200 km au sud de Moscou, où près 20 personnes ont été arrêtées, selon OVD-Info. Seize personnes ont aussi été arrêtées à Kérémovo, en Sibérie, d'après la même source. Plus d'un millier de personnes avaient été arrêtées le 26 mars à Moscou lors de rassemblements de l'opposition pour la plupart interdits par les autorités, qui avaient réuni des dizaines de milliers de personnes à travers le pays. Une semaine après, le 2 avril, la police russe avait aussi arrêté plusieurs dizaines de manifestants d'opposition ayant à nouveau tenté de manifester à Moscou. LIRE AUSSI :  » Navalny condamné après les manifestations monstres en Russie
>> Lire la suite

Oise: accusés d'avoir torturé un étudiant, quatre hommes incarcérés (sam., 29 avril 2017)
Quatre jeunes hommes, dont deux mineurs, ont été écroués après avoir été mis en examen pour tentative d'assassinat et séquestration accompagnée d'actes de torture sur un étudiant parisien qu'ils ont laissé "entre la vie et la mort" dans un bois à Boran-sur-Oise (Oise), selon une source judiciaire samedi. Mercredi matin, un jeune homme entièrement nu, en état d'hypothermie et très grièvement blessé, était retrouvé dans une zone boisée de Boran-sur-Oise, près de Chantilly. "Son état laissait penser qu'il avait fait l'objet non seulement de violences mais également d'actes de torture", a indiqué la procureur de la République de Senlis Amélie Cladière dans un communiqué, précisant que la victime a été hospitalisée. Après une enquête menée par des gendarmes aidés par des policiers de Paris, quatre personnes étaient interpellées mercredi matin, deux hommes âgés de 23 ans originaires de Méru (Oise) et Beauvais ainsi que deux mineurs âgés de 15 et 17 ans, venant de Persan (Val-d'Oise). Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime, étudiant à Paris, âgé de 25 ans et originaire des Yvelines, était montée au retour d'une soirée dans une voiture occupée par les quatre mis en cause qui avaient proposé de le raccompagner à son domicile parisien. Mais ils se sont finalement emparés de ses biens et ont vainement tenté d'obtenir le numéro de sa carte de crédit, "s'acharnant sur la victime", a indiqué le parquet. "Trois des quatre mis en cause ont reconnu les faits, et notamment avoir mis des coups de pieds dans la tête de la victime, l'avoir traînée sur le sol et déshabillée, avoir tenté de lui crever les yeux avec une clé, lui avoir brûlé les sourcils et d'autres parties du corps avec un briquet", a indiqué le parquet. Les suspects ont ensuite "tenté des violences de nature sexuelle, le laissant nu, entre la vie et la mort, dans les bois, et prenant soin de jeter ses papiers personnels et de revendre notamment son téléphone portable", a précisé le parquet de Senlis. Les quatre coupables présumés ont été présentés vendredi à un juge d'instruction et ont été mis en examen notamment pour "tentative d'assassinat", "vol accompagné d'actes de tortures et de barbarie" et "détention et séquestration accompagnée d'actes de tortures et de barbarie". Ils ont été ensuite placés en détention provisoire. Le parquet de Senlis n'était pas en mesure samedi de donner des nouvelles de l'état de santé de la victime.
>> Lire la suite

Ligue des champions féminine : le PSG en finale (sam., 29 avril 2017)
Après leur victoire au match aller (3-1), les joueuses du PSG ont dominé le FC Barcelone (2-0) au match retour ce samedi et se qualifient pour la finale de la Ligue des Champions à Cardiff, le 1er juin. Après une entame timide, les joueuses de Patrice Lair ont pris le dessus sur les Catalanes. Deux ans après leur finale perdue face à Francfort (1-2), elles auront de nouveau l'occasion de soulever la Coupe aux grandes oreilles. Elles affronteront Lyon ou Manchester City en finale. Les joueurs de l'OL avaient remporté le match aller (3-1).
>> Lire la suite

Turquie: des milliers de fonctionnaires limogés (sam., 29 avril 2017)
Plus de 3900 fonctionnaires, militaires et gendarmes ont été limogés par les autorités turques dans le cadre de la répression menée depuis le coup d'Etat manqué de juillet 2016, a annoncé le gouvernement d'Ankara dans le Journal officiel samedi. » Turquie : Erdogan évoque un référendum sur les négociations d'adhésion à l'Europe Ces nouvelles sanctions concernent notamment 1127 employés du ministère de la Justice, y compris des greffiers et des surveillants de prison, 484 enseignants et 201 membres du ministère des Cultes, ajoute le gouvernement. Environ 120.000 personnes ont déjà été renvoyées tant dans l'administration que dans le secteur privé et plus de 40.000 ont été arrêtées depuis le début de la répression.
>> Lire la suite

