Coronavirus : pourquoi lit-on ou entend-on partout « Restez chez vous ! », « Stay home! »...?

La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a mis la Terre entière à genoux.  Nombreux sont les pays et les populations qui n'ont pas encore compris la gravité de la situation. Au point d'écarter, de bouder, voire de désobéir au confinement. Une erreur funeste. Explications.

À moins d'habiter une autre planète, personne n'échappe aujourd'hui à la litanie du décompte des victimes de la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) [1] dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Parti de Wuhan (Chine),  la Covid-19, pathologie provoquée par un virus baptisé SARS-Cov-2 [2], ne cesse de se propager et de faire son travail de sape macabre sur les Terriens. Au point d'avoir contraint nombre de pays au confinement total pour tenter d'enrayer sa propagation. Qui est non seulement due aux errements des autorités politiques, mais aussi à la méconnaissance de sa très forte contagiosité et de ses modes de transmission. Une mise au point sur l'essentiel de ce qu'il faut savoir pour éviter de l'attraper s'avère donc nécessaire.

En France, au moment où l'on achève la quatrième semaine de confinement et où le déconfinement va probablement être ajourné sine die, on sent un relâchement, perceptible par le nombre anormalement élevé de «bigorexiques», joggeurs, promeneurs, etc. dans les rues. Un comportement irresponsable qui a poussé certains maires et préfets à serrer la vis, autrement cela aurait relancé à la hausse la courbe des infections et, par ricochet, des victimes.

 

Et pour cause ! On peut être porteur du SARS-Cov-2 sans le savoir parce que soit on n'a pas de symptômes (un tel porteur est dit asymptomatique), soit les symptômes sont apparus de manière différée (un tel porteur est alors dit présymptomatique) [3] : on est asymptomatique lorsque, infecté, on contamine sans avoir développé des symptômes ; on est présymptomatique lorsque, infecté, on contamine avant de développer des symptômes. Aussi est-il recommandé de ne pas serrer les mains, embrasser les gens, parler à moins d'un mètre, etc. en dehors de son cercle de confinement.

 

SOMMAIRE

 

Les risques d'être contaminé sont très élevés lorsque vous brisez le confinement


Quand vous sortez de votre cercle, faites attention : les commerçants (supermarchés, boulangeries, marchés...) peuvent vous transmettre le SARS-Covd-2 via la monnaie rendue, les billets de banque ou les tickets de caisse. Les gants que les caissières portent les protègent mais peuvent transmettre les microbes aux clients qui n'en portent pas. Les emballages, cartons, boîtes, fruits et légumes peuvent abriter ce satané virus si une personne infectée y a toussé ou éternué, ou les a touchés avant vous. Alors, quand vous faites vos emplettes, pensez à porter des gants, et réglez si possible vos achats avec une carte bancaire sans contact (sinon saisissez votre code avec autre chose que vos doigts non gantés).

 

Les transports en commun (cars, bus, métros, tramways, taxis, covoiturage) constituent des nids à infection : boutons stop, barres, ceintures de sécurité, sièges, portières, etc. sont autant de pièges. Assurez-vous d'être gantés quand vous y touchez un objet quelconque.


Les poignées de porte, les boutons d'ascenseur, les mains courantes, les interrupteurs d'espace commun, etc. peuvent aussi héberger le SARS-Cov-2. Par conséquent, évitez de toucher ces surfaces inertes sans gants.

La gendarmerie ou la police peut également vous transmettre le SARS-Cov-2 si vous ne portez pas de gants... au moment où elle vous remet l'attestation de déplacement dérogatoire que vous venez de lui présenter. Inversement, les automobilistes et autres usagers de la route peuvent aussi transmettre le virus aux forces de l'ordre : messieurs les agents, ne touchez pas, pour votre sécurité, ladite attestation sans gants ; de préférence, laissez les usagers la tenir.

Le facteur peut aussi transmettre le SARS-Cov-2 : les enveloppes et courriers qu'il vous apporte peuvent  être infectés. Le marchand de journaux aussi... Prenez donc les précautions lorsque vous touchez ces objets, et n’oubliez surtout pas de vous laver les mains avec du savon après lecture et rangement. 

