Panthera venge Shareaza

 

11.03.2009 (première publication le 22.08.2008 ici)

 

Tandis que les amateurs d'échanges de fichiers en Peer-to-Peer ont accueilli avec enthousiasme l'annonce de la sortie, le lundi prochain, de Panthera, le clone de Shareaza, les majors du disque et du cinéma ainsi que les éditeurs de clients P2P concurrents, eux, tremblent d'effroi.

 

 

Suite à une rocambolesque histoire de vol de la marque Shareaza et de son nom de domaine, les anciens éditeurs du célèbre logiciel d'échanges de fichiers en P2P annoncent la sortie d'un clone au nom effrayant de Panthera, dont le logo est une panthère à la gueule ouverte, signe qu'il y a de la vengeance dans l'air. Pendant que les internautes se frottent déjà les mains, les deux victimes potentielles de Panthera, qui venge donc Shareaza, sont frappées de frayeur.

 

D'abord l'industrie du disque et du cinéma, qui n'appréciait pas déjà l'existence des logiciels de la technologie P2P, et qui se passerait volontiers de ce nouveau-venu dans la fourmilière : la chute des ventes de disques et de films ainsi que la baisse de la fréquentation des salles de cinéma sont imputées au téléchargement illégal que permet cette technologie.

 

Ensuite les éditeurs des autres logiciels utilisant cette technologie, appelés clients. Et pour cause, Panthera, conçu à partir du même code source que son illustre aîné Shareaza, se lancera dans son sillage, mais avec un don d'ubiquité inégalé et de meilleures performances. Il sera en effet capable d'infiltrer tous les réseaux P2P, qu'il s'agisse des réseaux classiques comme Gnutella1, Gnutella2, ED2K ou du protocole BitTorrent : c'est son côté multi-réseaux. Sans compter, et ce sera une nouveauté, qu'il pourra être installé sur plusieurs systèmes d'exploitation différents (Windows, Mac, Linux, etc.), ce qui signifie que le client disposera de plus d'utilisateurs, de plus de fichiers disponibles, de plus de téléchargements et donc de plus de rapidité : c'est le côté multi-plateformes. Comme le dit Wout, l'un des initiateurs du projet, "no other P2P program allows to connect to virtually all the most popular networks on every operating system" : aucun autre programme peer-to-peer ne permet actuellement de se connecter virtuellement à tous les réseaux les plus populaires sur n'importe quel système d'exploitation!

 

Contrairement aux idées reçues, les réseaux P2P et leurs clients ne sont pas illégaux

 

Multi-réseaux, multi-plateformes, vélocité des téléchargements, lecteur intégré, voilà les parures qu'arborera Panthera à sa sortie, prévue pour le 25 août 2008, et qui ne vont sûrement pas plaire aux concepteurs d'eMule, d'Azureus et consorts, qui verront certainement chuter leurs parts de marché.

 

Quant à Shareaza lui-même, son sort est désormais scellé : avec cette annonce de ses ex-propriétaires, il a officiellement changé de mains, ce qui était déjà le cas officieusement, pendant que des batailles judirico-judiciaires se tramaient en coulisses.

 

Rappelons que, contrairement aux idées reçues, les réseaux P2P et leurs clients, les programmes idoines, ne sont pas illégaux. Seul l'usage que l'internaute en fait peut le devenir, en l'occurrence, s'il se met à télécharger des oeuvres sous copyright. Attention, donc, à ce que vous échangez, car les sanctions pénales ne frappent pas que les autres !

 

En attendant son lancement officiel, Panthera en version alpha est disponible ici ou sur son forum.

 

Source : http://torrentfreak.com/shareaza-team-fight-back-with-panthera-project-080818/

 

Bookmark and Share
Commentaires : 0