Ligue 1 : Monaco s'offre Toulouse et met la pression sur Paris (sam., 29 avril 2017)
Les trois points et un pas de plus vers le titre de champion pour l'AS Monaco. Les joueurs de Leonardo Jardim ont disposé de Toulouse ce samedi, à Louis II, pour le compte de la 35e journée de Ligue 1 (3-1). Les Toulousains ont ouvert le score à la 46e minute par l'intermédiaire d'Ola Toivonen, mais les Monégasques ont renversé la tendance grâce à Kamil Glik, Kylian Mbappé et Thomas Lemar (49e, 64e, 75e). L'ASM, leader, reprend donc trois longueurs d'avance sur son dauphin, le PSG, qui jouera dimanche à Nice (21h), troisième. Rappelons que les joueurs de la Principauté ont un match en retard à disputer. Toulouse est 11e au classement de la Ligue 1.  Résultats de la 35e journée :  Vendredi  Angers-Lyon 1-2 Samedi  Monaco-Toulouse 3-1 Guingamp-Saint-Etienne Metz-Nancy Montpellier-Lille Nantes-Lorient  Bastia-Rennes Dimanche Caen-Marseille Dijon-Bordeaux Nice-PSG
>> Lire la suite

Stuttgart : Mladenovic renverse la revenante Sharapova (sam., 29 avril 2017)
Kristina Mladenovic à un match d'un troisième titre en carrière. La Française a eu raison de la Russe Maria Sharapova ce samedi, en demies du tournoi de Stuttgart. Cette dernière, de retour après plusieurs semaines d'absence suite à une suspension pour dopage, avait pourtant enlevé la première manche (3-6 7-5 6-4). En finale, la Française, sacrée à Taipei en 2012 et Saint-Pétersbourg en début de saison, sera opposée à Simona Halep ou Laura Siegemund. 
>> Lire la suite

Une fillette gravement mordue par son chien (sam., 29 avril 2017)
Une fillette de trois ans a été prise en charge par les secours dans "un état jugé sérieux" après avoir été mordue à plusieurs reprises par le chien de sa famille, samedi matin, aux Plantiers (Gard). L'enfant, dont le pronostic vital n'est pas engagé, souffre "de multiples morsures aux bras et aux jambes", a précisé à l'AFP un pompier. "Un bras est certainement cassé, peut-être même le deuxième, et les plaies sérieuses ont été qualifiées de larges et profondes" par les secouristes, qui sont intervenus vers 11H30 dans ce village des Cévennes, a-t-il ajouté. Transportée au centre hospitalier d'Alès, la victime a été héliportée dans la journée à Montpellier, en raison de fortes douleurs, a déclaré la gendarmerie. La mère de la victime, qui avait dans un premier temps indiqué que l'animal était venu de l'extérieur pour attaquer la fillette alors qu'elle jouait dehors, a reconnu lors de son audition qu'il s'agissait du berger malinois de la famille et qu'elle "l'avait séparé (de sa fille) à coups de bâton", a expliqué à l'AFP le lieutenant-colonel Sébastien Baudoux, commandant en second du groupement de gendarmerie du Gard. Le parquet ayant qualifié l'affaire d'accident domestique et n'ayant pas engagé de poursuites, il reviendra donc au maire de décider si le chien sera euthanasié ou non.
>> Lire la suite

REPORTAGE - Notre envoyé spécial en Corée du Nord raconte qu'à l'heure des pressions américaines, Pyongyang vit dans sa bulle (sam., 29 avril 2017)
En apparence les tensions qui règnent en Asie du Nord-Est et avec Washington épargne la «bulle» de la capitale nord-coréenne. Mais plus que la menace des missiles américains, c'est la Chine, et son bras économique qui inquiète les habitants. Pour lire notre article PREMIUM, cliquez ici. » À l'heure des pressions américaines, Pyongyang vit toujours dans sa bulle
>> Lire la suite