On le voit, les risques d'être contaminé et de contaminer ensuite votre propre famille sont très élevés lorsque vous brisez le confinement. C'est pourquoi, de retour chez vous, lavez-vous longuement et correctement les mains (au moins 20 secondes) avec du savon avant de ranger vos courses, jetez les sacs et autres emballages ramenés de l'extérieur, changez-vous (seulement si vous avez été piégé dans une cohue ou  êtes monté dans un bus, un taxi ou une voiture tierce, auxquels cas il faudra mettre vos vêtements potentiellement souillés dans la machine à laver), puis lavez-vous à nouveau les mains avant de commencer à vaquer à vos occupations habituelles.

Bref, pour limiter les risques de contamination et freiner la propagation du coronavirus, restez chez vous, réduisez le nombre de sorties et ne sortez que si c'est vraiment nécessaire.

Comment reconnaître la Covid-19 ?

Le Nouvel Obs [4] rapporte que les symptômes de la Covid-19, qui durent environ deux semaines, sont :  toux, fièvre, courbatures, anosmie (perte d'odorat) pour les cas bénins ; dyspnée (essoufflement ou difficultés à respirer) pour les cas plus sévères. Ensuite survient l'aggravation. Les tout premiers symptômes de la maladie sont une toux sèche et de la fièvre, qui, à ce stade, ne requièrent qu'une consultation médicale classique. En revanche, il faut appeler les urgences dès qu'on commence à s'essouffler et à respirer plus rapidement que la normale, recommande le Dr Pauti.

 

D'après plusieurs sources concordantes, si la toux et la fièvre peuvent être les signes d'une grippe banale, l'apparition concomitante et soudaine d'anosmie et/ou d'agueusie (perte de goût) signale systématiquement une infection à la Covid-19. Louis Fernandez, aujourd'hui guéri, a confié au Parisien [5] qu'il ressentait de la fatigue accompagnée d'une perte d'odorat et de goût sans toux ni fièvre. « Selon une récente étude belge réalisée sur 417 patients infectés de façon "non sévère", 86 % présentent des troubles de l'odorat (la plupart ne sentant plus rien) et 88 % des troubles du goût [6]. »

 

Interrogé par France Info, Patrick Bruel, lui aussi guéri, souligne que les symptômes ne sont pas les mêmes pour tout le monde, mais insiste sur une fièvre persistante. Pour info, la fièvre n'est pas une maladie mais une réaction naturelle de l'organisme pour lutter contre une infection, une maladie ou une anomalie quelconque. Elle se caractérise par une montée de température destinée à aider le corps à combattre les intrus afin de retrouver son état normal, qui se situe dans la graduation basse de 37° Celsius. Le système immunitaire se sert de l'élévation de la température pour éliminer ou inhiber les microbes pathogènes car certains d'entre eux ne supportent pas les températures élevées.  

Durée de vie du SARS-Cov-2 et cycle  de la Covid-19

Il ne faut pas confondre la pathologie et son agent pathogène. On l'a vu, la Covid-19 est le nom de la maladie causée par le virus SARS-Cov-2. Ce nouveau virus fait partie d'une famille de virus déjà connus sous le nom de Coronavirus. Ils doivent ce nom à leur forme de couronne (corona en latin) qu'on observe au microscope électronique. Il y a déjà eu, en 2002-2003, un coronavirus baptisé SARS-Cov (severe acute respiratory syndrome coronavirus) [7]. Le 2 assigné au nouveau coronavirus signifie donc qu'il fait partie de la deuxième génération. Comme il est apparu en novembre 2019, l'OMS a choisi d'ajouter les deux derniers chiffres de l'année d'apparition au nom scientifique qu'elle a attribué à la maladie qu'il engendre : Covid (Co pour Corona, vi pour virus, et d pour disease – maladie en anglais) pour coranavirus disease, la maladie à coronavirus. D'où Covid-19, jugé sans doute plus parlant que son ancien nom 2019-nCov.