Présidentielle : le point à 18h (sam., 29 avril 2017)
Nous suivons dans le fil politique toute l'actualité de ce week-end d'entre-deux-tours. Voici ci-dessous l'essentiel de ce qu'il faut retenir aujourd'hui :  o Dupont-Aignan, premier ministre de Le Pen si elle est élue La candidate de l'extrême droite a annoncé samedi qu'en cas d'élection à la présidence, elle nommerait Nicolas Dupont-Aignan comme premier ministre, lors d'une conférence de presse commune avec le président de Debout la France qui l'a ralliée la veille. Louant l'ex-candidat souverainiste, «un patriote», pour son soutien, et se disant «fière de cette alliance» pour «défendre main dans la main un projet commun» en vue du second tour, Marine Le Pen a déclaré: «Présidente de la République, je nommerai Nicolas Dupont-Aignan premier ministre de la France». » Si Marine Le Pen est élue présidente, Nicolas Dupont-Aignan sera son premier ministre o Un «accord de gouvernement» signé Dans leur projet d'accord de gouvernement en six points pour une «Alliance patriote et républicaine», Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan affirment que «la transition de la monnaie unique à la monnaie commune européenne n'est pas un préalable à toute politique économique». Le FN en avait toujours fait une condition sine qua non d'une amélioration de la situation économique. Ce texte, qui liste les évolutions programmatiques obtenues lors de discussions entre la candidate du FN et son nouvel allié, ne mentionne pas d'évolution sur la «priorité nationale», mesure cardinale du projet FN. En revanche, Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, a affirmé que la négociation souhaitée par le FN sur l'Union européenne et l'euro commencerait en 2018 et prendrait "plusieurs mois", voire "plusieurs années". o Le soutien de Dupont-Aignan vivement critiqué Le ralliement du président de Debout la France a été dénoncé de toute part. Si le camp frontiste se réjouit de cette alliance, le vice-président du FN Florian Philippot y voyant «un tournant fondamental dans la campage», Emmanuel Macron, a épinglé la «combine» destinée, selon lui, à régler les «problèmes de crédibilité» de la candidate FN et de «financement» de son allié souverainiste. «Ça n'est ni plus ni moins que cela et ce n'est pas grave», a poursuivi le candidat d'En marche !. De son côté, le président du Modem, François Bayrou, a dit ressentir une «immense honte». L'ancien premier ministre Alain Juppé a qualifié ce choix de «trahison». De son côté, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a fustigé «l'honneur perdu de Nicolas Dupont-Aignan».  » Le soutien de Dupont-Aignan à Le Pen vécu comme une «trahison» et une «honte» o Hollande réaffirme son soutien à Macron «Cela ne devrait pas être un sujet de discussion pour les forces républicaines: le 7 mai, on prend le bulletin Macron et on considère que c'est le bulletin qui empêche l'extrême droite», a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse, après le Conseil européen à Bruxelles samedi. Le président de la République a également déclaré qu'il était "convaincu" que le leader d'En marche! "sera un bon partenaire pour l'Allemagne". Le chef de l'État a par ailleurs mis en garde contre "le risque majeur de présence de l'extrême droite" à l'Élysée et accusé le Front national de "masquer son projet" de sortie de l'Union européenne, après le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen. » Hollande appelle à «prendre le bulletin Macron» et charge Le Pen
>> Lire la suite

Il est 18h, l'essentiel de l'actualité (sam., 29 avril 2017)
Faisons le point de l'actualité de ce samedi : » Hollande appelle à «prendre le bulletin Macron» et charge Le Pen Le chef de l'État a accusé le Front national de «masquer son projet» de sortie de l'Union européenne, lors d'une conférence de presse après le Conseil européen à Bruxelles. » Les raisons du soutien de Dupont-Aignan à Marine Le Pen Samedi à Paris, l'alliance scellée entre la candidate du Front national et le président de Debout La France vise notamment à déclencher une réaction chez les électeurs de droite. » Union européenne : les 27 renforcent leur unité face au Royaume-Uni Un sommet spécial avait lieu ce samedi à Bruxelles, où les membres de l'Union européenne ont acté les grands principes du Brexit. Le divorce sera effectif en 2019. » En Égypte, le pape François dénonce «l'hypocrisie» religieuse des catholiques Le pape, pour qui « l'unique extrémisme admis pour les croyants est celui de la charité » a délivré un message très exigeant au Caire à la minorité catholique égyptienne pourtant persécutée. Il l'appelle à plus d'authenticité. » Entre les deux tours, marche pour la dépénalisation du cannabis à Paris Plusieurs centaines de personnes ont défilé pour «une autre politique des drogues». Ils espèrent que le prochain chef de l'État s'emparera du sujet, en s'inspirant du premier ministre canadien Justin Trudeau. L'actualité, c'est aussi : » EN DIRECT - Le fil politique du week-end » L'actualité sportive en direct » Un 1er mai épuisant sur les routes, et une météo changeante
>> Lire la suite

Le jeune cycliste américain Chad Young a succombé à ses blessures (sam., 29 avril 2017)
Le monde du cyclisme est en deuil ce samedi. Victime d'un grave accident lors de la cinquième et dernière étape du Tour de Gila dimanche dernier, aux Etats-Unis, le jeune coureur américain Chad Young était, depuis, «dans un état critique» à l'hôpital. Vendredi, son équipe, Axeon Hagens Berman, avait déjà indiqué que l'intéressé ne devrait pas «se rétablir de ses blessures». Et la triste nouvelle est donc tombée ce samedi : «Je suis terriblement désolé d'apprendre à tous que Chad Young n'a pas survécu à sa chute de dimanche dernier. Il s'est éteint vendredi soir, entouré par sa famille», indique le manager de l'équipe, Axel Merckx. Chad Young avait 21 ans.    
>> Lire la suite

Présidentielle : Hollande appelle à "prendre le bulletin Macron" (sam., 29 avril 2017)
Au sommet européen sur le Brexit à Bruxelles, François Hollande a appellé tous ceux "qui ne veulent pas de Mme Le Pen à prendre le bulletin Macron". "Cela ne devrait pas être un sujet de discussion pour les forces républicaines : le 7 mai, on prend le bulletin Macron et on considèe que c'est le bulletin qui empêche l'extrême droite", a affirmé le président français à huit jours du second tour de l'élection présidentielle. Il se dit également "convaincu qu'Emmanuel Macron sera un bon partenaire pour l'Allemagne", et met en garde contre le "risque majeur de présence de l'extrême droite" à l'Elysée. Il accuse Marine Le Pen, qui a récemment retiré la sortie de l'euro de ses priorités, de "masquer son projet" de sortie de l'Union européenne. LIRE AUSSI : » EN DIRECT - Le fil politique du week-end » Le 7 mai sera "un choix européen" (Hollande) » Marine Le Pen ne mentionne plus la sortie de l'euro dans sa profession de foi
>> Lire la suite

Le père du tueur des Champs-Élysées a menacé des policiers (sam., 29 avril 2017)
Le père de l'auteur de l'attentat des Champs-Élysées a été arrêté vendredi pour avoir menacé, ivre, des policiers au commissariat de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). "Il a reconnu les faits et s'est excusé", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, selon laquelle la perquisition à son domicile n'a rien révélé de suspect, pas plus que son examen par un psychiatre. Il doit être présenté dimanche à un magistrat du parquet, a précisé le parquet de Bobigny. Le père de Karim Cheurfi avait été placé en garde à vue vendredi après avoir menacé "sans arme et sans violence", des policiers au commissariat de cette ville de banlieue parisienne, selon la source proche du dossier. Lors de son audition, selon des sources concordantes, il a expliqué qu'il venait d'apprendre que le maire de Chelles - la commune de Seine-et-Marne où il habite et où résidait son fils, non loin de Noisy-le-Grand - avait refusé d'inhumer ce dernier dans le cimetière municipal. Il avait ensuite consommé de l'alcool et décidé de se plaindre au commissariat. Après chaque attentat, les maires sont confrontés à la délicate question du lieu d'inhumation des auteurs d'attaques. Le soir du 20 avril, trois jours avant le premier tour de la présidentielle, Karim Cheurfi, 39 ans, a tué un policier de 37 ans de deux balles dans la tête. Il a aussi blessé deux autres agents et une passante allemande, avant d'être abattu.
>> Lire la suite

GP Russie : Pole position pour Vettel, Hamilton seulement 4e (sam., 29 avril 2017)
Ferrari a confirmé ce samedi son amour pour la Russie. Après les trois sessions d'essais libres, les qualifications ont placé les deux véhicules de l'écurie italienne aux deux premières places de la grille de départ. Sebastian Vettel partira en pole position, juste devant son coéquipier Kimi Räikkönen. Valtteri Bottas (Mercedes) s'élancera depuis la deuxième ligne. Déception pour Lewis Hamilton (Mercedes), seulement 4e. Le départ du Grand Prix sera donné ce dimanche à 14 heures.
>> Lire la suite

Monoxyde de carbone: neuf personnes hospitalisées (sam., 29 avril 2017)
Neuf personnes ont été hospitalisées samedi, dont cinq en "urgence absolue", à la suite d'une intoxication au monoxyde de carbone due à un chauffage défectueux dans un gîte à Beaulieu-sur-Loire, au sud de Gien, dans le Loiret. Au moins quatre personnes étaient inconscientes à l'arrivée des secours peu après 10H00 samedi matin, mais leur pronostic vital n'est "pas forcément en danger". Le drame s'est déroulé au château de Courcelles-le-Roy, une vaste propriété accueillant fréquemment des mariages. Sur des sites internet de location, le château propose "jusqu'à 49 couchages" dans ses dépendances, ainsi qu'une salle de réception pour 150 personnes. LIRE AUSSI : » Intoxication au monoxyde de carbone: déjà 700 cas signalés » Qu'est-ce que le monoxyde de carbone ?
>> Lire la suite

Mladenovic : «Roland Garros n'a pas besoin de Sharapova» (sam., 29 avril 2017)
Le retour de Maria Sharapova sur le circuit fait décidément beaucoup parler. Dans un entretien qui sera diffusé dimanche dans l'émission Stade 2, Kristina Mladenovic a donné son avis sur la peut-être future invitation de la Russe pour le deuxième Grand Chelem de la saison. Pour elle, l'ancienne numéro 1 mondiale même si elle est une star planétaire devrait repasser par les petits tournois pour se refaire un classement et ne pas profiter de son image pour demander des invitations pour les plus grands tournois. La Française confirme également les rumeurs du circuit sur une éventuelle participation de Sharapova à Roland Garros : «Dans les vestiaires, les joueurs ne sont pas vraiment pour.» Pour conclure, Mladenovic estime même que Roland Garros «n'a pas besoin de la Russe pour briller.»  Les deux joueuses s'affrontent samedi à 16h00 en demi-finale du tournoi de Stuttgart. 
>> Lire la suite