 

Bien que les recherches soient encore à un stade embryonnaire, on peut dores et déjà affirmer que le SARS-Cov-2 est capable de vivre plusieurs jours en milieu extérieur, sa durée de vie dépendant de l'environnement. Futura Sciences rapporte une étude qui a observé sa présence jusqu'à trois jours sur des surfaces en plastique ou en acier inoxydable et 24h sur du carton [8]. Il peut donc survivre plusieurs heures sur des surfaces inertes, y compris les vêtements. Il est coriace : il supporte le grand froid et les fortes chaleurs ; même un séjour au congélateur ne le tue pas, et il faut des températures élevées pour en venir à bout. Aussi Science et Avenir recommande-t-il aux personnes exposées de laver leurs vêtements à 60° minimum pendant 30 minutes [9].

 

Cela dit, la pandémie de Covid-19 étant à la fois nouvelle et en cours, il n'y a pas d'unanimité entre virologues et épidémiologistes au sujet de son cycle : les chercheurs n'ont pas encore tout compris sur la pathologie et son agent pathogène.

 

Toutefois, d'après une étude publiée sur TF1, les premiers symptômes apparaissent 5 à 6 jours après la contamination. Ensuite vient une période critique entre le 7e et le 10e jour, où la maladie peut s'aggraver et nécessiter une hospitalisation. « Si vous passez ce cap, vous pouvez considérer que vous êtes guéri.  Ou, en tout cas, que vous n'aurez pas d'autres complications. En tout état de cause, trois semaines après [l'infection], vous êtes guéri. Dans l'immense majorité des cas », a expliqué Didier PIERESCHI sur TF1 [10].

 

Science et Avenir [11] rapporte une étude qui fait état d'une charge virale (quantité de virus) plus élevée, au début de la maladie, dans les voies respiratoires supérieures, ce qui a conduit à la conclusion que la Covid-19 est plus contagieuses les premiers jours des symptômes. En commentant la même étude, le Pr Xavier Lescure déclare qu'« elle suggère que l'immense majorité des patients n'ont pas besoin de traitement » du fait de la défense immunitaire. On peut donc en guérir sans traitement, mais on ignore encore la durée de l'immunité.

 

On peut attraper le coronavirus à n'importe quel âge. Seulement, d'après des travaux chinois rapportés par Futura Sciences [12], ce sont les personnes âgées qui développent majoritairement les formes les plus sévères pouvant conduire à la mort : on a observé un taux de létalité de 13,4% chez les plus de 80 ans contre 0,32% pour les moins de 60 ans. Le fait d'avoir une maladie chronique liée aux poumons ou au cœur serait aussi un facteur de risque. Mais des cas de décès ont également été observés chez des personnes présumées saines comme les plus jeunes : une lycéenne de 16 ans en France, une collégienne de 12 ans en Belgique, un enfant de 5 ans en Angleterre.


Bien que la Covid-19 n'épargne personne, plusieurs experts estiment à environ 98% le taux de guérison. Le Dr Gérarld Kierzek, médecin urgentiste, lui, donne sur TF1 un pourcentage encore plus rassurant : « Cette maladie, il faut quand même le rappeler, et c'est la bonne nouvelle, guérit dans 99% des cas spontanément, c.-à-d. sans traitement [13] ! » Même si ce taux est élevé comparé à celui d'autres maladies infectieuses, il vaut mieux suivre scrupuleusement les mesures-barrières pour éviter de l'attraper. Ou, pire, de prendre le risque de faire partie des 2% qui succombent à la maladie. D'autant qu'on en ignore encore d'éventuelles séquelles.

Modes de transmission et rappel des mesures-barrières

Malgré le fait que les chercheurs disposent de peu de recul pour prétendre tout savoir sur la pandémie en cours, le consensus semble s'établir sur deux modes de transmission de la Covid-19 : la transmission directe et la transmission indirecte.

 

Dans la transmission directe, il y a un lien direct entre le patient et la personne infectée qui transmet le SARS-Cov-2. La contamination se produit comme suit : ou le virus est excrété par la bouche d'une personne infectée (lorsqu'elle tousse, éternue, bâille ou parle) pour se poser sur une partie quelconque du visage d'une personne saine, où il n'a plus qu'à attaquer l'organisme en entrant par la bouche, le nez ou les yeux ; ou il passe de l'une à l'autre à l'occasion d'une poignée de main ou d'une embrassade, et c'est en touchant le visage que...