Emery se passe encore de Ben Arfa contre Nice (sam., 29 avril 2017)
Mauvaise nouvelle pour Hatem Ben Arfa. L'entraîneur parisien Unai Emery a décidé de ne pas inclure le milieu offensif dans le groupe parisien qui se déplacera dimanche à Nice en clôture de la 35e journée de Ligue 1. Une saison bien difficile pour l'ancien joueur de l'OGC Nice qui a disputé seulement 23 matches en Ligue 1 cette saison dont cinq comme titulaire. «Les autres joueurs qui ont été retenus sont meilleurs» a commenté Unai Emery en conférence de presse. 
>> Lire la suite

Brexit: l'UE "unanime" dans sa stratégie (sam., 29 avril 2017)
Les dirigeants des 27 ont adopté "à l'unanimité" les grandes orientations de la négociation à venir avec le Royaume-Uni sur le Brexit, a annoncé ce samedi sur Twitter le président du Conseil européen Donald Tusk. "Orientations adoptées à l'unanimité. Le mandat ferme et équitable de l'UE à 27 pour les discussions sur le Brexit est prêt", a-t-il indiqué sur le réseau social en plein sommet extraordinaire à Bruxelles. Guidelines adopted unanimously. EU27 firm and fair political mandate for the #Brexit talks is ready. #EUCO — Donald Tusk (@eucopresident) 29 avril 2017 A son arrivée, Donald Tusk avait insisté sur la nécessité pour les 27 Etats membres de "rester unis" tout au long des discussions sur l'accord de retrait du Royaume-Uni, qui doivent durer deux ans. "Ce n'est qu'ainsi que nous serons capables de conclure les négociations, ce qui signifie que notre unité est aussi dans l'intérêt" de Londres, a-t-il déclaré. L'unité des 27, a voulu rassurer le négociateur en chef de l'UE, le Français Michel Barnier, "n'est pas dirigée contre le Royaume-Uni". Un mois après la notification officielle, dix mois après le référendum britannique, les premiers préparatifs se déroulent "sans accroc" côté européen, selon un diplomate. A Londres, la Première ministre Theresa May s'est elle inquiétée de voir le reste de l'UE "s'unir contre" son pays. "L'Europe saura défendre ses intérêts", a assuré de son côté le président François Hollande, qui participe à son dernier sommet européen. "Il y aura forcément un prix et un coût pour le Royaume-Uni", a souligné le président français, dans la lignée de l'avertissement lancé par la chancelière allemande Angela Merkel sur les "illusions" de certains responsables politiques britanniques. A Bruxelles samedi, les dirigeants vont "essayer d'avoir une vision plus complète d'où se situent les lignes rouges", a expliqué une source européenne. Les "orientations" doivent entériner l'approche "progressive" privilégiée par le camp européen: avant de parler de la nature de la "future relation", il faudra faire des progrès "suffisants" sur les trois points clés fixés par l'UE. Ces trois chapitres sont le sort des citoyens qui seront affectés personnellement par le Brexit, le solde des comptes entre Londres et l'UE, et la question de l'Irlande. Dès la semaine prochaine, la Commission devrait publier sa proposition de "directives" de négociations, plus détaillées, qui se baseront sur ces orientations. Leur adoption par les 27 est prévue le 22 mai. En ordre de bataille, les Européens espèrent entamer les négociations après les élections générales britanniques du 8 juin, convoquées par Theresa May afin d'obtenir un soutien politique sans faille. LIRE AUSSI: » Brexit: divorcer sans trop de dégâts » L'UE affiche un front commun face à Londres
>> Lire la suite

Il déclenche un incendie par dépit amoureux (sam., 29 avril 2017)
Une femme a été grièvement brûlée vendredi soir au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), dans l'incendie d'un immeuble déclenché par un homme "éconduit par sa compagne", indiquent une source policière et les pompiers. La femme a été brûlée à 25%, a précisé la source policière. Selon les pompiers appelés vendredi à 20H19, la victime a été immédiatement transportée "en urgence" à l'hôpital. Un homme a été arrêté, suspecté d'avoir déclenché l'incendie par dépit amoureux, selon la source policière. L'incendie est parti d'un appartement du premier étage, avant de se propager à une quinzaine d'autres appartements. Un autre locataire a été légèrement intoxiqué par les fumées, selon les mêmes sources. "L'incendie s'est propagé rapidement d'un étage à l'autre, atteignant le 4e étage d'un immeuble qui en compte cinq", a précisé une porte-parole des pompiers. Le feu a été maîtrisé à 22h50. Trois sauvetages ont été réalisés. Une cinquantaine de pompiers s'étaient rendus sur place, dont deux ont été intoxiqués par les fumées.
>> Lire la suite