 

Dans la transmission indirecte, il n'y a pas de lien direct entre le patient et la personne infectée qui transmet le SARS-Cov-2. La contamination se fait par l'intermédiaire d'une surface inerte (tout objet ou aliment infecté). Elle se produit comme suit : le virus, présent sur une surface inerte, passe dans la main du patient lorsque celui-ci touche un élément infecté ; c'est lorsque le patient touche plus tard le visage que le virus migre vers la bouche, le nez ou les yeux...

 

Voilà pourquoi, pour éviter d'attraper la Covid-19, on préconise les mesures-barrières, c.-à-.d les consignes de prévention visant à empêcher le virus d'entrer en contact avec le visage. Il est ainsi recommandé : 

— de se laver les mains régulièrement et efficacement (voir la vidéo en annexe) avec un savon et de l'eau pure (n'utilisez l'eau de javel que pour désinfecter les surfaces inertes, en gros pour faire le ménage) ;

— de respecter une distance d'au moins un mètre (distance théorique qu'il ne faut pas hésiter à rallonger, les études étant contradictoires) ;

— d'arrêter les poignées de mains et les embrassades ;

— d'éviter de toucher le visage ;

— de s’éloigner immédiatement de quelqu’un qui tousse ou éternue ;
— de porter des gants lorsqu'on fait des achats ;

— d'éviter de toucher toute carte (bleue, Vitale...), le porte-feuilles ou porte-monnaie, le téléphone, etc. avec des gants ;

— de nettoyer régulièrement la poignée de porte si vous sortez souvent, ce qui est très risqué pour votre famille restée en confinement.

— de faire régulièrement le ménage avec de l'eau de javel. Si vous avez des enfants en bas âge, qui adorent jouer par terre, redoublez de vigilance : prévoyez un protocole qui vous permette de ne pas entrer avec les chaussures dans la maison chaque fois que vous venez de l'extérieur. Dans l'idéal, prévoyez une bassine avec de l'eau de javel pour y plonger les chaussures  (uniquement la partie en contact avec le sol) avant de les mettre à sécher au balcon.

— de nettoyer les gants non jetables une fois rentré chez vous ;
— de se laver les mains après avoir lu un courrier ou un journal, ou déballé un colis fraîchement arrivé ;

— ne pas plaquer le téléphone contre la joue ou l’oreille lorsque, à l'extérieur, on a touché des objets sans gants. Si les mains sont gantées, enlevez le gant au moment d'utiliser le téléphone en veillant à ne pas toucher la partie potentiellement souillée (j'ai vu des gens téléphoner avec des mains gantées, et même fumer, ce qui est une…  puisqu’ils déposent ainsi d’éventuels microbes sur le téléphone).


Est-ce de la paranoïa ? Vous tiendriez un autre discours si vous vous retrouviez sur le lit de l'hôpital par négligence ! Demandez à ceux qui ont survécu s'ils sont prêts à revivre leur mésaventure. Ou bien visionnez les messages alarmistes des médecins et infirmières sur les réseaux sociaux, comme la vidéo en annexe.


Que faire si l'on a attrapé la Covid-19 ?


Si l'on a le malheur d'avoir attrapé le coronavirus, il ne pas s'affoler car le taux de létalité est d'environ 2%. Cela veut dire que 8 personnes sur 10 survivent à la maladie. Rien n'est donc perdu, puisqu'on peut en guérir – même sans médicament ! Plutôt que d'avaler n'importe quoi ou de boire quelle potion magique conseillée par les charlatans de WhatsApp et autres réseaux sociaux, il vaut mieux plutôt suivre le protocole de soin dicté par les autorités sanitaires.


En France, l'Assurance maladie [14] donne les consignes suivantes, que l'on peut adapter en fonction de son pays de résidence :
— « rester chez soi et contacter son médecin traitant ou, en son absence, un autre médecin de ville (ne pas se rendre directement chez le médecin, ni aux urgences de l’hôpital) ;
—  » privilégier la téléconsultation [si cela existe] dès ce premier rendez-vous s’il n’y a aucun symptôme sévère ;
—  en cas de difficultés respiratoires, appeler le 15. »

Il faut surtout, en attendant le diagnostic du médecin, se mettre en isolement dans sa chambre pour ne pas contaminer d'éventuelles autres personnes qui habiteraient avec soi. C'est le moment de renforcer les règles d'hygiène pour ne pas propager le virus : porter un masque dès qu'on sort de la chambre, respecter la distanciation, éviter de souiller les parties communes.