Un artiste aboie "en résistance" au FN (sam., 29 avril 2017)
L'artiste Olivier de Sagazan a débuté samedi à midi une performance insolite à Paris: il a décidé d'aboyer pendant 3h sur le Parvis de la Défense, pour "réveiller les consciences" contre les dangers du Front national au deuxième tour de la Présidentielle, a-t-il confié à l'AFP. Now with Olivier de Sagazan pic.twitter.com/MtAebNBvMi — kubra khademi (@kubrakhademi1) 29 avril 2017 Le peintre, sculpteur et performeur appelle le public à le rejoindre dans cet "acte artistique et de résistance au Front National", mais seules deux autres personnes l'avaient rejoint vers 13h00, a constaté l'AFP. "L'artiste amène son coeur et tente de chercher avec les armes qui sont les siennes une image forte qui puisse un petit peu réveiller les consciences", a-t-il expliqué à l'AFP. "C'est une image typiquement dadaïste qui tente dans un geste un peu absurde de dire que l'être humain n'a tout d'un coup pas d'autre moyen que l'aboiement pour exprimer qu'il flaire un danger". "C'est une image qui pourrait être très forte et très belle si une centaine de personnes se joignent à moi. J'ai lancé un appel mais je n'ai aucune idée du nombre que nous serons", ajoutait-il peu avant de débuter sa performance. "C'est un appel à voter pour Emmanuel Macron pour éviter le Front national, ça ne veut pas dire que j'éprouve quoi que ce soit pour Macron, qui se situe à mon avis dans la continuité des autres gouvernements, mais c'est moins pire que Marine Le Pen, c'est incontestable" a expliqué l'artiste, qui avait déjà "aboyé" contre la montée du Front National lors des élections régionales de 2015. "Il y a deux ans, face aux bureaux de vote à Saint-Nazaire, qui est la ville où j'habite, j'ai aboyé pendant 7 heures, c'était épuisant", raconte-t-il. "Dans un premier temps, il y avait une stupeur, on me prenait un peu pour un fou, et puis comme je suis un peu connu dans ma ville les gens ont commencé à comprendre et certains m'ont soutenu mais personne n'est venu aboyer avec moi". » EN DIRECT - Dupont-Aignant parle d'un «jour historique» pour qualifier son ralliement à Le Pen
>> Lire la suite

Berlusconi brièvement hospitalisé (sam., 29 avril 2017)
Silvio Berlusconi, 80 ans, a été brièvement hospitalisé dans la nuit après une chute, a annoncé samedi le maire de Pietrasanta, en Toscane, où l'ancien chef du gouvernement était attendu pour une réunion publique de son parti Forza Italia. Le magnat des médias a trébuché sur des pavés en sortant d'un restaurant vendredi soir à Portofino, un petit port touristique huppé près de Gênes. Tombé la tête la première, il s'est blessé à la lèvre supérieure, précisent des médias italiens. Il a alors choisi de rentrer dans la nuit à Milan, à près de 200 km au nord, pour se faire soigner à la clinique Madonnina, où il avait subi une intervention à coeur ouvert en juin 2016. Les médecins ont fait trois points de suture sur sa lèvre et il a pu rentrer chez lui.  LIRE AUSSI : » Paolo Sorrentino prépare un biopic sur Silvio Berlusconi » Berlusconi clôt trente ans de règne au Milan AC
>> Lire la suite

Le 7 mai sera "un choix européen" (Hollande) (sam., 29 avril 2017)
François Hollande a estimé samedi à Bruxelles que le second tour de l'élection présidentielle en France serait "un choix européen", soulignant que les Français avaient "tout à gagner à rester dans l'Union européenne". » EN DIRECT - Dupont-Aignant parle d'un «jour historique» pour qualifier son ralliement à Le Pen "Le choix qui est posé pour le dimanche 7 mai, c'est de savoir si les Français (...) ont à craindre d'une sortie de l'Union européenne", a expliqué le président français en arrivant à un sommet à 27 sur le Brexit. Ils "ont tout à gagner à rester dans l'Union européenne", a-t-il ajouté.
>> Lire la suite