 

Comme le soutient la Pre Jacqui Norris (école vétérinaire de l'Université de Sydney), dans des propos rapportés par Science et Avenir [15], « si nous voulons arrêter cette pandémie, nous devons prendre au sérieux la distanciation sociale, qui doit inclure tous les membres de la famille, humains et animaux. Si un membre de votre famille attrape le Covid-19, il doit être isolé de tous les membres du foyer, y compris les animaux. »

 

L'automédication est déconseillée à cause des conséquences parfois dramatiques des effets indésirables. S'il est une chose à faire parallèlement à une consultation médicale, c'est de renforcer ses défenses immunitaires avec tout ce qui est riche en vitamine C, qu'on peut prendre également à titre préventif. Sans oublier que la pratique régulière du sport augmente la résistance aux maladies tout en renforçant le cœur et en optimisant la circulation sanguine.

 

A noter qu'il n'existe encore aucun médicament ni vaccin contre la Covid-19 (des essais cliniques sont en cours pour une validation scientifique), et rien des guérisons miracle qu'on annonce sur WhatsApp et consorts n'est dû aux remèdes folkloriques des apprentis-sorciers qui y pullulent : c'est dû au système immunitaire seul ou avec l'aide des médicaments et autres plantes aux vertus thérapeutiques, qui n'en traitent en fait que les symptômes. Remarquez que rares sont ces charlatans qui montrent leurs visages, qui signent leurs publications et surtout qui se filment en train de concocter et de boire leurs potions, ce qui les rendrait un peu plus crédibles, bien que ce ne soit pas suffisant eu égard à l'absence d'huissier, d'expert assermenté ou de témoin indépendant pour authentifier le remède. En effet, « pour qu'une hypothèse soit validée scientifiquement, il faut beaucoup d'études rigoureuses, reproduites de façon similaire un peu partout dans le monde et de façon indépendante » (Futura Science) [16]. Or l'effet de ces remèdes sur le virus n'a été validé par personne à part par les malades guéris qui en vantent les mérites eux-mêmes. Il n'y a donc aucune crédibilité scientifique : en réalité, ces remèdes n'ont soigné que les symptômes de la Covid-19, tandis que les anticorps se sont chargés du SARS-Cov-2.

 

Origines controversées de la Covid-19

Outre les origines de nature humaine (propagation de virus par mégarde, négligence ou ruse – choléra à Haïti – ou même malveillance – charbon aux États-Unis, guerre biologique), la plupart des chercheurs imputent l'émergence d'épidémies à une forte concentration d'animaux vivant dans un environnement où les conditions d'hygiène sont mauvaises : chauves-souris en milieu naturel, animaux élevés en batterie (poulets, porcs) ou braconnés, etc. Les épidémies au sein d'animaux (épizooties) peuvent alors conduire à une transmission de virus et autres bactéries à l'homme (zoonose).

 

Quant à l'origine de la Covid-19, le SARS-Cov-2 proviendrait d'animaux vendus à ciel ouvert sur un marché de Wouhan. Une thèse contestée par certains dans des accusations malheureusement non documentées : ils avancent que le virus aurait été créé dans un laboratoire militaire. Difficile de démêler le vrai du faux faute de preuves. Tant qu'une enquête sérieuse et indépendante n'est pas menée, toute affirmation en faveur de l'une ou l'autre thèse doit rester une conjecture car « la vérité n'obéit pas au charisme de celui qui la professe » (Michel Onfray).


Controverse autour de la chloroquine

 

 

Peut-on guérir de la Covid-19 grâce à la chloroquine ? Telle est la question qui divise les scientifiques et médecins du monde entier [17].

Le professeur Didier Raoult, infectiologue, épidémiologiste, épistémologue et directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée (Marseille), a jeté un pavé dans la mare en affirmant avoir trouvé une formule magique qui, selon lui, a donné des résultats prometteurs : en combinant l'hydroxychloroquine à l'azythromycine dans un traitement contre le coronavirus, il découvre un taux de guérison encore plus élevé qu'avec l'hydroxychloroquine seule – solution testée en premier par des chercheurs chinois au début de l'épidémie – et s'empresse de publier son étude [18]. Très vite, ses adversaires montent au créneau ; ils investissent les plateaux TV et autres  médias pour contester la scientificité de l'étude et mettre en avant les effets secondaires de la chloroquine.

Qu'à cela ne tienne, cela n'entame pas l'engouement autour des travaux de l'infectiologue et de son équipe. Emballement médiatique aidant, plusieurs hôpitaux et médecins envisagent de tester la formule, des politiques – même le fantasque Donald Trump – lui apportent leur soutien, tandis que des patients se ruent vers son laboratoire pour se faire dépister et traiter en cas de test positif. D'après un sondage de l'IFOP relayé par ScienceInsider, 59% des Français – 80% chez les gilets jaunes – croient que la chloroquine est efficace contre la Covid-19 [19].

Sous la pression du cinquième pouvoir, le peuple et les réseaux sociaux, les autorités politiques et sanitaires, réticentes au départ, sont obligées d'accepter de recommander la chloroquine – avec paradoxalement un protocole à contre-pied de celui préconisé par le Pr Raoult, ce dernier appelant à la prescrire au début de la maladie, ce qui n'a pas échappé au Pr Philippe Douste-Blazy [20] – et même de l'inclure sur la liste de médicaments actuellement en essais cliniques dans le cadre du programme de recherche européen Discovery, dont le but est de trouver un remède à la pandémie de Covid-19. Résultats dans quelques semaines.

 

En attendant, la polémique fait rage. Au point de diviser la classe politique, le corps médical et les scientifiques, comme le montre la pétition du Pr Doute-Blazy pour la généralisation de la chloroquine [21]. Et d'agacer même quiconque ferait usage de l'esprit critique : pourquoi diable tirer à boulets rouges sur un chercheur, quand bien même il n'aurait pas respecté la méthodologie d'une publication scientifique, sans apporter la preuve qu'il a tort ? Pourquoi inonder les médias de diatribes contre un chercheur sans refaire la même étude pour démontrer qu'il a fait fausse route ? Ne serait-ce pas par hasard par crainte qu'il ait raison ? Et si la vraie raison de l'ostracisme dont est victime le Pr Raoult n'était pas qu'un problème de méthodologie ? « C'est mieux de sauver des gens que de faire des méthodes », a-t-il répondu à ses détracteurs sur les ondes de Radio Classique [22]. « La chloroquine était encore distribuée sans ordonnance il y a quelques mois et maintenant, on pense que c'est un truc qui va empoisonner les gens », a-t-il ironisé. 

Cela témoigne en tout cas de relations tumultueuses qu'il entretient avec l'establishment. En effet, le microbiologiste est régulièrement en bisbille avec les autorités politiques ou médicales tant au niveau national qu'international. Comme on le découvre dans son dernier ouvrage –  Épidémies : vrais dangers et fausses alertes (cf. infra, Bibliographie), où il relate les combats qu'il a menés contre diverses maladies infectieuses tout en en dressant des portraits mis en perspective avec la manière dont les autorités sanitaires ont géré ces crises, sans oublier de glisser quelques anecdotes sur la face cachée des épidémies et les couacs des politiques de santé –, il leur reproche leur propension à céder aux pressions de lobbys de l'industrie pharmaceutique. Soit en finançant la recherche de nouveaux vaccins ou médicaments là où il existe d'anciennes molécules bon marché et tout aussi efficaces. Soit en recommandant ou en rendant obligatoires des médicaments ou vaccins chers au détriment de leurs équivalents génériques aux mêmes effets thérapeutiques. Il accuse même l'OMS de désinformation – une de plus... –  pour avoir publié, sur son site, l'existence de vaccins contre le paludisme et l'hépatite E [23]. Bref, c'est un personnage qui dérange. Pas étonnant alors qu'il soit voué aux gémonies au point d'être traité de charlatan sans que le problème de fond ait été tranché, puisque que seul le temps sera le juge de paix. Lorsque les résultats des essais en cours tomberont. Ou plutôt lorsque des contre-études réalisées par des laboratoires indépendants de Big Pharma et de l'OMS [24] – dont on connaît les tares, comme le montrent les vidéos en annexe – publieront leurs résultats.
 