Tati, l'enseigne à bas prix, en cessation de paiement (sam., 29 avril 2017)
L'enseigne de mode à bas prix Tati a été déclarée vendredi en cessation de paiement, ouvrant la voie à une procédure de redressement judiciaire, indique la direction. "J'ai déclaré hier la cessation de paiement des sociétés du pôle Agora qui comprend la marque Tati", a déclaré à l'AFP Michel Resseguier, le dirigeant d'Agora Distribution, qui regroupe Tati et les autres enseignes à bas prix du groupe Eram. "La procédure pourrait être beaucoup plus rapide que voilà treize ans. En 2004, il avait fallu dix mois pour trouver un repreneur", d'après Le Monde. "Cette fois, le dépôt de bilan et la vente ont été préparés en amont par un conciliateur [qui] a déjà reçu plusieurs offres, qu’il estime assez abouties pour être soumises au tribunal de commerce de Bobigny." Le repreneur de Tati  pourrait être désigné dès juin. Parmi les candidats à la reprise, figure le fondateur du groupe Gifi, spécialisé dans la décoration à petit prix. Une autre offre émane d'un consortium, regroupant notamment la Foir' Fouille, Centrakor et Stokomani. LIRE AUSSI: » Des marques d'intérêt pour la reprise de Tati » Les salariés de Tati lancent une pétition
>> Lire la suite

Il est midi, l'essentiel de l'actualité (sam., 29 avril 2017)
Le Figaro fait le point sur l'actualité de ce samedi d'entre-deux tours : » Si Marine Le Pen est élue présidente, Nicolas Dupont-Aignan sera son premier ministre La candidate du Front national a obtenu vendredi le ralliement du dirigeant de Debout la France. Le retrait de l'euro n'est plus un "préalable" à sa politique économique. » Présidentielle : la tentation de l'abstention grandit à gauche comme à droite Dans les reports de voix, Emmanuel Macron pourrait être concurrencé par l'abstention et le vote blanc. Un phénomène qui ne remet cependant pas en cause la place de favori du candidat d'En Marche !. » Tir de missile nord-coréen après un appel américain à contrer la «menace nucléaire» Pyongyang a mené samedi un nouvel essai de missile balistique, sans succès, sur fond de pressions croissantes de la part de la Chine et des États-Unis. » La Réunion: un jeune homme tué par un requin Un jeune homme d'une vingtaine d'années a été tué par un requin samedi matin alors qu'il pratiquait du bodyboard au large de Saint-Leu, à l'ouest de La Réunion LIRE AUSSI : » EN DIRECT - Le fil politique du week-end » L'actualité sportive en direct » Un 1er mai épuisant sur les routes, et une météo changeante
>> Lire la suite

Les directs sportifs du jour (sam., 29 avril 2017)
Suivez avec nous les lives commentés sportifs du week-end : Rugby - 14h45  Top 14 : Castres-Toulouse Foot - 17h00 Ligue 1 : Monaco-Toulouse Rugby - 18h30  Top 14 : Lyon-Clermont Foot - 20h00 Ligue 1 : Multiplex 35e journée Rugby - 20h45  Top 14 : Bordeaux-Toulon
>> Lire la suite

700 plants de cannabis découverts près de Valenciennes (sam., 29 avril 2017)
Plus de 700 plants de cannabis ont été découverts dans un hangar à Bouchain, près de Valenciennes, une prise qui illustre l'importance de la culture "indoor" de cette drogue dans le Nord. Mardi, un SDF en charge de la surveillance et de l'arrosage de plants dans un hangar contre 12.000 euros se présentait aux gendarmes. "N'ayant pas été payé de la somme promise, il décidait de dénoncer les faits", a indiqué le procureur de Valenciennes François Pérain dans un communiqué diffusé samedi. » Isère: démantèlement d'un trafic de cannabis Les gendarmes découvraient alors 746 plants de cannabis, dans deux bâtiments, une culture "parfaitement organisée", avec notamment une installation électrique modifiée pour dissimuler la consommation afin de ne pas éveiller les soupçons ou encore des caissons destinés à diminuer le bruit des appareils. Placés en garde à vue, les propriétaires du hangar ont été relâchés. En revanche, le locataire, une personne domiciliée à Roubaix (Nord), et le SDF, qui faisait office de "jardinier", ont eux été mis en examen et placés en détention provisoire. LIRE AUSSI : » Le Mexique légalise le cannabis à usage médicinal » La culture du cannabis menace les viticulteurs californiens
>> Lire la suite

La Réunion: un trentenaire tué par un requin (sam., 29 avril 2017)
Un homme d'une trentaine d'années a été tué par un requin samedi matin alors qu'il pratiquait du bodyboard au large de Saint-Leu, à l'ouest de La Réunion. Ce pratiquant régulier du bodyboard a été attaqué vers 11h00 au lieu-dit de "la pointe au sel" et a succombé à ses blessures. L'attaque s'est produite alors qu'une alerte pour forte houle avait été lancée par Météo France depuis samedi matin. Le 10 mars, les autorités de La Réunion avaient annoncé le renforcement de la pêche ciblée des requins le long du littoral ouest de cette île française de l'Océan indien, pour les "éradiquer" des zones fréquentées par les "usagers de la mer". LIRE AUSSI : » Un homme tué par un requin à La Réunion » Australie: une surfeuse tuée par un requin
>> Lire la suite