Incertitudes sur l'immunité et la contagiosité après guérison


On l'a vu, on peut guérir de la Covid-19 même sans médicament. Un taux de guérison estimé à 98%. Mais qu'en est-il de l'immunité et de la contagiosité d'un patient qui en guérit ?  Question à laquelle répond l'infectiologue Benjamin Davido,  médecin référent de crise Covid-19,  dans des propos rapportés par 20 minutes [25] : « À priori, on ne peut pas attraper deux fois la Covid-19, sauf si on est immunodéprimé [sans défense immunitaire]. [...] Mais on sait encore peu de choses sur ce point : si une personne contaminée guérit et développe des anticorps, on ignore aujourd’hui combien de temps dure cette immunité. Un mois, un an, toute la vie ? On n’en a aucune idée. » Quant à la contagiosité, « on considère que si 8 jours après leur apparition, les symptômes de la maladie disparaissent, alors le patient n’est plus considéré comme contagieux. Un délai que l’on porte à 10 jours pour les patients immunodéprimés », explique-t-il.

 -------------

 

 

Notes

 

[1.] Covid-19 : Corona Virus Disease 2019. Anciennement dénommé 2019-nCov.

[2.] SARS-Cov-2 : Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus, syndrome respiratoire aigu sévère du coronavirus deuxième génération. La première génération est le SARS-Cov, apparue en Chine, en 2002 ; elle avait provoqué, d'après Wikipédia, une épidémie à partir de mai 2003 avec là aussi de nombreuses victimes dans 29 pays.

[3.] https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2625903-porteur-sain-coronavirus-sans-symptome-covid-virus-maladie-definition-contagieux-duree-comment-savoir/ ; https://www.santelog.com/actualites/2019-ncov-linfection-peut-elle-etre-asymptomatique ; https://www.santelog.com/actualites/covid-19-la-transmission-presymptomatique-existe-aussi

[4.] https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200331.OBS26851/comment-savoir-si-j-ai-le-covid-19.html

[5.] http://www.leparisien.fr/sports/football/psg/luis-fernandez-gueri-du-covid-19-j-ai-encore-plus-d-envie-et-de-motivation-qu-avant-01-04-2020-8292018.php

[6.] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-coronavirus-ce-on-sait-maladie-propagation-80443/

[7.] https://www.futura-sciences.com/sante/breves/coronavirus-coronavirus-covid-19-t-on-rate-occasion-eviter-il-y-7-ans-1984/

[8.] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-coronavirus-ce-on-sait-maladie-propagation-80443/

[9.] https://www.sciencesetavenir.fr/sante/quelles-temperatures-pour-detruire-le-sars-cov-2_143158

[10.] JT13H>02.04.2020>Replay:18:23.

[11.] https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-trois-profils-de-patients-trois-pronostics-bien-differents_143079

[12.] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-coronavirus-ce-on-sait-maladie-propagation-80443/

[13.] JT13H>10.04.2020>Replay:16:20.

[14.] https://www.ameli.fr/assure/covid-19/que-faire-en-cas-de-symptomes-evoquant-le-covid-19 

[15.] https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/un-tigre-d-un-zoo-de-new-york-teste-positif-au-coronavirus_143236

[16] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-chloroquine-covid-19-faut-il-penser-80151/

[17.] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-chloroquine-covid-19-faut-il-penser-80151/

[18.] https://www.mediterranee-infection.com/hydroxychloroquine-and-azithromycin-as-a-treatment-of-covid-19/

[19.] https://www.sciencemag.org/news/2020/04/france-s-president-fueling-hype-over-unproven-coronavirus-treatment

[20.] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/rencontre-d-emmanuel-macron-et-du-professeur-raoult-une-etape-importante-a-ete-franchie-pour-philippedouste-blazy_3907711.html

[21.] https://www.change.org/p/ephilippepm-traitement-covid19-ne-perdons-plus-de-temps-neperdonsplusdetemps

[22.] Esprits libres du 1.04.2020 : https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/matinale-de-radio-classique/esprits-libres/

[23.] D. RAOULT, Epidémies : vrais dangers et fausses alertes...,  Michel Laffon, 2020, p. 77.