VIDÉO - Marine Le Pen : "Je nommerai Nicolas Dupont-Aignan premier ministre" (sam., 29 avril 2017)
  La candidate FN à la présidentielle Marine Le Pen a indiqué que si elle était élue, elle nommerait Nicolas Dupont-Aignan premier ministre de son gouvernement. Ce dernier lui a apporté son soutien vendredi soir en vue du second tour de la présidentielle dimanche 7 mai. Il a déclaré que ce jour était selon lui, "historique" et que son mouvement, Debout la France, perdurerait. Le président de Debout la France était pour la deuxième fois candidat à la présidentielle. En 2012, il avait obtenu 1,79 % des voix. Dimanche dernier, il n'a pas franchi les 5%. Issu du RPR, il a quitté l'UMP lors du traité de Lisbonne de 2007, en dénonçant la violation du référendum européen de 2005. Depuis, le député de l'Essonne fait campagne contre l'UE. En 2013, il a été élu député de l'année après son rapport sur l'évasion fiscale. » Présidentielle : Nicolas Dupont-Aignan, son parcours, ses idées, ses ambitions » EN DIRECT - Présidentielle : Dupont-Aignan et Le Pen s'expriment
>> Lire la suite

EN IMAGES - Les unes du Figaro du week-end (sam., 29 avril 2017)
Vous pouvez consulter le journal en cliquant ici. Le Figaro 🗞 À la une de votre journal ce week-end: une interview d'@EmmanuelMacron qui souhaite «réconcilier les Français» https://t.co/vvibpc07G4 pic.twitter.com/H62rzKE6YH — Le Figaro (@Le_Figaro) 29 avril 2017 Le Figaro magazine "Ce n'est pas une période pour les gens qui n'ont pas de sang-froid". @NicolasSarkozy à @laurentwauquiez ds @Le_Figaro mag de ce we. pic.twitter.com/5mJ4uQF4Nf — Carl Meeus (@CarlMeeus) 28 avril 2017 Madame Figaro Découvrez l'#Interview de #TaylorSchilling, une actrice aussi charismatique que déterminée #OrangeIstheNewBlack >> https://t.co/dlJeJ9c2e4 pic.twitter.com/HUaPDQ6th6 — Madame Figaro (@Madamefigaro) 28 avril 2017 TV magazine 📺 "Quand le cinéma se transforme en série", retrouvez notre enquête dans votre magazine du 30 avril au 6 mai >> https://t.co/0SBNJD6ahw pic.twitter.com/3VTfgPAX07 — TV Magazine (@TVMAG) 28 avril 2017
>> Lire la suite

Brexit: "L'UE doit rester unie" (Tusk) (sam., 29 avril 2017)
Les 27 de l'Union européenne "doivent rester unis" dans les négociations sur le Brexit, a déclaré le président du Conseil européen Donald Tusk, ce samedi matin. "Ce n'est qu'ainsi que nous serons capables de conclure les négociations, ce qui signifie que notre unité est aussi dans l'intérêt du Royaume-Uni", a-t-il ajouté à son arrivée à un sommet à Bruwelles. Les 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE doivent fixer lors de ce sommet - sans le Royaume-Uni - les lignes directrices des négociations face à Londres, exactement un mois après la notification officielle du Brexit. Les 27 insistent sur le fait qu'il faut d'abord régler les questions du divorce avant de négocier un accord commercial. Londres aurait aimé négocié les deux sujets en parallèle. Mais les 27 veulent d'abord régler trois questions: le sort des ressortissants européens vivant au Royaume-Uni et des Britanniques installés dans l'UE, le montant du "chèque à payer" par Londres, et la question de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. Donald Tusk a réaffirmé que le bloc souhaitait "une future relation forte" avec son voisin, mais prévenu qu'"avant de discuter de l'avenir il faut régler le passé". La priorité numéro 1 des Européens sera de garantir les droits "des citoyens et de leurs familles qui seront affectés par le Brexit des deux côtés". A ce titre, la Commission a préparé une liste "précise et détaillée" des droits que l'UE veut protéger. Les orientations générales seront destinées à guider le négociateur en chef du Brexit pour l'UE, le Français Michel Barnier, dans ses discussions avec Londres. L'accord final de retrait doit être finalisé avant le 29 mars 2019. Soit deux ans après que Londres a activé l’article 50 du Traité sur l’Union européenne, qui permet et prévoit le retrait unilatéral d’un pays de l’UE. LIRE AUSSI: » Brexit : le calendrier, du référendum au divorce » Brexit : ces Européens qui prennent le large
>> Lire la suite