[24.] https://lesjours.fr/obsessions/big-pharma/ep1-mediator-industrie/ ; https://www.monde-diplomatique.fr/2002/07/MOTCHANE/9250

[25.] https://www.20minutes.fr/sante/2752843-20200402-coronavirus-contagieux-immunise-fois-gueri-peut-contracter-deux-fois-covid-19

 

 

 


Bibliographie

  • RAOULT Didier, Epidémies vrais dangers et fausses alertes : de la grippe aviaire au Covid-19, éd. Michel Laffon, 2020.
  • https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
  • https://www.ameli.fr/assure/covid-19
  • https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2625903-porteur-sain-coronavirus-sans-symptome-covid-virus-maladie-definition-contagieux-duree-comment-savoir/
  • https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-coronavirus-ce-on-sait-maladie-propagation-80443/
  • https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-contagiosite-coronavirus-revue-hausse-80498/
  • https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-systeme-immunitaire-2722/
  • https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/corps-humain-systeme-immunitaire-reagit-vaccin-3935/
  • https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/hygiene-vie-gel-hydroalcoolique-savon-lequel-plus-efficace-laver-mains-13344/
  • https://www.sciencesetavenir.fr/tag_theme/coronavirus-en-france_44230/
  • https://www.sciencemag.org/collections/coronavirus?IntCmp=coronavirussiderail-128
  • https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-les-termes-a-connaitre_143244
  • https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1653497/ccoronavirus-comment-proteger-covid-19-que-faire-malade-guide
  • https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200331.OBS26851/comment-savoir-si-j-ai-le-covid-19.html
  • https://www.franceculture.fr/sciences/didier-sicard-il-est-urgent-denqueter-sur-lorigine-animale-de-lepidemie-de-covid-19
  • https://www.franceculture.fr/sciences/ce-que-lon-sait-pour-linstant
  • https://sante.lefigaro.fr/sante/symptome/symptomes-fievre/quest-ce-que-cest
  • https://www.braunhealthcare.com/fr_fr/blog/fievre-definition
  • https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/technical-guidance/naming-the-coronavirus-disease-(covid-2019)-and-the-virus-that-causes-it
  • https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/bourgogne/coronavirus-covid-19-lavage-mains-javel-nettoyage-courses-quel-est-vrai-du-faux-1806722.html
  • https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-pour-nettoyer-les-surfaces-potentiellement-contaminees-mieux-vaut-opter-pour-l-eau-de-javel-que-pour-le-vinaigre-blanc_3876537.html
  • https://www.20minutes.fr/sante/2752843-20200402-coronavirus-contagieux-immunise-fois-gueri-peut-contracter-deux-fois-covid-19
  • https://www.toutsurmesfinances.com/vie-pratique/a/sortir-pendant-le-confinement

 

 


Numéros d'urgence (en France seulement) 

  • 15 (SAMU) en cas de symptômes sévères
  • 17 Police nationale
  • 18 Pompiers
  • 112 Appel d'urgence européen
  • 119 Violences sur les enfants
  • 3919 En cas de violences conjugales. Les femmes battues ont le droit de sortir sans attestation pour aller porter plainte. Si l'époux ou le compagnon violent les en empêchent, elles peuvent discrètement porter plainte par tchat sur https://arretonslesviolences.gouv.fr ou bien par SMS sur 114

 

 

Cours en ligne pendant le confinement

 

  • https://solidarite-numerique.fr/ecole-a-la-maison#Je%20trouve%20des%20ressources%20éducatives%20en%20ligne
  • https://www.sciencesetavenir.fr/decouvrir/agenda/reviser-se-former-s-orienter-tous-les-liens-utiles-pendant-le-confinement_143252
  •  https://www.portail-de-la-gratuite.com/culture-education/

 

 

 

Pourquoi « Restez chez vous !» ?

 

Le confinement permet  de :

  • stopper la propagation du virus
  • désengorger les hôpitaux et autres cliniques
  • faire souffler le personnel soignant
  • sauver des vies, en attendant de trouver un vaccin ou un médicament

Briser le confinement permet de :

  • relancer la vague de contaminations
  • engorger les hôpitaux et autres cliniques
  • épuiser le personnel soignant
  • augmenter le nombre de victimes
  • retarder le déconfinement
Merci de partager l'article pour réveiller les consciences et contribuer à sauver des vies !

 

 

Annexe

 

Commentaires: 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.